lun.

31

oct.

2011

Yves Calvi, l'indépendant...

Les analyses de Pierre Bourdieu ou de Noam Chomsky (1) sur la fabrique de l'information sont toujours aussi percutantes : la télévision tend à s' « uniformiser » et plus encore à « dépolitiser » sous pression du monde de l'argent et d'une concurrence toujours plus forte entre les rédactions. Contraint à la fois par la concentration actionnariale et la proximité sociologique des acteurs du champ journalistique, le débat démocratique repose avant tout sur l'organisation du consensus. Qu'à cela ne tienne, voici venu le temps des citoyens détendus ; le temps du « hard » et de l' « humour pop' » (2) dans lequel le sexe et les humoristes sont devenus des incontournables de la programmation politique, depuis les matinales radiophoniques jusqu'aux émissions informatives de Canal+ qui ont définitivement aboli la frontière entre politique, humour et people. Une omniprésence du rire tout à fait symptomatique du renoncement partiel ou total des grands partis à changer la vie, au nom d' un idéal et du sens de l'Histoire. Puisque le grand drame de la lutte n'est plus... tâchons au moins d'en rire, et laissons donc le sérieux aux « experts » : les chiffres et les rapports, eux, ne mentent pas.

Il existe une imposture fondamentale inhérente au système médiatique à laquelle il faut tordre le coup et que je nommerai « l'idéologie de la neutralité ». Quatre acteurs sont en présence.

 

           -le journaliste : neutre et au fait des grands débats qui animent la   société ; il est à même de poser les bonnes questions à ses interlocuteurs.

           -le politique : engagé et partial ; la défense de son idéologie l’entraîne à user de la rhétorique, du mensonge ou de la mauvaise foi à des fins électoralistes.

           -l'expert : impartial et compétent ; il fonde sa légitimité sur le travail scientifique. Il ne prend pas parti.

           -l'électeur : ignorant des grands enjeux du monde, il faut tout lui vulgariser.

 

De cette typologie largement intériorisée, on déduit l'interchangeabilité des experts et des journalistes entre eux. Bien évidemment il n'en est rien. Ni l'expert ni le journaliste ne sont des acteurs « hors sol » : nous parlons bien de sciences sociales et non de Science. Les « experts » ne sont pas des « savants ». Il y aurait beaucoup à dire sur la poignée d'éditorialistes et de commentateurs qui hante en permanence radios et télévisions. Est-ce par facilité que les rédactions contactent toujours les mêmes personnes? Est-ce par relation? Est-ce par idéologie ou à l'inverse par naïveté? Nous nous en tiendrons à ce constat : comme tout un chacun, les « experts » portent en eux une certaine vision de l'Homme et de la société. En ce sens, ils sont engagés malgré eux. Yves Calvi, récemment élu journaliste le plus indépendant de France (3), est bien placé pour le savoir. C'est à l'émission C dans l'air que l'on observe ce fait le plus aisément : l'expert est in globo au service des idées dominantes.

 

Voici les résultats de notre étude statistique

 

En prenant pour objet d'étude les 21 émissions C dans l'air qui ont traité d'économie entre le 11 août et le 12 octobre 2011, on obtient ces données. Par position politique,  on entend proximité de parti. Par position économique, le rapport au libre échange. « Mondialiste » signifie donc que l'invité considère qu'il faut s'adapter aux conditions internationales de commerce. A l'inverse le terme « sceptique » rassemble ceux pour qui il faut envisager de revoir ces mêmes conditions. A noter que « sceptique » ne veut pas dire « protectionniste » puisque les altermondialistes en général n'en sont pas partisans.

 

L'émission rassemble chaque soir 4 invités, soit 84 intervenants potentiels pour les 21 émissions qui nous concernent. Première remarque : il n'y a eu que 39 invités différents. (La liste est disponible en annexe de même que les fréquences de passage et les opinions politiques et économiques)

Deuxième observation : les déséquilibres sont frappants. Des 14 personnalités les plus invitées, Renaud Dély est le seul intervenant classé au centre gauche. Les 13 autres se répartissent entre centre, centre droit et droite. Tous sont par ailleurs assez favorables au libre échange et aux cadres déjà existants de l'Union européenne, de l'Euro et de l'OMC. Sur les 39 invités de la période, un seul est une femme (Raphaelle Bacqué).

 

 

L'organisation du consensus

 

Elle est au cœur de l'idéologie néolibérale.

De même que Boltanski et Chiapello (4) ont constaté la disparition des termes de « hiérarchie » et d'« autorité » au profit de ceux de « projet » et « réseau » dans les techniques managériales modernes, l « expert » et l' « économiste » ont aujourd'hui remplacé les penseurs et les militants. Et puisque c'est désormais la connaissance qui gouverne nos élites et non plus les grands récits humains, l'économiste libéral est ainsi devenu un économiste tout court.

Chomsky et Herman (5) ont bien observé la capacité de la finance, des gouvernements et des entreprises à peser sur certaines questions plutôt que sur d'autres afin de forger l'opinion à leur volonté. Ce fût le cas lors des interventions américaines au Cambodge, au Salvador et en Irak - dont la justification reste un modèle de propagande extrêmement abouti. Le procédé est fulgurant, il repose sur l'élimination pure et simple de l'alternative.

 

Mercredi 14 Septembre 2011, sur le plateau de C dans l'air.

Question d'un téléspectateur :

 

Y.Calvi -Le seul enjeu de 2012 ne doit-il pas être la réduction de la dette française et les moyens proposés pour y arriver ?

N.Baverez -Oui

N.Beytout -Si

J-P.Gaillard -Bah oui !

P.Dessertine -Bien sûr...C'est bien tout le problème

 

Y.Calvi : -Tout le monde est d'accord ?

J-P.Gaillard -Mais il faut le faire! c'est comme les grecs.

 

N.Baverez -Il n'y a pas d'alternative (sic) au désendettement de l'Etat pour des raisons économiques et financières, mais aussi pour des raisons politiques parce que c'est l'indépendance du pays. [...] compte tenu de ce qu'il se passe aujourd'hui malheureusement, l'incapacité de la classe politique française à proposer des baisses de dépenses, l'incapacité à proposer des privatisations exactement comme en grèce, je crois que la dégradation de la dette française [...] extrêmement probable dès aujourd'hui.

