jeu.

05

avril

2012

OGM: la dictature des multinationales agricoles

Le 18 mars dernier le gouvernement français a pris un arrêté contre la mise en culture de l'OGM de maïs « MON810 » produit par Monsanto, le leader mondial de l'agrochimie. Cette décision a fait grincer les dents de l’association générale des producteurs de maïs (AGPM) qui critique la « distorsion de concurrence entre producteurs de maïs français et certains de leurs voisins européens (espagnols et portugais notamment) et plus largement des pays tiers qui ont accès aux maïs OGM ».

Depuis les actions menées par José Bové qui ont sensibilisé l'opinion publique à cette problématique, la question des OGM continue donc de diviser. Sont-ils bénéfiques à l’Homme ? Quel est leur impact sur notre environnement ? La résistance de la France met-elle en péril son agriculture ?

 

Ces questions sont d'autant plus importantes que les OGM connaissent actuellement un développement exponentiel. Les surfaces cultivées en OGM dans le monde ont progressé de 10% entre 2009 et 20101. En 15 ans, elles ont été multipliées par 87 et certains experts2 prévoient une adoption par 40 nouveaux pays d’ici 2015. Un tel développement des OGM tendrait à montrer qu'il s'agit de la solution attendue par les agriculteurs du monde entier, mais ces chiffres cachent une autre réalité.


La principale voie de développement des OGM est celle de la résistance aux herbicides3. Ces produits ont permis à Monsanto d'envahir le marché états-unien puis argentin avant de conquérir le Brésil, en 2003, au travers des cultures de soja, de coton et de maïs. Au-delà de la pratique destructive de la monoculture sur les terres et de l’impact sur la forêt amazonienne, une modification du patrimoine génétique des herbes sauvages a été observée. Ainsi le voisinage des OGM a rendu une plante sauvage comme l'adventice nettement plus résistante aux désherbants. Ce constat est irréfutable. Monsanto l'a reconnu en mettant en place un système de prime pour prendre en charge le sur-coût lié à l’épandage d’herbicide supplémentaire. Le raisonnement tenu par cette firme est particulièrement choquant: nos produits ont rendu les mauvaises herbes plus résistantes, il nous faut donc prendre en charge le surplus d’herbicide nécessaire aux agriculteurs pour les éliminer. Vive l'écologie et le développement durable puisqu'un cercle vicieux est ainsi créé où l'utilisation de produits chimiques ne peut aller qu'en s'accroissant.

 

Au niveau mondial, on observe l'apparition de facteurs de résistance dans tous les pays où ces produits sont commercialisés4 (Etats-Unis, Australie, Brésil, Argentine, autres pays d'Amérique du Sud…). Economiquement ce mode de fonctionnement bénéficie doublement à Monsanto qui vend à la fois l’OGM et l’herbicide alors que les exploitants agricoles se retrouvent piégés.

 

En effet, en théorie l'achat de ces OGM était intéressant en raison d'un coût inférieur à celui des autres traitements. Le prix d’achat des OGM, supérieur d'environ 100€ aux semences traditionnelles, devait être compensé par l’économie réalisée en terme de traitements. En réalité les utilisations répétées d'herbicide provoquent une explosion des coûts au profit de Monsanto et au détriment des agriculteurs.

 

Le deuxième avantage théorique procuré par les OGM5 devait être la résistance aux insectes par la production d’une protéine toxique pour ces derniers. La protéine était, avant les OGM, épandue sur les cultures. Cette technique était intéressante d’un point de vue environnemental puisque la substance, très fragile aux UV, se dégradait vite au soleil. Le problème avec les OGM est que le gène se retrouve partout y compris dans le pollen, ce qui engendre la contamination des plantes sauvages qui vont produire à leur tour l’insecticide. L’impact sur les écosystèmes est alors dramatique. De plus, cet insecticide est nocif pour des insectes dit « amis des cultures » car se nourrissant des « nuisibles ». Le comble est que les insectes visés deviennent résistants à l’insecticide.

