dim.

22

avril

2012

La gueule de bois...

Les résultats du premier tour de l'élection présidentielle viennent de tomber et le moins que l'on puisse dire est que la déception est énorme. En dehors de la première place de François Hollande qui devrait lui permettre de remporter l'élection présidentielle, les mauvaises nouvelles se sont enchaînées. Le faible niveau de la campagne présidentielle aurait certes dû nous servir d'alerte, mais la réalité des chiffres est délicate à accepter.

Le premier enseignement est que l'engouement que Jean-Luc Mélenchon était parvenu à fédérer autour de son projet ne s'est pas terminé en feu d'artifice. Loin de là. La ferveur générée autour de ses discours, de ses meetings, du rassemblement populaire laissait espérer une mauvaise appréciation des instituts de sondage. Nos espoirs n'étaient pas vains mais ils étaient erronés. La candidature de Jean-Luc Mélenchon était en réalité sur-évaluée. Ce qui est triste puisque nous pensions que les Français s'étaient laissés séduire par ses idées sur la relance du pouvoir d'achat ou sur sur sa volonté de changer une UE néo-libérale. Pire son objectif de dépasser Marine Le Pen s'est terminée par une correction.

 

Comme souvent la candidate du Front National s'est trouvée sous-cotée par les instituts de sondage qui connaissent de grandes difficultés à sonder son électorat. Ce premier tour marque avant tout sa victoire puisque jamais le Front National n'avait connu une telle réussite à l'élection présidentielle. Ce succès prouve la puissance des idées d'extrême droite qui ont largement pris le pas sur les idées de gauche. Les Français semblent plus séduits par la lutte contre l'insécurité et contre l'immigration que par la volonté de transformer l'UE ou de changer notre système économique, même si Marine Le Pen a également fait des propositions dans ce sens. Même si nous avions montré que le clivage droite-gauche tendait à se dissiper, force est de reconnaître que les résultats de ce premier tour marque la victoire idéologique des idées de droite, à l'exception de Dupont-Aignan, sur les idées de gauche.

La conséquence directe est que la campagne du second tour va basculer à droite alors que nous imaginions qu'elle serait à gauche. Malheureusement, les idées de Marine Le Pen qui vont être reprises par les candidats qualifiés pour le second tour, et notamment par Nicolas Sarkozy ne seront pas celles liées au protectionnisme, à la sortie de l'euro ou à l'indépendance de la BCE. Qu'on se le dise nous allons avoir droit à la viande halal, à la Burqa, à l'immigration et peut-être même au Ministère de l'identité nationale.

 

Cette tendance est confortée par le score de Nicolas Dupont-Aignan qui réalise une performance comparable aux prévisions des sondages. La droite française n'a pas pris conscience de la qualité du projet du Maire de Yerres, qui n'est pas parvenu à fonder une véritable force autour de lui. Il s'agit d'une déception immense pour la qualité des idées qu'il proposait.

 

Le principal enseignement de ce premier tour réside également dans le profond rejet que provoque Nicolas Sarkozy. Alors qu'il était plébiscité en 2007, l'actuel Président de la République ne bénéficie plus d'aucune crédibilité. L'impression est donnée que n'importe quel candidat avec l'étiquette PS aurait été en mesure de le battre. Il s'agit d'ailleurs d'une déception importante autour du probable succès de François Hollande qui risque d'être porté à la tête du pays plus comme un choix par défaut que pour le projet qu'il propose, qui il est vrai reste assez proche de celui de Nicolas Sarkozy.

 

Pour les candidats alternatifs, l'espoir réside sans doute à ce niveau, puisqu'après avoir mis fin à l'imposture Sarkozy, l'accession au pouvoir de François Hollande devrait permettre de faire tomber les masques c'est à dire de montrer l'inefficacité d'une politique sociale-démocrate pour résoudre la crise. Comme on a pu le mesure au travers des exemples de Papandréou en Grèce ou de Zapatero en Espagne, les politiques d'austérité de la gauche gouvernementale sont des échecs qui enfoncent plus profondément les pays dans la crise.

La photographie fournie par le premier tour de l'élection présidentielle nous indique que les Français ne sont pas encore pleinement touchés par la crise et que leur priorité reste de conserver leurs acquis dans un pays qui décline. L'individualisation de notre société conduit chaque Français à conserver ses petits avantages face au danger représenté par les autres qui prend bien souvent le visage de l'immigré. Les médias portent certainement une lourde responsabilité en développant le message que nous ne pouvons rien faire pour transformer notre modèle économique et que nous devons nous adapter à la mondialisation qui serait un phénomène exogène sur lequel nous n'aurions aucune prise. Les Français ont donc fait le choix de se concentrer sur les domaines dans lesquels les politiques peuvent agir comme l'immigration et la sécurité.

 

Les Mélenchon, Dupont-Aignan et Montebourg vont donc devoir poursuivre leur travail de pédagogie pour convaincre les Français que la mondialisation n'est que la conséquence de décisions politiques et qu'il est parfaitement possible de l'aménager en préconisant par exemple des mesures protectionnistes. L'échec probable de François Hollande devrait les y aider puisqu'une fois que le Parti Socialiste sera à son tour discrédité, le choix offert aux Français devrait être beaucoup plus restreint. Pour les empêcher de les pousser dans les bras du Front National, il sera indispensable de construire un véritable projet alternatif à droite comme à gauche.

 

Jean-Luc Mélenchon y est parvenu à gauche, même si sa campagne pouvait laisser espérer un succès nettement plus large. Nicolas Dupont-Aignan s'est efforcé de l'imiter à droite avec un résultat beaucoup plus modeste mais qu'il conviendra de poursuivre. Quant à Montebourg, son choix de rester au PS s'avère risqué mais un scénario de crise pourrait lui permettre de constituer une option intéressante pour François Hollande.

 

Pour les partisans du protectionnisme et de la démondialisation, le combat continue mais que cette soirée électorale fut douloureuse...

 

 

Theux

L'identité protectionniste de la France
L'identité protectionniste de la France
La haine de la France
La haine de la France
Présidentielles: Pourquoi les français vont-ils se tirer une balle dans le pied?
Présidentielles: Pourquoi les français vont-ils se tirer une balle dans le pied?

Écrire commentaire

Commentaires : 57
  • #1

    Damoiseau L'Xé (lundi, 23 avril 2012 00:45)

    Un commentaire avant lecture du papier.
    Plus que jamais, le FHaine demeure l'idiot utile du système néolibéral. Cela explique sûrement le fait qu'aucun parti converti à l'économie de marché ne le combat vraiment.
    Ces 12%, qui pouvaient paraître satisfaisants, surtout en partant de 5, ont vraiment un goût amère dans ce contexte.
    Je suis de plus en plus inquiet pour l'avenir. Je ne crois pas en Hollande pour sauver notre modèle social. Il ne renégociera pas les traités européens. En outre, il semblerait que les marchés aient décidé de s'attaquer à la France, bientôt. Ils auraient en ligne de mire notre Droit du Travail, et aimeraient faire supprimer le CDI en France...
    Autrement dit, que ce soit Hollande ou Sarko, ils ont déjà gagné...

  • #2

    RadTranf (lundi, 23 avril 2012 00:47)

    100% d'accord. Avec la conclusion aussi. Il faut que Hollande passe pour espérer voire une alternative fleurir, sinon on est bon pour du vote utile ad vitama eternam

  • #3

    ... (lundi, 23 avril 2012 00:47)

    "Quant à Montebourg, son choix de rester au PS s'avère risquer"
    N'est-ce pas plutôt "risqué"?
    Analyse intéressante des résultats quelque peu prévisibles de cette élection.

  • #4

    RadTransf (lundi, 23 avril 2012 00:51)

    Ceci dit au vu des scores de ce soir, Hollande a très peu de chance.

  • #5

    miluz (lundi, 23 avril 2012 01:55)

    "l'accession au pouvoir de François Hollande devrait permettre de faire tomber les masques c'est à dire de montrer l'inefficacité d'une politique sociale-démocrate pour résoudre la crise. "
    C'est du passé ça. Tous les socialistes au pouvoir depuis 30 ans nous l'ont déjà prouvé. Plus que zélés.

