mer.

11

avril

2012

La Haine de la France

Le pays retient son souffle.

Au terme d'une campagne caricaturale et symptomatique de la toute puissance des grands éditorialistes – seuls véritables stars de ces 3 derniers mois – se referme sur la France un piège idéologique dans lequel s'est enferrée une large part de notre élite – et y compris de Gauche, appuyée dans sa folie par les milieux financiers et les idéologues néolibéraux : la haine de soi. 

Pêle-mêle, on assiste à la dénonciation du repli protectionniste, du nationalisme rampant d'un peuple rigide et assisté à l'heure de la folle mondialisation ; à la remise en cause ubuesque du bien fondé de notre identité politique et économique ; nous, les attardés de l'Histoire, bien à l'ombre des colosses anglais et allemands, courageux, pragmatiques et visionnaires, depuis la Magna Carta jusqu'à Margaret Thatcher, depuis le Grand Barberousse jusqu'au plan Hartz IV de « modernisation du marché du travail ». L'étau se resserre.

Après l'Italie et l'Espagne, sans surprise approche l'heure de la France. L'heure de la rigueur et de la spéculation organisée sur notre dette. L'heure du déchaînement néolibéral venu à présent s'attaquer aux derniers verrous avant démantèlement ultime de l’État Providence, la santé et l’éducation. L’heure de la résistance ou de la résignation.

 

Le terreau fertile de la France faible...

 

Comment se diffuse une idéologie ? Par les classes dominantes de la société, détentrices de capital intellectuel ou financier. Plus précisément par les individus ayant droit à la parole et accès à une certaine visibilité de masse, les grands patrons, sondagiers, journalistes, experts, politiques et professeurs : les « faiseurs d'opinion ».

Or de tout bord qu'ils soient, et pour divers motifs idéologiques, ces détenteurs de capital ont en grande majorité intégré la disparition prochaine et souhaitable de la puissance française passée, orgueilleuse et sanguinaire. La tendance au dénigrement a toujours existé, certes mais elle est majoritaire depuis les années 80 ; solidement assise sur 4 puissants mythes que voici :

 

-La faiblesse maladive de notre économie

 

C'est une idée profondément ancrée dans les esprits depuis longtemps déjà ; la peur panique d'être mis au ban, de rater le train du progrès et de la modernité. N'était-ce point déjà l'argument des idéologues français libre-échangistes des années 1830, fascinés par l'Angleterre ? N'était-ce point celui des libéraux pourfendeurs du protectionnisme agricole au début du Xxème siècle ? Celui des théoriciens de la croissance « artificielle » trop inflationniste de la France jusqu'à 1973 ? L'économie, « science » des modèles monolithiques, de la convergence illusoire de tous les pays du monde aura toujours trouvé a redire aux spécificités françaises quand bien même elles portaient leurs fruits. 4ème puissance du monde dans les années 80 et 90, 5ème aujourd'hui ; nous avons pourtant appris à l'école que nous n'étions qu'une goutte d'eau dans l'océan, condamnés, nous, notre franc faible, nos impôts confiscatoires et nos lubies sociales.

Le marché européen comme ultime rempart au déclin et à l'oubli, la mondialisation comme certitude (cf les nouveaux chiens de garde). Ainsi soit-il.

 

-L’Europe du Droit pour ultime horizon

 

La deuxième lubie, c'est l'Europe.

Née de la nécessité de réconcilier la France et l'Allemagne par le commerce, l'Union s'est empêtrée depuis l'abandon de ses tarifs extérieurs et de politiques monétaires et budgétaires nationales dans l'inextricable utopie fédérale, sourde à la réalité que sont les Peuples, les langues et les traditions politiques et économiques. L'Europe n'est plus un projet, c'est un veau d'Or.

Dans les livres d'écoles, à l'université et à Sciences-Po, c'est entendu : conjuguée à la puissance industrielle de l'Allemagne réunifiée, nous jouirions pour notre part d'une situation diplomatique et militaire forte, à même de représenter le continent tout entier. Une vision bien angélique des relations internationales, pour ne pas dire terrifiante, lorsqu'elle se fait porte parole d'un partage du siège français à l'ONU avec notre voisin ultra-rhénan. Enfin, a-t-on dit, le continent des pires expériences autant que des meilleures serait-il en capacité de se positionner en tant qu'arbitre des affaires internationales grâce à la force du droit et de son prestige. A la France, le cas échéant, de réinventer son rôle sur la scène internationale, pareille à un juge neutre et sincère dans un monde enfin sensible aux beaux discours – en témoigne la réussite de Monsieur de Villepin en 2003 pour empêcher l'invasion de l'Irak. Cette même naïveté qui fait applaudir la politique d'Aristide Briand des années 20 dans les universités d'aujourd'hui, au nom d'une actuelle réconciliation dont on veut croire qu'elle trouve ses origines dans la gentillesse intellectuelle française, quand elle n'est que fruit de la pacification des esprits, de la prospérité économique depuis 1950 et de l'équilibre précaire des forces.

 

Démonstration avec le philosophe Raphaël Enthoven.

 

-L'autoritarisme des États et des Nations

 

Troisième poncif : la Nation est moralement dépassée.