 

Le prix de la semence « OGM » est naturellement bien plus élevée que la semence « classique ». Plusieurs sociétés commercialisent ce produit dont Monsanto se taille la part du lion (75% du marché des OGM BT en Inde) grâce à des méthodes identiques à celles évoquées précédemment. Encore une fois Monsanto a sa solution face aux problèmes de résistance puisqu'il propose aux agriculteurs d’acheter la nouvelle génération d’OGM BT considérée comme plus efficace. Et aux prochaines résistances, la 3e génération d’OGM BT ? Voilà un plan commercial redoutable ! L’Inde a réagi en annonçant la suspension de la culture d’aubergine BT sur son territoire sans toutefois la généraliser à l'ensemble des OGM BT.


Mais au delà de ces considérations environnementales, des risques d’allergies, de toxicité et de résistance aux antibiotiques ont été constatés pour les êtres humains. Par exemple le fait d'extraire du matériel génétique de la noix du Brésil pour l’introduire dans le soja a pour conséquence de rendre ce dernier allergène. Or dans l’industrie alimentaire une plante classée allergène n’est pas contrôlée de la même manière qu'une plante non allergène, ce qui peut avoir des conséquences graves si un produit à base d’un tel soja OGM est consommé par une personne allergique.

Concernant la toxicité, les modifications génétiques peuvent engendrer la production de protéines qui n’étaient pas générées par la plante de base ou dérégler la production de protéine existante. Ainsi des substances peuvent devenir toxiques pour l’Homme par accumulation de ces protéines dans la plante6.


Afin de transmettre de manière optimale le gène recherché à la culture, des gènes dit marqueurs sont introduits simultanément. Une cellule traitée sur un million intègre le nouveau gène, il faut donc pouvoir la repérer. Le problème est que ces gènes marqueurs confèrent une résistance à certains antibiotiques. Ainsi le maïs BT contenait un gène de résistance à un antibiotique comme l’ampicilline. Le transfert de ces gènes de résistance à des non OGM pourrait alors être très problématique pour l’homme même si aujourd’hui de nouveaux gènes marqueurs sont recherchés (fluorescence).

 

Le bilan des OGM est lourd puisqu'ils provoquent de multiples mutations environnementales qui contraignent les agriculteurs à s'engager dans une course folle dans leur lutte face aux plantes sauvages et aux insectes. L'utilisation de produits toujours plus puissants et toujours plus nocifs pour les écosystèmes s'apparente à une vision court-termiste dont il convient de s'éloigner au plus vite. Les risques générés par les OGM en termes d'allergies, de toxicité et de résistance aux allergies militent en faveur d'un abandon ou d'une utilisation limitée de ces produits.

Malheureusement, cette vision ne correspond pas à la vision néo-libérale et libre-échangiste qui favorise l'expansion de ces produits afin d'assurer l'expansion de firmes multinationales agricoles. L'Afrique est la nouvelle terre d’expérimentation des biotechnologies. Sous couvert d’aide au développement par la fondation Bill Gates ou le soutien à la recherche via des laboratoires financés par Monsanto, les OGM gagnent encore du terrain grâce à un système où les semences, parfois distribuées gratuitement aux exploitants, rendent peu à peu de nouveaux agriculteurs dépendants.

 

Persicaire

 

 


1 Selon l’ISAAA ( International service for the acquisition of agri-biotech application)

2 James Clive, président fondateur de l’Isaaa

3 Après avoir commencé à commercialiser le Roundup (herbicide non sélectif donc total, à base de glyphosate) en 1975, Monsanto a commercialisé en 1995 des OGM résistant à ce même herbicide nommé les OGM RR (Roundup Ready)

4OGM RR

5 OGM BT pour Bacillus thuringiensi nom de la bactérie depuis laquelle on a extrait le gène transmis aux cultures

6 Par exemple, pour résister au glyphosate les OGM RR produisent un acide qui s’accumule dans les lipides des plantes modifiées.