    Il y a beaucoup à dire sur la campagne du FdG. Des manques et des erreurs qu'il serait bon d'analyser. Je ne crois pas au silence stratégique.

  • #6

    Doise (lundi, 23 avril 2012 05:20)

    Mélenchon avait fait le pari de capter la base ouvrière du FN, et Sarkozy celui d'en rallier sa frange bourgeoise.
    Cette double tentative, doublement ratée, fait du FN le centre de gravité de la politique française et légitime (qu'on le veuille ou non) son projet d'incarner à lui seul l'opposition au système, étant donné qu'il n'y a aucune différence à attendre entre Sarkozy et Hollande, et que Mélenchon s'est piteusement mis à la remorque de ce dernier.

    Oui, Nicolas Dupont-Aignan a été très bon dans la pédagogie. Mais son souverainisme désincarné, anational, hors-sol, n'a fait qu'apporter de l'eau au moulin de Marine Le Pen en lui laissant l'exclusivité de l'argumentaire qui sensibilise le plus les classes populaires, c.à.d. l'instrumentalisation de l'immigration pour écraser le pouvoir d'achat. Entendre Mélenchon faire chorus avec le MEDEF en faveur de l'ouverture totale des frontières était plus amusant que surprenant.

  • #7

    Thierry (lundi, 23 avril 2012 07:57)

    Les électeurs du FN ne sont pas des pouilleux. Des ouvriers, des employés des artisans pour l'essentiel.
    Ils n'ont plus les moyens de se payer une maison, les banques ne leur prêtent plus. Ils n'ont plus les moyens de se payer ni lunettes ni de se soigner les dents : les mutuelles trop chères remboursent 200 € par an
    Et que voient ils : 50 % des ménages d'origine étrangère vivant en habitat social sont propriétaires dans leur pays d'origine
    Avec ÂME et CMU, ils voient les étrangers accéder à des soins auxquels ils n'ont plus droit
    Quand nos politiques prendront ils le problème en charge
    Je ne suis pas FN mais je vois le malheur autour de moi qui prend le bulletin de MLP

  • #8

    Damoiseau L'Xé (lundi, 23 avril 2012 09:50)

    @Thierry
    Tu n'es pas FHaine, mais t'en tiens le discours, à la virgule près... Le coup des logements sociaux, du RMI, de la CMU etc. c'est le prototype. Et plutôt que dire que tu connais des gens qui... Assume ta pensée, à moins qu'au fond de toi, tu saches qu'elle est moisie.

  • #9

    Bernard (lundi, 23 avril 2012 10:01)

    Les Français, au delà de ce vote, donnent carte blanche à l'Europe et à la finance...

    http://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/la-finance-prepare-l-apres-34796

    Préparez vos mouchoirs, les Grecs doivent bien rigoler du choix de la France !

  • #10

    Aurélie (lundi, 23 avril 2012 11:07)

    Déception, c'est le premier mot qui me vient à la bouche.
    Le score du Front de Gauche n'est pas exceptionnel comme certain pouvaient s'y attendre (moi la première), mais ce n'est pas ca qui me décoit.
    Hier en voyant ce chiffre, 20%! Un haut le coeur. Le peuple avait parlé, et il a bien surpris tout le monde.
    La campagne d'éducation qu'a mené le Front de Gauche populaire a fortifié les convictions des électeurs de cette alliance électorale, mais n'a pas convaincu les autres sensibilités politiques. Le Front National a réussi, et c'est cela qui me décoit en tant que citoyenne.
    Mais je crois qu'il faut respecter ce résultat, c'est la magie de la démocratie, même si il ne respecte pas mes convictions personnelles.
    Je n'étais déjà pas très confiante en l'avenir, là je n'y crois plus du tout.
    Mais j'aime mon pays quoi que pense la masse des gens qui le compose (l'amour n'est jamais facile).
    Vive la France, et surtout Vive la République.

  • #11

    Doise (lundi, 23 avril 2012 11:12)

    @Bernard :
    Hollande = Sarkozy = gouvernance Goldman-Sachs, c'est d'avance réglé comme du papier à musique.

    (La "gouvernance" ayant été substituée à la démocratie, sans qu'on nous dise ni quand ni comment ni pour quelle raison ni au nom de quoi, en tout cas certainement pas en celui du peuple français.)

    Ceux qui aujourd'hui ont foi en l'euro et en l'Union Européenne ont le même tour d'esprit que ceux qui avaient confiance en la SDN en 1936.

  • #12

    Doise (lundi, 23 avril 2012 11:24)

    @Damoiseau L'Xé :
    "Un commentaire avant lecture du papier"
    - Commenter avant même de lire, ça fleure bon son crétin issu de la LCR.

    "Plus que jamais, le FHaine demeure l'idiot utile du système néolibéral" :
    - La mère Parisot du MEDEF a éprouvé le besoin d'(e faire) écrire tout un bouquin (nullard) pour combattre le FN, ses proposition de protectionnisme modulé et d'"Etat-stratège".

    On ne l'a pas vue s'inquiéter de JLM, qui était récemment ministre dans le gouvernement le plus favorable à la finance qui fut jamais, celui de Jospin, ou régnait un certain DSK.

    Le mondialisme migratoire et le mondialisme néo-libéral sont une seule et même agression contre notre nation, on ne peut approuver l'un sans consentir à l'autre.

  • #13

    Trubli (lundi, 23 avril 2012 12:07)

    Thierry et Doise montrent que l'auteur de l'article n'a pas compris les motivations des électeurs du front national.

    Le problème de Mélenchon a été de mettre les préoccupations sociétales en haut du pavé alors que l'électorat ouvrier se moque bien du thème du mariage homosexuel. Et cet électorat sait que l'idée d'un smic à 1700 euros n'est pas sérieuse si on ne s'est pas attaqué à d'autres problèmes en amont.

    Mélenchon a toujours eu un discours flou cherchant à ménager la chèvre et le chou c-a-d les classes populaires et les classes moyennes gauchistes.

    Si je prends par exemple le sujet de l'immigration, je peux démontrer que Mélenchon a tout faux. Les classes populaires craignent l'immigration parce qu'elle les met en concurrence avec des personnes prêtes à accepter des salaires plus faibles que celui demandé par un français de souche, un immigré de longue date ou un enfant d'immigré. Comment résoudre le problème ? Et bien ce n'est pas avec des bons sentiments mais avec du pragmatisme :
    1) élever de manière générale le niveau de formation de la population et le besoin de jobs qualifiés pour rendre moins attrayant le recours à l'immigration clandestine.

    2) Mieux utiliser l'aide au développement. Celle-ci devrait servir à financer des dispositifs où la France aiderait à la formation d'élites locales, lesquelles seraient incitées à rester sur place grâce à un salaire abondé : par ex les salaires des médeciens locaux pourraient être pris en charge par l'aide au développement et le niveau de rémunération attrayant dissuaderait ou inciterait au retur après quelques années à l'étranger. Ces élites scientifiques, administratives et économiques feront décoller leurs pays. Ce décollage économique et social réduira progressivement l'envie d'émigrer.

    3)Il faut être ferme avec l'immigration clandestine mais avec tout le respect qui est du à la personne humaine. Je cible ici les centres de rétentions qui sont abominables. N'oublions pas qu'ils s'agit d'être humains qui veulent seulement améliorer leur condition de vie et aider leurs proches restés au pays.

    4) Il faut reprendre le modèle d'assimilation qui a toujours été celui de la France jusqu'à la victoire des libéraux-libertaires en mai 68 et de leur relativisme culturel. Vivre ensemble implique d'accepter des valeurs communes, sans quoi la nation se désagrège.

  • #14

    Damoiseau L'Xé (lundi, 23 avril 2012 13:08)

    @#13 le facho précédent
    J'ai arrêté de lire à "français de souche", ça pue le wording du fHaine!
    Quant à la concurrence des travailleurs immigrés, elle est réglée par leur régularisation qui empêchera, de fait, les grosses boîtes du BTP et leurs sous-traitants de profiter de certaines situations, en les maintenant en dehors du droit du travail et en les sous-payant.

