mar.

13

mars

2012

M.E.S : l'Union Européenne poursuit son offensive contre la démocratie

non référendum europe

Schengen, le protectionnisme et les exilés fiscaux.

Depuis quelques jours le candidat Nicolas Sarkozy multiplie les attaques contre une Europe néolibérale qu'il a toujours défendue. Véritable Père Fouettard des assistés grecs miraculeusement transformé en champion du Peuple de France, il faut le voir pour le croire. Une occasion pour nous de revenir sur le récent vote au parlement français du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) voulu par notre Président qui - bien loin de protéger notre Nation du libre échange et de la finance - entérine la rigueur partout sur le continent, et prive la France de toute autonomie budgétaire pour des années. Un article de l'excellent blogueur Yohann Duval, dont nous partageons l'analyse.

La semaine dernière, l'Assemblée Nationale a adopté le Mécanisme Européen de Stabilité (MES), dans une indifférence médiatique quasiment totale. Aucun débat, aucune consultation du peuple : ni vu, ni connu, ce mécanisme, supposé régler tous les problèmes de la zone euro (comme le Fonds Européen de Stabilité Financière avant lui, avec le "succès" que l'on sait) risque pourtant de livrer davantage la France aux technocrates incapables qui l'ont menée au bord du gouffre et de contraindre notre peuple à une austérité à perpétuité.

 

Quel est le contenu de ce nouveau texte ? Sans la moindre légitimité démocratique, il impose aux nations du continent une forme de "solidarité forcée" par la création d'une sorte de FMI à l'européenne : pour donner un exemple, la France doit ainsi immédiatement injecter, "de manière irrévocable et inconditionnelle", la somme 16,3 milliards d'euros. Somme colossale à laquelle s'ajoute une garantie de plus de 140 milliards d'euros, que l'institution établie pour gérer ce monstre de papier - opaque, non élue et composée d'employés jouissant d'une totale immunité - peut prélever à sa guise sans que notre Parlement puisse y redire quoi que ce soit. Voter en faveur du MES, c'est donner le pouvoir à cette institution de réclamer de l'argent aux Français, sans qu'ils puissent s'y opposer... et la somme doit être versée dans les 7 jours, sous peine de sanctions.

 

Le pourtant très libéral Nicolas Doze, de BFM TV, nous résume de façon on ne peut plus claire les tenants et les aboutissants de cette horreur supra-nationale :

 

 

Cerise sur la gâteau : la signature du MES est liée à celle du futur traité Merkel-Sarkozy instaurant une austérité à perpétuité dans l'Union Européenne. Sans surprise, la droite sarkozyste a soutenu massivement ce projet (seuls Jacques Myard et Lionel Tardy se sont abstenus). À gauche, le Parti Socialiste a courageusement décidé de ne pas se prononcer, probablement par peur de raviver le clivage datant du référendum de 2005. Arnaud Montebourg s'est lui aussi abstenu, ce qui n'est sans doute pas la décision la plus honorable de sa carrière. Seule une vingtaine de députés socialistes ont osé braver la consigne du Parti (dont Henri Emmanuelli et Christophe Bouillon, le député de la 5ème circonscription de Seine-Maritime), accompagnant dans leur refus les amis de Jean-Luc Mélenchon et quelques non-inscrits tels que le candidat à l'élection présidentielle Nicolas Dupont-Aignan.

 

Pour les plus acharnés des euro-libéraux, comme Daniel Cohn-Bendit ou Jean Quatremer, le fait qu'une partie de la gauche n'ait pas soutenu cet horrible projet témoigne de son "hypocrisie à l'égard de l'Europe" et constitue une "bourde historique". Le député européen qui se faisait jadis appeler "Dany le rouge" nous livrait Vendredi ses états d'âme via une tribune surréaliste publiée dans Le Monde. Il y comparait le plus naturellement du monde ce vote à celui portant sur la loi Veil et le droit à l'avortement et nous livrait sa conception du futur de l'UE :

 

"La création du MES est un premier pas vers une Europe fédérale avec son propre Trésor public et un budget conséquent"


Nous savions depuis le traité de Lisbonne que les partisans de cette UE-là n'étaient pas les plus grands défenseurs de la souveraineté populaire, mais les européistes avancent désormais à visage découvert : pour instaurer cette Europe fédérale, ils sont prêts à tout, même à détruire les dernières traces de démocratie.

 

Plus que jamais, il est temps de réagir face à ces attaques et de redonner à la France sa capacité à décider par elle-même.

 

Yohann Duval

 

Le blog de Yohann Duval ici : http://duvalyohann.over-blog.fr/

que nous vous conseillons.


 

Nos articles en lien :

Présidentielle en France
Présidentielle en France
Euro ou Deutschmark
Euro ou Deutschmark
Hollande sera-t-il Blum?
Hollande sera-t-il Blum?

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Vin (mardi, 13 mars 2012 19:14)

    Un article sur le MES : http://www.blogactualite.org/2012/02/le-mecanisme-europeen-de-stabilite.html

    Un article sur la situation économique actuelle : http://www.blogactualite.org/2012/03/comprendre-la-situation-economique-en.html

    Un article sur l'origine des crises économiques actuelles :
    http://www.blogactualite.org/2012/02/lorigine-des-crises-economiques.html

  • #2

    Adam Etienne (mercredi, 14 mars 2012 09:07)

    Appel pour un référendum sur le Traité européen

    5000, 10 000; 15 000... en route vers les 20 000...et plus

    Le nouveau traité européen aura des conséquences importantes sur la vie des peuples d'Europe qui doivent donc pouvoir s'exprimer sur le sujet. Il n'est pas acceptable qu'il soit simplement soumis pour ratification au Parlement. Il faut un référendum, un grand débat, pour permettre une expression démocratique de la souveraineté populaire.

    Comme lors du référendum de 2005, montrons qu'une autre Europe est possible !

    Nous voulons encourager les multiples déclarations en ce sens.

    Avec cette pétition, contribuons à exiger un referendum, pendant la campagne présidentielle et au-delà du 6 mai.

    C’est l’heure de la démocratie et nous voulons la faire entendre.

    Signons, agissons pour être entendus !

    Déjà des milliers de personnes signent l’Appel des 200 pour un référendum.

    www.referendum-europe.org

  • #3

    baronn' (mercredi, 14 mars 2012 15:20)

    Le plus scandaleux dans tout ça, c'est vraiment l'attitude du PS qui n'a pas relayé l'affaire au motif qu'il allait s'abstenir sans avoir rien de mieux à proposer.
    Même ce brave Montebourg, la démondialisation à la carte en vérité.
    Très bon article merci.