Présence cumulée à C dans l'air et mondialisation

 

« Alors pour que les téléspectateurs nous comprennent bien... » il n'est pas simplement question d'une quelconque manipulation des masses dirigée depuis d'obscurs bureaux ou de cabinets ministériels. Si ce type de pressions existe bel et bien, il est beaucoup moins puissant que le cadre unique dans lequel pensent les journalistes et les experts, cadre lui, intériorisé et de fait très difficile à combattre. Devant l'incapacité des "fast thinkers" du plateau de l'émission C dans l'air a se faire porte-paroles des grands enjeux économiques de demain, c'est encore une fois la parole de Pierre Bourdieu qui nous éclaire : La télévision est un instrument de communication très peu autonome sur lequel s'exerce toute une série de contraintes qui tiennent à la fois aux relations sociales entre les gens qui y produisent, mais aussi [...] aux structures mentales [...] c'est à dire tout ce qu'ils ont dans la tête du fait de leur formation, de leur origine, de leur éducation et aussi du fait de la place qu'ils occupent dans cet univers social qu'est le monde journalistique.(6)

 

Le "bon client" décrypte, certes, mais il pense avec sa structure mentale. Il pense ce qu'il croit connaître. Et puis lorsque tout change, que tout va trop vite, comme aujourd'hui, alors que le monde bascule vers l'inconnu, il faiblit, il tournicotte et cherche désespéremment des preuves qui témoigneraient de ses talents de visionnaire. Combien sont-ils les opportunistes de la pensée et les experts aveugles qui pourtant s'accrochent? Perdus dans leurs certitudes scolaires, combien sont-ils les éditorialistes fanatiques et les marchands de livres anti-crise? Sont-ils des centaines, des milliers que le bon sens a su guider par le travail et l'analyse du monde? Ou bien sont-ils toujours les mêmes, une vingtaine, à gesticuler sur tous les plateaux.

Ô France paradoxale qui fait du patron de C dans l'air son champion à l'heure même où celui-ci semble s'être arrêté au croisement de chemins qui ne mènent nulle part. Il est temps Monsieur Calvi, que d'autres vents soufflent par chez vous. Ca tombe bien, il parait que c'est la saison des tempêtes.

 

Frederichlist

 

Les articles pour continuer :

 

libéralisme économique Hitler conséquences 1929 rigueur
Libéralisme et années 30
gauche mélenchon montebourg michéa hallande
La Gauche pour de bon
film balbestre halimi médias critique bourdieu
Les Chiens de garde

(1) 1992 : Manufacturing Consent: Noam Chomsky and the media de Mark Achbar et Peter Wintonick ; Pierre Bourdieu, Sur la télévision lien : http://www.dailymotion.com/video/xk6fk_bourdieu-sur-la-television_shortfilms

(2) L'Ère du vide : essais sur l'individualisme contemporain est un essai de Gilles Lipovetsky publié en 1983 aux éditions Gallimard.

(3) http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/yves-calvi-sacre-journaliste-le-plus-independant_1039616.html : Yves Calvi devance Yann Barthès et Jean Michel Apathie.

(4) Le nouvel esprit du capitalisme, Luc Boltanski et Eve Chiapello

éd. Gallimard, 1999 - 2007 : Incultures - Tome 1, L'éducation populaire, Monsieur, ils n'en ont pas voulu... ou Une autre histoire de la culture Franck Lepage.

(5) 1992 : Manufacturing Consent: Noam Chomsky and the media de Mark Achbar et Peter Wintonick

(6) Pierre Bourdieu, Sur la télévision lien : http://www.dailymotion.com/video/xk6fk_bourdieu-sur-la-television_shortfilms

Liste des invités à C dans l'air et positionnement idéologique et économique
Ce document a servi à la constitution des statistiques utilisées sur ce site.
Il est libre de droit.
tableau.pdf
Document Adobe Acrobat 38.0 KB

Écrire commentaire

Commentaires : 81
  • #1

    Port Jeann-d'arc (mercredi, 09 novembre 2011 10:43)

    Mais la partialité évidente (et une fois de plus prouvée dans cette note) des médias n'est-elle pas doublée d'une même pensée dominante au sein même des sciences économiques?
    Les "nobels" d'économie, l'immense littérature libérale justifiant le néolibéralisme, tout cela existe mais pourquoi?

  • #2

    Frederichlist (mercredi, 09 novembre 2011 15:56)

    Cher Port Jeann-d'arc, on pourrait même avancer l'idée que les économistes publiés et reconnus ne sont là que pour justifier l'ordre établi à travers sa "scientificité". MAIS ALORS POURQUOI? d'abord la majorité des économistes est issue du monde anglo-saxoN et de ses grandes universités. En outre, le libre échangisme comme le néolibéralisme sont des doctrines qui servent avant tout les grandes puissances commerciales et financières qui justement se trouvent être les USA et la GB au moins jusqu'à 2001.
    Enfin, la collusion entre élites politiques, grandes entreprises et universités aux Etats Unis explique certainement en partie le conservatisme idéologique des professeurs et des chercheurs.
    En France, pays à tradition moins libérale, plus égalitaire et où le parti communiste a joué un rôle important (et toujours aujourd'hui au moins dans l'esprit), la mondialisation comme le néolibéralisme n'ont jamais fait l'unanimité. En ce sens, l'économie malgré son importance n'est pas considérée comme une science reine (et c'est fort heureux). Peut-être la crise du libre échange qui frappe de plein fouet les grandes économies européennes et américaines sera-t-elle l'occasion (à moyen terme) d'une évolution intellectuelle de la science économique. Déjà des Lordon et des Sapir sont venus gratter la doxa héxagonale là où ça fait mal. Disons qu'ils sont les "chevaliers blancs", les éclaireurs de la grande armée qui suit derrière.
    Bien à toi.

  • #3

    Port Jeanne-d'arc (jeudi, 10 novembre 2011 13:39)

    Cher FriedrichList,

    Le fait que les pays anglo-saxons soient plus néo-libéraux dans leur pensée économique que la France me paraît contestable. Ainsi, nombre d'américains ont été très critiques par rapport aux veaux d'or que sont le libre-échange et l'euro. Krugman, Stiglitz, Galbraith, sont des gens qui comptent. Keynes lui-même est apparu dans un pays où le mouvement communiste était faible.
    Par ailleurs la domination du néolibéralisme dans les universités françaises est une vérité redoutable.
    Il me semble qu'il faut différencier la structure politique d'un pays et la pensée économique de ses chercheurs.
    Il est même possible que plus la contestation sociale est forte, plus la pensée néolibérale est revendicative (ainsi Pareto est italien, Walras, Say, français, Hayek, Von Mises autrichiens (de "Vienne la Rouge") ...)
    Très cordialement

  • #4

    Frederichlist (jeudi, 10 novembre 2011 17:12)