    À la lecture des résultats ville par ville, département par département, on se rend bien compte que l'électorat du fHaine n'est pas du tout dans les quartiers dits difficiles ou populaires, où il culmine à 10-12. C'est dans les campagnes qu'il fait ses meilleurs scores. Cela contredit complètement les pseudo-analystes qui nous parlent d'un électorat populaire.

    Au passage, la lettre ouverte datée du 19/4 de cinq économistes, dont Jacques Sapir, à François Hollande : http://m.marianne2.fr/Jacques-Sapir-lettre-ouverte-a-Francois-Hollande_a217032.html
    Il est clairement dit que l'austérité fait monter l'extrême droite, comme dans les années 30...

  • #15

    Lila (lundi, 23 avril 2012 14:01)

    Je suis également déçu par le score du Front de gauche. Pour autant je pense qu’il serait bénéfique d’arrêter de condamner systématiquement toute personne ayant des idées politique différentes des notres. Parlez de FHaine comme Damoiseau, considérer les 18% de votant FN comme des idiots, cela n’avance à rien. Je ne me reconnais pas dans ce langage d’exclusion. JLM a déclaré ne pas méprisez les gens votant à l’extrême droite.
    Cette façon de s’exprimer et c’est mon opinion, fait peur au Français, sommes-nous sous le régime de la terreur? Cela peut expliquer pourquoi beaucoup de Français se sont tournés vers le PS au premier tour et également le relatif faible score du FdG.

  • #16

    Trubli (lundi, 23 avril 2012 14:06)

    "Quant à la concurrence des travailleurs immigrés, elle est réglée par leur régularisation qui empêchera, de fait, les grosses boîtes du BTP et leurs sous-traitants de profiter de certaines situations, en les maintenant en dehors du droit du travail et en les sous-payant."

    Et bien non. Une régularisation massive des "clandestins" crée un appel d'air.
    De plus elle fait l'affaire des employeurs car sur un marché du travail donné, comme celui du btp par exemple, la régularisation signifie que l'immigré est là définitivement et que le rapport de force entre offre de travail et demande de travail est définitivement déséquilibré au profit de l'offreur. L'offreur étant l'employeur, ce dernier gagne sur toute la ligne : il fait travailler une personne sous-payée dans un premier temps. une fois cette personne régularisée, il sait qu'elle exercera involontairement une pression à la baisse sur les salaires ou tout simplement l'employeur sait qu'il n'aura pas à revaloriser les salaires pour attirer les "locaux".
    C'est pourquoi la question de l'immigration est redoutable. on ne résout pas ce défi par des bons sentiments et on ne peut pas régulariser la planète entière. Par ailleurs la question de l'immigration pose la question de ce que fait la France en Afrique et de la "dette morale" à l'égard des pays francophones.

    "on se rend bien compte que l'électorat du fHaine n'est pas du tout dans les quartiers dits difficiles ou populaires, où il culmine à 10-12. C'est dans les campagnes qu'il fait ses meilleurs scores."
    Je pense que vous devriez lire Christophe Guilluy. Car il explique bien comment la géographie française a évolué. D'un côté on a une France de la mondialisation, c-a-d une France métropolitaine, urbaine où les classes moyennes et supérieures côtoient des classes populaires issues de l'immigration et à côté une France péri-urbaine où par volonté d'évitement une partie des classes moyennes et les classes populaires s'installent. Dès lors il n'est pas étonnant que ce soient ces classes populaires des campagnes qui votent fortement FN. Les vilipender ou les ostraciser ne servira a rien. il faut comprendre leurs angoisses et y apporter les bonnes solutions. L'austérité est 1 problème mais il n'est pas le seul.

  • #17

    Damoiseau L'Xé (lundi, 23 avril 2012)

    @Lila
    Je parlerai du parti de l'amour dorénavant!
    Mais je ne suis pas dupe de l'agitation de certains thèmes qui détourne l'attention des vrais problèmes! Et avec environ 18%, ce sont ces mêmes thèmes que l'on va nous resservir à foison, faisant abstraction des 82 autres qui ont peut-être d'autres soucis ou priorités que la viande Halal ou l'identité nationale... Moi, je ne caresse pas dans le sens du poil ces électeurs qui se laissent berner par une héritière châtelaine. C'est comme si les Tiers-Etat votait pour la noblesse. Renoncer devant eux reviendrait à les laisser s'installer, avec toutes les conséquences que l'on sait, comme dans certaines périodes de l'Histoire récente.
    Enfin, je ne les ai pas traités d'idiots, mais dit que ce parti était l'idiot utile du système néolibéral, en somme le chien de garde du capital et de la finance. Nuance! Merci de ne pas déformer mon propos.

  • #18

    RadTranf (lundi, 23 avril 2012 15:03)

    C'est marrant, tout le monde oublie que le FN a masqué ses oripeaux ultralibéraux quand il s'est aperçu qu'il y avait un coup à faire en 2002.

    Non mais qu'elle est la politique sociale du FN ? Qui c'est qui se bat contre les délocalisations ? Et pour les travailleurs au quotidien ?

    Le FN est et restera un parti qui cache sa volonté anti-sociale derrière une pseudo-défense de la France sur un mode xénophobe.


  • #19

    Damoiseau L'Xé (lundi, 23 avril 2012 15:19)

    @Trubli
    Puisqu'ils viennent déjà selon toi, je ne vois en quoi ce fameux appel d'air changerait quoi que ce soit. Tu te trompes d'ennemis.
    En outre, il faut arrêter de fantasmer sur notre pays, et l'Europe plus globalement : nous attirerons de moins en moins l'immigration. Ce qui, un jour, deviendra un problème. Les chinois parlent déjà de nous comme "les pays endettés", comme nous parlions auparavant de "pays du tiers-monde" ou "pays en voie de développement".

    Sinon, les lectures de chevet d'Eric Zeymour, très peu pour moi!
    Ce que je vois aujourd'hui, dans les quartiers urbains populaires (difficiles ou sensibles, peu importe leur appellation officielle), là où on subirait l'immigration si on la considérait comme un problème, il n'y a pas d'adhésion massive aux idées du fHaine. Donc, je confirme mon propos en disant que ce parti n'a pas un électorat populaire, n'en déplaise aux éditorialistes dominants du moment. D'ailleurs, ce serait un comble, vu son leader, une héritière et châtelaine!

  • #20

    Doise (lundi, 23 avril 2012 15:47)

    "[J'ai] dit que ce parti [le FN] était l'idiot utile du système néolibéral, en somme le chien de garde du capital et de la finance."

    — Ne fais pas l'enfant. Le capital, la finance, les élites sociales et les médias qu'elles utilisent, ont été mobilisés contre le FN avec un exceptionnel acharnement. Il faut vraiment être d'une mauvaise foi quasiment trotskiste pour le nier.

    Tu ne sembles pas voir la contradiction centrale de la présente configuration, qui est que l'anticapitalisme verbal d'un Mélenchon est en collision frontale avec ses postures sociétales.

    Tout plan de relance par la consommation suppose un minimum de protection aux frontières, sans quoi une politique keynesienne devient un cadeau sans contrepartie accordé aux entreprises chinoises. La protection d'un marché va nécessairement de pair avec la protection des acquis sociaux, qui requiert une protection contre l'immigration (le PCF le savait encore très bien dans les années 80) — non seulement l'immigration de travail, mais l'immigration de délinquance, devenue prédominante dans les "quartoers sensibles". Et corrélativement, une protection contre les mouvements spéculatifs ou simplement erratiques de capitaux est le complément indispensable. On ne peut pas trier entre ces impératifs : c'est tous les trois, ou aucun.

    Mais la gauche a été saisie du syndrome 'Terra Nova', c.à.d. dissimuler ses capitulations idéologiques et programmatiques sous un verbiage de progressisme sociétal, en premier lieu l'indulgence envers toutes les dérives liées à l'immigration incontrôlée. Ce qui est l'idéologie dominante de ce temps, la praxis Ritchie Descoings, où l'on finit par ne plus discerner de frontière entre le post-gauchisme et le néo-conservatisme à l'américaine (de DSK à BHL, si tu vois ce que je veux dire).

