jeu.

15

mars

2012

Pour en finir avec Christophe Barbier

barbier c dans l'air calvi mélenchon gauche

L'arrogance du petit monde des éditorialistes est sans limite.

Dans un éditorial assassin du 14 mars 2012, publié dans le journal l'Express dont il est le directeur de rédaction, Christophe Barbier n'a pas fait dans la dentelle, en titrant sans détour « Pour en finir avec Mélenchon », candidat « mi-tribun, mi-Guignol » d'une campagne qui – vous l'entendrez de la bouche de tous les néolibéraux, ne traite pas des sujets de fond ; entendez la dette, la rigueur et l'assouplissement du code du travail. Digne représentant de sa caste mondialiste et certain que la neutralité libérale et a-idéologique finira par convaincre le citoyen commun et brutal, Christophe Barbier a une fois encore montré combien penser « l'alternative » est incompatible avec la sphère médiatique traditionnelle ; combien « les partis sérieux » restent de toute évidence ceux de la conservation financière et autoritaire des gens bien placés.

« Verbe haut, idées courtes ».

Le lecteur est fixé. Jean Luc Mélenchon ne pense pas, il vomit « un mélange de folklore tribunicien, de bolchevisme light et de juste colère ». On eut préféré que l'auteur justifiât son propos par quelque exemple mais naturellement, le format éditorial ne s'y prête pas - naturellement.

Pareil à ses compères Elkabbach, Clark, ou Apathie -lisez ici l'analyse d'Acrimed- Barbier s'évertue à ridiculiser toute pensée « extrémiste », comme à la fois drôle et dangereuse ou violente, lorsque Jean Luc Mélenchon « aboie », « derrière son masque de Pitbull », et « sans grande cohérence », sans toutefois avancer de piste sérieuse d'explication autre que celle du Peuple crétin.

Journaliste faussement subversif, proche du Modem et de Mme Carla Bruni Sarkozy, l'invité phare de Monsieur Yves Calvi aime ce qui est raisonnable et bien lissé. Une parodie du film The Artist par exemple, pour nous expliquer que ni Hollande ni Sarkozy ne sont à la hauteur de l'enjeu colossal qui attend la France de demain : devenir le Royaume Uni.

 

 

S'il est une chose que l'on ne peut reprocher au candidat du Front de Gauche, c'est pourtant bien la cohérence. Un programme assumé comme idéologique, partisan du salaire maximum et de la ré-industrialisation écologique. Un programme construit en réponse aux erreurs libérales de la Gauche et de Maastricht avec lesquels il a rompu, sans jamais renier son passé de responsable au Parti socialiste. Un programme qui renouvelle une pensée de Gauche, républicaine et radicale qui n'existait plus depuis 1983, conduit par un Homme qui a beaucoup lu et appris de l'Histoire : « un intellectuel de combat » ainsi que le notait le pourtant très libéral Gaspard Koenig dans une surprenante tribune du site Atlantico : Ode à Jean Luc Mélenchon . Que l'on apprécie ou pas la verve du candidat, il nous faut débattre avant tout des idées, et de l'applicabilité des programmes. C'est bien cela votre métier. Or, il y a là beaucoup à dire...

Le SMIC à 1700€ proposé par le candidat est-il applicable et dans quelles conditions ? Et puis, quelles en seraient les conséquences ? Enquêtez Monsieur Barbier au lieu de dénoncer pêle-mêle «  trotskisme, marxisme et protecto-nationalisme  », comme si le libre échange intégral , la suprématie mondiale de la finance et du moins disant social étaient une évidence profitable à tous, et uniques garants de sociétés pacifiées, enfin libérées de leurs démons haineux.