    Mon très cher Port Jeanne d'arc,
    Dans un sens ou dans l'autre, il me semble que ce sont les situations d'excès qui créent les pensées nouvelles. Certes pour Keynes, l'Angleterre n'était pas bolchévique, mais elle vivait la sortie de la guerre, et 1929, périodes durant lesquelles il a fallu inventer de nouvelles solutions économiques. A l'époque, Keynes est le premier à constater que les économistes en vogue et respectés ne savent pas penser hors des clous. Remettre en cause les postulats sur lesquels on s'est toujours fondé est un exercice complexe à la fois en termes d'intellect et de probité. Stiglitz et Krugman sont très écoutés c'est vrai. La "grande désillusion" a constitué un virage intellectuel puissant ; depuis, Stiglitz est tout de même "fiché" et plus apprécié par les altermondialistes que par les dirigeants (quoique Sarkozy l'ait mandaté pour un rapport, de qui se moque-t-on?).
    Hormis ces périodes incertaines, il me semble que la recherche baigne dans un univers culturel et institutionnel qui en partie peut expliquer certains choix idéologiques. Un étudiant qui voudrait faire une thèse sans suivre plus ou moins les précepts de son maitre aura-t-il l'opportunité de le faire? Et puis, qui finance les universités américaines? -certainement pas des philantropes de gauche. Ce n'est une intuition personnelle. Or, partant de là, les orientations politiques des universités à travers la nomination des directeurs de département jouent certainement sur la nature de l'enseignement.(Le but des formations économistes reste la qualification des étudiants dans les secteurs porteurs (banque et finance) qui n'ont pas vocation à penser en termes macro économiques ni en termes collectifs. Pour en revenir à l'objet de l'article, les experts économiques et journalistes ont leur part de responsabilité dans la désinformation qui découle de leur prétendue neutralité qui les exonère de tout approfondissement personnel de ces questions. (Il en va de même pour le traitement des Sciences en général, de la Justice, etc...tout est toujours survolé.) On touche là à des considérations plus intériorisées, la défense d'intérêts de classe disons.
    J'ajouterai enfin que la Science économique est enseignée de façon linéaire (-libéraux-keynésiens-puis synthèse) comme si la pensée constituait aujourd'hui un maximum que la technique et la mathématisation porteront un jour à son apogée. La fin de l'Histoire en même temps que l'apogée économique finalement.
    Jusqu'à récemment, le bipartisme (plus ou moins) qui caractérise les démocraties occidentales tenait le débat économique (mondialisation-libre échange-tertiarisation) pour clos. Le consensus n'existe plus. Des relais politiques ont surgi en France (j'en reviens à la tradition anti-libérale) qui laissent place à d'autres discours économiques. Osanna!

  • #5

    Vogelsong (dimanche, 13 novembre 2011 10:27)

    Ca nous change du blogguing à l'eau de rose.

  • #6

    Éleuthère E.R. (dimanche, 13 novembre 2011 15:25)

    La "fabrique du consentement" si bien décrite par N. Chomsky est à l’œuvre... Et elle repose notamment sur le doux mythe de l'objectivité des journalistes. J'évoque d'ailleurs cette thématique des médias et de la propagande sournoise dans le préambule de mon essai.
    Votre décryptage est excellent, et il est bon de le voir écrit noir sur blanc.

  • #7

    Guillaume (dimanche, 13 novembre 2011 22:54)

    Analyse pertinente que je trouve légèrement biaisé à la lecture de la répartition et l'analyse des invités. Je la trouve beaucoup trop réductrice et elle tronque donc l'analyse. Pour cela il faudrait réanalyser la profession des invités afin de déterminer qui les financent. et je pense qu'à se titre les équilibres sembleront plus justes. Car beaucoup d'entre eux ont des positionnements plus flous et différents selon les questions

  • #8

    michaela (lundi, 14 novembre 2011 08:25)

    Je ne regarde plus "c dans l'air". j'en ai marre de voir toujours les mêmes têtes et d'entendre toujours les mêmes sempiternelles refrains. Je trouve l'attitude d'Yves Calvi très souvent tendancieuce. Il devrait prendre exemple sur Frédéric Taddeï, ( dans "ce soir ou jamais") qui lui je trouve, est un excellent meneur de jeu,impartial de surcroît et qui invite à chaque fois des personnes différentes et de toutes tendances et/ou convictions politiques ou autres.

    Pour moi ça c'est du journalisme et non pas du bourrage de crâne.

  • #9

    Et Si... (lundi, 14 novembre 2011 23:26)

    M Calvi est probablement honnête avec lui même... On ne voit que ce que l'on est préparé à voir.
    Je cite souvent l'exemple de ce fossile complexe daté de 2 milliards d'années trouvé sur un des sites les plus étudiés du monde, mais que personne n'avait identifié. (http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/06/la-vie-est-compliqu%C3%A9e-depuis-2-milliard-dann%C3%A9es-.html)
    Sauf que les géologues qui ont étudié le site n'étaient pas des paléontologues (ce qui ne signifie pas qu'il ne savent pas reconnaître un fossile) et que de toutes façons, il ne peut y avoir (croyaient-ils) de fossile vieux de 2 milliard d'années !!

  • #10

    jefmergen (mardi, 15 novembre 2011 22:40)

    vous êtes bien gentil de classer Barbier dans "centre"...

  • #11

    Alexander Hamilton (dimanche, 20 novembre 2011 20:08)

    Juste un petit droit de réponse des économistes "mainstream" (dont je dis faire parti, désolé pour l'anglicisme mais c'est comme ça chez nous). Dire que les économistes ont tous une pensée unique est une gageure. Le débat existe, les économistes peuvent prendre parti. Les exemples d'auteurs cités comme Krugman et Stiglitz mais aussi des gens comme Sen prouve la possibilité d'ouvrir le débat. A Friedrichlist, Stiglitz n'est en rien fiché. A mon avis, le système universitaire américain est très ouvert aux autres horizons (peut être un peu moins à Chicago, ok). Les analystes radicales sont reconnues pour peu qu'elles soient pertinentes (et pas seulement basées sur des maths). En France également, certains se démarquent par leur analyse. Ces auteurs peuvent être très mainstream dans leur méthode comme Piketty et publié dans les meilleures revues.
    L'économie n'est pas une science exacte, elle cherche juste à éclairer le débat. Dire que les économistes servent uniquement à confirmer les idées largement diffusées est une contre-vérité.

  • #12

    Frederichlist (lundi, 21 novembre 2011 15:41)

    @ A.Hamilton : je comprends votre réponse et je vous crois à propos des universitaires américains. Il me semble tout de même que, plus que les économistes, mon propos s'attachait à la figure de "l'expert" qui sans être forcément économiste défend pour le coup des idées "mainstream". Le débat existe dites-vous... mais dans des proportions minimes, dès lors que les fondements économiques et politiques des invités sont les mêmes. Quant aux solutions proposées par les économistes mainstream (bien qu'il y ait des nuances), il semble qu'elles soient incapables à l'heure actuelle de répondre aux choc social et démocratique en Europe. Qu'Hollande (s'il est élu) applique ou non la réforme proposée par Piketty, il est peu probable que nos problèmes structurels (commerce, dette, et chômage) s'en trouvent résolus. C'est là la grande limite de la sociale démocratie qui partout s'est effondrée. Je ne parle pas de la droite, qui en 5 ans (ou 10) n'a rien pu faire à ces propos, faute de posséder les leviers économiques fondamentaux : la monnaie, le budget, et les douanes.
    On a souvent l'impression - mais j'attends d'être contredit - que sur ces questions, la pensée mainstream défend corps et âme la mondialisation, l'adaptation salariale (Allemagne), fiscale, et réglementaire aux pays moins exigeants qui nous prennent des marchés. Est-ce tenable? L'Allemagne n'a officiellement que 6% de chomâge, une bonne spécialisation, une forte productivité, des excédents commerciaux immenses, et pourtant la situation sociale de son peuple régresse.
    Elle a pourtant appliqué a la lettre les recettes libérales. Alors que faire?
    Il me semble que la réponse est à chercher dans la faiblesse structurelle de la demande, de l'investissement et des salaires, dont la hausse suppose certainement de revoir les conditions de commerce avec le monde et celles du financement de l'Etat. C'est l'inverse que la rigueur généralisée nous propose, avec en superbonus la délégation de toujours plus de souveraineté aux institutions de l'UE.

