ven.

28

oct.

2011

Monsieur le Président

Monsieur le Président
Monsieur le Président

Monsieur le Président1
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens d'apercevoir
Au journal du soir
Vos paroles sans espoir
Qui nous plongent dans le noir
Monsieur le Président
A quoi bon être austère?
On ne vit pas sur terre
Contre ses habitants
C'est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Pour sortir de la crise
Il faut dévaluer

Boris Vian
Boris Vian

Depuis que je suis né
Je vois moins d'ouvriers
Je vois moins d'employés
Et plus de licenciés
La France sans industrie
Crée du chômage de masse
Qui nous met dans l'impasse
Et puis qui nous meurtris
A la constitution
Bien qu'on ait voté non
On a volé nos rêves
Avant qu'ils ne s'achèvent
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins

Salvador Dali
Salvador Dali

Je mendierai ma vie
En terre européenne
De Berlin à Athènes
Et je dirai aux gens:
Refusez de les suivre
Faites preuve de réalisme
L'néo-libéralisme
Doit r'tour'ner dans les livres
S'il faut se sacrifier
Allez-y en premier
Vous êtes bien prudent
Monsieur le Président
Si vous nous écoutez
Prévenez les français
Que l'euro doit céder
Pour la prospérité

 

Theux

 

 

 

Source:

 

1D'après le Déserteur de Boris Vian

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    jean pierre aupert (vendredi, 30 mars 2012 23:44)

    En attendant l'érection présidentielle, pour vous détendre je vous invite à lire "Laurence MEDEF : Nigolas, tu es le concierge de l'Elysée, le concierge de nos privilèges!" au http://0z.fr/9Mh-Y sur L'Abolition de la Raison, le feuilleton de la psychiatrie de la Mondialisation et ses collabos, les politiques. Partagez sans pitié!

  • #2

    Lawrence (dimanche, 22 juillet 2012 17:34)

    Very good article i just submitted your website to stumble upon and also i bookmark your website in my pc for future visit