jeu.

03

nov.

2011

1 + 1 = 0

La journée commence par un bip agressif d’un engin « made in China », une émanation probable de ce que subisse ceux qui l’ont fabriqué. Déconnectée du soleil, la journée commence, toujours les mêmes gestes, toujours les mêmes idées, toujours les mêmes dossiers…

Salvador Dali
Salvador Dali

Il y a heureusement quelques variantes dans nos journées. Peut-être que ce matin j’aurai droit à une queue de poisson sur le chemin qui me mène au boulot ou peut-être qu’il y aura des travaux qui me ralentiront et me feront passer davantage de temps dans ce lieu magnifique qu’est mon véhicule.

 

Après tout je n’exagère presque pas au regard du nombre de jours que nous aurons passés dans notre véhicule rien que pour aller travailler au cours de notre vie professionnelle. Pour ma part, un tiers d’une année à compter d’une demi-heure par jour, ce qui est relativement faible par rapport à ceux qui y passent 2 heures par jour. Ceux-là y passeront environ 3 ans au cours de leur carrière professionnelle. Intéressant…

 

Continuons notre raisonnement. Beaucoup d’entre nous vivent en couple, combien de temps passez-vous avec votre conjoint ou conjointe chaque jour de travail ? Si ce ou cette dernière a un métier aussi passionnant que le vôtre, probablement 2 heures par jour autrement dit la même durée que celle passé dans votre véhicule. On comprend alors pourquoi certains hommes sont amoureux de leur voiture…

Salvador Dali
Salvador Dali

Vous allez me dire de nos jours il y a les RTT, les congés et les weekends ! Ce sont des périodes privilégiées où l’on passe autant de temps avec sa voiture qu’avec sa conjointe puisque l’une transporte l’autre. Mais aux RTT se sont greffés les hobbies qui peuvent prendre pas mal de votre temps libre. L’homme passe tant de temps à faire des choses qui ne l’intéressent pas, mais qui sont nécessaires dans notre société de consommation, qu’il profite de son temps libre pour être ce qu’il est vraiment.

 

Les RTT ont dû être inventées pour rendre supportable le travail : les RTT seraient au salarié ce que la morphine est au malade. Quand la maladie avance on augmente les doses, on achète des jours de congés, on essaie de grappiller quelques heures chaque jour tel un toxico qui n’aurait pas sa dose. Mais un jour la dose limite est atteinte alors que faire ?

 

L’allégorie de la maladie se transforme parfois en réalité. France Télécom en est l’exemple. Le salarié enfermé dans cette idéologie, qui lui est rabâchée insidieusement à longueur de journée, ne voit plus ce qui l’entoure. Il s’obstine. Il cherche à avancer dans une pénombre qui devient nuit. Et un jour, dans ce cachot, il décide d’en finir. La valeur de sa vie ne se mesure plus qu’à l’aune de ce qu’il produit.

Ernst Kirchner
Ernst Kirchner

Alors je vous le demande. Si demain je vous croise dans la rue et vous pose cette question : « à combien estimez vous votre vie ? ». La plupart d’entre vous me répondront qu’elle n’a pas de prix. Qu’attendez-vous pour rejeter ce système qui vous envoie chaque mois une estimation de ce que vous valez sur le marché. L’homme est il un produit comme les autres une denrée périssable, substituable au bon vouloir de celui qui l’emploie ?
Chaque vie devrait être une exception…

Persicaire

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    HeavenFrost (jeudi, 22 mars 2012 18:59)

    La premiere fois de ma vie que je trouve un blog interessant.

    Vraiment merci,

  • #2

    Elwyn (samedi, 21 juillet 2012)

    Very good article i just submitted your website to stumble upon and also i bookmark your website in my pc for future visit