jeu.

05

janv.

2012

Jacques Sapir chez Calvi : la mascarade

Jacques Sapir était hier soir, mercredi 4 janvier 2012, invité de l'émission C dans l'air. Face à lui, Philippe Dessertine, Jean Pierre Gaillard et Pascal Perri, fiers ambassadeurs du dogme européo-libéral, appuyés sur leur droite par l'inénarrable Yves Calvi, à la fois chef d'orchestre et premier violon de cette farce affublée du doux nom de débat. Un C dans l'air classique, somme toute, saupoudrée d'un mépris inacceptable envers la pensée divergente de Jacques Sapir dont la cohérence intellectuelle n'est égalée en sa force que par l’opportunisme idéologique des vendeurs d'austérité qui hantent habituellement les plateaux de l'émission. Résultat : une succession de reportages et de faux-débats tendant tous à prouver qu'il n'y a pas de problème avec l'euro... Puisqu'on vous le dit.

L'euro : un non débat.
 
D'abord, il n'y a pas eu débat, les invités étant comme d'habitude, à peu près d'accord sur l'essentiel : l'euro est une bonne monnaie. Alors bien sûr, il est bon selon nous de voir apparaître un économiste  hétérodoxe (et lequel) à C dans l'air, c'est toujours mieux qu'à l'accoutumée.  A moins que sa présence ne soit qu'un faire valoir de la bien pensance économique : à 1 contre 4,  le tour est joué et la minorité se transforme alors en élément folklorique.

 

 

La prestation de Jacques Sapir.

En milieu hostile, Jacques Sapir a résisté. Moins à l'aise que ses co-invités, il a tout de même pu exposer ses arguments fondamentaux sans pour autant parvenir à orienter réellement les débats sur un terrain plus politique, pourtant seul capable de justifier la remise en cause des dogmes dominants -dont les mots rigueur, réforme, et TVA sociale ne sont que des avatars au service d'une minorité toujours plus restreinte. Peu enclin à s'emporter, Jacques Sapir s'est parfois laissé prendre au piège du bon mot, du jeu médiatique dans lequel il faut savoir s'imposer et couper la parole, dès lors que les autres usent de ces procédés et ne s'en privent pas.  On retiendra malgré tout les bons moments qui suivent.

 

 

Choisis ton camp camarade.

Et puis il y eut ce que nous appellerons le problème Calvi, dont la partialité n'étonnera plus qu'un lecteur du Point. Particulièrement en forme ce soir là, cherchant du coin de l'œil l'approbation permanente de son ami Dessertine, il fit preuve d'un profond mépris pour le seul chercheur du plateau, préférant la confortable « pensée »  d'un Jean Pierre Gaillard, que 30 ans passés l'œil rivé sur le CAC n'ont pas rendu (c'est une surprise) très inventif.

 

 

Surtout, bien rester dans les clous.

Lorsqu'une pensée est à bout de souffle, elle s'arque-boute sur les quelques reliquats intellectuels qui lui semblent faire mouche auprès de l'auditoire, le nationalisme, l'égoïsme, l'autarcie, le protectionnisme...pêle-mêle afin d'être sûr qu'au moins l'un de ces arguments fallacieux fera son petit effet. « Tout de même, c'est vrai, -dira peut être un téléspectateur-, le protectionnisme, c'est l'Allemagne des années 30 (1), c'est Hitler. » . A la soupe! A la soupe!

 

 

 

 

La crise actuelle est une crise de la dette, de l'endettement des états, mais pourquoi ? Telle était pourtant la vraie question qui ne fut qu'effleurée. La réponse réside dans la faiblesse de la production en France, des salaires que la compétition internationale a définitivement transformé en un simple coût qu'il faut compresser au maximum. Répondre à la crise du capitalisme actuelle suppose un projet de société bien précis qui déterminera ensuite les solutions à apporter. La rigueur, le paiement intégrale de la dette et la soumission aux marchés financiers et à l'OMC impliquent une baisse de notre niveau de vie très importante et inacceptable selon nous. Vouloir partager plus, répétons le, s'engager pour une hausse des salaires et un regain de souveraineté populaire en revanche impliquera la reprise en main des outils économiques que sont le budget, la monnaie et les douanes. Ce clivage n'est malheureusement pas apparu clairement durant l'émission, sous couvert de débat économique d'experts ; Sapir n'est pas parvenu ou n'a pas eu le temps pour en parler. Et puisque Monsieur Calvi avait déjà décidé que la rigueur de Hollande ou de Sarkozy était déjà un acquis et une nécessité, pourquoi donc débattre. Pourquoi même aller voter ?