    Cordialement

  • #13

    Jean Aymar (dimanche, 25 décembre 2011 18:19)

    Quelle naïveté de débattre sur l'indépendance des journalistes de France Télévision !
    Le problème est surtout les téléspectateurs dociles et lobotomisés.

  • #14

    wuppy (mercredi, 01 février 2012 21:58)

    Je suis d'accord avec michaela et M.Calvi n'est plus un journaliste indépendant, c'est-à-dire qu'il peut avoir ses propres idées, mais qu'il reste impartial et objectif dans ses émissions en invitant des personnalités de tous bords. Or, ce n'est plus le cas et on peut le vérifier dans le fait qu'il ait fait l'interview du Président de la République en octobre 2011. Et chacun sait que les journalistes choisis sont sans danger pour le Président.

  • #15

    zack (jeudi, 02 février 2012 21:13)

    J'aime beaucoup votre blog que j'ai connu via celui de Jorion. Et je compte bien l'explorer un peu plus en profondeur et sur la durée.

    @Wuppy pour Yves Calvi et l'itw de président, je pense que vous le jugez trop sévèrement. En effet je ne sais pas si vous avez remarqué le passage ou il tente de parler de l'affaire des malettes, mais entre la réponse du président et les ricanements de son pseudo partenaire journaliste, le moment fut rude. Il a certainement du en tirer les leçons.. malheureusement.

  • #16

    Daniel Dutrait (lundi, 20 février 2012 15:49)

    Je sais que je ne sais rien. (Socrate)
    Les experts le savent-ils ?
    Pour se justifier quand ils se trompent, ils nous disent de l’économie que ce n'est pas une science exacte...ce qui est vrai et faux à la fois comme… la météo.

    L'histoire nous apporte des enseignements sur les sciences économiques ; Il faut être prudent dans leurs interprétations : Beaucoup de comparaisons sont fallacieuses ; les enjeux des différentes époques et situations de crises ont des causes qu’il faut remettre dans leur contexte financier et géopolitique du moment

    Aujourd’hui les flux économiques peuvent être instantanés grâce à l’évolution des techniques: un click de souris transfère des actifs importants au bout de la planète ; mieux des ordinateurs programmés exécutent des opérations sans intervention humaine :

    L’imagination des financiers polytechniciens est sans limites. Malgré leur maîtrise des mathématiques, ils sont aujourd’hui comme l’apprenti sorcier : la machine infernale leur échappe…L’économie n’est pas une science exacte nous disent-ils….

    Vous et moi nous sommes des économistes sans le savoir : nous avons à gérer notre budget familial. Nous savons qu’il ne faut pas dépenser plus que ce que nous gagnons ; mieux si possible, une épargne de précaution est souhaitable……car, la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

    Bien sûr, l’économie familiale, la microéconomie, la macroéconomie possèdent des critères spécifiques, les masses financières différentes imposent, des normes, des contrôles budgétaires, comptables, et le respect de ratios mathématiques dit de bonne gestion.

    Néanmoins une même attitude s’impose dans toutes décisions d’importances.
    Dans tous les cas il faut raison garder.

  • #17

    trebel (mardi, 21 février 2012 20:31)

    c est dans l 'air ou comment donner l'impression au quidam qu'il y a débat..tous aux ordres..jamais de vrais contradicteurs...

  • #18

    jr rodrie (mercredi, 22 février 2012 19:08)

    siempre pense que eras neutro? porque no haces un debate por los crimenes y torturas cometidos por los franceses en argelia y otro porlos reglamientos de cuentas en cuarenta i cinco cuando se paseaban las mugeres rapadas y se manaba sin guzgar ;bueno nocreo que lo hagas porque antes de ti ya otro quisieron hacerlo pero noselo dejaron es mas facil hacerlo sobre el franquismo con invitados de izquierdas que no dicen la verdad o bien si su verdad
    porque nole has preguntado al senor perez quien ha matado a 33000 prisioneros en madrid cuando con las ordenes del senor santiago carrillo se sacaban los presos para darles el paseito pero no regresaban ,ami me mataron a mi abuela y a mi tio y no fueron los franquistas yo vivi en el reguimen franquista y ahora vivo en francia desde los anos 1962,quisiera que porlo menos invitaras alos de los dos lados y no solo a este senor perez (garzon se ha pasado ahora que page el es elque debia dar el ejemplo cumpliendo la ley )

  • #19

    Marie-thérèse . (lundi, 27 février 2012 16:25)

    Je suis une fidèle téléspectatrice de C dans l'air . Mais je me refuse à regarder chaque fois que je vois en particulier deux invités Sarkodolâtres et qui nous font prendre des vessies pour des lanternes : Pascal Périneau et Dominique Reynié .

  • #20

    Calvi est l'idiot utile du Sarkozy Hollande (mercredi, 29 février 2012 12:43)

    1 - Sarko lance un débat sur l'identité nationale:
    Calvi fait 30 émission dessus pour brassé du vent.
    2 - La presse P.Q. et Canal+ font monter Hollande:
    Calvi oublie d'aller voir ce que donnerait la gestion Corrèziene de IPad' cerveaux dans le musé Zinzin.

    - Calvi trouve un sujet débile par jour, en cela il est un génie du vide!
    On ne peut,en revanche, lui enlever son jeux d'artiste lorsqu'il fait mine d'être surpris, car le vide le et le fioritures le passionnent tellement qui'il ne joue pas un rôle.

    Il pose rarement les bonnes questions,mais reçoit toujours les réponses tordues comme recevalbles (en cela il vat bien avec la majeure partie de sa caste dont ne fait pas partie Tadéï qui voit son émission fondre de plus en plus)

  • #21

    lauery (lundi, 05 mars 2012 12:30)

    je ne crois pas que 82% de lapopulation francaise soit pour la mondialisation ca personne le gobera!!

  • #22

    Hollande tricheur (jeudi, 15 mars 2012 01:10)

    http://www.france24.com/fr/20090910-melenchon-temoigne-’arrangements-ps-le-passe-

  • #23

    nahel (mercredi, 21 mars 2012 13:17)

    allez voir les nouveaux chiens de garde tout est dit

  • #24

    kitkat (jeudi, 22 mars 2012 11:07)

    @ lauery "je ne crois pas que 82% de lapopulation francaise soit pour la mondialisation ca personne le gobera!! " Mais de toute façon, la mondialisation existe, qu'on le veuille ou non. A moins d'acheter du café poussé en France, des ordinateurs français, etc Ce qui est à exiger partout dans le monde, c'est un niveau de vie décent pour tous les habitants de cette planète.

