mar.

17

avril

2012

Face à François Lenglet, pourquoi Jean-Luc Mélenchon a-t-il réussi là où Nicolas Dupont-Aignan a échoué?

Nous l'avons indiqué à de nombreuses reprises sur ce blog, à notre sens les deux candidats défendant les idées les plus intéressantes pour la France sont le leader du Front de Gauche et le Président de Debout la République. Afin de valoriser au mieux ces idées et d'optimiser leur transmission aux Français, la façon de communiquer est essentielle. Sur ce point précis, Jean-Luc Mélenchon possède plusieurs longueurs d'avance sur Nicolas Dupont-Aignan. Démonstration à travers l'émission politique de David Pujadas, « Des Paroles et des Actes » et du duel les opposant à François Lenglet.

« Des Paroles et des Actes » est naturellement l'archétype de l'émission à la sauce néo-libérale. David Pujadas occupe le rôle de l'animateur mais il convient de rester attentif car il ne s'interdit pas de distiller quelques piques qui peuvent s'avérer dangereuses. Fabien Namias, en charge des questions politiques, tient un rôle sans surprise en essayant de rebondir sur les petites phrases qui ont fait polémique. Quant à Nathalie Saint-Cricq, la difficulté des questions qu'elle pose est en général inversement proportionnel au niveau de notoriété des candidats.

 

Mais ces joyeux drilles ne sont en réalité que des banderilleros dont le niveau d'agressivité dépend de la prestation du Matador. Et le Matador dans l'émission « Des Paroles et des Actes » s'appelle François Lenglet. C'est lui qui peut porter l'estocade et transformer la fin de votre « Grand Oral » en véritable calvaire.

Le grand matador Juan Belmonte disait: « Si le matador domine le taureau alors tout le terrain appartient au matador. Si le taureau domine le matador alors tout le terrain appartient au taureau. Voilà la clef de l'affaire ». On serait tenté de penser que Nicolas Dupont-Aignan s'est retrouvé dans la première situation et Jean-Luc Mélenchon dans la seconde.

 

Passons sur l'introduction réservée à Nicolas Dupont-Aignan, par nos trois banderilleros qui n'ont manqué aucune occasion de le mépriser (« Etes vous en position d'être élu? »), de l'assimiler à Marine Le Pen (« Vous avez des positions communes avec le Front National [...] ») ou de moquer ses modèles politiques (« Quelles sont vos modèles politiques en dehors de De Gaulle qui est repris un peu à toutes les sauces? »), pour en arriver à son duel avec François Lenglet.

 

Ce dernier lui démontre que la sortie de l'euro n'est une bonne solution ni pour retrouver de la croissance ni pour stopper la désindustrialisation du pays puisque selon ses graphiques le Royaume-Uni et les Etats-Unis ne s'en sortent pas mieux que la France et l'Allemagne. Sur le fond, Nicolas Dupont-Aignan donne une réponse pertinente en remettant en question le choix des dates effectué par le Directeur de BFM Business (2004-2011 pour comparer la croissance alors que l'euro a été introduit le 1/1/2002...) et le choix des pays (la Suède et le Danemark se portent très bien sans l'euro). Le problème est donc purement formel mais il n'en demeure pas moins essentiel. En effet son objection sur la date n'est pas très audible puisque couverte par les propos de François Lenglet qui contre son argument de non prise en compte de la Suède en expliquant que c'est un petit pays c'est à dire non crédible. Le président de DLR a l'occasion de reprendre la main mais il bafouille en affirmant: « Oui mais c'est encore plus facile... (euh...)difficile pour un petit pays ». La faute est minime mais cela empêche à son argument de faire mouche puisqu'il donne au téléspectateur l'impression qu'il hésite.