Suspecte de haine et de barbarie à l'égard de l'étranger, suspecte de ne ressasser que vils sentiments parmi ceux qui la compose, il faudrait l'effacer au plus vite. Ce en quoi d'ailleurs se retrouvent anti-jacobins (décentralisation, régionalisation) dénonçant l'autoritarisme de l'État et néolibéraux, convaincus à juste titre que la Nation reste le dernier obstacle à la libéralisation totale du monde.

Une idéologie issue de 68, permissive et hédoniste, persuadée de lutter contre les dérives de la société économiste tout en en étant les plus délicieux ambassadeurs. Comme si la présence de policiers à matraque dans la rue, où encore le défilé militaire du 14 juillet correspondaient à un quelconque projet belliciste. Un comportement paradoxal d'indignation que l'on retrouve très présent dans le champ journalistique contemporain et qui consiste à s'offusquer des hommes et non de l'environnement qui les façonne, des faits et non des causes. La bonne conscience de Gauche.

Je conseille à nouveau la lecture des livres Le Complexe d'Orphée et Impasse Adam Smith de Jean Claude Michéa

 

-La marche moderne de l'Histoire et la force des faits

 

A mesure que le temps a passé, ces 3 premiers points sont devenus parfaitement admis au sein des classes dominantes, ce en quoi d'ailleurs elles diffèrent du reste de la population. Là dessus, sont venus se construire divers édifices juridiques et économiques qui ont rendu, de fait, tout changement social de notre société extrêmement périlleux, tout à fait « irréaliste »(1) et dangereux.

 

-Abolition du tarif extérieur commun (1973)

-Fin du financement de l'état par sa banque centrale (1973)

-Arrimage des monnaies et les critères de convergence (1979-1992)

-Limitation de la politique budgétaire : Pacte de stabilité (1992)

-Euro 1999 : fin des politiques monétaires nationales

-Traité de Lisbonne (2007) et son culte de la concurrence libre et non faussée : fin de la politique douanière, dans la droite ligne des institutions transnationales OMC FMI et banque mondiale.

 

Et que dire du futur traité en préparation, incluant le Mécanisme Européen de Stabilité qui gèle définitivement l'arme budgétaire des états. Que dire enfin du Grand marché Transatlantique à venir pour 2015 (2) ?

Autant d' «avancées » sur lesquelles il faudra revenir dans l'hypothèse d'un véritable changement politique.

 

Du pain béni pour les puissances de l'argent

 

C'est l'ultime conséquence d'un environnement anti-national et anti-étatique.

Consciente que lutter contre la finance et les mythes néolibéraux de liberté, de liquidité, ou d'efficience reviendrait à remettre en cause sa méfiance viscérale à l'égard de la « petite France rabougrie » dans laquelle elle a été bercée autant que sa confortable situation, l'élite intellectuelle de notre pays ne dispose plus d'armes assez lourdes pour pour faire barrage aux puissances de l'argent et autres VRP du néolibéralisme anglo-saxon.

30 années après Ronald Reagan, l' « Etat fardeau » n'est plus un gros mot en France alors même que celui ci fut seul à pouvoir sauver in extremis la planète finance de l'implosion. Le seul à pouvoir maintenir un semblant de cohésion sociale au sein de nations déstructurées et en voie d'appauvrissement. En voie de rachat par la Chine et les pays du Golfe – et en particulier le Qatar (3).

 

Demandez le programme sur BFM business :

 

Heureusement pour cette fois que l'excellent Olivier Berruyer (4) veillait au grain :

 

 

L'attaque est imminente

 

Ainsi a-t-on observé ces jours derniers un phénomène tout à fait extraordinaire d'annonces quasiment conjointes venues d'une part du Journal The Economist (5), appelant les marchés à sanctionner la France dès le lendemain de l'élection le 7 mai 2012, et d'Eurex (6), le premier marché mondial de couverture à terme qui lancera ce lundi 16 avril un nouveau produit de spéculation sur la dette française. A partir de ce lundi, n'importe quel particulier pourra ainsi parier sur un défaut français. Une provocation inadmissible venue d'une société Suisso-Germanique ; preuve une fois encore que la conscience patriotique européenne est décidément bien lâche. L'objectif : faire pression sur la campagne électorale en France, et forcer la victoire de la finance, ce quel que soit le candidat vainqueur.

Hier, Mariano Rajoy a annoncé un tour de vis supplémentaire de 10 milliards d'euros en Espagne dans l'Education et la Santé après que les taux d'emprunt du pays ont atteint 6% (7). C'est aujourd'hui tout un continent dont la politique est sous la coupe des marchés financiers. Et, l'Histoire semble se répéter. La Stratégie du choc (8), de saccage par la violence du Chili, de l'Argentine ou de l'Afrique par les Chicago Boys poursuit son intolérable forfaiture : l'avènement d'un monde a-politique, incapable de résister aux coups de boutoir permanents de l'économie mondialisée.

Affaiblis toutes ces années par le discours défaitiste et fataliste de nos élites dirigeantes et intellectuelles, les français entrent dans le cyclone en petite forme. Résignés, certains ploieront. D'autres applaudiront c'est certain, fidèles à leur haine de la France, devant l'agression des grands intérêts financiers venus forcer notre main souveraine au sac des conquêtes sociales des siècles précédents...