mélenchon gauche barbier espoir europe

Pourtant, vous n'avez point toujours versé dans l'invective et le mépris. Vulgarisateur hors pair, concis, clair dans vos explications, les téléspectateurs de l'émission C dans l'air admettront sans sourciller que vous êtes intelligent et fort capable de dénouer et d'expliquer certaines des magouilles politicardes auxquelles le commun des citoyens n'a pas forcément accès en temps réel. Alors quoi? l'usure des interventions quotidiennes à la télévision ? Un Ego devenu sur-dimensionné ? Une proximité trop grande avec cette élite coupée des gens simples capables de remettre en cause l'Europe, la concurrence libre et non faussée ou encore le productivisme ? Debout Monsieur Barbier, expliquez nous s'il vous chante pourquoi le Front de Gauche ou quelque autre parti n'est pas légitime à gouverner ? Pourquoi s'il vous chante le candidat Mélenchon ne sera pas en mesure d'appliquer son programme bolchévo-protectionniste ? Comment s'il vous chante un clown arrive à rassembler 11% des intentions de vote si son directeur de campagne n'est autre que François Hollande comme vous l'avez honteusement écrit ? Car il nous chante à nous.

Évidemment, l'affaire semble pliée : tout citoyen aveugle au point de voter pour Jean Luc Mélenchon, Nicolas Dupont Aignan, Eva Joly, Corinne Lepage, Philippe Poutou, ou parfois même Marine Le Pen est un fou furieux, à l'image de ces « petits candidats » dont la légitimité est sans cesse questionnée. Comprenez Monsieur Barbier que les citoyens ordinaires attendent d'abord des solutions à une misère quotidienne ; et qu'ils cherchent des réponses raisonnables dès lors qu'elles sont proposées. Or l'austérité d'aujourd'hui, partout défendue par vous et nombre de vos confrères n'apparait pas comme solution raisonnable au gens communs.

Le Front de Gauche, l'écologie, le souverainisme ne sont pas de simples modes comme naïvement, vous feignez de le croire avec dédain.

Le printemps approche, la couleur de saison est le rouge, les idées se portent courtes et le verbe haut, voici le temps du nouveau Che. (§1)

 

Il existe d'autres réponses engagées, tout autant que vos propos, à une situation grave de crise. Le surgissement des questions de protectionnisme, de réindustrialisation ou de meilleure répartition des richesses ne font parti selon vous que d'une dérive populiste et passagère. Vous avez tord. « Il faut que tout change pour que rien ne change » disait Lampédusa ; réformer pour dire, et surtout garder sa place. Debout Monsieur Barbier ! vous aviez du talent.

Car bientôt le Peuple décidera de voter autrement que vous, et en majorité. Alors vous vous inclinerez ; car c'est le Peuple qui décide, et non vous.

 

 

Frederichlist

 

 

 

 

A lire aussi :

 

Journalistes : tous à gauche?
Journalistes : tous à gauche?
Les Chiens de garde
Les Chiens de garde
A quoi joue-t-il?
A quoi joue-t-il?

Écrire commentaire

Commentaires : 29
  • #1

    Damoiseau L'Xé (vendredi, 16 mars 2012 10:57)

    Ce Barbier devient une caricature...
    Ils sont de plus en plus nombreux dans ce cas! Ce sont les premiers à fustiger le soi-disant bas niveau de la campagne, mais ce sont les mêmes qui ne s'intéressent qu'aux petites phrases! De l'infotainment!
    Tous autant qu'ils sont, pas foutus de pousser les candidats comme Sarko ou mlp à répondre vraiment aux questions. Ces politiques leur servent de la langue de bois et de la posture à tout-va pour masquer le vide abyssal de leurs programmes, et eux, ces "journalistes" ou "éditorialistes" avalent ça avec le sourire...
    Quant aux "petits candidats", dont certains ont de vrais projets, ils sont raillés par cette bande d'incapables.
    Aucune analyse de fond, le journalisme meurt à petit feu..

  • #2

    Jipépak (vendredi, 16 mars 2012 16:07)

    l'invité phare de Monsieur Yves Calvi lui n'est pas un demi-guignol mais un vrai guignol ou plus simplement "un minable chien de garde" qui s'énerve car il sent monter le vent de l’insurrection !