Au fil de l'entretien, NDA reprend son argumentation en évoquant un euro surévalué, un secteur bancaire qui ne soutient pas les PME et des charges trop élevées par rapport à des concurrents sans protection sociale. Le problème est que Lenglet parvient à noyer le poisson en lui reprochant d'évoquer plusieurs causes qui se succèdent. Le Maire de Yerres se fait plus mordant en indiquant qu'il n'avait jamais invoqué une seule cause et en réaffirmant que l'euro étouffe la croissance mais Lenglet le contre à nouveau en lui montrant ses graphiques. Nicolas Dupont-Aignan commet alors une nouvelle erreur en affirmant que François Lenglet a affirmé à de nombreuses reprises que l'Euro était un handicap de compétitivité. De la sorte il redonne la main au Directeur de BFM qui a tout le loisir de lui indiquer que cela ne concerne pas la France. NDA repart alors sur sa dénonciation de la loi de 1973 qui interdit à l'Etat de se refinancer directement auprès de la Banque Centrale puis présente un schéma en s'excusant presque de l'avoir apporté « Je vous ai apporté un schéma M. Lenglet parce que je vous connais. Schéma contre schéma. C'est de bonne guerre (Euh...) ». Avant de montrer la progression de l'endettement français en pourcentage de PIB depuis 1973. Là encore de solides arguments sont discrédités par des hésitations coupables et un regard qui se baisse. Ces attitudes traduisent un manque de confiance dans ses propos alors qu'il n'y aucune raison de douter de leur qualité.

 

Lenglet sort vainqueur de son duel sans avoir développé d'arguments particulièrement pertinents mais en ayant réussi à garder un calme olympien et une assurance à toute épreuve alors que Dupont-Aignan n'est pas parvenu à sortir de son costume de bon élève pour transmettre ses idées au travers d'un comportement plus affirmé et plus offensif. Lenglet l'emporte mais le public ne lui offre même pas une oreille. Va-t-il réussir une meilleure prestation alors que le second taureau est annoncé beaucoup plus vigoureux?

Le second taureau a du sang espagnol dans les veines et a pris l'habitude d'encorner nombre de journalistes aussi brillants soient-ils. Passons à nouveau rapidement sur l'introduction de nos trois banderilleros qui évoquent le passage à la 6ème république, la violence de son discours ou le fait que sa montée dans les sondages servent les intérêts de Sarkozy, pour entrer dans le vif du sujet. Notons tout de même que c'est Jean-Luc Mélenchon qui dicte son rythme et les journalistes qui s'adaptent. La phase d'introduction lui sert à prendre ses marques tout en envoyant quelques piques pour montrer que ce soir le terrain sera la propriété du taureau. Il parvient donc à glisser qu'il manipule les journalistes et que les gens qui s'étaient habitués à s'essuyer les pieds sur lui quand il était à 4 % dans les sondages ne le peuvent plus, Jean-Michel Apathie appréciera...

 

Puis il décide de s'attaquer directement au matador alors que ce dernier n'est toujours pas entrer en piste. Il attaque donc la finance qui spécule sur la dette des Etats en affirmant que « ceux qui croient qu'on va faire de la politique à la papa en faisant des petites économies recommandées par M.Lenglet en faisant baisser le coût du travail et toutes ces sornettes qui nous mènent au désastre [...] ». Un peu plus tard il récidive: « Je vois qu'il est tout contrarié ce Monsieur Lenglet. Il a toujours l'air triste. Vous passez votre temps à demander aux autres de faire des sacrifices, je comprends que cela ne vous rende pas très joyeux ». Le duel n'a pas encore commencé que déjà le banderillero Pujadas est obligé de venir à la rescousse du matador. Psychologiquement François Lenglet se trouve nettement plus désarçonné que lorsque NDA lui indique qu'il est «suffisamment avisé»...

 

Passons sur l'intermède sans intérêt entre David Pujadas et le leader du Front de Gauche sur Georges Marchais, pour en arriver au face à face avec François Lenglet. Mélenchon accroît sa pression en indiquant que Sarkozy et Hollande n'ont pas eu de graphiques au contraire des autres candidats ce qui laisse à penser qu'ils sont favorisés. Malgré cette pression, le Directeur de BFM montre l'étendue de ses ressources en mettant JLM face à ses contradictions. Il lui demande si au regard de ses différences idéologiques avec les autres pays européens, il ne vaudrait pas mieux sortir de l'euro plutôt que d'essayer de convaincre nos partenaires européens.

 

Mais Mélenchon ne s'en laisse pas compter et continue à imposer son rythme. Il tente de reprendre Lenglet sur ses propos de la veille. L'intervention de Pujadas permet de relâcher temporairement la pression. Il s'en suit un échange virulent qui va conditionner la suite du débat.