    OK je sais que ce disant je tombe dans le discours de réacs avoués (comme Eric Zemmour) et des marxistes droitisés (comme Alain Soral). MAIS, mince problème, ce discours est vrai, cruellement vrai, il décrit le réel, celui que nous avons sous le nez.

    Il y a longtemps eu au FN un paradoxe entre, d'une part, son réflexe anti-Europe, anti-mondialisation, et d'autre part son adhésion irraisonnée, routinière, aux dogmes libéraux. Il a commencé à prendre le virage lors de la 1ère guerre du Golfe, mais ce virage n'a été théorisé que ces dernières années par le staff de Marine Le Pen.

    Et, je suis navré de le dire, la résultante de cette reélaboration est une synthèse qui tient debout. Sans doute la seule dans ce cas sur le spectre idéologique ambiant. Ça ne sert à rien de le nier et de persister dans les radotages des temps passés.

  • #21

    Trubli (lundi, 23 avril 2012 16:09)

    "En outre, il faut arrêter de fantasmer sur notre pays, et l'Europe plus globalement : nous attirerons de moins en moins l'immigration. Ce qui, un jour, deviendra un problème"

    Je ne vois pas bien où est le problème si nous attirons moins l'immigration.
    A moins que ce soit cette légende urbaine selon laquelle on ne pourrait pas payer les retraites sans recours à l'immigration ?

    c'est bizarre cet entêtement à ne pas vouloir reconnaître que l'immigration peut agir comme une dévaluation interne et que c'est une raison qui peut expliquer le ralliement au FN d'une partie de la population. J'aurai préféré un ralliement à NDA.

    "Tu ne sembles pas voir la contradiction centrale de la présente configuration, qui est que l'anticapitalisme verbal d'un Mélenchon est en collision frontale avec ses postures sociétales." Justement c'est pour cela que Jean-Claude Michea avait sorti un petit bouquin en 2002, Impasse Adam Smith ou l'impossibilité de dépasser le capitalisme par sa gauche. Les libertaires culturels et politiques ne se rendent pas compte que leurs postures dans tous les domaines de la vie sociale préparent le terrain aux libéraux économiques.

  • #22

    Pierre Feuille Ciseaux (lundi, 23 avril 2012 16:51)

    Damoiseau L'Xé (lundi, 23 avril 2012 13:08)
    "C'est dans les campagnes qu'il fait ses meilleurs scores. Cela contredit complètement les pseudo-analystes qui nous parlent d'un électorat populaire."

    Tout d'abord les gens vivant en campagne font aussi parti de l'éléctorat populaire, qui ne se limite pas aux habitants des cités !La gauche souffre d'un gros biais ethno-social à ce sujet.

    Ensuite le discours du FN ne repose pas seulement sur la haine des immigrés mais aussi sur l'anti-système !
    Or le fait est que dans le discours politique ,tout ce que le "système" garantie à son éléctorat (service public , service sociaux , emplois ,industries) a tendance à disparaitre des campagnes...
    En zone rurale le vote FN est un vote de classe avant d'être un vote "racial" , avant d'avoir la haine contre les rats du désert , les rats des champs ont surtout les boules contre les rats des villes.
    C'est pour eux que Marine Lepen tient ses discours anti-mondialisation et anti-élites.

    Quant à l'inadéquation entre vote frontiste et forte présente immigrée , il suffit de jeter un coup d'oeil au vote FN dans le PACA , l'Alsace Lorraine et le Nord pas de Calais pour voir qu'il existe bien une corrélation.

    ps: vous devriez vraiment lire "Fractures Francaises" , vous comprendriez que parfois (comme en IDF) les gens votent mais avec leurs pieds , car leur mobilité social leur permet de le faire.

  • #23

    Trubli (lundi, 23 avril 2012 17:11)

    Pour Damoiseau :

    http://www.les-elections-presidentielles-2012.com/VideoDetail/xmz29o--les-matins-Christophe-Guilluy-et-Herve-Algalarrondo

    Une vidéo de Guilluy pour mieux comprendre les choses, surtout à partir de 24:30.

  • #24

    Damoiseau L'Xé (lundi, 23 avril 2012 17:38)

    @Pierre Feuille Ciseaux
    Le vote fHaine, un vote de classe??? La blague! Les classes populaires ne votent pas pour des héritiers, à part quelques masochistes...
    En zone rurale, l'insécurité, ou le halal,sont surtout relayés par les médias, et c'est ce qui fait peur. Ce que je comprends bien évidemment. Mais il faut rester lucide et comprendre que ces médias savent créer et entretenir des peurs irrationnelles.

  • #25

    miluz (lundi, 23 avril 2012 19:00)

    Bien vu Feuille Ciseau Pierre #22,
    les partis politiques comme les médias sont centralisés, et ont des points aveugles sur la France métropolitaine. Cela nuit à la qualité du dialogue et aux remontées d'infos, mais c'est surtout un système d'organisation obsolète à l'époque des hautes technologies de l'information.

    Il n'y a pas que l'organisation hiérarchique pyramidale qui subit les affres de cette révolution (la seule pour l'instant), mais aussi la notion de travail. De temps. Le capitalisme étant la "dépense de l'énergie humaine au rythme de l'horloge"...

    Les machines produisent 4x plus et l'industrie n'a besoin de travail humain que pour le réglage, le contrôle et la conception des machines.
    Le travail est non seulement allégé, mais intellectuel et il reste désormais beaucoup de temps libre pour retourner à des activités plus normales. Comme s'occuper des gens, faire la fête, cultiver son jardin, bricoler entre voisins, peindre, aimer, se balader, etc...

    Il va bien falloir partager les tâches un de ces 4, hmm?
    Logiquement, si je connaîs bien la nature humaine, on ne se dispute pas pour faire des corvées. Alors se marcher dessus pour servir d'esclave, je trouve ça balaise comme retournement cérébral. Ils sont forts, vraiment.

    Ces deux domaines où la révolution est sensée nous rendre la vie plus facile et plus belle, posent des problèmes de transition et la réaction surgit aussi où on ne l'attendait pas. C'est à dire chez les industriels et les banquiers, les médias et les politiques... qui vivent de la centralisation et de la rétention d'info ok, mais aussi les intellectuels et les artistes qui défendent leurs "droits".. au monopole.

    L'euthanasie des rentiers n'est pas venue par la gauche, mais tout droit des machines. Comme Marx l'avait prévu, la fin du capitalisme vient de sa propre auto-destruction. Mais dans une accélération inouïe, dûe à l'accumulation de valeurs d'échange, marchandes, à l'intérieur de tuyaux trop rapides et intelligents, trop petits et pas fait pour ça.

    Ils ont tout planqué dans des endroits où la sécurité les mets en danger.. c'est à n'y rien comprendre! Machiavélique pour les avares. Mais tellement naturel.. à l'image de leurs caves de Genève de plus de 80m de profondeur que le Rhône vient lécher et pourrir.

    Puis cela vient aussi un peu des informaticiens. Mais ça, on l'oublie tellement qu'un de ces 4, ça va vous tomber dessus. Et encore vous surprendre, hmm?

    Depuis le temps qu'on vous tape du pied et des épaules...

  • #26

    johann (lundi, 23 avril 2012 23:40)

    je vois bien la manoeuvre de certains qui voudraient assimiler le Front de gauche à la gauche terra nova,
    et je lis avec dégout les affirmations fallacieuses sur une soit-disant ouverture des frontières et l’absence de protectionnisme...vous avez dû mal lire l'humain d'abord...et mal compris la politique étrangère de coopération proposée.

    les problèmes soulevés par le FN le sont par le mauvais bout, et ce parti ne sert à rien d'autre qu'à verrouiller le système et à faire se complaire dans leur abrutissement des masses incultes et fières de le rester,

    mais le plus tragique dans ce vote FN, c'est qu'il prépare de nouveaux candidats à la délinquance "décomplexée" contre ces "français" qui les haïssent, en trahissant eux aussi la France,

    on s'amusera de voir ces gens râler sans cesse tout en propageant la haine et surtout en soutenant les modèles d'exploitation qui plongent les populations dans la misère...

    on s'amusera de la belle cohérence du FN, antisyndicats et antiimmigrés, vos augmentations de salaire payées par vous même via la Tva (l'autre candidat fasciste a dit "sociale") et l'amour à géométrie raciale...l'antifrance dans toute sa splendeur!

    je n'ai pas d'indulgence pour les visions rétrogrades machistes et religieuses ou ethniques, qu'elles viennent des "bons français" ou des "immigrés",

    je comprend, je constate et je n'oublie pas qui sont les vrais "responsables",

    n'en déplaisent aux croyants d'un "capitalisme à visage humain".