Misère des villes, misère des champs
Misère des villes, misère des champs
Les biocarburants
Les biocarburants
L'identité protectionniste de la France
L'identité protectionniste de la France

Écrire commentaire

Commentaires : 32
  • #1

    Lila (lundi, 09 avril 2012 16:04)

    Quel article partisan! “Le problème avec les OGM est que le gène se retrouve partout y compris dans le pollen, ce qui engendre la contamination des plantes sauvages qui vont produire à leur tour l’insecticide. L’impact sur les écosystèmes est alors dramatique.” Une fois de plus vous mélangez tout, cet argument ne tient pas, de quelles plantes sauvages parlez-vous? du maïs et soja sauvage d’Europe? Pour mémoire il n’y a pas de maïs ou soja à l’état sauvage en Europe.
    Il faudrait aussi préciser que le MON810 est un maïs uniquement destiné à l’alimentation animal, vous ne le trouverez pas dans votre assiette!
    Svp un peu d’objectivité pour faire avancer le débat pour ou contre. Merci

  • #2

    Persicaire (lundi, 09 avril 2012 20:57)

    Bonjour
    avant de qualifier cet article de partisan je vous conseille: https://www.roundupreadyplus.com/Agronomics/Pages/How-Glyphosate-Resistance-Develops.aspx
    Site où Monsanto explique le phénomène de resistance (c'est donc qu'il le constate)
    Concernant les hybridations OGM / adventice je citerais l'exemple du colza OGM: hybridation constaté avec des individus de la même famille les brassicacés (croisement avec la ravenelle ou la montarde des champs). Bien évidemment il n'y a pas de maïs sauvage en Europe puisqu'il s'agit d'une plante originaire d'Amérique du Sud. Il peut par contre existait des croisements intervariétaux. Lorsque l'on parle d'OGM essayez de voir au de-là de l'Europe, au de-là du soja et du maïs. De plus, renseignez vous sur la sélection involontaire, des traitements répétés au glyphosate (par exemple) favorise l'apparition de plantes résistantes car au sein d'une même espèce il existe de légères variations génétiques propices à l'évolution de l'individu.
    MON810 est un OGM de la famille des Bt il existe aussi l'aubergine Bt qui est consommée par l'homme. Ces Bt produisent une toxine la protéine Cry1Ab qui est un insecticide non sélectif. Au de la de l'interrogation qu'on peut avoir sur la concentration dans les tissu de cet insecticide, des études démontrent son effet néfaste sur d'autres insectes non "nuisible" et notamment sur l'abeille.
    svp avant de critiquer mon objectivité creusez les domaines du génie génétique et de l'agronomie.
    Merci

  • #3

    Lila (lundi, 09 avril 2012 21:10)

    Je repete il n'y a pas de mais sauvage en europe donc cet article n'est pas objectif pour l'europe et la france ou le MON810 est interdit sur des bases non scientifiques. Je ne parle pas de colza. Soyez scientifiquement objectif.

  • #4

    Lila (lundi, 09 avril 2012 21:53)

    Quant a l'effet negatif du Cry1Ab sur les abeilles je serais interessé par vos references. Merci

  • #5

    Persicaire (mardi, 10 avril 2012 19:25)

    "Un effet sur le comportement a d’ores et déjà été observé par l’équipe du Pr. Ramirez-Romero qui a décrit une diminution des activités de butinage après exposition au maïs Mon810". Ramirez-Romero, R. et al., « Effects of Cry1Ab protoxin, deltamethrin and imidacloprid on the foraging activity and the learning performances of the honeybee Apis mellifera, a comparative approach. », Apidologie 36(4) : 601- 611

  • #6

    Persicaire (mardi, 10 avril 2012 19:32)

    Je suis scientifiquement objectif, mon article ne vise pas particulièrement le MON810. Il s'agit d'un article plus général sur les OGM et ceux qui les produisent. Je ne parle de MON 810 que dans l'introduction, N'en faites pas votre cheval de bataille...

  • #7

    Damoiseau L'Xé (mardi, 10 avril 2012 23:02)

    Lila, depuis combien de temps es-tu VRP pour Monsanto?
    Ce sont plutôt tes commentaires qui fleurent bon la malhonnêteté intellectuelle!
    Je doute que ton lobbying ne dupe qui que ce soit ici..