  • #3

    Xavier B. (vendredi, 16 mars 2012 16:12)

    Merci, Frederichlist, de votre réponse à l'éditorial haineux de Christophe Barbier !

    Ce type (Christophe Barbier)se permet de nauséabondes attaques ad hominem dans le magazine qu'il dirige, dignes de "Minute" (ce qui devrait donner des hauts le coeur à tout journaliste ou étudiant de journalisme avec un mimimum de conscience professionnelle). Par là même, il nous dégage donc de l'obligation de respect et de politesse à son égard (puisque lui-même ne les a pas eues).

    Ce singe pouilleux affublé d'une gueule de crétin (Christophe Barbier, donc) aura beau caqueter partout ses gloussements de perroquet sous LSD que sa bave de mongolien accro au Viagra continuera a faire tâche (et quelle tâche !) dans les dîners de ses amis du mercredi soir (ah, comme c'est marrant de se payer la tête de l'intéllo de service !).

    Personnellement, je savoure l'image de ce singe pouilleux affublé d'une gueule de crétin (Christophe Barbier, donc ; à qui le Front de Gauche lui produit un très fort effort laxatif) juché sur son wc, la gueule rouge comme une tomate et les boyaux tordus de rage, en train de chercher au fond de lui-même ce qu'il a de meilleur pour nous pondre son délire, sa bave vénimeuse tombant sans relâche sur le dépositaire ô combien ingrat de sa surconsommation de Viagra.

  • #4

    Le Cerf (vendredi, 16 mars 2012 17:48)

    Il est dommage que l'analyse que vous présentez tombe exactement dans le travers reproché à Ch Barbier, notamment le fait d'enquêter, afin de savoir de quoi on parle, éventuellement afin de critiquer.

    La tribune de Ch Barbier fait suite à la mise en demeure par JL Mélenchon à Th Ardisson, quelques heures avant de venir sur un plateau télé dont il connaissait parfaitement le dispositif, de n'avoir sur le plateau ni Ch Barbier, ni J Quatremer pour le questionner ou lui apporter la contradiction, donc faire le métier que vous leur reprochez de na pas faire.

    Th Ardisson a dû se soumettre à l'exigence et trouver au pied lever deux autres journalistes pour ne pas avoir à annuler l'émission.

    Car outre l'attitude plus que questionnable de JLM vis-à-vis de journalistes qu'il a le droit de ne pas apprécier par ailleurs, il est d'autant plus scandaleux qu'il sait que le producteur de l'émission de Th Ardisson est tenu par contrats de tourner et livrer dans des délais stricts l'émission à laquelle il avait accepté initialement de participer. Prise en otage ? chantage ? quel que soit le qualificatif que vous lui apposerez, cette attitude est abjecte et explique la plume acide de Ch Barbier dans son éditorial. Mais pour le coup, les qualificatifs choisis par l'éditorialiste, rappelant des pratiques historiques connues, semblent parfaitement appropriés à la situation.

    Enfin, pour ma part, je n'ai pas le souvenir que M Barbier se soit répandu sur d'autres candidats que vous joignez par amalgame à votre analyse, et, surtout, je vous invite à réfléchir aux pratiques d'un président qui se comporte de la sorte alors qu'il n'est que candidat. Parlons-nous des mêmes espoirs de démocratie ?

  • #5

    Stella Star (samedi, 17 mars 2012 00:29)

    Que dire, alors, de ceci :

    http://tempsreel.nouvelobs.com/le-coup-de-sang-de-serge-raffy/20120316.OBS3929/melenchon-piege-a-c.html

  • #6

    GABRIELA (samedi, 17 mars 2012 05:21)