Lenglet: « Cela n'intéresse personne sauf vous. J'en suis flatté »

 

Mélenchon: « Oui mais vous êtes tout le temps là alors que je n'y suis que temporairement » (En réalité les propos de Mélenchon traduisent la position hyper-avantageuse des journalistes pour faire passer leurs idées par rapport aux politiques)

 

JLM reprend son argumentation sur la nécessité que la BCE puisse prêter directement aux Etas. Avant que François Lenglet tente de reprendre la main en indiquant « Comme Marine Le Pen ».

 

La différence avec Dupont-Aignan se situe surtout à ce niveau puisque Mélenchon ne laisse pas passer une telle affirmation et hausse le ton tout en démontrant sa volonté d'élever le débat: « On y vient mais permettez, ce n'est pas un interrogatoire. On essaye de faire vivre une pensée et de la faire comprendre ».

Il poursuit alors son argumentaire et comme pour mieux marquer sa domination la conclut de la sorte:  « Ai-je raison ou pas? ». En fixant François Lenglet droit dans les yeux. Ce dernier tente de réagir: « Je ne vous ai pas posé la question sur le fond mais sur la forme. Comment allez-vous faire? ». Puis il avance des solutions.

 

En vain. Mélenchon poursuit son avancée territoriale: « Vous n'allez pas penser à ma place! Vous m'avez posé une première question à laquelle je n'ai pas répondu ». Après avoir une nouvelle fois remis François Lenglet à sa place, il démontre à nouveau que c'est lui qui mène le débat.

 

Cependant le Directeur de BFM conserve son calme: « Je vous remercie de le reconnaître ».

 

Mélenchon reprend alors son argumentaire sur l'importance que la BCE puisse financer directement les Etats avant de daigner (enfin!) répondre à la question de François Lenglet. Sa réponse prend alors des allures de bouquet final: « Quand je vais rencontrer les autres européens, qui suis-je? Le représentant de la deuxième puissance économique de l'UE. Du plus grand territoire. De la plus grande population d'ici quelques années. Je ne suis pas un passant dans la rue qui vient quémander aux gouvernements européens de droite s'ils veulent changer de système ».

 

Contrairement à la pensée dominante qui tend à toujours rabaisser la France, Mélenchon remet l'église sur la place du village.

 

Tentative de réaction de Lenglet:  « L'Allemagne est également un pays important et vous ne pouvez pas lui imposer cette conception. »

 

Mélenchon réplique:  « Oui d'accord! J'ai plein de moyens de contourner cela mais je vais vous répondre sur le cœur de ce que vous dites ». Sous entendu j'ai le choix des armes mais je vais venir te battre sur ton terrain pour montrer que ma domination est totale. « A quel moment en France, un gouvernement a-t-il proposé que la BCE prête directement aux Etats? JAMAIS!

 

Lenglet perd de sa superbe et ses arguments deviennent plus flous: « Si cela se fait constamment »

 

Mélenchon ne relâche pas son emprise: « Non, Monsieur Lenglet »

 

Lenglet de moins en moins précis: « Vous n'avez pas suivi l'affaire de ... »

 

Mélenchon de plus en plus sûr de son fait: « J'ai tout suivi Monsieur Lenglet »

 

Lenglet s'accroche aux branches: « Mais non... »


Mélenchon: « J'ai tout suivi. J'ai tout suivi.Ce n'est pas moi qui ait écrit le traité de Lisbonne c'est Monsieur Sarkozy. Et dans le traité de Lisbonne il a confirmé le statut d'indépendance de la BCE. Pourquoi serions nous les seuls à ne pas faire cela alors que la FED, contrairement à ce que vous avez dit hier (cf ci-dessus il parvient finalement à dire ce que Pujadas ne voulait pas qu'il dise), a prêté directement au budget fédéral américain 2500 milliards $. Mais oui Monsieur Lenglet. Ne dites pas non puisque que tous ceux qui nous écoutent peuvent suivre et vérifier. »

 

En tennis on aurait dit « Jeu, set et match » et dans une corrida le second taureau aurait largement pris le dessus sur le matador. Pourtant les idées défendues par Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Luc Mélenchon sont assez proches mais c'est bien le comportement qui fait toute la différence. Le président de DLR doit apprendre à se montrer plus agressif car dans la plupart des cas les journalistes sont souvent forts avec les faibles et faibles avec les forts. Et cela Jean-Luc Mélenchon l'a compris depuis longtemps.