Il faut tenir.

 

 

Frederichlist

 

 

A lire aussi :

 

Le chant du cygne de l'Euro
Le chant du cygne de l'Euro
Les fanatiques de l'Euro
Les fanatiques de l'Euro
Présidentielle 2012
Présidentielle 2012

 

 

Sources:

 

(1) A voir, l'Emission Ce soir où Jamais du mardi 10 avril 2012, avec notamment Michel Onfray, Judith Bernard...

(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_transatlantique. Divers blogs en donnent une explication assez détaillée.

(3)http://lexpansion.lexpress.fr/economie/comment-le-qatar-s-achete-la-france_284639.html

(4) Blogueur et intervenant sur BFM Business. Son blog que nous vous conseillons. Très pédagogique. http://www.les-crises.fr/

(5) Un résumé de l'article ici : La France dans le déni. (France in denial) http://www.lexpress.fr/actualite/economie/oui-la-france-est-dans-le-deni-de-realite-economique_1102076.html

(6)http://pontransat.com/10091/eurex-une-epee-de-damocles-sur-la-france/

(7)http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00437032-l-espagne-veut-economiser-e10-milliards-sur-la-sante-et-l-education-310640.php

(8) Pour voir le film de Naomi Klein, La Stratégie du Choc, ou la genèse du néolibéralisme ; c'est ici : http://www.youtube.com/watch?v=MKeiChMRWTU :

 

Écrire commentaire

Commentaires : 48
  • #1

    gramu (mercredi, 11 avril 2012 23:46)

    Ah! Enthoven. Ou l'art de dire quelque chose de très simple, et de très bête, avec une voix suave et de jolis mots. La philosophie a de beaux jours devant elle.

  • #2

    captp (jeudi, 12 avril 2012 10:59)

    Très bon article comme d'habitude. Par contre je pense qu'il faut éviter d'écrire "le philosophe Raphaël Enthoven", ça pique les yeux.

  • #3

    léna (jeudi, 12 avril 2012 11:22)

    La gauche s'est perdue. La "goutte d'eau" dans l'océan finalement arrange bien les politiques de casse sociale. De Gaulle doit fulminer.
    Merci.

  • #4

    athi52 (jeudi, 12 avril 2012 13:15)

    Cet article est intéressant, mais il dénonce une élite défaitiste et fataliste sur un ton défaitiste et fataliste... assez étrange avec du recul.

  • #5

    denys_ny (jeudi, 12 avril 2012 13:55)

    et allez, le prechi precha anti-marches-financiers. Les grands mots, la grande indignation. La verite c'est que comme beaucoup de pays, la France a utilise la dette depuis des annees pour financer un modele social intenable. Aujourd'hui, vous etes comme des toxicomanes et les marches financiers sont vos dealers. Et le pire, c'est que vous ne pouvez pas vous passer d'eux puisque la France continue a emprunter chaque annee.

  • #6

    dernan le 1 (jeudi, 12 avril 2012 14:30)

    pour qui voter?
    @denis_ny
    Il me semble pourtant que nous avons vécu sans les marchés financiers avant les années 80. La banque centrale peut battre monnaie. Le modèle social intenable ? expliquez vous... rééquilibrer les comptes n'est pas la même chose que tout abandonner. Il faut payer plus pour ce que l'on veut, voilà tout.

  • #7

    Mayeux Hadrein (jeudi, 12 avril 2012 14:31)

    Si vous voulez savoir qui va être responsable de la déstabilisation de la dette française voilà leur adresse
    Eurex – Europe's Global Financial Marketplace
    17, rue de Surène
    75008 Paris
    France
    T +33-1-5 52 76-7 67

    N'hésitez pas à leur demandez des comptes car se qu'il prépare est criminel envers notre nation. Luttons luttons luttons n'oubliez pas leurs noms à ceux qui trahissent le pays ou l'attaque car on leur demandera des comptes et des "têtes" tomberont.

  • #8

    Damoiseau L'Xé (jeudi, 12 avril 2012 15:51)

    @denis_ny
    Incroyable de constater comment quelques lignes peuvent transpirer autant de bêtise et de mauvaise foi!
    Évidemment, un libertarien ou un néolibéral sera affirmatif en désignant le modèle social source de tous les problèmes. C'est quand même faire preuve d'une certaine paresse intellectuelle que de faire abstraction de la loi de 1973, et des intérêts cumulés sur les emprunts qui représentent certainement la majeure partie de la dette...

  • #9

    clovis (vendredi, 13 avril 2012 01:23)

    @denys-ny
    ce que vous dites pourrait être recevable,si l'on avait pas du en 2008 sauver le système financier in extremis contre les résultats et conséquences de sa propre bêtise et sa propre avidité.
    eux aussi ont profité de l'argent du contribuable,et cela a couté cher uniquement parce qu'ils ont fait N'IMPORTE QUOI,rien à voir avec ce que coute à la collectivité par exemple une hospitalisation pour crise d'asthme grave ou pour tout autre raison,la maladie n'étant souvent ni souhaitée ni du fait de la personne qui en souffre.

