jeu.

26

avril

2012

Qui a voté pour Marine Le Pen ?

Quoi qu'on en dise, quoi qu'on en pense, Marine Le Pen et le Front National sont les grands gagnants du premier tour de l'élection présidentielle. Si cette réussite se répercute au niveau des élections législatives, le FN s'imposera comme la troisième force politique française. Le fait de vouloir changer de nom n'est pas neutre et démontre une véritable volonté de s'imposer comme un parti de gouvernement avec l'objectif avoué de faire exploser l'UMP. Mais sur quelle base électorale Marine Le Pen s'est-elle appuyée pour conquérir la France? Nous vous livrons dans cet article les résultats de notre étude par département.

La tendance globale des médias dans l'analyse géographique du vote frontiste est d'indiquer que le FN a réalisé ses meilleurs scores dans l'est de la France et notamment en zone rurale. Cette seconde affirmation apparaît incomplète. En effet, la comparaison des résultats de Marine Le Pen dans les dix départements ayant la densité de population la plus élevée avec les dix départements présentant la densité la plus faible nous offre des résultats contrastés.

 

Concernant les départements à forte densité de population on trouve effectivement des scores particulièrement faible comme à Paris (6,2 %) ou dans les Hauts-de-Seine (8,5 %). Il importe cependant de noter que des hauts scores sont répertoriés dans des départements comme le Nord (21,9 %) ou les Bouches-du-Rhône (23,38 %).

 

Or si dans les départements à la densité de population la plus faible de France on retrouve également des niveaux de vote élevés en faveur de Marine Le Pen comme en Corse du Sud (25,7 %) ou en Haute-Marne (25,3 %), on note aussi des résultats plus en retrait à l'image du Cantal (15,1 %) ou du Gers (15,9 %).

 

En réalité plus que le fait de vivre en zone urbaine ou rurale, il semble que le critère déterminant soit lié au phénomène de péri-urbanisation. Ainsi on remarque que les scores de Marine Le Pen sont proportionnels à la distance entre le lieu de travail et le lieu d'habitation. En simplifiant, il apparaît que les personnes à hauts revenus, qui peuvent être considérés comme les « gagnants » de la mondialisation, choisissent d'habiter à proximité de leur lieu de travail qui correspond bien souvent au centre culturel et d'animation. Les autres, ceux qui n'ont pas les moyens d'habiter à cet endroit, sont condamnés à choisir entre la vie en banlieue ou dans une zone péri-urbaine. Ce sont ces personnes qui peuvent être considérées comme les perdants de la mondialisation. Parmi eux, deux catégories peuvent être établies. Les plus modestes, ceux qui n'ont pas d'alternative partent vivre en banlieue où ils peuvent souvent bénéficier d'un logement social. La contrepartie étant d'accroître le risque d'incivilités subies. Pour éviter de subir cela, la seconde catégorie, ceux qui en ont les moyens, optent pour le choix d'une vie en zone péri-urbaine. L'avantage de conserver un cadre de vie de qualité est alors censé compenser les heures interminables passées dans les trajets domicile-travail.

C'est précisément dans cette catégorie de la population que Marine Le Pen recueille une majeure partie de son électorat. Ainsi l'analyse des départements limitrophes de la région Ile-de-France montre qu'aucun d'entre-eux ne présente un score en dessous de 20 % pour la candidate frontiste. Jugez plutôt: Loiret (20,58 %), Eure-et-Loire (20,72%), Eure (22,75 %), Oise (25,07 %), Aisne (26,33 %), Marne (22,44 %), Aube (25,13 %). Il s'agit d'un véritable raz de marée et l'analyse est similaire pour les deux autres plus grandes villes de France. Les départements limitrophes du Rhône sont tous au dessus de 20% à l'exception de l'Isère (18,97%) à comparer aux 15,09 % du Rhône et aux 9,9 % de Lyon. Quant aux départements voisins des Bouches-du-Rhône, où Marine Le Pen a recueilli 23,38 % des voix, c'est bien souvent la barre des 25% qui est dépassée à l'image du Gard (25,51 %) et du Vaucluse (27,03 %). Le Var s'en rapproche (24,83 %) et le département beaucoup plus rural des Alpes de Haute-Provence s'en éloigne (20,71%). Si la tendance est moins nette que dans les exemples parisiens et lyonnais, on note qu'à Marseille (21,2 %) et à Aix-en-Provence (14,6 %) le vote en faveur du FN est plus faible.