  • #8

    Lila (mercredi, 11 avril 2012 10:00)

    VRP de personne juste un citoyen qui s’interroge sur ces nouvelles technologies et qui souhaite débattre et comprendre tout simplement.
    Mais parce que je viens avec des arguments différents des votres vous me traitez de VRP et parlez de « mon lobbying » pour me faire taire. Donc je ne n’ai pas le droit de m’interroger? Juste accepter tout ce qui est écrit ici ?

  • #9

    Lila (mercredi, 11 avril 2012 12:27)

    @Persicaire J'ai lu l'article auquel vous faite référence. A propos des effets de Cry1Ab sur les abeilles voici la conclusion de l'auteur: Le nourrissement au sirop à la Cry1Ab n’a eu aucun effet sur la mortalité (Tab. I) ou la consommation de sirop (Tab. II) ni sur les capacités d’apprentissage olfactif. Par contre l’activité moyenne de butinage pendant et après le traitement s’est vue réduite(Fig.1). Donc bien loin des effets nocifs dont vous parlez.

  • #10

    Persicaire (mercredi, 11 avril 2012 17:40)

    j'ai écrit :
    "Un effet sur le comportement a d’ores et déjà été observé par l’équipe du Pr. Ramirez-Romero qui a décrit une diminution des activités de butinage après exposition au maïs Mon810"
    vous avez relevé: " Par contre l’activité moyenne de butinage pendant et après le traitement s’est vue réduite(Fig.1). " Ce n'est pas la même chose ? Svp @Lila, vous avez tout à fait le droit de vous interroger, ce qui reste d'ailleurs un comportement trop rare, mais si vous considérez mon texte trop orienté ou même "partisan" laissez moi pensez la même chose de vos remarques. Vous avez une opinion.Tout comme moi, des citoyens partagent mon avis, d'autre le votre... Je pense que @Damoiseau L'Xé cherche lui aussi l'objectivité et a utilisé ces termes en réponse à l'intonation de votre premier commentaire.

  • #11

    Lila (mercredi, 11 avril 2012 18:06)

    Nous sommes d'accord, il y a débat avec des arguments de part et d'autre. Quand a Damoiseau L’Xé je ne vois pas d’objectivité dans son propos et aucun argument développé. Juste une volée d’insulte me traitant de malhonnête et de VRP Monsanto. J’ai une tête dans laquelle se si
    tue une masse grise qui s’appelle un cerveau et quand je ne suis pas d’accord j’expose mon raisonnement.

  • #12

    Damoiseau L'Xé (mercredi, 11 avril 2012 20:38)

    C'est "Quant à" et non "Quand a"...

  • #13

    Lila (mercredi, 11 avril 2012 21:50)

    Et à part ça?

  • #14

    Benjamin (vendredi, 13 avril 2012 14:02)

    Simple commentaire de felicitations a l'auteur pour un article clair et bien documente.

  • #15

    Dumm (lundi, 16 avril 2012 01:24)

    Excellent article.

    Dans les commentaires, ce Lila m'a interpellé.
    Je confirme, VRP de Monsanto et Lobbying actif.
    Navré, je ne voit pas d'insultes de l'auteur, ni d'autres commentaires de Lila dans un précédent post.

  • #16

    Le Souverain (mardi, 17 avril 2012 11:53)

    J'ajouterai que la question de la non rotation des cultures va bien au delà d'un simple dommage collatéral pour les sols. En Argentine où plus de 50% des terres agricoles sont dédiées au soja, dont 98% est exporté, il ne poussera bientôt plus rien d'autre que du soja OGM, d'où une spécialisation agricole forcée, en plus des arguments économiques très bien décrits ici.
    La division internationale de l'agriculture est un fléau. Le fait que nous importions du soja alors même que l'Europe en interdit la culture est d'une grande hypocrisie.
    Reste ouverte me semble-t-il la question relative aux OGM capables de se passer de certaines quantités de ressources, l'eau étant le plus marquant. Simple lubie scientiste ou réel potentiel? Où en est-on? Quelqu'un a-t-il des informations?