  • #27

    Charles (mardi, 24 avril 2012 00:37)

    Il n'y a pourtant rien d'étonnant à ce que le vote FN soit faible dans les quartiers "populaires". La majorité de la population de ces quartiers est aujourd'hui issues de l'immigration... ils ne vont pas voter FN...

  • #28

    gui (mardi, 24 avril 2012 01:02)

    à Damoiseau
    Le vote des campagnes c est aussi un vote populaire , donc oui MLP est un choix populaire

  • #29

    miluz (mardi, 24 avril 2012 01:24)

    "vos augmentations de salaire payées par vous même via la Tva"
    NB : le financement d'un "revenu de base" par la TVA est une idée des banquiers Suisses-allemands. Ce que propose la chauve-souris n'en est qu'un pâle reflet.

    Je me souviens de ce tweet hier sur #placeaupeuple, Un oeil de chat noir, qui balance "les gueulards au boulot" http://pix.toile-libre.org/?img=1335222175.jpg

    Vous remarquerez qu'à 19h, ils étaient déjà au courant. Il n'y a que les francophones suisses et belges qui avaient des infos fiables avant nous.

    Vous avez globalement sous-estimé la puissance d'internet et la présence de l'extrême-droite sur la toile, sa maîtrise des forums et des sites où ils ne s'auto-censurent pas.

    Auto-censure que la plupart des mouvements sociaux s'appliquent désormais.

    Depuis 2005, très clairement, sur les listes publiques petit à petit tenues par des modérateurs inconnus des réseaux eux-même, ont donné l'habitude aux gens de ne plus accepter que des bulletins d'info sans retour.

    Les abonnements à des newsletters sont devenues la règle.

    Ce n'est qu'un exemple.

  • #30

    Doise (mardi, 24 avril 2012 02:05)

    @johann : "je vois bien la manoeuvre de certains qui voudraient assimiler le Front de gauche à la gauche terra nova"

    - Pas besoin d'artifice dialectique pour établir que le FDG n'a pas coupé le cordon ombilical avec la gauche Julien Dray. D'où sort Delapierre, à propos ?

    Si tu veux, je peux te renvoyer aux innombrables déclarations et actions du PCF sur ce sujet durant la sinistre ère Mitterrand. Il a été pour cela impitoyablement critiqué, insulté, ringardisé par les néo-beaufs réunis autour de Libé, BHL, et SOS-Racisme, il ne s'en est jamais remis.

    @Damoiseau L'Xé :
    "À la lecture des résultats ville par ville, département par département, on se rend bien compte que l'électorat du fHaine n'est pas du tout dans les quartiers dits difficiles ou populaires, où il culmine à 10-12. C'est dans les campagnes qu'il fait ses meilleurs scores. Cela contredit complètement les pseudo-analystes qui nous parlent d'un électorat populaire."

    — Tu es en plein déni mon garçon. Que je sache, MLP a recueilli au 1er tour 30% de l'électorat ouvrier, Hollande 27%, Sarko 18% et JLM 12% seulement.

    Si Marine Le Pen fait un carton dans les zones rurbaines désindustrialisées autour des villes du Nord et de l'Est, Mélenchon fait ses meilleurs résultats dans les départements les plus ruraux, restés pré-industriels : Ariège, Hautes-Pyrénées, Lot, Dordogne, Haute-Vienne, Creuse, Allier, Cher (on y retrouve l'empreinte du "communisme rural" détecté par Emmanuel Todd, un substrat anthropologique enclin à l'autoritarisme mais peu propice à la modernité).

    Par contre, les autres bastions sont les "quartiers populaires" (novlangue pour "ghettos afro-arabes") des grandes agglomérations.
    On voit d'ici la fracture ethnique entre ça et les campagnes épargnées par l'immigration du Centre et du Sud-Ouest.

    Bonne chance pour faire marcher cet attelage.

  • #31

    Damoiseau L'Xé (mardi, 24 avril 2012 02:28)

    J'adore "Ghettos Afro-arabes", cela en dit long sur la mentalité.
    Tu devrais venir y faire un tour (ça changera de ce que tu peux entendre ou voir à la télé!), tu verras, on y mange de la bonne viande halal!

    Sinon, faudrait peut-être avancer des sources fiables quant à l'électorat ouvrier qui voterait à 30% pour la truie : que je sache, nous n'indiquons pas notre CSP sur le bulletin de vote. Et vu l'approximation des instituts de sondages, permets moi d'émettre de sérieux doutes. Je me réfère donc aux résultats ville par ville, et quartier par quartier, seuls outils sérieux, qui contredisent complètement ton propos.
    Même si cela te met la rage, les prolos sont suffisamment sensés pour ne pas voter pour une héritière et châtelaine!

  • #32

    Doise (mardi, 24 avril 2012 03:04)

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/23/sociologie-hollande-seduit-au-dela-du-ps-le-vote-sarkozy-populaire-recule_1689758_1471069.html

    http://www.dhnet.be/infos/monde/article/392738/marine-le-pen-presidente-des-ouvriers.html

    N'as-tu pas noté que la dynamique FdG s'est inversée à partir du discours de Marseille, lorsque JLM s'est mis à délirer sur l'immigration, le métissage, les sans-papiers, notre Méditerranée etc. ?

  • #33

    miluz (mardi, 24 avril 2012 04:12)

    @Doise
    Todd sera ravi de savoir que son bouquin sert de support aux thèses électoralistes d'extrême-droite. Si tu pouvais lui laisser ses propres analyses serait pas mal. Il est encore vivant, apparemment.
    Pour l'instant on peut juste voir une nette séparation Nord/Sud. Genre zone libre/zone occupée, si on peut faire un rapport avec l'histoire de France.

  • #34

    PHil (mardi, 24 avril 2012 06:44)

    Pas vraiment convaincu par la vision Hollande-austérité.

    Nous sommes à une présidentielle...les législatives, c'est juste après.
    L’extrême gauche va y faire un carton, ainsi que l’extrême droite.

    L’extrême gauche pourrai peser lourd sur la gouvernance si la tendance PS se confirme en même temps.

    Donc, soit, Hollande n'est pas le candidat à changer la donne à lui seul, mais ça va pousser sur sa gauche.
    Le PS s'y prépare déjà, d'ailleurs...

    La surprise du score de Mélenchon est aussi à mettre sur le compte des sondages qui séparent le taux d'abstention avec la préférence de candidat.

    En effet, demander "quel candidat voteriez-vous ?" n'est pas du tout la même chose que "quel candidat allez-vous voter dimanche ?"

    Certains électeurs potentiels de Mélenchon n'ont pas dû se bouger, contrairement à ceux de Lepen...qui sont en général plus motivés.

    D'un autre côté, si Mélenchon avait siphonné les voix de Hollande, avec Lepen à près de 20%, nous aurions encore un 2002 avec la peste et le choléra au deuxième tour.
    A méditer aussi...

  • #35

    miluz (mardi, 24 avril 2012 12:09)

    J'ai du mal à considérer le "Front de gauche" comme extrémiste.

    Pour l'instant, je vois deux orientations politiques : pour ou contre la rigueur. Projet de vie ou pas de projet du tout, dans un système piloté par des machines.

    Entre les deux, un parti fantôme, déjà schizo, qui a un projet de mort en faisant croire le contraire. Et qui mélange victimes et agresseurs dans une quarantaine à hautes conditions de t° et de P.

  • #36

    Michel (mardi, 24 avril 2012 13:20)

    C'est assez récurrent, ce langage sarcastique et méprisant, dans la plume de certains.
    Pas surprenant non plus finalement.