  • #10

    Verguenza (vendredi, 13 avril 2012 21:57)

    @ athi52

    "il faut tenir."
    En 2 mois, l'ampleur du mouvement du FdG a pris un mouvement inespéré or il incarne cette volonté de résistance, de ne pas tomber sans s’être battu. Le FdG veut recréer cette fierté, cette joie de vivre en France. Il créé l'espoir que les prochaines années ne seront pas dévolues au remboursement d'une dette injustifiée qui ne mènera qu'à l'asphyxie économique du pays ! Aucun pays n'y est arrivé, aucun ! L'humain d'abord !

  • #11

    Slow (samedi, 14 avril 2012 09:35)

    Bonjour,
    Excellent article qui synthétise la prise de pouvoir de cette pensée unique visant à instaurer sans partage le règne de la finance, la finance qui s'auto nourrit mais vampirise et détruit tout sur son passage.
    A ce jour, 7 candidats sur les 10 qui se présentent dénoncent le fonctionnement économique actuel, dans ses aspects divers.
    70% des candidats dénoncent l'incurie politique et économique, mais on nous gave des 20, voire 30%, qui veulent continuer dans le même sens...
    L 'élite, et la presse, politique et économique ont choisi leur camp.
    Quelle responsabilité ! Qu'ils n'assumeront pas, comme d habitude.
    Notre responsabilité, citoyens ordinaires ou un peu plus en vue au sein de notre société, c'est de porter au plus haut les voix politiques contestataires, d'adhérer financièrement tant qu'il encore temps pour soutenir ces partis politiques minoritaires qui se battent contre cette destruction massive, d'assumer haut et fort notre refus de ce carnage. Oui, c'en est un, la pauvreté est un carnage.
    Combien sommes nous en réalité face à cette élite, cette classe dominante? Une grande majorité très certainement...
    J'ai choisi Dupont Aignan, et son parti Debout la République. Ah comme il est raillé par nos "élites", comme ils se régalent du haut de leur tas d'or, de leur puissance médiatique organisée par eux-mêmes.
    Et ainsi, ils nous crachent à la figure, ils s'essuient les pieds sur nos inquiétudes légitimes, ils nous toisent, propriétaires de notre avenir. Aux armes citoyens... Et notre arme, demain, c'est notre bulletin dans l'urne, et c'est notre engagement fort pour des personnalités politiques qui se soucient de notre futur commun. Faisons cet effort là, faisons le pour nous même et pour nos enfants.
    Merci pour votre article.

  • #12

    woyceck (samedi, 14 avril 2012 10:58)

    Penser que le 14 juillet et son défilé ne sont pas un projet belliciste, il faut vraiment être de mauvaise foi !!!
    Je suis fier d'être français et de ne pas aimer la France, qui ne représente rien pour moi.
    Il est temps d'oublier de penser que la France se constitue de citoyens qui se rassemblent sous les valeurs de la république. Nous savons depuis la seconde guerre mondiale que ca n'a pas aidé les juifs français pour un sou de croire en la république et le pays des droits de l'homme.
    La France est tenue internationalement par des traités de protéger ses citoyens, et elle n'a nullement le droit de réclamer d'eux une quelconque adhésion idéologique, sentimentale ou je ne sais quoi, qui constituerait la "Nation" dont tu parles.
    Remettre ça en cause, c'est remettre en question tous les traités signés par la France depuis les années 1920, garantissant un statut aux minorités nationales, aux apatrides, et aux réfugiés, ce qui te rapproche de l'extrême droite (ca c'est pour ton raccourcis régionaliste = libéral)

    Très bon article néanmoins

  • #13

    Pierre Feuille Ciseaux (samedi, 14 avril 2012 17:40)

    @woyceck

    -Détail important , la France était sous occupation...Combien de justes dans les autres pays occupés par les nazis ?les juifs ont quasiment tous disparus en Pologne (exterminés ou réfugiés ,en France notamment).
    -Si la France n'est pas tenue de faire respecter ses lois aux "minorités" , quesqu'y oblige les minorités à le faire ?Les traités internationaux ?
    -Si l'Etat-Nation francais disparait comme le souhaitent les libéraux-régionalistes , comment seront traitées les minorités extra-européennes dans les régions nouvellement indépendantes ou autonomes ?
    La Corse connait une flambée de racisme depuis qqs années ,d'ou peut-elle peut bien provenir ?

  • #14

    Woyzeck (samedi, 14 avril 2012 19:08)

    @ Pierre Feuille Ciseaux
    - la responsabilité de l'Etat Français n'est plus à prouver. La république n'a pas pu empêché ça malgré les beaux discours. De toute façon, ce n'est pas le débat.
    - j'ai jamais dit que la France ne devait pas faire appliquer ses lois à ses minorités, tu n'as pas compris.
    - c'est quoi des minorités extra européennes ?
    - des racistes, il y en a partout, comme des gens tolérants d'ailleurs, et heureusement. En Bretagne, il n'y a pas de racistes par contre.

    Bien à toi.