Pourquoi ces électeurs se sont-ils tournés vers Marine Le Pen? Il est aisé de comprendre qu'ils sont les victimes d'un terrible effet de ciseau entre la hausse de la pression foncière des grandes aires urbaines françaises et l'augmentation des coûts de transport liés notamment à l'accroissement du prix de l'essence. En résumé ils connaissent de plus en plus de difficultés à s'en sortir financièrement. Marine Le Pen était pourtant loin d'être la seule candidate à proposer de transformer le système économique pour une meilleure prise en compte de ce véritable problème de société. Des candidats comme Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Cheminade, Philippe Poutou ou Nathalie Arthaud effectuaient également ce type de propositions.

Il est possible que certains électeurs aient voulu manifester la véritable volonté de peser sur le scrutin pour réellement changer les choses. Dans ce cas, pourquoi ne pas s'être orienté vers Jean-Luc Mélenchon que certains sondages annonçaient à 17 %? D'autres électeurs historiquement ancrés à droite et ne voulant pas donner leur voix au candidat du Front de Gauche, avaient également la possibilité d'opter pour Nicolas Dupont-Aignan qui proposait un programme relativement proche de Marine Le Pen, les idées sécuritaires et anti-immigrés en moins.

 

Il semble tout de même certain que les aspects sécuritaires, anti-immigration et sans doute même anti-islam soient les éléments du programme de Marine Le Pen qui aient fait pencher la balance en sa faveur.

 

Les échecs relatifs de Nicolas Dupont-Aignan et de Jean-Luc Mélenchon se situent certainement à ce niveau. Ils ne sont pas parvenus à séduire cette frange de la population qui avait voté Le Pen en 2002 avant de se laisser séduire par la droitisation du discours de Sarkozy en 2007. Leurs discours sur le protectionnisme ou la remise en cause de l'indépendance de la Banque Centrale se sont sans doute révélés trop techniques et trop opaques et donc au final trop éloignés des priorités des Français. En optant pour des idées ne pouvant produire des effets qu'à moyen terme, ils sont fait doubler par une Marine Le Pen qui s'est concentrée sur le court terme.

 

Ainsi la stratégie de Nicolas Dupont-Aignan ou de Jean-Luc Mélenchon en faveur d'un retour à la croissance qui permettrait de redonner du pouvoir d'achat aux Français et de sortir de cette France du déclin où les citoyens se montent les uns contre les autres ne s'est pas révélée payante face à cette frange de la population qui privilégie une vision beaucoup plus concrète. Ces Français n'ont plus de patience et veulent des solutions immédiates à leurs problèmes. Le raisonnement effectué consiste à réduire la violence en augmentant la sécurité et en luttant contre l'immigration. Concernant l'augmentation du pouvoir d'achat, il convient de mettre fin à l'assistanat notamment des personnes issues de l'immigration pour recentrer les aides vers la « vraie France » et les « vrais travailleurs » ceux qui souffrent.

 

Reconnaissons cependant que les arguments du Front National sur l'immigration ont nettement progressé puisqu'ils utilisent pas exemple celui qui explique que le recours massif à l'immigration permet de maintenir les salaires à un niveau plus faible, ce qui s'inscrit dans la logique du modèle néo-libéral. Cependant un tel raisonnement ne doit pas être récupéré puisque certains métiers en tension ne trouvent toujours pas preneur malgré l'immigration, ce qui laisse tout de même à penser que les travailleurs locaux ne sont plus prêts à les exercer. Evidemment on pourrait objecter que les salaires pourraient suivre.

 

Dans la même logique, l'argument indiquant que la France doit allouer des aides aux pays victimes d'une émigration massive apparaît intéressante, même si elle est contradictoire dans la bouche de militants FN qui veulent mettre fin à l'assistanat. Finalement c'est ce raisonnement qui s'avère malsain chez les sympathisants du Front National qui semblent être prêts à récupérer tous les arguments permettant d'éloigner les immigrés de notre pays. Il s'agit du problème majeur de la pensée d'extrême droite dont les idées partent avant d'un sentiment de rejet plutôt que d'un sentiment altruiste.