 

 

Theux

 

 

NDA ou le dernier des gaullistes
NDA ou le dernier des gaullistes
Les nouveaux chiens de garde
Les nouveaux chiens de garde
La révolution Mélenchon
La révolution Mélenchon

Écrire commentaire

Commentaires : 16
  • #1

    Conall (mercredi, 18 avril 2012 10:57)

    Un article très intéressant.

    Non, les options défendues par Dupont-Aignan et Mélenchon ne sont pas les mêmes, bien que NDA soit sans doute le candidat le plus intéressant à la droite de l'échiquier politique.

    Le position sur l'euro est extrêmement différente, de même que leur position sur l'Europe. Mais ils défendent tous deux l'idée que la France n'est pas la cinquième roue du carrosse, qu'elle ne doit pas accepter la politique monétaire imposée actuellement par les traités européens et la BCE, et que le dogme néo-libéral ne tient pas la route.

  • #2

    Justicier (mercredi, 18 avril 2012 11:32)


    Excellente analyse et parfaitement bien décortiquée.

    Effectivement Jean Luc Mélenchon est un redoutable débatteur qui connait ses dossiers jusqu'au bout des doigts.

    François Lenglet s'est fait battre à plate couture et ça, ça ne leur plait pas, mais c'est la vérité.

    Jean Luc Mélenchon n'a pas tourné autour du pot, n'a éludé AUCUNE QUESTION, apparemment ça gêne, car on vient le titiller aujourd'hui sur le fait qu'il ait donné son opinion à Henri GUAINO sur ce qu'il pense de la réintégration de la France au commandement intégré de l'OTAn, C'est petit pour Le Point et le Figaro.

  • #3

    Alain (mercredi, 18 avril 2012 11:52)

    L'intermède avec Pujadas et la vidéo-rétro sur Georges Marchais n'est pas sans intérêt : c'est un procédé pour ringardiser le candidat, déjà employé sur d'autres chaines, C+ et BFM je crois . Choisir une vidéo vieille de 30 ans en dit long sur ces journalistes qui cherchent à discréditer, comme si JLM représentait le PC de cette époque .

  • #4

    jc (mercredi, 18 avril 2012 23:54)

    Mélenchon desmasque et fait tombé l'oligarchie médiatique qui nous ont menti depuis des années et par leur mensonge ont fait plonger la France dans le chaos, perte de souverainté,économique, politique, etc...
    tous c'est pujadas et autres lenglet,bfmtv, itele, et le reste a juger pour haute trahison et intelligence avec l'ennemi pour avoir induit en erreur le peuple Français.

  • #5

    PM (jeudi, 19 avril 2012 01:54)

    OK.

  • #6

    Sophie (jeudi, 19 avril 2012 17:58)

    Je pense aujourd'hui que les ficelles de cette oligarchie sont si grosses que tout français normalement constitué ne voit qu'elles. Leur nullité, leur mépris, leur suffisance finissent par être contre-productifs. A présent, nos consciences sont en alerte, nous sommes critiques et toute cette propagande cache un vide idéologique abyssal qui nous saute aux yeux !

  • #7

    vincent (vendredi, 20 avril 2012 15:33)

    merci pour cette belle analyse. j'avais également noté cette différence de ton suivant l'importance des candidats. j’hésite par contre entre deux interprétations. la première est la conclusion de cette article, journalistes faibles face aux forts ... la seconde réside davantage dans l’intérêt de cette émission qui était aussi de faire découvrir la personnalité des candidats plus que leur programme politique et en cela il fallait essayer de leur faire perdre pied. Les gros ont tellement l'habitude, leur code comportemental sont dans notre inconscient collectif et leurs prétendues casseroles sont connus de tous que les journalistes manquaient de billes pour les désarçonner. Les moins connus je veux dire en cela ceux qui passent rarement sur notre petit écran (dont malheureusement fait parti melenchon) ont les caractéristiques inverses, leur réaction nous marquant davantage. Dans cette seconde interprétation, les journalistes n'en sont pas moins critiquables car leurs skuds sont dignes de cour de récré (attaquer cheminade sur la chorale, ressortir pour la 100x marchais à melenchon ou dupont-aignan = lepen) et n’élèvent pas beaucoup le débat.
    Dans tous les cas voir melenchon rabattre le caquet a langlet et a pujadas ca fait drôlement du bien et laisse présager de meilleurs jours pour le débat d'idées...

