mar.

11

oct.

2011

Extraits du Journal l'Espoir - 4 janvier 2031

Morceaux choisis :

 

  L'histoire est cruelle avec ceux qui n'ont pas su entrevoir l'avenir du monde. Les « intellectuels » d'un temps finissent aux oubliettes pareils à des auteurs médiocres et l'on se demande alors pourquoi ils eurent tant d'audience en ces années. Lorsque MM Lordon, Sapir et Todd commencent à penser le système capitaliste à la fin du Xxème siècle, ils sont seuls. Dans le grand désert libéral des années 80, 90 et 2000, ils prêchent et s'échinent. Face à eux, les Minc, les Lamy font florès, incarnés par les financiers Soros, Tapie, Geithner et défendus par la classe politique libérale de ce qu'on appelait encore à l'époque les partis politiques de gauche ou de droite. Des êtres « Attaliens » – selon le bon mot de Jean-Claude Michéa – représentants d'une élite mondialisée, gauche caviar et gauche kérosène (1), fanatique de voyages et de tolérance pour excuser la misère qui existe sous ses yeux, au sein d'une France qu'elle a trahie.

La Une de l'Espoir - Journal du 4 janvier 2031
La Une de l'Espoir - Journal du 4 janvier 2031

 

Pourtant depuis 1974, le constat est alarmant : les pays occidentaux souffrent. Chômage de masse, précarisation des conditions de vie des plus pauvres livrés à une compétition internationale terrible au sein même de l'Europe, puis avec la Chine (ouverture de 1979 puis entrée à l'OMC en 2001) et les autres émergents ; au bout du chemin, la France semble condamnée à la désindustrialisation et à la paupérisation. Noyés dans le formol de la fin de l'histoire depuis des années, nos dirigeants croient bon de jouer la carte européenne en pensant défendre un grand modèle à la française - haut degré de protection sociale, tertiarisation et coopération économique – dans lequel nous serions LE dirigeant politique et l'Allemagne le producteur. Enfer et damnation ! 25 ans après l'Acte Unique... que de couleuvres avalées : la libéralisation des marchés, les privatisations, la financiarisation sans fin de l'économie, les délocalisations... et tout ceci dans le plus parfait consensus politique au service d’intérêts privés toujours plus restreints.

La Chine et l'Allemagne, au prix de politiques sociales régressives, tirent leur épingle du jeu mondialisé en faisant cavaliers seuls.

 

Le peuple s'embourbe, il hésite et la France se trompe.

 

Jacques Sapir et Victor Ivanter
Jacques Sapir dans la Nièvre

Face au drame, un homme se dresse alors, superbe, et déclare en 2010 : « la mondialisation profite avant tout aux pays qui n'en respectent pas les règles »(2). Cet homme c'est Jacques Sapir, véritable phénomène de société en son temps. Adulé par le peuple, son concept de démondialisation fait fureur. Son programme, protectionnisme européen, remise en cause de l'OMC, sortie imminente de l'Euro, reprise en main de l'économie par le politique nous semble aujourd'hui une évidence ; à l'époque c'est une bombe, et déjà tout est dit. Humble malgré son statut de refondateur de la pensée économique, l'homme vit mal l'exposition publique. Dépassé par la popularité de ses thèses, Sapir est contraint de se retirer dans la Nièvre.

 


Le relais est alors pris par un autre penseur, véritable marteau piqueur du protectionnisme (certains ont même à l'époque parlé d'hibernatus), capable dans un style mordant de faire vaciller tout débatteur libre-échangiste. Respecté pour ses travaux démographiques et très écouté quant à son interprétation du monde (régionalisation, atteintes à la démocratie, importance de la croissance démographique), il est de tous les combats, quitte à passer pour un chien fou. Il persiste, et signe. 2011 marque le début de son ascension politique au côté du très controversé Arnaud Montebourg dont on ne sait à l'époque s'il sera celui par qui viendra la rupture. Aujourd'hui nous savons que Todd s'est peut-être un peu enflammé pour l'ex candidat PS, devenu grand ministre sous la gauche réformiste peu de temps après. Quoi qu'il en soit, Todd fut déterminant : il défendit toujours la confrontation idéologique avec l'Allemagne et c'est à lui que l'Histoire donna raison.

 

La Sorbonne, rebaptisée en 2027 Université Panthéon Sorbonne Todd, témoigne aujourd'hui encore de son influence sur notre pays ces 20 dernières années.

En 2011, le "bosseur" réfléchit au sort de la BNP. Archive INA
En 2011, le "bosseur" réfléchit au sort de la BNP. Archive INA

 

Le troisième, celui qu'on a appelé à juste titre "le fossoyeur de la BNP" (3) (dont la nationalisation fut houleuse on s'en souvient) et qui paracheva la victoire idéologique du protectionnisme de gauche sur l'archaïsme libéral : c'est Frédéric Lordon.