  • #15

    E.T (lundi, 16 avril 2012 09:41)

    Ainsi le régionalisme est le sauveur, tous "en Bretagne, car il n y a pas de racisme"SIC.
    C est bien connu toutes les autres régions sont racistes xénophobes, d ou la montée du FN, pourtant toutes les régions sont tenues, par la gauche, sauf la Corse, ceci explique cela vraiment affligeant comme commentaire

  • #16

    Plume Citoyenne (lundi, 16 avril 2012 12:45)

    Philippe Murer est professeur de finance vacataire à la Sorbonne et membre du www.ForumDemocratique.fr - ALERTE DU 26/3

    Création d’un instrument de spéculation de masse sur la dette française : gare à la prochaine crise de la dette européenne

    L’information est parue hier dans Les Echos, la bourse de Francfort (Eurex) est en train de créer un instrument de spéculation de masse sur la dette française. Date de démarrage : le 16 Avril. Cet instrument avait disparu il y a quelques années pour cause de manque d’intérêt des investisseurs. Si la crise européenne revenait, il est clair que le succès serait au rendez-vous pour Eurex car les spéculateurs s’en donneraient à cœur joie. Que font nos politiques censés lutter contre la spéculation financière?

    En effet, Eurex va lancer un contrat sur les obligations françaises à 10 ans le 16 Avril 2012. Explications.
    http://www.marianne2.fr/Une-autre-crise-de-la-dette-a-venir_a216600.html
    http://www.mediapart.fr/journal/economie/110412/la-finance-invente-une-nouvelle-arme-contre-la-dette-francaise

  • #17

    Vincent (mardi, 17 avril 2012 11:24)

    denys_ny > La verite c'est que comme beaucoup de pays, la France a utilise la dette depuis des annees pour financer un modele social intenable

    Evolution du taux marginal de l'Impôt sur le revenu en France (1915-2006):

    www.goo.gl/J5tKI


    Evolution de l'Impôt sur les bénéfices des entreprises (taux théorique : par "optimisation fiscale", les multinationales peuvent - souvent - payer moins d'IS que les PME purement locales):

    www.goo.gl/mP8YL

    Y a de quoi rééquilibrer les comptes...

  • #18

    Frederichlist (mercredi, 18 avril 2012 10:08)

    Dernière illustration en date de la détestation de la France, de ses particularismes et de son modèle social, chez Calvi, le 17 avril, ici :
    http://www.france5.fr/c-dans-l-air/politique-interieure/notre-election-vue-de-letranger-35933
    D'autant plus insupportable que les invités ne sont même pas français. Accrochez vous.

  • #19

    cooltrane (lundi, 23 avril 2012 09:05)

    Merci à tous les denys.... de réalité, d'être et d'avoir été depuis 20 ou 30 ans aveuglé(e)s par la pensée unique néo-libérale, allez jusqu'au bout de votre raisonnement et abandonnez toutes les conquêtes sociales, vacances, sécurité sociale, 35h00 et la retraite à 60 ans et le système éducatif pour vos enfants, autrement dit tirez vous une balle dans le pied, le progrès social ça vous dit quelque chose non ????

  • #20

    Vassili (lundi, 23 avril 2012 09:46)

    A force de faire la raie plus longue que le champ depuis 40 ans, la charrue a fini par verser dans le décor. L'état providence n'est plus de mise et nos élites ont creusés nos propres tombes pour nous y ensevelir... J'ai une chance inouï d'avoir opté il y a 20 ans pour un poste de fonctionnaire de l'état Monégasque, mais doucement et sûrement les choses bougent également sur le rocher.

  • #21

    John (lundi, 23 avril 2012 22:16)

    Il fallait voter Cheminade...
    Mais ça fait du bien de voir que je ne suis pas le seul à penser être dans un monde de fou contrôler par la finance.
    Comme disait le Candidat : Un monde sans WallStreet ni la City !

  • #22

    gui (mardi, 24 avril 2012 01:00)

    quand je vois ceux qui détestent l idée de nation.....je me demande pourquoi la nation leur à payer des études....Une grande partie de ce que vous avez eu ou de ce que vous êtes ,c est grâce à l Etat et l Etat n est rien sans l idée de nation. Ca fait vraiment parfois penser à des enfants gâtés, toujours prêt à râler mais jamais à dire "merci"

  • #23

    gui (mardi, 24 avril 2012 01:26)

    quand je vois ceux qui détestent l idée de nation.....je me demande pourquoi la nation vous a offert des études....Une grande partie de ce que vous avez eu ou de ce que vous êtes ,c est grâce à l Etat et l Etat n est rien sans l idée de nation. Ca fait vraiment parfois penser à des enfants gâtés, toujours prêt à râler mais jamais à dire "merci"

  • #24

    damour (mercredi, 25 avril 2012 06:52)

    La nation c'est la haine. C'est en France, des siècles de destruction des cultures non liées au roi unique. Détruisons l'Etat français qui ne sert plus à rien qu'à rajouter un coût budgétaire, nourrir des inutiles et engraisser le Fouquet's.

  • #25

    Nike Eclipse (vendredi, 27 avril 2012 04:50)

    555yxj
    Republicans over the country didn’t bolted the final nationalized cafe chain Company that’s recently increased originating from obscurity which will pops up nation’s polls along with Romney.