    Le Cerf: D'abord Adrisson lui même n'a pas dit un mot, pas contredit non plus, mais il reste muet, pour quoi? on ne sait pas, (tout ça c'est raconté par Quatrrmer lui même, donc, l’intéressé, donc, pas vraiment très objectif) mais je crois qu'il estime Mélenchon et que quelque chose a dû se passer dont on ne sait pas grand chose puisque la seule seul cloche c'est celle déjà mentionné. Si ce pour enquêter, vous n'allez pas très loin non plus si vous vous contentez que de l'argument d'une part. Mais encore, quelque soit le problème d'origine, rien ne mérite un traitement pareil. Mais encore parler de chantage, on pourrait aussi le voir comme une négociation. Mélenchon construit un rapport de force dont lui a la position de pouvoir, il a un but et il parvienne à l'accomplir. C'est comme cela qu'on fait de la politique depuis le temps de Solon, et c'est une petite démonstration de comment Mélenchon va négocier avec les ennemis de l’intérêt général dont Barbier.

  • #7

    Damoiseau L'Xé (samedi, 17 mars 2012 17:41)

    @Le Cerf
    J'aime bien les gens comme toi qui s'indignent pour la pauvre prod' d'une émission de télé (et pas d'une petite chaîne!), et qui trouvent toujours le moyen de défendre les vrais et grands journalistes... Avec des gens comme toi, l'infotainment et les analyses de bas niveau, s'arrêtant à la surface et sans fond, ont de beaux jours devant eux...

  • #8

    reflex (lundi, 19 mars 2012 02:36)

    le comte de bourbié naphtaline'''''artilleur fantassin éditocrassepouille '''bourbié''calvi''sniper de la branlette intellectuelle libérale sont largement graissé pour faire leur sale est répugnante besogne ''''''toute c'est éminences grises qui léche avec dévouement est délicatesse le cul libérale se chie dessus ''''''une seule réponse'''''''le déodorant FDG

  • #9

    Damoiseau L'W (mardi, 20 mars 2012 10:18)

    @Le Cerf
    D'ailleurs, Ardisson et la prod' ont tellement été offusqués et outragés qu'ils ont invité le directeur de campagne de Mélenchon la semaine suivante... Vaste blague!

  • #10

    Ecoeuré (mardi, 20 mars 2012 14:18)

    Ecoeuré par ses speudo journalistes, politologues qui gravitent depuis près de 30 ans dans les médias. Tous ces séides de l'oligarchie financière, ces esprits serviles tels que Barbier, ami personnel de Sarkosy, qui il n'y a pas si longtemps encore, faisait du théatre de ville dans les beaux quartiers avec son ami Couroie...Qui se ressemble s'assemble !

  • #11

    Edmond A-bout (jeudi, 22 mars 2012 10:01)

    Vos textes sont très intéressants et changent de ceux que l'on peut lire habituellement, ils offrent un décryptage fort utile en ces temps de médias abondants et souvent confondants.
    Par contre, la petite dimension de caractères d'imprimerie m'oblige souvent à arrêter la lecture ou au minimum à l'interrompre.
    Je ne dois pas être le seul dans ce cas.
    Pourriez-vous svp, arranger cette affaire.

    Merci.

  • #12

    L'Espoir (jeudi, 22 mars 2012 11:26)

    Bonjour Edmond A-bout,
    C'est un problème effectivement. La taille de la police n'est pas réglable sur ce site, nous nous en excusons. En revanche, il est possible sur votre ordinateur de zoomer sur l'écran en maintenant la touche CTRL enfoncée tout en appuyant sur le + autant de fois que nécessaire.
    Cordialement.

  • #13

    Lacor (vendredi, 23 mars 2012 15:48)

    Pris de panique Barbier !

  • #14

    Maximilien11 (samedi, 24 mars 2012 11:48)

    Quand j'écoute Barbier parler je me demande s'il est vraiment journaliste et quand j'entends Jean-Michel Aphatie nous débiter un ramassis de conneries sur l’économie je comprends que la presse se casse la gueule car plus personne ne croit ces rigolos qui ne font que répéter bêtement les idioties que leur racontent les politiciens et les économistes afin de lobotomiser un peu plus chaque jour le peuple.