  • #25

    peyo (vendredi, 30 mars 2012 17:17)

    Il n'y a qu'une femme parmi tous ces hommes "experts", ce qui n'arrange pas le cas de Calvi, homme très content de lui, digne représentant du "journaliste?" de télé du spectacle, surtout pas des idées diverses. De l'air.

  • #26

    jean glaviot (mardi, 03 avril 2012 16:18)

    Où passent les espèces récoltées par les candidats de droite en 2007 comme en 2012 (le Gabon du fils Bongo placé par Sarkozy, contre toute démocratie, aide sans aucun doute)? Je pense que cet argent sert à payer tous ces répétiteurs qui n'ont jamais honte, ni d'excuse pour les mensonges qu'ils soutiennent. Vrais faux scientifiques ou expert ou je ne sais quoi, mais certainement motivés. Cherchez TOUJOURS le pognon. Et suivez le.
    Il faut contrôler le détail des comptes en banque de tous ces gens en vue, en recherchant les espèces, qui ne seraient plus jamais retirées de leur compte en banque et autres trucs d'investigation ...

  • #27

    breniaux (dimanche, 15 avril 2012 10:50)

    Je souscris totalement à cette analyse que j'avais faite moi-même intuitivement.
    L'analyse ici est réalisée "comptablement".

    Nous pouvons dire la même chose à propos de l'égalité de traitement des candidats dans le cadre de cette campagne présidentielle.

    Et on ose parler en France de démocrates et de démocratie! Quelle imposture!

  • #28

    DomTom (lundi, 23 avril 2012 06:28)

    "Chomsky et Herman (5) ont bien observé la capacité de la finance, des gouvernements et des entreprises à peser sur certaines questions plutôt que sur d'autres afin de forger l'opinion à leur volonté. Ce fût le cas lors des interventions américaines au Cambodge, au Salvador et en Irak - dont la justification reste un modèle de propagande extrêmement abouti. Le procédé est fulgurant, il repose sur l'élimination pure et simple de l'alternative."

    Ce paragraphe me rappelle le documentaire - La Stratégie du Choc : http://shar.as/XRnLW

    Milton Friedman : "Seule une crise, réelle ou supposée, produit un vrai changement. Lorsqu'elle se produit, les mesures prises dépendent des idées alors en vigueur."

    Avec le consensus (ou l'absence supposée d'alternative) sur l'austérité, la Grèce est devenue un nouveau terrain de jeu pour les héritiers de l'école de Chicago...

  • #29

    J.Ch1928 (jeudi, 10 mai 2012 15:08)

    et Barbier cet imberbe barbant !!!

  • #30

    Younes (vendredi, 11 mai 2012 20:10)

    L'omniprésence des experts de droite ne serait-elle pas due au fait que dès que l'on devient un expert et qu'on a une connaissance profonde des théories économiques, on devient de droite ?
    Votre critique revient à critiquer la quasi-totalité des climatologues en disant que vous trouvez anormal que plus de 98% d'entre eux pensent que le réchauffement climatique a une origine humaine et que les climato-sceptique ne sont pas représentés...

  • #31

    Frederichlist (samedi, 12 mai 2012 15:58)

    @younes.
    Votre remarque vaudrait si toute la connaissance économique s'accordait à justifer que le néolibéralisme est LA seule voie possible de développement humain. Pourtant, il existe nombre de chercheurs et d'experts qui pensent le contraire. On ne les entend que rarement. Et jamais chez Monsieur Calvi.
    La "connaissance profonde des théories économiques" est chose subjective, ne serait-ce bêtement qu'entre marxistes, keynésiens et libéraux.
    Quant au climat, la biologie est une science, alors que l'économie est politique et sociale, ce que nous nous efforçons de montrer sur ce blog.
    Cordialement.

  • #32

    Perplexus (économiste) (mardi, 22 mai 2012 09:55)

    "Ca tombe bien, il parait que c'est la saison des tempêtes."
    Saison des tempêtes ou saison des populismes, des nationalismes comme en Serbie, en France ou en Grèce, saison de la droitisation des électorats - heureusement contrebalancé par l'anti-Sarkozisme -, saison du repli sur soi, de la haine de l'autre, du refus de l'histoire même et surtout récente ?
    Comment expliquez vous le non succès des blogs, des éditoriaux, des publications anti néo ou ultra libérales ? Jamais votre gauche n'a eu autant d'opportunités pour faire connaître ses analyses et ses postures avec le développement de la toile ; jamais ses idées n'ont autant reculé, autant été décrédibilisées alors que toutes les conditions économiques et sociales ne leur ont été aussi favorables ?
    Vous avez une ou des explications ?

  • #33

    michtru (vendredi, 25 mai 2012 14:12)

    tiens ça tombe bien perplexus ; essayez donc d'expliquer ce que vous entendez par populisme ( commençons par là )

  • #34

    Marcel (vendredi, 25 mai 2012 21:46)

    La bonne nouvelle, c'est que j'ai beau ne pas être le moins informé des gens que je connais, je n'avais pas entendu parler de cette "élection" d'Yves Calvi. Mais c'est vrai que ça vient de me faire vachement ricaner. Un peu l'impression que je viens de croiser Alain Minc avec un t-shirt à l'effigie du Che.

    Anatole France a écrit que "la Justice, c'est la sanction des injustices établies". On pourrait dire que la science économique est la sanction des inégalités établies.

  • #35

    gautier (jeudi, 31 mai 2012 12:18)

    Rendez-vous compte, lors de l'émission d'hier soir, mercredi 30 mai, Yves Calvi, qui devrait tout de même être informé à "minima" pour reprendre sa formule fétiche, ignorait qu'un salarié pouvait être embauché à temps partiel contraint ( exemple donné, les hôtes de caisse).
    Dans quel monde vivons-nous, émergez-donc Monsieur Calvi.Entre les formules à la limite de l'incorrection parfois, comme hier:" alors comment va Jean-Marc?" en évoquant le premier ministre. En privé tant que vous voulez, mais hier que ce fut lourd!
    A vouloir faire preuve d'humour on finit par se discréditer soi-même.

  • #36

    jeanglaudemouchard@yahoo.fr (lundi, 18 juin 2012 11:30)

    malheureusement, je crains que M. Calvi fasse son métier en toute bonne foi. Il ne se rend même pas compte que son attitude est tendancieuse. En revanche, on n'en peut plus d'entendre Dessertine sur tous les plateaux...

  • #37

    Antony (lundi, 23 juillet 2012 04:09)

    I just love this site, its amazing and awesome and really speaks to you|I have activated to your rss feed which need to do the trick! Use a nice evening!

  • #38

    keskizpass (mardi, 14 août 2012 12:32)

    Les économistes à gage, les chiens de garde ou les imposteurs de l'économie : autant de travaux pour définir et montrer les conflits d'intéret de ces économistes. Car l'article montre le monopole de la pensée dominante ds l'émission ms là n'est pas le pire, ces économistes st au coeur de conflits d'intérêts majeurs.
    Petite synthèse des travaux de Mauduit Laurent Balbastre et Halimi sur nos chers éditorialistes et sur le blog de Lordon la réponse de Lordon à Mauduit est fantastique
    http://essaidereinformation.blogspot.fr/2012/04/les-chiens-de-garde-font-polemique-en.html
    http://blog.mondediplo.net/2012-07-19-Corruptions-passees-corruptions-presentes

    Enfin si vous trouvez un intéret à encore regarder C dans l'air...