En conclusion et comme le préconise Jean-Luc Mélenchon, il convient de poursuivre la bataille des idées et de débattre des propositions du Front National pour mettre en lumière leurs contradictions. Nicolas Dupont-Aignan a un travail considérable à effectuer pour éviter que la droite de Marine Le Pen ne l'emporte sur la droite gaulliste. Le président de DLR doit faire du Front National sa cible principale pour démontrer à son électorat l'impasse du projet frontiste. Le Front de Gauche, quant à lui, doit poursuivre sa lutte qui devrait permettre de renforcer encore son positionnement à gauche tout en essayant de séduire la partie de l'électorat de Marine Le Pen qui n'est pas fondamentalement « raciste » ou totalement hermétique aux idées de gauche.

 

 

Theux

Écrire commentaire

Commentaires : 27
  • #1

    Damoiseau L'Xé (jeudi, 26 avril 2012 13:16)

    Si l'on s'attarde sur la répartition de la population entre centres urbains, banlieues et zones périurbaines, en fonction des CSP, il semblerait que la France évolue vers le modèle-type américain.

    En tout cas, comme d'habitude, j'apprécie les écrits de Theux. Même si dans le cas présent, personnellement, je nuancerais les propositions de Le Pen pour transformer le modèle économique.
    Le programme du FHaine dans ce domaine est faible. Il n'y a aucun élément concret qui est avancé pour arriver au protectionnisme. D'ailleurs, devant les médias, elle jongle habilement et n'est jamais recadrée, ni sommée de répondre clairement.
    L'autre exemple flagrant, c'est la question du retour au franc : elle n'y est plus franchement favorable, de fait que ce thème a disparu de son programme pour éviter de rebuter une partie de son électorat historique.
    Enfin, il faut comparer le score de ce parti en 2012, avec celui de 2002, sur des programmes (ou des esquisses...)
    foncièrement différents (le père est un reaganiste convaincu!), qui n'ont de communs que la lutte contre l'immigration et la préférence nationale.

  • #2

    Doise (jeudi, 26 avril 2012 16:08)

    "le père est un reaganiste convaincu!"
    — C'était vrai dans les années 80. Comme toujours, tu retardes d'un 1/4 de siècle. Mélenchon était encore en pleine pensée unique il y a bien moins longtemps que ça.

    "Il n'y a aucun élément concret qui est avancé pour arriver au protectionnisme [ dans le programme du FN ]"
    — Dois-je rappeler que le programme de Mélenchon, outre d'être intrinsèquement infinançable, repose sur l'espoir que la BCE acceptera de se plier à ses positions (du pur foutage de gueule) ? Et qu'à aucun moment il ne parle de protectionnisme ?

    [C'est chiant de chercher à discuter avec les cons, on a la sensation de se rapprocher de leur niveau point de vue qualité argumentaire.)

  • #3

    Doise (jeudi, 26 avril 2012 16:09)

    J'ai trouvé cet article assez bon sur les questions qui nous occupent. Je ne me sentirais pas déshonoré si je l'avais écrit :

    http://lebondosage.over-blog.fr/article-le-pg-melenchon-et-le-ps-un-futur-1983-bis-103106986.html

  • #4

    Emmathetop (jeudi, 26 avril 2012 16:32)

    A mon avis une excellente analyse à laquelle je souscris. Les classes populaires déçues du sarkozysme se sont portées, comme je m'y attendais, plus sur le FN que sur le FDG, parce qu'elles ont un sentiment d'urgence et peut-être plus d'intérêt pour les éléments nationaux qu'européens. Seule bonne nouvelle, il est peu probable que ces électeurs se reportent au second tour sur celui qui les a tant déçus !

  • #5

    Damoiseau L'Xé (jeudi, 26 avril 2012 17:30)

    @Doise
    A y est, on commence à sortir de ses gonds??? Les masques tombent...
    J'imagine toute l'idéologie qui se cache derrière une façade qui tente, malgré toute la difficulté, de rester respectable...

    Premièrement, tu fais erreur, en 2007 encore, le programme présidentiel du FHaine était reaganiste, avec le pan nationaliste, maquillant la xénophobie, plus prononcé.

    Et je persiste et signe, le programme 2012 du FHaine est une imposture. Comme c'est de tradition dans ce parti, à part dénoncer des évidences et fustiger l'étranger, aucune solution concrète n'est avancée pour régler les problèmes soulevés. Pire, la châtelaine de Montretout joue sur les ambiguïtés et les flous. Tu devrais juste m'expliquer les positions actuelles du FHaine sur la question du franc et de l'euro. Si tu as réussi à suivre et que tu t'y retrouves toi-même, bien entendu...
    J'aurais pu prendre d'autres exemples évidemment (j'en ai déjà cité quelques uns d'ailleurs), mais celui-ci est particulièrement symptomatique.