  • #8

    Verguenza (vendredi, 20 avril 2012 17:30)

    Merci pour votre travail, continuez ainsi !

  • #9

    datala (samedi, 21 avril 2012 15:27)

    Bonne analyse.
    J'attendais avec impatience qu'il y ai égalité du temps de parole dans les médias.
    Car NDA me semble le meilleur à droite.
    Il a 2 difficultés.
    -Ennemi de Sarkozy, il est souvent blacklisté médiatiquement.
    -Et donc manque d'expérience lorsqu'il passe dans les médias. Son manque d'habitude ne lui donne pas assez d'assurance.

    Si le temps de parole était tout le temps égal dans tout les médias, il ne serait pas aussi bas car il mérite une plus grande attention. Je veux dire son programme. Il est le premier à l'avoir chiffré rubis sur l'ongle.

    La plus grosse différence avec Mélénchon, c'est que Mélénchon à trouvé des solutions sans avoir besoin de sortir de l'Euro.

    Pour Lenglet, en tant que simple citoyen, je suis pas économiste, mais je m'interesse un peu, j'ai moi aussi bondi sur les conneries et les graphiques choisis contre NDA.
    Si en plus Pujadas rajoute, que le graphique de NDA peut être expliqué par les chocs pétroliers, il y a inagilité des traitements.
    Car là aussi, les chocs pétroliers n'expliquent pas tout.

  • #10

    claude (mardi, 24 avril 2012 11:37)

    Mr lenglet est un économiste comme moi je suis curé,Pujadas est visiblement pas mieux ils sortent des graphiques que personne ne regarde et ne comprend,j'espère qu'il vient gratuitement.

  • #11

    Nebehr (mardi, 24 avril 2012 14:53)

    « On y vient mais permettez, ce n'est pas un interrogatoire. On essaye de faire vivre une pensée et de la faire comprendre »

    Je suis absolument pro-Mélenchon depuis toujours, mais je regrette de devoir dire que cet argument ait été employé à tour de bras par MLP dans les différentes interviews de campagne (la première fois je crois à son premier passage à DPDA). J'ai peur qu'à force de combattre son ennemi principal JLM finisse par s'identifier à lui en confortant ainsi la position de Marine en tant qu'original dont les autres seraient les copies alors même que c'est MLP qui sucre depuis toujours ses propositions à lui et au reste de la gauche altermondialiste anti-libérale. Ne faudrait-il pas désormais se consacrer à la tâche de restaurer la vérité ?

  • #12

    Abercrombie UK (vendredi, 27 avril 2012 10:52)

    Great post! I am just starting out in community management/marketing media and trying to learn how to do it well

  • #13

    Cheap Nfl Jerseys (jeudi, 06 septembre 2012 02:44)


    Never frown, even when you are sad, because you never know who is falling in love with your smile. I don't think that when people grow up, they will become more broad-minded and can accept everything. Conversely, I think it's a selecting process, knowing what's the most important and what's the least. And then be a simple man. dcyh000060906

  • #14

    buytadalafilonline (mercredi, 07 novembre 2012 06:52)

    I intended to draft you this bit of remark in order to say thank you once again for the pretty guidelines you've documented here. It is quite strangely open-handed of you to present unhampered precisely what a lot of people could have made available as an electronic book to generate some cash for themselves, and in particular now that you could have tried it if you decided. Those good tips likewise served as a good way to recognize that some people have a similar dream the same as my personal own to understand a whole lot more concerning this condition. I am sure there are lots of more fun periods ahead for many who take a look at your website.

  • #15

    Masticating Juicer (jeudi, 11 avril 2013 11:15)

    I just shared this upon Facebook! My friends will really like it!

  • #16

    Juicer Reviews (dimanche, 21 avril 2013 17:31)

    This post was in fact just what I had been in search of!