  • #15

    vert écarlate (mercredi, 18 avril 2012 14:42)

    ceux qui désirent connaître le point de vue de Quattremer sur Mélenchon et la tout ce qui n'est pas pensée néo-libérale consensuelle (mais de "gauche") peuvent faire un tour sur son blog à Libé "Coulisses de Bruxelles". C'est édifiant. Et @ Edmonde à Bout (et les autres)pour augmenter la taille d'un texte sur PC appuyer simultanément sur ctrl et + sur votre clavier (et ctrl - pour réduire)

  • #16

    Lemoine Christophe (vendredi, 20 avril 2012 18:28)

    Voilà un article bien structuré, dénonciateur avec arguments précis, lucide & de plus ouvert sur toute l'opposition (droite ou gauche). Une info politique autre que bobo & technocrate, ou pré-retraité fatigué allumant le poste sur TF1 ou ouvrant le Parisien, est donc encore possible. Mais pour l'électorat? Ben on verra dimanche. Et pour les candidats? Ben on verra après.

  • #17

    comete (mercredi, 09 mai 2012 09:55)

    pitié avec barbier qui n a rien d un journaliste, toujours sur de lui arrogant tres imbu de sa personne

  • #18

    chambord (mardi, 15 mai 2012 12:28)

    Mélanchon est un pur escroc suffit de le voir sur Youtube raconter des énormités et jouer les grands orateurs à la tribune du "grand orient" !
    Faites "Melanchon escroquerie " et vous verrez lz gaillard. Mme Lepen ne lui arrive pas à la cheville.

  • #19

    fouloas (jeudi, 01 novembre 2012)


    Avec son air ridicule d'ado attardé enrubanné de rouge, ce Barbier n'a pas pu trouver d'autre emploi que comme curé pour le diocèse néolibéral , qui déblatère sa prêche sur tous les médias asservis; ce curé à l'égo surdimensionné, pratique le narcissisme auto suffisant:en résumé un insignifiant ridicule.

  • #20

    JS (vendredi, 23 novembre 2012 10:38)

    Mélenchon...ou le visage de la haine et de la jalousie..

  • #21

    André LeNoir (jeudi, 13 décembre 2012 13:46)

    Le surnom de Barbier dans les milieux de la presse :

    " Le Barbier de Servile "...

  • #22

    Grifouniou (vendredi, 28 décembre 2012 11:29)

    Article intéressant s'il en est, mais hélas trop vindicatif à mon goût pour refléter une réalité médiatique contenue.

  • #23

    sine (jeudi, 14 février 2013 15:36)

    C'est vraiment une grosse merde ce Barbier...il fait partie de ce noyau corrompu à la botte du pouvoir économique et financier

  • #24

    Hann (dimanche, 14 juillet 2013 07:07)

    Le vrai dilemme serait d'avoir a choisir,
    entre Barbier le dédaigneux et Mélenchon le dictateur ...
    Longue vie à Chouard !

  • #25

    Portlions (mercredi, 21 août 2013 16:25)

    Bon article merci de nous faire part de votre point de vue.

  • #26

    claude (lundi, 05 mai 2014 22:18)

    Barbier encore et encore et encore! ....
    Aujourd'hui sur C dans l'air (évidemment) et quelques minutes plus tard dans le Grand Journal...
    Là, ça devient carrément de la provocation, on ne sait même plus s'il faut en rire ou en pleurer !...
    Par ailleurs , à noter cette curieuse manie depuis quelque temps chez ceux qui sont accusés de propager la pensée unique de retourner la critique à l'envoyeur, genre "c'est c'ui qui dit qui est". (Entendu notamment dans la bouche de gens comme Fourest ou E. Cohen).
    Ben voyons ...

  • #27

    Auxi (jeudi, 19 juin 2014 22:20)

    Vous connaissez le surnom de l'animal ? Le Barbier de servile…

  • #28

    mly (lundi, 29 septembre 2014 09:14)

    Gros con avec ton écharpe socialiste de merde enleve ta merde et calme tas joie sur le FN ok

  • #29

    paulet (lundi, 09 février 2015 06:54)

    bonjour votre haine du fn vous empeche de faire une analyse juste dommage