  • #17

    Lila (mardi, 17 avril 2012 21:14)

    La liberté c'est pouvoir défendre ce que je ne pense pas , même dans un régime ou un monde que j'approuve. C'est pouvoir donner raison à l'adversaire. Albert Camus

  • #18

    Persicaire (jeudi, 19 avril 2012 18:26)

    Pour répondre au commentaire de @Le Souverain. Il y a débat sur les OGM permettant d'obtenir un "produit final" amélioré. Pourquoi ? Par exemple, Ajay Garg et Ray Wu (biologiste moléculaire) ont travaillé sur la variété Indica du riz en intégrant à son génome un gène codant pour un sucre Thréalose (pour simplifier). Ce sucre permet aux organismes de résister à certains stress environementaux (salinité, sécheresse, froid).http://www.news.cornell.edu/releases/Nov02/trehalose_stress.hrs.html
    Il existe d'autre exemple, comme le golden rice qui produit de la vitamine A. Le problème est encore la productivité. Car ces OGM ont souvent des rendements plus faibles alors que le coût de la semance serait nettement supérieur. De plus, la valeur nutritive globale de la plante est parfois plus faible. Il y a une alternative à l'OGM: la sélection. Plusieurs scientifique travaillent à la sélection de plants non OGM qui résisteraient la sécheresse ou encore à la salinité (Australie, Philippines). La nature est bien faite elle s'adapte à son environnement ( une petite pointe de Darwinisme !)

  • #19

    Lila (jeudi, 19 avril 2012 21:16)

    Probablement du mais et du coton OGM résistants à la sécheresse dans quelques années.
    Un résumé sur le golden rice plus riche en précurseur de la vitamine A sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Riz_doré

  • #20

    Cheap Gucci Bags (vendredi, 07 septembre 2012 02:37)


    Remember, the brick walls are there for a reason. The brick walls are not there to keep us out. The brick walls are there to give us a chance to show how badly we want someting. Because the brick walls are there to stop the people who don't want it badly enough. They're there to stop the other people. dcyh000060907

  • #21

    Steph (jeudi, 20 septembre 2012 09:37)

    A Lila: vous écrivez dans l'une de vos premières réponses: Il faudrait aussi préciser que le MON810 est un maïs uniquement destiné à l’alimentation animal, vous ne le trouverez pas dans votre assiette!
    Pas besoin de réfléchir très longtemps pour comprendre que l'animal va finir dans votre assiette justement, viande, lait, oeufs et donc tous les produits transformés qui en découlent. A moins que vous considériez que l'alimentation de l'animal ne se retrouve pas dans son organisme...

  • #22

    Moise (vendredi, 21 septembre 2012 16:24)

    Bonne appétit

  • #23

    Loupiote (dimanche, 23 septembre 2012 14:52)

    En plus de se retrouver dans nos assiettes par le biais de la viande animale, les OGM ont la facheuse tendance de se mélanger a des cultures a priori non-GM, ce qui pose de gros problemes de tracabilité. L'un des gros problemes des OGM, c'est qu'ils contaminent cultures et plantes sauvages (personne ne parle de mais sauvage en Europe...) et modifient les ecosystemes de facon irréversible, et sans que l'on puisse exercer de controle sur ces changements. Or, nous n'avons pas assez de recul sur les effets possibles des OGM, sur notre santé entre autres choses, pour prendre ce genre de risques, puisqu'il n'y a pas de retour possible. D'ailleurs, sachant que c'est Monsanto qui produisait l'Agent Orange utilisé par les USA au Viet Nam pour tuer la végétation et débusquer les Viets dans les années 60-70, et que ce poison a entrainé (et il me semble, continue de le faire) un tres grand nombre de malformations abominables et de maladies chez les enfants nés de parents nourris par les cultures de ces sols contaminés, je ne comprends pas comment on peut envisager de laisser une entreprise comme Monsanto approcher notre alimentation...