  • #39

    JANCAP (vendredi, 28 septembre 2012 22:56)

    J'ai vécu une grande rigolade dans "c'est dans l'air" le jour où une question internet évoquait le Cercle de Bilderberg.
    Ni Yves Calvi, ni aucun de ses invités (tous néolibéraux et mondialistes bon teint) ne connaissaient ni n'avaient entendu parler de cette organisation.
    Ce foutage de gueule est significatif de la charge idéologique de l'émission.
    JANCAP, adhérent des "Economistes Atterrés"

  • #40

    pierre mousse (jeudi, 25 octobre 2012 11:53)

    Il me semble surtout que Calvi, écoute suffisamment les intervenants en leur laissant la parole, qu'il pose ou résume clairement les questions, qu'un sujet est généralement bien couvert, sans agressivité outrageante et donc produit une audition acceptable au plus grand nombre, surtout des "français moyens". Maintenant que la gauche soit moins représentée, à la faveur du centre ou centre droit, cela me semble tout à fait logique, car la gauche est partisane, toujours fascinée par ses objectifs archaiques et non pratiques. On revient toujours aux fondamentaux exprimés: la justice, contre les riches, les banquiers, les patrons , l'ordre. Mais dans la vérité de la nature humaine, ils s'enrichissent, dominent, tout le reste n'est que mensonge et démarche démagogique pour obtenir le pouvoir. Dans ma jeunesse tous prédisaient que le communisme était l'avenir inéluctable sur la planète. Maintenant ne pas reconnaitre que l'échange est mondial, que la place de la France est dans l'Europe, que le niveau financier moyen est plus bas que le niveau des élites, que l'homme espère gagner plus et réussir face aux autres, et que Calvi invite ceux qui soutiennent cela en majorité, serait absurde.

  • #41

    missjeans (lundi, 05 novembre 2012 17:59)

    I intended to draft you this bit of remark in order to say thank you once again for the pretty guidelines you've documented here. It is quite strangely open-handed of you to present unhampered precisely what a lot of people could have made available as an electronic book to generate some cash for themselves, and in particular now that you could have tried it if you decided. Those good tips likewise served as a good way to recognize that some people have a similar dream the same as my personal own to understand a whole lot more concerning this condition. I am sure there are lots of more fun periods ahead for many who take a look at your website.

  • #42

    francyl (jeudi, 15 novembre 2012 18:10)

    Pour suivre cette emission depuis tres longtemps ainsi que la vie politique francaise:
    Bruno jeudy roland cayrol sont plutot centre gauche ou gauche realiste mais pas à droite
    ainsi que dans une moindre mesure le patron de l'express (cela depend des sujets)
    Evidemment lorsque l'on veut avoir raison on s'arrange avec les stats

  • #43

    BATTIER (samedi, 15 décembre 2012 19:42)

    Le pire c'est que cette émission est la plus équilibré du PAF ! Nous dire que patron de l'Express, Cayrol et Jeudy sont de gauche c'est vraiment un discours de droite...

  • #44

    Venord (samedi, 05 janvier 2013 16:41)

    Que les invités d'Yves Calvi soient de gauche, de droite ou du centre, religieux ou agnostiques, hommes ou femmes,etc. n'a que peu d'importance. La seule question est : nous aident-ils à préciser nos convictions ou à les remettre en question ? Il me semble que oui quand, parfois, Yves Calvi réussit à maitriser la diarrhée verbale qui l'amène à couper la parole de ses invités avant la fin de leur démonstration... Il est difficile pour un journaliste d'accepter d'être moins intelligent que ses invités !

  • #45

    martin (lundi, 21 janvier 2013 10:43)

    @VENORD OUI Cayrol est bien de gauche et a participé à la mise sur pied du programme de hollande

  • #46

    lineand (jeudi, 24 janvier 2013 15:00)

    Venord je comprends mieux , depuis que j'ai lu votre message , pourquoi Hollande menait un politique socio-libérale .

  • #47

    ZYx (mercredi, 30 janvier 2013 03:37)

    Le constat pourrait être fait pour n'importe quel media et quelques fois en bien pire. Combien de fois le Monde laisse le champ libre à un Bertrand Badie à l’exclusion de tout représentant d’une opinion contraire. La gauche aime prêcher la tolérance et l’ouverture…pour les autres mais elle ne les pratique jamais. Ajoutons qu’Yves Calvi fait un travail très honnête. Conclusion, le stalinisme n'a pas fini de faire des ravages.

  • #48

    rigas (samedi, 02 février 2013 11:20)

    Trouvé par hasard votre blog. Ce papier me ravit ! Il met en chiffres et en mots quelque chose que je ressentais mais n'arrivait pas à prouver. Excellente analyse: on est bien dans une lutte idéologique forte. Je m'étonne de ce que même quand on apporte des preuves, il se trouve des personnes pour dire que, même au vu des preuves, "ce n'est pas ce qui compte" ! Alors, qu'est-ce qui compte? Yves Calvi fait un travail honnête mais dans le cadre très étroit de la chapelle qu'il réunit, il dira certainement que "non, non, pas du tout, je suis objectif", et nous fait croire à son impartialité en menant efficacement le débat d'un cercle très restreint. De temps à autre, un expert hors du cercle est convoqué : cela permet avec douceur faire passer l'idée de l'impartialité. Un de perdu dix de retrouvés. Magnifique leçon d'embobinage: Calvi est un maître en la matière. Et ce n'est pas du "stalinisme" que de le dire.

  • #49

    Mrco (mercredi, 06 février 2013 13:20)

    SUPER

  • #50

    Chantal Dupille ('eva R-sistons') (mercredi, 13 février 2013 04:39)

    Bonjour

    Yves Calvi est le journaleux le plus dépendant qui soit, le plus communautariste ! Pensée unique ultra-libérale, etc J'ai mis en place un blog où je dénonce les propagandistes comme lui (http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/)

    Ses invités sont tous du même bord ! Et quand il y a un non-aligné, comme l'invité d'Alternatives économiques, il est terne, il parle mal, il s'auto-censure (choisi pour cela). Pas de place pour la pensée libre ! Chantal Dupille journaliste-écrivain-blogueuse (10 blogs, 4.500.000 visiteurs uniques)

  • #51

    damien (dimanche, 17 février 2013 11:55)

    je li votre site chaque jour

  • #52

    damien (dimanche, 17 février 2013 12:03)

    Blog d'une journaliste d'investigation, d'un écrivain engagée pour un monde meilleur,
    plus humain, plus vrai, plus juste, plus solidaire, plus beau. Pensée et Parole libres !
    A contre-courant, en dénonçant la Pensée officielle mensongère.merci éva http://sos-crise.over-blog.com/

  • #53

    Eb (mercredi, 20 février 2013 15:40)

    Ayant découvert votre site récemment, je tiens d'abord à vous remercier pour ces articles passionnants et cette démarche civique!