  • #37

    miluz (mardi, 24 avril 2012 14:38)

    Je pense qu'il s'agit de l'effet d'une dichotomie mal placée. A laquelle le monde politique s'est réduit par paresse intellectuelle.

    Nous le ressentons comme du mépris à juste titre, mais cela n'est pas du tout compris de cette manière.

    Les orientations politiques du genre oui/non, QCM,
    devraient s'imposer sur des questions précises. Les problèmes à traiter sont bien plus nombreux et complexes qu'avant.
    Non seulement parce que nous sommes plus nombreux, plus évolués, mais aussi parce que la coupure d'avec la base qui pourrait donner ces infos est immense, après 50 ans de pouvoir concentrationnaire.

    Nous sommes désormais confrontés à des choix lourds de conséquences à cause de cette paresse intellectuelle. Mais la classe politique continue de classifier, d'ordonner, quitte à couper à la hache dans le corps social pour pouvoir gérer la vie avec des algorithmes.

    Croyant bien faire, sans doute.

  • #38

    PereJoseph (mardi, 24 avril 2012 21:23)

    @ Damoiseau

    Je suppute que vous avez voté Mélenchon. Mélenchon a appelé à voter Hollande SANS RIEN DEMANDER EN ECHANGE. C'est lui l 'idiot utile du système, je mets idiot entre guillemets parce que je suis convaincu qu'il sait très bien ce qu'il fait.

  • #39

    Cadmos (mercredi, 25 avril 2012 02:10)

    Il me semble assez clair que s'il avait initié la moindre tractation avec Hollande, il aurait perdu toute crédibilité à vie.

  • #40

    Olly (mercredi, 25 avril 2012 09:41)

    Désolé de mettre mon petit grain de sable dans votre engrenage mais vous rendez-vous compte à quel point votre argumentaire enst contre-productif?
    Le fait de caricaturer les électeurs de M. Le Pen (tous des fachos), les étiquettes ridicules (FHaine). Tout ça ne vaut guère mieux que ce que fait le FN avec son "UMPS" et ses "communistes islamophiles".
    La caricature n'apporte rien au débat, elle renforce les préjugés et contribue toujours plus à diviser, stigmatiser et renforcer les idéologies extrémistes.
    Certes, elle vous évite de répondre aux questions génantes mais ce n'est pas ainsi que vous résoudrez le malaise profond à l'origine du vote "extrême".

  • #41

    ENOX (mercredi, 25 avril 2012 10:33)

    @Damoi-sot..!
    Tu as basculer du côté obscure, il ne te reste qu'un p'tit pas pour franchir le point de non retour que tu refutes tant. Tes mots sont déjà corrompus, et tu ne le sais pas encore mais ta pensée à déjà basculée vers l'idéologie que tu combats, celle du FHaine..! d'ailleurs je pense fortement que tu es à leur solde pour en parler autant.
    je ne fais pas de différence entre ta haine à toi et celle du FN... la haine engendre la haine...!

  • #42

    Damoiseau L'Xé (mercredi, 25 avril 2012 13:29)

    Je n'ai pas le temps de jouer avec tes "côté obscur". Je combats le Fhaine par tous les moyens!
    Si toi même tu rentres dans le jeu de la médiacratie en disant que c'est un parti respectable, c'est ton problème!
    Ce que je vois, c'est qu'il a réussi à faire 18%, sur un programme d'un vide abyssal, entretenant un flou politique sur de nombreux points (d'ailleurs j'en veux aux médias et aux journalistes de ne pas les avoir soulevés, jamais) :
    - L'immigration : la réduire à 10 000 entrées légales par an sur le territoire. Aucun mot sur les moyens employés pour passer de 200 000 (chiffre officiel) à 10 000. De même, pas plus d'information sur la question des illégaux et des clandestins (autant te dire que personnellement, je suis hostile à tout idée de contrôle de l'immigration - de plus, quoi qu'il en soit, elle ira décroissante) ;

    - L'épineux problème du franc et de l'euro : le FHaine a toujours été pour un retour au franc. D'ailleurs, une grande partie de son électorat se retrouve sur ce point là. Or, dans le programme 2012, PAS UN MOT. Et cela s'explique très bien! C'est que sur ce point là, les économistes qui conseillent la truie l'ont fait évoluée sur ses positions : maintenant, elle est pour rester dans l'euro, en renégociant les traités qui fixent le statut de la BCE. De peur de froisser les militants et électeurs traditionnels, elle élude la question ;

    - Elle veut augmenter les salaires : idem, on ne sait comment elle procédera. Pour ceux des fonctionnaires et des retraités (dont elle propose d'augmenter les pensions), pas un mot sur le financement ;

    - La dette : à par dire qu'elle est de 1 700 Milliards, et que c'est la faute de l'UMP et du PS, le FHaine ne propose aucune solution pour la réduire, ni sur les positions que la France doit adopter ;

    - La fiscalité, qui est devenue un sujet majeur : Encore une fois, rien dans le programme, de peur de froisser la petite bourgeoisie qui compose les rangs du parti depuis sa création. On ne sait pas si elle veut augmenter les impôts, les réduire. Pareil pour les taxes. Elle ne veut surtout fâcher personne, et ratisser bien large.

    - Le FHaine propose de créer un revenu parental : pas un mot sur le financement ;

    - Le FHaine propose de créer 15 000 postes dans la police et la gendarmerie : pas un mot sur le financement ;

    - Le FHaine veut établir un protectionnisme aux frontières : quels sont les critères retenus pour l'appliquer ? Evidemment, pas un mot.

    - Le Fhaine veut restaurer des services publics de qualité, restaurer la puissance militaire de la France : toujours, et encore, rien sur le financement ;

    - La retraite après 40 années de cotisations... Rien sur le financement. On ne sait même pas si le FHaine veut continuer dans la voie de la répartition, ou prendre celle, ultralibérale, de la capitalisation.

    Bref, j'arrête là, mais on peut constater que le programme est d'une vacuité confondante.

    Je rajouterai tout de même un mot : en 2002, le père a fait un score énorme sur un programme reaganiste (comme en 1988, 1995 et 2007), donc ultralibéral. Aujourd'hui, la fille fustige le néolibéralisme et la finance, et fait toujours un gros score. Dans tout ça, j'ai du mal à y voir un vote d'adhésion. Hormis, bien-sûr, sur les questions d'immigration, ciment de l'extrême droite, tout comme la xénophobie et antisémitisme.
    Quant à ceux qui se sont portés sur elle, la prochaine, je les invite à lire attentivement le programme avant de voter, car ils se pourraient qu'ils soient déçus par rapport aux idées qu'ils s'en font!
    En conclusion, soit les électeurs n'ont pas lu le programme, soit ils sont racistes et xénophobes.

    Si tenir ces propos, c'est être du "côté obscur" pour toi, et bien OUI ! Dans ce cas, j'y suis !


    P.S. : par avance, désolé si des fautes d'orthographe m'ont échappé, même si je me suis relu, ce n'est pas évident quand on écrit un long texte dans un si petit carré.

  • #43

    miluz (mercredi, 25 avril 2012 14:12)

    "le malaise profond à l'origine du vote extrême" c'est quoi pour toi? L'immigration? Parce que c'est ça le problème de ces gens pour l'instant..

    Comme l'a dit quelqu'un aujourd'hui :"s'ils étaient uniquement pour un vote contestataire contre le système, on les aurait retrouvés dans les pourcentages de Bayrou, Dupont Aignan pour la droite ou dans ceux de Mélenchon, Joly, Arthaud, Poutou, pour la gauche."

    Donc, comme lui a répondu un autre : "18% de vrais xénophobes, racistes voire pire encore... "

    Vous ne pouvez pas nier le danger que cela représente. Nous sommes pratiquement tous des descendants de l'immigration. Il n'y a aucune raison pour que cela s'arrête aux étrangers. En imaginant qu'il soit possible de tous les virer, ces "électeurs" finiront par s'en prendre aux chômeurs et RMistes, aux "assistés", etc..

    Ce n'est pas seulement de la paresse ou de la bétise, mais de l'agressivité sans objet, qui relève de la psychiatrie.