  • #24

    Fenêtre PVC (lundi, 24 septembre 2012 15:42)

    Bon app

  • #25

    rice (mardi, 25 septembre 2012)

    Ce qu'il y a de bien avec ces commentaires, c'est que l'on ne sait JAMAIS s'il s'agit de simples citoyens curieux, ou d'officines spécialisées dans du lobbying "pour" ou "contre"... Par contre, il est certain que le "progrès" qu'il soit ici, ou dans les produits bancaires "dérivés", n'a toujours qu'un seul et unique objectif (inavoué) : faire du fric. L'alibi qui voudrait que cela soit bon pour la planète, pour la santé humaine, pour la lutte contre la malnutrition, etc, etc, etc je dupe plus personne. Dommage que la collusion entre le politique et l'économique se fasse sur le dos des citoyens depuis Minamata, l'agent orange (tiens déjà Monsanto), le talc Morhange, l'ESB, et autres facéties technologiques que les apprentis sorciers à la solde de Wall Street maitrisent de plus en plus mal, tant "le temps c'est de l'argent" et les tests c'est trop long....

  • #26

    Shaolignes (mardi, 25 septembre 2012 17:23)

    Amiante...Médiator
    Les combattre a été un long processus avec " des dommages collatéraux " : il en sera de même pour les OGM ; on ne changera pas la nature de l'homme avec des prédateurs cupides et sans scrupules et heureusement des personnes courageuses pour les combattre quand il s'agit d'empoisonnement de l'humanité.

  • #27

    les lobbys sont la alors... (mercredi, 26 septembre 2012 15:04)

    Lila elle bosse pour Mosantos non ? al

  • #28

    Lila (vendredi, 02 novembre 2012 00:17)

    Dans la société actuelle il y a les bons (les anti OGM) et les méchants, (tous les autres), émettre la moindre critique ou même une simple remarque sur les actions des premiers classe obligatoirement dans la seconde catégorie.

    Je ne suis pas sûr que le débat public y gagne…..

  • #29

    Hugo Camargo Rocha (du Brèsil) (jeudi, 13 décembre 2012 16:14)

    Vous, les français, vous êtes heureux de vivre dans un pays qui résiste aux OGM. Vous ne pouvez pas imaginer ce qui se passe par ici, en Amérique du Sud, au sujet des OGM agricoles.

    Dans mon pays (Brèsil), on approuve toute sorte de OGM sur la seule foi des études, désirs et conclusions produites par les mêmes entreprises qui fabriquent les OGMs. Les divers types de maïs GM sont donc libérés, cultivés et consommés partout sans aucune connaissance ni controle sanitaire fiable, contaminant ou remplaçant progressivement les plantations de maïs non-GM. La perte ou la contamination génétique de nos centaines de varietés locales de maïs devient donc un fait irréversible pour toujours. Le gouvernnement impose au peuple une véritable dictature des multinationales e du agrobusiness, dont la mentalité avouée est « Cela n’est pas à manger, c’est à vendre ».

    Quant un médicament dûment testé et autorisé se montre par la suite un produit nocif, on simplement arrête sa production et le rétire des pharmacies. Mais qu’est-ce qu’on pourra faire quand un maïs GM, déjà disséminé partout, se montrer par la suite un aliment nocif ? Les agriculteurs se partagent les semences de maïs GM sans aucun controle, connaissance et responsabilité pour le future. Quel gouvernement ou entreprise privé pourra un jour localiser toutes ces semences et les rétirer d’un territoire imense comme le Brèsil ?

    Tout cela, n’est pas l’oeuvre des gens qui ont droit au titre de Mon Santo. C’est plutôt l’oeuvre de Mon Diable. Le lobby OGM est en train de travailler maintenent auprès du Vatican, pour faire le Pape se prononcer « en faveur » des OGM. Ce lobby veut que même Jesus Christ se prononce pro-OGM. Vous êtes heureux de vivre en France ! Résistez aux cultures OGM tant qu’il soit possible, e sauvez votre agriculture. Vous êtes un exemple rare pour le reste du monde. Au moins quant à votre refus des OGM. Car le nucléaire, c’est bien le contraire ! En tout cas, bravo pour cette résistance aux OGM. Ne laissez pas votre pays tomber sous le pouvoir diabolique de Mon Santo. C’est irréversible.