    Je doit dire cela dit que les jugements à l'égard d'Yves Calvi me paraissent presque excessifs...

    D'autres l'ont dit, les émissions de ce genre se compte, malheureusement, sur les doigts de la main. A mes yeux, Mr Calvi, si il n'est pas parfait, tente de rediriger le débat lorsque celui ci tombe dans des discours dogmatiques/idéologiques...

    Si chacun doit rester alerte et critique face aux informations - toujours plus nombreuses - que nous recevons, je ne peux que saluer l'entreprise d'Yves Calvi qui tente de donner un peu de hauteur au PAF.

    Nombreuses sont les limites qui découlent de cette entreprises mais, tt comme nous le faisons ds de nombreux domaines, ne peux ont se contenter du "bien" en attendant le "mieux"?

    N'oublions pas la logique marchande dans laquelle s'inscrivent les médias, et dont, je trouve, France5 et d'autres parviennent - dans une certaines mesures - à s'extraire...

  • #54

    nous d'abord (jeudi, 21 février 2013 12:58)

    N'y a-t-il vraiment aucun intervenant que vous dites "de gauche" qui ne serait pas mondialiste?? Douce rigolade de croire que seuls ceux de droite et du centre le sont...ben voyons.

  • #55

    arlynet@gmail.com (jeudi, 21 février 2013 13:32)

    Redevance et révérence
    Depuis une semaine, on annonçait la présence de Marc Tessier dans une émission en direct consacrée à l’usage de la redevance. Nous nous promettions de nous glisser parmi la piétaille téléphonique afin de poser la question qui nous agite depuis des semaines : combien a coûté l’achat d’Alien 4 à la télévision française ?
    Le jour dit, nous laissons donc un message dans la boîte d’Yves Calvi (sur Europe 1), pour lui demander d’interroger là-dessus son invité. Puis nous parlons à son adjoint dans les bureaux de La Cinquième, lequel note scrupuleusement notre question.
    En fin d’après-midi, Yves Calvi est à l’antenne en direct. Le premier de ses invités, qui est aussi son patron, le président de France Télévisions, le remercie chaleureusement. De quoi ? D’avoir pris l’initiative d’organiser “un débat aussi utile”.
    Visiblement, on se fiche de nous et la suite le confirme. La direction de France Télévisions joue la surprise à propos d’une émission qu’elle a organisée depuis trois semaines. L’onction du meneur de jeu frise la complaisance. Il s’agit d’offrir une tribune à la direction, pas d’interroger le public. De temps à autre, Yves Calvi fronce le sourcil mais c’est pour écarter les bonnes questions.
    La preuve : la nôtre ne sera pas posée. Il ne peut pas prétendre qu’elle soit hors sujet. Il ne peut pas dire qu’elle soit trop générale. Il ne peut pas prétexter qu’il ne l’a pas reçue à temps. Hélas, demander ce qu’a coûté l’achat d’un film à une chaîne publique, c’est comme exiger la facture d’une sculpture moderne achetée par une municipalité : c’est une faute de goût. Alors à quoi bon inviter M. Martin-Lalande, rapporteur de la commission des finances à l’Assemblée (pour l’audiovisuel), si l’on s’offre le luxe de contourner devant lui les zones opaques avec un tel cynisme ?
    On a beaucoup parlé de transparence, mais les opacités sont restées nombreuses. Or les simulacres de ce genre débouchent tôt ou tard sur un phénomène impossible à juguler : le mani pulite, l’opération mains propres. La télévision publique française s’y expose chaque jour davantage.

  • #56

    jo1934 (jeudi, 21 février 2013 13:33)

    Site très éclairant !

  • #57

    edmondmanant (jeudi, 21 février 2013 16:45)

    Excellente analyse, très bien documentée.
    Juste une remarque concernant non pas le fond de l'article,mais la forme: ne pourriez-vous pas utiliser des caractères d'imprimerie plus grands ? Il est assez difficile à lire alors que son contenu est extrêmement juste et éclairant...

  • #58

    Chantal Dupille (eva R-sistons) (dimanche, 24 février 2013 03:07)

    Bonjour

    Merci Damien.

    EB, il suffit de voir QUI sont les intervenants. Tous du même moule, même si l'étiquette diffère un peu (ex Nouvelobs représenté, mais je viens de tweeter qu'Olivennes ancien Directeur du Nouvel Obs a suscité un jour le rire de Calvi : " Personne ne défend Sarkozy autant que vous !" Et il était venu représenter la... Gauche !

    Vous avez des représentants du régime syrien, du Hezbollah, etc, pour représenter un AUTRE point de vue ? Jamais, seulement PENSEE UNIQUE. Je dis toujours : Emission de FAUX débats. Cordialement eva

  • #59

    Eb (mercredi, 27 février 2013 10:47)

    Eva,

    Je trouve que l'émission, malgré toutes ses limites, offre une alternative intéressante aux "divertissements" proposés sur les chaines concurrentes.

    Les émissions comme "28min" souffrent de leurs format, malheureusement, et n'approfondissent pas assez les sujets soulevés - pensons aussi à philosophie, un autre registre certes, mais toujours ce format court qui vient brider le contenu...

    A mes yeux, l'esprit critique et éclairé de ceux qui regardent l’émission permet de faire la part des choses.

    Prenez le changement de ton de Mr Copé lors de son passage à "C Politique", plus de "droite décomplexée" quand ce Mr à face à lui un auditoire plus instruit.

    Je ne peux que regretter le fait que si "la gauche" reste -trop- humble et honnête dans son argumentaire lors de ces émissions, se refusant de se livrer à des discours dogmatiques, les représentants "de droite", au contraire, jouent de cette réserve pour faire passer leur "pragmatisme " pour du bon sens/réalisme...

    Le "meilleur" en attendant le mieux. Je salue ces émissions et ces chaines qui tentent de ramener les individus vers la "chose politique", j'aime autant voir des gens confrontés à la "pensée unique" qu'à celle de Mme Le Pen - dont l'argumentaire est de plus en plus léché depuis l'arrivée de son second.
    Je garde espoir que ceux qui se tournent vers ce genre d'émission verront leurs intérêts grandir au fil du temps, ils comprendront ainsi l’aspect limité de cette émission et feront eux même leurs éducation. Je vois donc dans ces émissions une dynamique vertueuse plus qu'une valeur informative forte.

    Cordialement, Eb

  • #60

    Centrifugal Juicer (jeudi, 11 avril 2013 09:30)

    This is a great write-up! Thanks for sharing!