    Mais notre cher président vient de déclarer qu'il considérait ces gens comme républicains. Donc toutes les lois sécuritaires qu'il a fait voter au sujet de la psychiatrie serviront à quoi? A écarter ses opposants politiques?

    Un militant contre le nucléaire vient de subir un internement forcé. C'est le premier. Vous en voulez combien avant de comprendre? 8 millions comme en 40?

  • #44

    franck BORNES (mercredi, 25 avril 2012 15:03)

    ("Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant l'Europe ! l'Europe ! l'Europe !... mais cela n'aboutit à rien et cela ne signifie rien")Général De Gaulle-14/12/65 lors d'une interview TV toujours aussi mémorable, avec ce genre de personnage.
    Pour autant, si mais ma mémoire est bonne(étendue qu'elle est devenue grâce à internet...), et d'après l'interprétation historique que j'en ai retenue, ce dernier, n'a mis guère de temps, à "Rapatrier" un certain Georges Pompidou, transfuge de la Banque Rothschild, au poste de premier ministre en 1962, soit au sortir de la guerre d'Algérie donc: Et à fin de donner des gages aux anglais, inquiétés qu'ils étaient par son conservatisme régalien ; la caractéristique récurrente qui qualifie le général d'"isolationniste" , se limitera désormais à sa non-adhésion à L'OTAN en Mars de la même année.
    Pour ma part, enfant sous Pompidou, je me souviens de sa fameuse allocution sur la fin de "L'état providence" dont il prophétisait "Les derniers feux", tout en participant bel et bien à sa perte:"Ah les belles voitures! Les bons vins!....??ect: C'est fini!"clamait-il à la fois jovial,("L'oeil qui frise"), assurément madré...c'était peu avant sa mort en 1974, et l'élection de son successeur
    V.G.E....Je vous parle pas du tournant des années Miterrand, (Même pas la peine...)
    Conclusion: L'Etat libéral à au moins historiquement gagné, et qu'on se le dise: Hélas, comme dans toutes les guerres"Malheur aux vaincus" Puisque, comme à l'instar du philosophe Michel Serres, qui faisait remarqué, que "L'individu" est né de ma génération(Post baby-boomers), j'aurais tendance à parier qu'il à aussi donné aussi naissance à un individualisme farouche, dont l'attitude de défiance n'a d'égal que sa propension au replis sur soi résolument consumériste et non moins humain.cqfd.
    P.s/ J'étais tenté de voter Mélenchon; j'ai voté Hollande..."Le replis sur soi" au nom de la peur et la pire des choses qu'il puisse nous arriver à tous et toute(s). Je suis pessimiste, "à tort" ou "à raison"...

  • #45

    Doise (mercredi, 25 avril 2012 15:04)

    Miluz : "Nous sommes pratiquement tous des descendants de l'immigration"

    La France était donc un désert jusqu'à la fin du XIXe siècle ?

    Le problème, avec les argumentaires anti-FN, est qu'il se situent dans un monde totalement imaginaire.


    Damoiseau L'Xé : "la truie" [ Marine Le Pen ]
    Tu oublies :
    - vipère lubrique,
    - chienne galeuse,
    - hyène dactylographe,
    - etc.
    Les Néanderthaliens du Haine-PA ne sont plus ce qu'ils étaient !
    Est-ce donc à moi de leur rappeler leurs classiques ?



  • #46

    Doise (mercredi, 25 avril 2012 15:13)

    franck BORNES : "Le replis sur soi" au nom de la peur et la pire des choses qu'il puisse nous arriver à tous et toute(s)."

    - Bon sang, faut-il rappeler que pas une seule économie, PAS UNE, n'a décollé (ou ne s'est relancée) sans une dose de protectionnisme, officiel ou non, par un moyen ou un autre ?

    La doxa libre-échangiste qui infecte à coeur l'UE est un suicide. De même que le mirage sarkozyen d'une économie désindustrialisée fondée sur la seule consommation, qui importe sans produire. Seule une puissance impériale peut s'offrir ce luxe (statut de Rome jadis, des USA aujourd'hui), du moins un certain temps.

  • #47

    Damoiseau L'Xé (mercredi, 25 avril 2012)

    @doise

    Parle moi du fond plutôt! Ceci dit, t'auras du mal à trouver des arguments solides, car tu sais très bien toi même que le programme du FHaine est vide, au delà de quelques postures...

    La truie, c'est juste pour la forme et faire enrager ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez!

    Pour info, je ne suis ni du NPA, ni du FdG, ni d'aucun autre parti.

    Note : On arrive à 47 commentaires, ce qui est plutôt rare sur ce site. Il aura fallu un vol noir de corbeaux tout à leur joie, due au score d'un parti qui protège le néolibéralisme.
    Heureusement, je ne suis pas seul!

  • #48

    Damoiseau L'Xé (mercredi, 25 avril 2012 15:41)

    J'en profite pour me corriger, car j'ai bien laissé une faute : "C'est que sur ce point là, les économistes qui conseillent la truie l'ont fait évoluée sur ses positions" ==>>> c'est : "les économistes qui conseillent la truie l'ont fait évoluer sur ses positions".

  • #49

    miluz (mercredi, 25 avril 2012 21:13)

    @Doise
    Le problème avec les racistes c'est qu'ils sont nuls en génétique.

    Ce qu'on lit dans les écritures saintes c'est pas imaginaire, non, non.. Ca serait bien que tu attendes la réponse de Todd.. je t'assure. Il va encore se sentir obligé d'écrire un bouquin. Et toi, obligé de te taper 3000 pages.

  • #50

    miluz (mercredi, 25 avril 2012 21:37)

    franck BORNES
    "Conclusion: L'Etat libéral à au moins historiquement gagné"
    Que nenni!
    Comme le dit si bien Doise, ce serait du suicide. Il s'agit bien d'une période existentielle. C'est pour ça qu'elle remue la vase profondément. Je n'ai pas dit le purin pour être polie.
    Le capitalisme est en proie à sa dernière convulsion. Mais comme je l'ai dit plus haut, peu arrivent à comprendre qu'il s'agit d'une révolution numérique. La troisième ère industrielle nous apporte AUSSI le meilleur.

    Voter Mélenchon ça permettait d'"allier le pessimisme de l'intelligence à l'optimisme de la volonté » — A. Gramsci

  • #51

    miluz (mercredi, 25 avril 2012 21:57)

    NB : "l'individualiste" est pour l'instant devant un clavier. Il mettra un jour, enfin, son cerveau de côté pour apprendre à vivre.
    Le même Michel Serres
    (ce n'est pas une citation, mais les mots exacts sont faciles à retrouver ;)

  • #52

    franck BORNES (jeudi, 26 avril 2012 11:40)

    @miluz
    Tout à fait d'accord avec vous, et d'abord avec Michel Serres ! "Apprendre à vivre" dites vous... Oui! Mais le plus dur reste à faire puisqu'il s'agit avant tout de:"Apprendre à vivre avec les autres!!" De même que vous semblez le sous-entendre. Michel Serres, que j'ai pu entendre lors d'une conférence enregistrée sur un site internet pour le compte de Marianne 2, disait ce jour là:"Adviendra un jour que nous n'auront plus le choix!Et de "Changer" nécessairement, ou de périr...cqfd
    Cela dit, contre un "Pervers narcissique"de la trempe de notre "Cher Leader" actuel, c'est clair, plus que jamais nous sommes en face d'un "péril fasciste néo-libéral conservateur"(De "Voyou" pro-US), qui a toutes les chances encore une fois, de nous envoyer dans bien des abîmes... Il en va de notre démocratie ; hélas, tous les individus potentiellement fascistes ont été élus démocratiquement. Et ce dernier, ne s'est pas installé par hasard. Puisque dorénavant notre société "Ultra-sécurisée"(Surtout pour la classe privilégiée) n'en finie plus malgré "Tout", de rechercher la sécurité et le "Bien être"(Figurant au demeurant dans la définition de la Santé édictée par l'OMS) jusqu'à l'écoeurement"; et puisque désormais, Être, au propre comme au figuré"Dedans" ou "Dehors"(Clivés que nous sommes tous devenus) ne représente plus que "la dernière frontière", soit: Celle du paraître tout autant que de l'avoir ; il en résulte que pour ses "prisonniers"(Les plus précaires, et "la classe moyenne" majoritairement),la hargne et la stigmatisation, font office de réflexes "Salutaires" contre les incontournables "Diseurs(es) de bonnes aventures" et autres attentes déçues du désormais lointain "Feu l'état providence" incarné "Très furtivement" par un socialisme dont on en fini plus de fustiger "La trahison": Point est ici de les stigmatiser, puisque de toute façon: "On fait ce que l'on peut et rien d'autre!". Même si je crains qu'avec la réélection de Sarko, pour le coup: "Le bébé risque d'être tué avec l'eau du bain..." (Et peut-être davantage...)(L'espoir fait toujours vivre: Ouf!)