  • #26

    nike free run (mercredi, 16 mai 2012 02:27)

    JJ3
    If winter comes , can spring be far behind ?

  • #27

    ladymarlene (jeudi, 24 mai 2012 09:37)

    Woyzeck, vous oubliez les citoyens français, qui ont résisté dans l'ombre, les cheminots qui ont posé des bombes sous les trains, les gens qui ont caché des juifs au péril de leur vie...C'est la nation, tout ça..l'esprit de la nation, l'esprit de ce qu'est réellement la france, ce que notre ancien gouvernement voulait qu'elle cesse d'être. Comme dit Gui, la nation vous a offert des études, des soins hospitaliers quasiment gratuits, des vacances...vous râlez, vous râlez mais pas une seconde vous pensez que vous pourriez être le changement que vous voulez voir dans le monde.(Pour paraphraser Ghandi...) quand à la phrase "en bretagne, il n'y a pas de racistes" j'espère que c'est du second degré. Ne confondons pas un peuple et son gouvernement. Nous avons viré Sarkozy, les américains ont voté deux fois pour Bush....

  • #28

    VANDER (jeudi, 14 juin 2012 18:11)

    Bon article, réaliste.
    J'invite le lecteur intéressé qui veut en savoir plus de visiter ce site :http://www.syti.net/Organisations.html

  • #29

    muondo (samedi, 04 août 2012 22:33)

    bravo pour votre blog!

  • #30

    MARKEL (mercredi, 12 septembre 2012 23:05)

    Intérressant et instructif tous ça!
    Je n'ai pas toutes vos connaissances sur les marchés financiers and co!
    Mais tout ça fait parti de la folie humaine non? Peut etre la pire (ennemis physique invisible) tragédie de l'humanité?!!
    Avec une issue inconnu et certainement inexistante.
    Alors moi je suis pret à les dégager tous ces acteurs imposteurs héritier sans foi ni loi (monarchie moderne?) qui tiennent les rennes de ce business mafieux, qui nous endorment avec leurs passages télé formaté, et le soir venu, vont se gaver au resto 3 étoile (graçe à nos impots!), et tous ça en divisant aveuglement et tranquillement le peuple français (riche contre modeste,modeste contre pauvre,immigré contre francais,français naturalisé contre français de "souche",etc...) pour mieux règner bien sur.
    A NOUS LA FRANCE avec une bonne et juste révolution ,tous ENSEMBLE ,et surtout avec l'ARMEE FRANCAISE au coté du peuple !!
    Au nom de l'AMOUR et du PARTAGE (dangereux pour ces salops au pouvoir). Mon coeur est rempli de joie de vivre et non d'euros! Et après?! On redevient humain! (Pour ce qui ne voudront pas changer d'ère on leur donnera un monopoly!!) vous vous dites ridicule? Utopique? Pas grave, moi je crois à mon peuple et l'espoir...
    Vive le peuple français,vive notre magnifique pays!

  • #31

    Jean SAY (lundi, 01 octobre 2012 18:16)

    Article nul, fait de jolies idées sans aucune remise en question de nos mauvaises habitudes et de notre incapacité à avancer et à voir le monde tel qu'il évolue!!!! Nous sommes devenus un peuple aveugle... et donneur de leçons. Rendez vous dans 5 ans.

  • #32

    Guadet (mercredi, 10 octobre 2012 11:55)

    Ca fait du bien de lire cet article. Bravo !

    Des connaissances historiques sérieuses aideraient à convaincre les gens. Ce sont toujours de petits pays qui ont fait de grandes choses (Grèce, Latium, Arabie, Angleterre par exemple). Les grandes entités ont plutôt stagné, empêtrées par leur lourdeur, et les petites nations refusant leur intégration dans des empires ont permis de défendre l'idée de liberté. Au XXe siècle, enfin, ce sont des impérialismes et non des nationalismes qui se sont affrontés : les collaborateurs se battaient pour l'Europe unifiée et Pétain était un curieux nationaliste puisqu'il n'arrêtait pas de fustiger la France et les Français avec un discours annonçant assez précisément celui des libéraux d'aujourd'hui. La mondialisation est un facteur de guerre et non de paix.

  • #33

    Gouvernator (vendredi, 26 octobre 2012 11:51)

    Je trouve les considérations de Guadet sur la taille des ensembles dans l'histoire un peu simplistes, ne serait-ce qu'à cause des empires francs, napoléoniens, romains ou même de ce qu'était réellement la Grèce antique, mais surtout à cause de la relativité de la taille d'un territoire à la vitesse de parcours dudit territoire ou de la transmission des informations. L'émergence de grandes puissances, au sens premier du mot, montre bien l'avantage qu'elles retirent de leur taille.