Outres de rares apparitions en conférences ou à l'émission Arrêt sur Images, Lordon refuse le système médiatique jusque tard. Grand contributeur au Monde Diplomatique, il travaille, c'est un bosseur. Quand les autres parlent, il cherche et prépare « l'Après-débacle »(4) dans sa chambre de bonne du Xxème arrondissement. Son programme, c'est la mise au ban de l'économie financiarisée. Simple, courageux. Il peine à trouver son public.

Mais peu à peu, grâce au travail de sape de ses deux autres Compères, il perce. Et il plaît. Ses airs juvéniles et goguenards font mouche, son côté show-man en conférence déchaîne les foules et mobilise les étudiantes en masse.

Dans le brouillard, il guide la France des années 10 et veut la conduire vers une autre société, dont on sait (mais lui ne le savait pas à l'époque) qu'elle a fini par voir le jour : nous avons renoué avec l'emploi, le partage et le progrès social depuis déjà plus d'une décennie.


Hier élu 3ème président de la 6ème République française, Mr Lordon compte à présent "renforcer les droits politiques et la protection sociale des 71 millions d'âmes" qui peuplent notre pays. "En 15 ans, nous avons relocalisé l'activité stratégique et équilibré notre balance commerciale, pour cela, nous avons quitté l'Euro et l'Union Européenne. Notre plan de contingentement de la production (80% des produits de chaque branche devant provenir de France- ndlr) doit maintenant s'élargir à l'Europe toute entière. C'est un jour nouveau qui doit se lever sur notre vieux continent - a-t-il déclaré.

 


Page 21 du Journal l'Espoir - 4 janvier 2031
Page 21 du Journal l'Espoir - 4 janvier 2031

"L'Histoire nous mord la nuque..."

 

Qui n'a pas connu les années du grand libéralisme entre 1990 et 2010 ne peut comprendre à quel point de désepoir et de défiance en était arrivée toute une partie des citoyens français. Peuple résigné, dépolitisé, incapable d'exiger un quelconque renouvelement politique ou médiatique, il semblait condamné à se dissoudre dans le bain acide de la mondialisation jusqu'à disparition.

Le discours avait remplacé l'action, le mensonge était devenu la seule parade capable de contrer l'incapacité des politiques à agir, coincés entre l'Europe et les marchés : nous devions rompre.

 

        Ils furent comme un éclair dans le sombre ciel de France. Ils furent la détonation qui fit trembler tous les ordres établis. Tels des loups sortant du bois à l'heure où les bien-pensants vont cueillir des champignons, ils semèrent la pagaille aux quatre coins de l'Europe, offrant la lumière à tous ceux qui croyaient encore la trouver au fond d'un puit.

 

 

                                                Frederichlist

Bibliographie

(1)Jean Claude Michéa : entretien avec le philosophe :http://www.youtube.com/watch?v=5PfjgTfYKV0

(2)Plus exactement : la globalisation marchande ne donne des résultats que dans la mesure où l’on ne joue pas son jeu mais où d’autres acceptent de le jouer. - "La Démondialisation" - Jacques Sapir. collection « Economie humaine », Seuil

(3) Expression attribuée à Theux : -L'Espoir- juin 2014.

(4) L'Après débacle - Frédéric Lordon- Chez Plon 2020.

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Anselm (dimanche, 22 juillet 2012 19:15)

    Worthwhile info. Fortunate me I discovered your web site by accident, I bookmarked it.

  • #2

    buytadalafilonline (mercredi, 07 novembre 2012 06:31)

    I intended to draft you this bit of remark in order to say thank you once again for the pretty guidelines you've documented here. It is quite strangely open-handed of you to present unhampered precisely what a lot of people could have made available as an electronic book to generate some cash for themselves, and in particular now that you could have tried it if you decided. Those good tips likewise served as a good way to recognize that some people have a similar dream the same as my personal own to understand a whole lot more concerning this condition. I am sure there are lots of more fun periods ahead for many who take a look at your website.

  • #3

    taylor hampton solicitors (vendredi, 04 avril 2014 12:01)

    Professionals in the career consulting industry rely on counseling, research, and marketing techniques to assist their clients in developing career options and industry alternatives that match their goals and objectives.

  • #4

    Primodels Review (mardi, 15 avril 2014 11:34)

    Free Article Submission. Finally a way to keep track of all of the articles you have submitted. Article submission can be a daunting task when you are trying to do. One of the hardest things to do to promote your website is to build your link popularity. Article submission sites have become one of the best and most simple ways.

  • #5

    sextelefon (mercredi, 30 novembre 2016 02:00)

    cambiata