  • #30

    u=27533 (samedi, 20 avril 2013 12:18)

    This is a great article! Thank you for sharing with us!

  • #31

    gattaca (mercredi, 25 septembre 2013 19:19)

    Renvoyé sur cet article par un lien dans un autre article récent, je suis consterné de voir le nombre d'erreurs, affirmations (sans références) un vocabulaire approximatif voire faux.... bref, un article de plus contre les OGM qui ne fait que reprendre les litanies mensongères du discours des antis. Effectivement très partisan comme le mentionne Lila et bien que vous vous en défendiez (mal). Visiblement c'est une thématique qui vous passe largement au dessus de la tête.

    Des exemples :
    * On ne dit pas maïs OGM mais maïs GM, cela suffit amplement !
    * On ne dit pas coton OGM mais cotonnier GM. Le coton n'est pas GM.
    * On ne dit pas résistances aux herbicides mais tolérance à un herbicide donné.
    * Le raisonnement tenu sur l'augmentation de l'utilisation des herbicides est totalement farfelu et ne peut être émise que de quelqu'un qui n'a jamais rien cultivé de sa vie ! Ce n'est pas celui que vous faites dire à Monsanto !
    Depuis 2000 le glyphosate est tombé dans le domaine public. Il y a une vingtaine de firmes qui vendent du glyphosate.
    * "modification génétique du patrimoine génétique des herbes sauvages". Qu'il y ait modification du patrimoine génétique à chaque génération, c'est une certitude ... pour les plantes sauvages comme pour celles qui ne le sont pas d'ailleurs. Mais en tous cas, ce n'est certes pas l'OGM cultivé localement qui a pu modifier le patrimoine génétique des adventices sauvages. Il est beaucoup plus problable que l'utilisation répétée du même herbicide a révélé des mutations déjà présentes dans ces populations !
    * On n'écrit pas OGM BT mais OGM Bt pour Bacillus thuringiensis (avec un s, voir la note 5).
    * L'Inde n'avait pas autorisé la culture de l'aubergine GM, elle n'avait donc pas besoin d'en annoncer sa suspension.
    * Quels risques ont été avérés ? toxicité ? allergies ? résistance aux antibiotiques ? Vous délirez ou quoi ? des preuves ?
    * Ressortir du placard la protéine de la noix du Brésil : oui, éventuellement à des fins pédagogiques, mais c'est un OGM qui n'a jamais été mis sur le marché !!!
    * "Les modif génétiques peuvent engendrer ... dérégler la production de protéine existante", vous avez des preuves de cela ? affirmations totalement gratuites et jamais vérifiées !
    * Le problème des gènes de résistances aux antibiotiques ... ce problème est traité depuis longtemps et résolu (s'il risquait d'y avoir quelque chose d'ailleurs !)
    * Les agriculteurs n'utilisent pas des produits plus puissants, ni plus que ce qui est recommandé (ils sont pas fous et savent compter), ils utilisent d'autres produits !
    * La note 6 est totalement fantaisiste. Où avez vous bien pu trouver une telle explication ? renseignez vous sur le gène inséré : qui code pour l'EPSPSynthase pour rendre tolérante une plante donnée au glyphosate.

    Un article sur les dictatures des distributeurs (5) de l'agroalimentaire en France seraient plus pertinents !
    Les OGM, dans le cadre d'une mondialisation croissante de tous les secteurs économiques n'ont pas contribué plus que les variétés conventionnelles à accroître la dictature des multinationales agricoles !

  • #32

    romain (vendredi, 01 juillet 2016 20:06)

    Les gens ont très bien compris l'arnaque planétaire de Monsanto et leurs pesticides imposés, + leurs produits cancérigène. J'ai découvert cela grâce au documentaire Le monde selon Monsanto de Marie-Monique Robin que je vous recommande !