Frederichlist

 

Les articles pour continuer :

 

le daily mouloud canal plus infotainement  grand journal médias
La Daily Moulouz
yves calvi, c dans l'air débat critique espoir
Calvi, l'indépendant...
sortons de l'euro nikonoff livre médias monnaie
"Sortons de l'euro" Nikonoff

 

 

 

Sources :

Emission C dans l'air : mercredi 4 janvier 2012. France 5. Dsiponible en intégralité sur http://www.france5.fr/c-dans-l-air/europe/leuro-est-il-une-bonne-monnaie-35106

(1) A voir sur ce blog l'article de Trémarec sur l'Allemagne des années 30 et la politique d'austérité.

Écrire commentaire

Commentaires : 10
  • #1

    Alex (vendredi, 06 janvier 2012 11:18)

    Calvi officie sur les chaines publiques, mais c'est surtout un salarié de Lagardère( Europe1)
    C dans l'Air, une pure émission de faux débats qui baigne dans le consensus du libéralisme,
    il suffit de voir ses invités réguliers . Une émission scandaleuse de propagande .
    http://lespoir.jimdo.com/2011/10/31/calvi-l-ind%C3%A9pendant/#permalink

  • #2

    cfuruyama (vendredi, 06 janvier 2012 18:59)

    première et dernière visite.

    ""Répondre à la crise du capitalisme actuelle suppose un projet de société bien précis qui déterminera ensuite les solutions à apporter""
    TOUT (RIEN N') EST DIT; si quelqu'un est élu sur un tel programme, le dernier à quitter le territoire n'aura meme pas à éteindre la lumière, elle s'éteindra toute seule.

  • #3

    Laurent Pinsolle (vendredi, 06 janvier 2012 19:53)

    Merci pour ce papier instructif. Malgré tout, mieux vaut qu'il y ait au moins un alternatif invité... Heureusement que Sapir est là. Pour avoir débattu avec Dessertine, c'est un des pires représentants de la pensée unique néolibérale.

  • #4

    La Mettrie (samedi, 07 janvier 2012 00:04)

    Illustration pitoyable de l’éternel cauchemar des hétérodoxes dans un système néo-libéral...
    Et encore, le pauvre ami Sapir n'avait pas affaire à des papes, mais seulement à quelques lieutenants...

  • #5

    frederichlist (samedi, 07 janvier 2012 00:30)

    @cfuruyama.
    Le "projet bien précis" n'est pas détaillé dans cet article. Nous n'avons pas réponse à tout, mais à certaines questions économiques dont nous pouvons débattre; allez lire nos autres articles et nous en reparlerons.
    @Laurent Pinsolle : je suis d'accord avec vous, la présence de Sapir est une bonne chose pour la visibilité des idées qu'il,et que nous défendons. L'émission m'a pourtant laissé un goût amer. Une grande frustration.
    Manque de temps, difficulté à convaincre...
    Bien à vous.

  • #6

    OneDphoto (vendredi, 01 juin 2012 12:49)

    Appreciate your info

  • #7

    Allen (dimanche, 22 juillet 2012 15:28)

    Hi there! This post couldn�t be written much better! Reading through this article reminds me of my previous roommate! He always kept preaching about this. I most certainly will forward this post to him. Fairly certain he�ll have a good read. Thank you for sharing!

  • #8

    Juicer Review (samedi, 13 avril 2013 04:11)

    This article was in fact exactly what I was searching for!

  • #9

    Best Juicer (dimanche, 21 avril 2013 17:11)

    This post was in fact exactly what I had been looking for!

  • #10

    hub switchhttp://hubswitch.org (dimanche, 28 avril 2013 04:34)

    Thank you for sharing this unique information with us! On a side note, We bought a new hub for my residential computer network. It truly does work amazingly! Should you be looking for 1, perform a Google search.