    Ensuite pour réagir à l'article je vous trouve vos réflexions sur l'Europe assez bizarres. Je pense qu'il faudrait que vous fassiez mieux la distinction dans vos écrits entre l'Europe en tant qu'idée, idéal ou même utopie, et l'Europe politique telle qu'actuellement, qui souffre d'un certain nombre de maux, maux issus de nos choix passés mais selon moi non-intrinsèques à l'idée Europe. En ce sens là, je trouve paradoxal de critiquer l'idée Europe et la mise en concurrence des systèmes sociaux. La concurrence entre européens est aujourd'hui très grande, le serait selon moi encore plus sans l'union politique et ne saurait être maîtrisée sans aller vers une forme de fédéralisme. Comment empêcher la concurrence fiscale made in Germany sans Europe politique puissante et démocratique ? Bien sûr, le fédéralisme ne règle pas tous les problèmes et la concurrence existe toujours entre états américains, mais les USA parviennent à maintenir une certaine cohérence nationale qui leur permet d'organiser leurs états de façon plus efficace (l'efficacité s'entend forcément par rapport à un but choisi; on peut être en désaccord avec le but, mais l'efficacité vis-à-vis de ce but reste objective).

  • #34

    thibault (lundi, 12 novembre 2012 00:55)

    denys_ny dit :
    "et allez, le prechi precha anti-marches-financiers. Les grands mots, la grande indignation. La verite c'est que comme beaucoup de pays, la France a utilise la dette depuis des annees pour financer un modele social intenable. Aujourd'hui, vous etes comme des toxicomanes et les marches financiers sont vos dealers. Et le pire, c'est que vous ne pouvez pas vous passer d'eux puisque la France continue a emprunter chaque annee."

    C'est consternant de lire autant d'ineptie dans un si petit commentaire.
    En réalité la dette est la résultante dans la concurrence fiscale européenne qui a entraîné des baisse massives d'impôts en UE et principalement en France .

    J'en veut pour preuve que la croissance des dépenses publiques a été proportionnelle à celle de la croissance du PIB depuis le début des années 1990 en France et dans la plupart des économies européennes...

    Le discours selon lequel la dette publique serait due aux chômeurs , aux fonctionnaires paresseux et aux retraités est d'une stupidité méprisante , vous êtes comme tout les abrutis qui se gavent des conneries qu'on leur fait avaler , rien de plus qu'un mouton stupide...

    Je vous méprise ...

  • #35

    thibault (lundi, 12 novembre 2012 01:07)

    Quand aux hommes politiques , il serait temps que vous compreniez tous qu'ils sont à 95% des ignares , à 5% malfaisants ...

    d'ailleurs toutes les bêtises qu'ils nous racontent prouvent à quel point ils ne connaissent strictement rien à l'économie , d'ailleurs pour mettre en place leurs politiques stériles , ces abrutis se conseillent entre eux ou demande conseil aux économistes "proches" de grands lobbies ...


    Tiens tiens , peut être que ça explique
    pourquoi les solutions "pronées" par nos hommes politiques pour résoudre le problème de la compétitivité ne s'attaque qu'aux coûts de travail des salariés et pas à la baisse des prix qui est elle par contre et d'une part bien manipulée par l'INSEE , d'autre part bien exploitée par certains lobbies ( 30% de marge dans les télécoms , près de 40% dans l’énergie et la grande distribution et j'en passe...)

    Qu'on arrête de nous prendre pour des abrutis... en tout cas je ne légitimerai pour ma part jamais ce genre de gouvernements mafieux qui gère notre pays depuis plus de 40 ans (De Gaulle , paix à ton âme)

  • #36

    thibault (lundi, 12 novembre 2012 01:09)

    en tout cas très bon article ;)

  • #37

    LOURS (vendredi, 16 novembre 2012 12:12)

    La seule solution est l’insurrection armée. Elle arrivera car c'est dans la droite ligne des volonté des peuples. Les violences policière et répressives des gouvernements corrompus de l'Union Européenne ne suffiront pas à arrêter les justes revendication d'un peuple maltraité et méprisé.

  • #38

    L'oeil de Brutus (lundi, 17 décembre 2012 18:13)

    Excellente analyse. Comme toujours.
    Et je vous rejoins sur bien des points :

    http://loeildebrutus.over-blog.com/article-la-haine-de-la-nation-111138089.html

    http://loeildebrutus.over-blog.com/article-a-ceux-qui-n-ont-pas-compris-le-lien-entre-nation-et-liberte-111366861.html

  • #39

    Camster (lundi, 14 janvier 2013 12:00)

    Sacré Enthoven. Ce "philosophe" de salon, très mode et people, décoratif en plus, fait mine de penser en nous assénant des banalités, genre "la mondialisation, c'est comme la mayonnaise, on ne peut pas la défaire". C'est sûr qu'on ne va pas détricoter 6000 ans d'invention et désinventer internet, le téléphone, l'avion et la roue.
    Enthoven oublie simplement de dire que "la mondialisation" ce n'est pas que ça, c'est aussi la libre circulation des capitaux, les paradis fiscaux, la mise en concurrence généralisée, les mêmes recettes économiques imposées par tout. Et ça c'est une mayonnaise qu'on peut détouiller.

  • #40

    aaaa (mardi, 15 janvier 2013 12:55)

    le gloubi boulga antimondialiste normal!!!