  • #61

    gerard (vendredi, 07 juin 2013 11:45)

    pourquoi ne pas inviter des personnages

    qui DIDENT des verités que nos dirigegeants ne veuleent pas entendre
    Mr ATTALI par exemple


  • #62

    mondon (vendredi, 07 juin 2013 15:05)

    je voudrais adresser mes compliments à Calvi pour deux raisons:
    ses compétences à analyser tous les sujets dans c'dans l'air,
    les débats avec ses invités d'une haute tenue grace à leur connaissance aigue sur les sujets traités.Merci

  • #63

    Clet Guilcher (lundi, 01 juillet 2013 18:01)

    excusez-moi, mais j'aimerais bien qu'un jour, quelqu'un nous raconte comment un Calvi a pu progresser dans l'inteligencia de la presse,
    à voir avec le style de son mentor Jérôme Bellay...

  • #64

    Pierrot (mercredi, 29 janvier 2014 13:54)

    Discours toujours extrêmement policés avec langue de bois . Les spécialistes invités sont très prudents. Pouvez-vous nous faire une émission pour que les Français puissent savoir combien leur coûte les immigrés,clandestins, roms et autres catégories ,ne travaillant pas et bénéficiant de tous les avantages sociaux? Prix également des forces de l'ordre envoyées pour soit disant
    maintenir ou réprimer les débordements de ces population. Arrêter la censure des questions qui
    son posées en direct pour C dans l'

  • #65

    Eric (mardi, 25 mars 2014 19:02)

    Bonjour,
    Je regarde l'émission du 25-mars sur la Crimée, où on veut nous faire croire que Poutine est un fou dangereux.
    La Russie a donné la Crimée, les Russes qui y habitent veulent y retourner. c'est bien le peuple qui est légitime. et d'ailleurs les habitants ont voté. Quand j'entends les propos des invités je suis scandalisé!! On sent la haie de l'occident qui a perdu la partie. Car je suis persuadé que ce sont les occidentaux qui ont poussé les Ukrainiens à agir pendant les jeux olympiques. Et vous avez tous pu voir le genre de gentils ukrainiens qui ont pris le pouvoir!!
    C'est tout à fait équivalent à la situation à Taiwan. L'occident a partitionné la Chine et espérait que la Chine communiste s'effondre.
    Qui oserait dire que Taiwan n’est pas chinoise. et maintenant, les dirigeants de Taiwan ont été formé au Japon et surtout aux USA. Ils ne vont pas se saborder. Comme tous les politiques ils ne vont pas proposer un référendum. Mais les Chinois de part et d'autres sauront y parvenir.
    Pour revenir à l'Ukraine, je vois que la situation a été envenimée par nos délires, comme en Lybie, en Irak, et quel résultat en Afghanistan? S'il y a des troubles e Ukraine, ce sera bien le "peuple" ukrainien qui s'entredéchire. Et tant mieux si cet évènement leur permet de construire leur propre nation. Car on ne peut pas dire que les dirigeants qu'ils ont eu, les pro occidentaux ont été honnêtes et compétents. Ils les ont mêmes virés (Ioulia Tymochenko et son gouvernement). Je plains ce peuple qui est pris dans une lutte d'influence, et nous, la France, au lieu d'avoir un peu de recul, ont suit comme des petits chiens les USA.
    je vous invite donc à regarder pour vous faire votre opinion.
    Cette émission, c'est un véritable délire, une propagande sans vergogne. En tout cas c'est mon opinion. Je vous rappelle pour conclure que les Russes ont sacrifié 20 millions des leurs, pour leur liberté, mais aussi la nôtre, et sans eux pas de débarquement américain. Ce n'est pas la faute du peuple russe s'il y a eu des dirigeants communistes, communistes si populaires en France.
    Cordialement.
    Dernière remarque: Est-ce Poutine qui est dangereux ou Hollande qui nous mène à la banqueroute.
    La critique est facile. C’est sans doute très difficile d’être honnête et même impossible d’être « objectif ». Mais là c’était plus une émission à charge, un pur parti-pris.
    Cordialement.

  • #66

    Monier Alain (jeudi, 01 mai 2014 09:37)

    Bonjour,
    Toute les critiques a l'encontre de C dans l'air et de Calvi ont ete formule et je les approuve pleinement. Moi aussi j'ai renonce a regarder cette mascarade. Les Medias sont bien malades, leur egocentrisme pathologique. Je suis vraiment attriste de dependre de tous ces irresponsabilites dont l'ultime raison et encore et toujours celle de l'argent comme moteur de la culture et de la civilisation. Alain Monier

  • #67

    claude (vendredi, 02 mai 2014 16:52)

    Bonjour,
    D'accord également sur l'idéologie suintant quotidiennement de cette émission (et dire qu'on est sur le service public...). On est typiquement dans ce que le linguiste Marc Angenot appelle "le besoin de convivialité doxique" (rapport à la doxa bien sûr); cet entre-soi d'"experts" qui, d'une certaine façon, sont convaincus de la fin de l'histoire, et produisent (construisent) sempiternellement les mêmes discours destinés à endormir le bon peuple; un petit monde dont sont évidemment exclus les hétérodoxes (les décroissants par exemple), qui sont nécessairement des illuminés qui ne peuvent susciter que le ricanement.
    Enfin, la vie continue...
    Cordialement. Claude

  • #68

    LABREURE (lundi, 22 septembre 2014 13:28)

    yves CALVI cache de moins en moins ses tendances conservatrices; il n'y a qu'à voir le Holland bashing qu'il permet dans ses émissions (sur la 5 ou sur RTL )sans contradicteurs parmi ses invités. Je regrette le journaliste qui animait (avec des experts de choix )des émissions culturelles chaque matin sur Europe 1 et que j'écoutais avec intérêt. Sûr de lui, il est entré dans le système à pieds joints et le voilà balourd. C dans l'air est devenu aussi ennuyeuse que mots croisés: les pseudos experts rabâchent pour ne rien dire mais pour se montrer! Quel gâchis!

  • #69

    Site de banque en ligne (mercredi, 08 avril 2015 12:41)

    Article intéressant , débat de commentaires beaucoup moins lol

  • #70

    psychic reading (lundi, 14 novembre 2016 11:26)

    intention

  • #71

    seks linie (lundi, 14 novembre 2016 16:49)

    najprzenikliwiej

  • #72

    sex tel (lundi, 14 novembre 2016 19:29)

    mileages

  • #73

    Liebekummer Hilfe (mardi, 15 novembre 2016 16:02)

    numerator

  • #74

    Szczegóły (mercredi, 16 novembre 2016 09:23)

    hiperpowierzchnia

  • #75

    seks pogaduszki (mercredi, 16 novembre 2016 13:50)

    hydroterapia

  • #76

    urok miłosny (jeudi, 17 novembre 2016 14:03)

    integrujący

  • #77

    anonse kobiet (jeudi, 17 novembre 2016 18:56)

    inspektorka

  • #78

    adult chat line (lundi, 21 novembre 2016 12:45)

    endgame

  • #79

    rozebrana gwiazda (vendredi, 25 novembre 2016 20:16)

    fifka

  • #80

    seks telefon (mardi, 29 novembre 2016 23:36)

    azaliowy

  • #81

    love spell (mercredi, 30 novembre 2016 23:59)

    pruszczanin