  • #53

    Doise (jeudi, 26 avril 2012 15:44)

    "L'Etat libéral à au moins historiquement gagné"
    — Affirmation excessive.

    "Le capitalisme est en proie à sa dernière convulsion."
    — Affirmation non moins excessive.

    Les facteurs qui ont effectivement gagné, ceux sur lesquels, à vue humaine, on ne reviendra pas, sont la démocratie représentative pluraliste et l'économie de marché, 2 phénomènes qui ont été historiquement corrélés durant la seconde moitié du 20e siècle.

    Le sont-ils encore ?

    Songez que le jeu des gains de productivité (autour de 0,5 à 3-4% l'an selon les activités), les revenus moyens des ménages devraient normalement augmenter d'autant, mécaniquement. Or, à un moment donné, le pouvoir d'achat médian a commencé à stagner dans les années 90, et tend à régresser depuis 5-6 ans. Cherchez l'erreur !

    L'origine de l'anomalie, on la connaît : c'est l'hypertrophie cancéreuse du méga-capitalisme financier, qui est comme un feu de prairie qui stérilise tout ce qu'il dévore. Lorsque Parisot (du MEDEF) félicite le secteur bancaire d'avoir été le plus grand créateur d'emplois des 10 dernières années, elle ne réalise pas combien ce compliment vaut constat de catastrophe économique et industrielle. Les marchés financiers étaient autrefois au service du capitalisme industriel : le rapport de sujétion a été inversé. Aujourd'hui, "créer de la valeur", ce n'est pas développer une production et lui procurer une demande correspondante, c'est rendre des entreprises plus attractives à la revente en supprimant des activités réputées non-rentables et des emplois.

    Notons au passage que les gains de productivité auxquels nous avons été habitués sont désormais en danger. Autrefois, il fallait des années pour que chercheurs, techniciens et ouvriers qualifiés atteignent leur optimum d'efficacité. La "flexibilité" ne développe l'efficience que sur un bref délai. A plus long terme, elle la tue.

    Hormis les USA qui bénéficient de la "prime impériale", quels sont les régimes qui s'accommodent le mieux de cette configuration ? La Chine, Singapour, les monarchies pétrolières... Autant de grandes démocraties. Le lien entre capitalisme et pluralisme parlementaire, c'est ter-mi-né.

    Abandonnons toute espérance millénariste, cette monstrueuse tumeur ne va pas crever d'un coup sur un ultime spasme. Mais la contradiction centrale est là.


  • #54

    miluz (jeudi, 26 avril 2012 17:22)

    oui Doise. "méga-capitalisme financier", j'ai oublié méga et financier. Cela n'enlève rien à la dernière convulsion, on en est là.

    Tu ne le vois peut-être pas, mais la machine s'emballe et elle ne se calmera pas. Les banques s'effondrent, les Etats qui les soutiennent s'effondrent avec et la Chine ne se remettra pas de sa bulle immobilière; le pic pétrolier se profile.. je ne vois pas comment le capitalisme pourrait repartir.

    Comme tu le pointes avec beaucoup de lucidité, non pas la création de valeur mais la notion même de valeur est en jeu.

    Les dégâts environnementaux sont là pour nous rappeler que l'on vit dans un monde qui n'a plus de sens. Ni d'avenir.
    Nous croûlons sous les marchandises dont nous n'avons pas besoin et leurs déchets détruisent l'écosystème. Et le pire, c'est que nous sommes impuissants parce que ce système nous empêche de lutter contre lui.

    La seule solution, c'est de s'unir pour en sortir. trouver des alternatives de vie en commun.

    Certains disent "sorcier" pour faire comprendre qu'il est indépendant de nous. Parce qu'il n'y a pas de "dette" ni de "culpabilité", ni aucun repentir, aucune offrande ni sacrifice à présenter pour éviter le danger.

    La dynamique de ce système est la division, et les militants du FN sont plus un boulet qu'autre chose.

    Vous êtes sans doute très clairvoyants, mais vous nous faites perdre du temps avec vos préférences pour tel ou tel. Etre protectionniste ce n'est pas du nationalisme.

    Quant à l'indigne façon de traiter les berbères, les arabes et les ressortissants d'Afrique noire, de les évacuer de notre histoire alors qu'ils ont permis aux européens de construire des empires en les condamnant à une économie locale qu'ils prennent plaisir à détruire aujourd'hui, il y a de quoi hurler.
    La France a non seulement pu s'enrichir mais jouir d'un poids international, faut arrêter là. Le cirque de Zemmour qui conteste les propos de JLM à Marseille, et Jovanovic de dire qu'il détruit la France de l'intérieur, c'est lamentable. On entend plus Dieudo là!

    Sans eux, la France n'existerait plus envahie depuis longtemps par des hordes germaniques qui ont essayé à trois reprises. Et nous en sommes peut-être à la 4ème. Alors vous auriez peut-être aimé ça, mais dans ce cas il faut le dire ouvertement. Pour l'instant notre démographie nous permet de les tenir en respect, toujours grâce à nos "mélanges" que cela vous plaise ou pas.

  • #55

    Damoiseau L'Xé (jeudi, 26 avril 2012 17:58)

    @Miluz
    Bravo!
    "Quant à l'indigne façon de traiter les berbères, les arabes et les ressortissants d'Afrique noire, de les évacuer de notre histoire alors qu'ils ont permis aux européens de construire des empires en les condamnant à une économie locale qu'ils prennent plaisir à détruire aujourd'hui, il y a de quoi hurler."
    Joliment exprimé!
    Et c'est vrai, ils nous font perdre du temps...

  • #56

    miluz (jeudi, 26 avril 2012 18:41)

    Je me souviens d'une fête mémorable avec des gars de l'UNI dans ma fac, début des années 80, on avait réussi à passer presque deux jours ensembles, l'UNEF et l'UNI réunis pour le pire et le meilleur.
    On avait parlé, parlé, parlé... ça veut dire que c'est possible.
    Et aussi et surtout arrivés à la conclusion d'une souffrance terrible chez les militants d'extrême droite qui survivaient en rejetant les autres, souvent le premier qui passe, sans rapport autre qu'un lourd vécu familial et un besoin vital de se trouver un autre "entre soi" qui répare et permet de tenir.
    La famille FN est un piège, pour des gens souvent intelligents et sensibles. C'est un vrai gâchis.

    N'oublions pas que notre génération a été complètement ignorée, interdite de responsabilité publiques et de révolte, alors que nous étions les pionniers de la révolution numérique.

    Que nos aînés se sont servis de notre travail pour continuer leurs affaires sans nous, à amasser bêtement des données qui se trouvaient être du fric.

    C'est toujours le cas. Et comme dit Todd, si l'euro tombe, c'est toute une génération de connards (c'est lui qui le dit) qui va se trouver discréditée et ça fera le ménage sans verser une goutte de sang.

    C'est pas cool ça? Que l'euro tombe ou pas, le but c'est de prendre enfin la place qui nous revient.

    Ensemble, si possible. Avec des noirs et des blancs, Du rouge au violet, dans un beau drapeau arc-en-ciel.

  • #57

    Nike Shoes On Sale (jeudi, 06 septembre 2012 02:44)


    In your life, there will at least one time that you forget yourself for someone, asking for no result, no company, no ownership nor love. Just ask for meeting you in my most beautiful years. On sales! dcyh000060906