  • #41

    Dominic Frontier (lundi, 28 janvier 2013 19:43)

    Pourquoi je ne crois plus en la France.
    http://dominicfrontier.blogspot.com/

  • #42

    Aitor KARRIKAR (mercredi, 20 février 2013 08:35)

    Je ne comprends pas les termes rigides et assistés pour parler du peuple.Rigide,ce sont les élus qui le sont plus que les citoyens "normaux"et assistés.....Ce terme devrait être interdit.Les assistéssont dans le cadre de la loi donc pas des voleurs comme des députés payés pour 2 mandats (plus leur salaire)et ne pouvant certainement pas y travailler de concert.Le chômage est le résultat de la politique des assistés du gouvernement.Eux volet vraiment l'argent : frais de bouche,déplacements,fleurs pour leur femme,resto divers...Tout payé par nous.Qui c'est l'assisté??Et être anti mondialiste est intelligent.Par contre,continuer à croire le blabla des banquiers...Quelle idiotie de soumis assistés !! !!

  • #43

    Guillaume (mardi, 26 février 2013 10:47)

    L'Euro, c'est considérer que le capital de l'individu n'a pas à fondre à chaque fois qu'un Etat ne prend pas ses responsabilités financières.
    L'Euro, c'est en réalité l'Etat de droit. C'est dire à chaque individu qu'il peut faire confiance à son Etat qui n'ira pas réduire considérablement le fruit de son travail, c'est-à-dire son capital.
    L'Euro, c'est dire à l'individu que les Etats vont tenter de mettre de côté leurs égoïsme nationaux en les contraignant à faire converger leurs modèles, ce qui a la fâcheuse tendance à réduire le risque de guerre.
    L'Euro, c'est une certaine idée de l'homme et la confiance en l'individu. C'est dire à l'individu que s'il veut créer de la qualité, marcher avec le progrès, sa création ne sera pas dévalorisée à cause d'un Etat peu responsable.
    www.librepolitique.wordpress.com

  • #44

    civis rumanum sum (mercredi, 27 février 2013 18:09)

    "L'Euro, c'est en réalité l'Etat de droit" - le droit de Bruxelles sur le livre sterling ? Ou encore sur le lev bulgare ? Rappelons que la penetration de cet etat de droit dans les Balkans s'est faite logiquement avec des bombes. La Yougoslavie etait un etatde droit, une federation qui faisait barrage a une CEE qui, pour ne pas suffoquer, doit - a l'instar de son modele romain antique - s'etendre sans cesse vers de nouveaux marches. ET a propos de la dette publique et des marches financiers: y'a bien quelques pays qui ont essaye de rembourser tout ca, parmi eux la Roumanie si je ne m'abuse, entre 1980 et 1989 (certains, avant). Ils etait tout pres d'y parvenir, mais avec le risque d'aneantir leur propre population, tant sur le plan alimentaire, que sanitaire, culturel, demographique, psychologique, pour ne pas parler de celui economique. Alors, rembourser les dettes, oui, possible - il faut juste un regime stalinien ou nazi. Le truc c'est: pourquoi affranchir de si bons moutons (se disent les marioles europeens et autres) quand on peut simplement leur faire croire que les tondre doublement n'est que dans leur propre interet ? Et l'interet il est la, sous les yeux, cache quelque part derriere le beau rideau de velours inscriptionne "Euro=etat de droit".

  • #45

    cjm (jeudi, 28 février 2013 07:37)

    Pour une Europe des Nations respectueuse des identités culturelles et historiques de ses membres, pour une Europe partageant des mêmes valeurs nobles, sociales et humanistes ayant pour but l'élévation de la condition humaine.
    Contre une Europe de la Finance et du Profit égoïste telle qu'elle se construit en dehors de l'assentiment de ses peuples, contre une Europe "de Vichy" ou façonnée à l'URSS.
    La mondialisation est bonne quand elle lutte contre l'ignorance avec l'Internet et nourrit le respect (des peuples) entre les continents, elle est mauvaise quand elle asservit ces mêmes continents, les dépouille de leurs richesses premières et dicte sa pensée unique. La planète est riche et l'abondance est là, partageons intelligemment car tous ses habitants aspirent à un même désir essentiel, le bonheur. Il suffit qu'ils en prennent pleinement conscience, l'obscurantisme est notre combat principal...l'Espoir y participe !

  • #46

    Guillaume A. (vendredi, 08 mars 2013 07:05)

    Cjm, l'Europe dont tu parles se réduit à peine au Royaume-Uni. Et je sais de quoi je parle puisque j'ai pu travailler dans une banque d'investissement à Londres, dans le département juridique, sur les produits dérivés (le mal !).
    Et l'Europe c'est quoi : le respect scrupuleux des normes de Bâle III (nous sommes d'ailleurs les seuls), des directives qui viennent briser les monopoles nationaux qui ont cette fâcheuse tendance à limiter la puissance de nos marchés et de nos entreprises face à la concurrence chinoise ou américaine, et c'est la limitation des rémunérations des patrons.
    La seule tare de l'Europe, est d'être incapable de communiquer sur son action...
    www.librepolitique.wordpress.com

  • #47

    Masticating Juicer (samedi, 20 avril 2013 03:44)

    I just shared this upon Myspace! My friends will really like it!

  • #48

    http://www.postlleida2012.com (samedi, 29 mars 2014 06:56)

    le gloubi boulga antimondialiste normal!!!