    "Je ne me sentirais pas déshonoré si je l'avais écrit" : no comment...


    -----------------------

    Sinon, effectivement, lors ces élections à droite (enfin à gauche quand-même de la droite tatchero-reagano-poujadiste dont les deux représentants sont en train de fusionner en vue du 2nd tour...), le seul qui avait un vrai programme, cohérent, solide et chiffré de surcroît, c'est NDA. Je n'adhère pas à tout, mais il a le mérite d'être volontariste.

  • #6

    Damoiseau L'Xé (jeudi, 26 avril 2012 18:22)

    @doise
    J'avais omis de traiter ce point :
    "Dois-je rappeler que le programme de Mélenchon, outre d'être intrinsèquement infinançable, repose sur l'espoir que la BCE acceptera de se plier à ses positions (du pur foutage de gueule) ? "
    C'est complètement fallacieux ce que tu dis. Si tu étais été vraiment intéressé pas les questions de souveraineté et de protectionnisme, tu te serais penché de plus près sur le programme du FdG. Mais j'ai comme dans l'idée que là ne sont pas tes priorités en matière de politique...

    Je vais tenter de les résumer sur ce thème.
    Mélenchon propose de modifier les statuts de la BCE, certes. Mais avant d'aller voir nos partenaires, il propose de soumettre les questions européennes (genre TCE, traité de Lisbonne, MES etc.) à référendum, sur lequel il se positionnerait en faveur du NON. La victoire du NON permettrait de négocier en position de force un nouveau traité européen dans lequel seraient intégrées des clauses quant aux statuts de la BCE par exemple. En cas de refus de nos voisins, on sortirait alors unilatéralement de l'eurozone, en accord avec le choix exprimé par le peuple français.

    Je ne sais pas si tes propos tenaient de l'ignorance ou de la mauvaise foi (seconde proposition m'est avis), mais dorénavant, essaie d'être plus fin!

  • #7

    Trubli (jeudi, 26 avril 2012 23:45)

    à Damoiseau,
    Mélenchon affirme que c'est Chevènement qui avait raison concernant Maastricht. Soit. Mais alors pourquoi refuse-t-il de soumettre à nouveau Maastricht à 1 référendum ? Pourquoi s'obstine-t-il à conserver l'euro ?
    Je tiens à rappeler que le stutut actuel de la BCE qu'il critique était déjà contenu dans Maastricht.

  • #8

    Matthieu (vendredi, 27 avril 2012 02:33)

    @Doise

    "Il n'y a aucun élément concret qui est avancé pour arriver au protectionnisme [ dans le programme du FN ]"
    — Dois-je rappeler que le programme de Mélenchon, outre d'être intrinsèquement infinançable, repose sur l'espoir que la BCE acceptera de se plier à ses positions (du pur foutage de gueule) ? Et qu'à aucun moment il ne parle de protectionnisme ?

    On ne justifie pas ses bêtises par celle des autres ! Au final tu ne donnes pas de réponses! on a pas d'élément concret pour le protectionnisme!

  • #9

    Sylvain (vendredi, 27 avril 2012 10:40)

    petit rappel

    Élection présidentielle 2002
    Votants : 29 495 733
    FN : 4 804 713
    Chasse Pêche et tradition : 1 204 689
    MPR (mégret) : 667 026
    Total des voix extrêmes droites : 6 676 608


    Élection présidentielle 2012
    Votants : 36 584 399
    FN : 6 421 426
    Les autres partis ont disparus

    Donc 7 millions de votants (20%) en plus mais 250 000 voix de moins pour l'extrême droite.

    Le principal problème c'est que je ne sais pas si l'on peux encore qualifier l'UMP de droite ou d'extrême droite...L'arrivé de Sarkozy à vraiment explosé les curseurs et la dialectique de la droite, il serait sain (vital?) pour la démocratie de voir l'UMP exploser et un nouvelle droite républicaine reprendre la place qu'elle devrait avoir.

    Après il y a d'autre comparaison à faire. notamment sur la poussé de la gauche, qui est en fait le véritable enseignement qu'il aurait fallu relever, avec 44% des voix il faut remonter à 1981 pour retrouver un tel score. (45%)

    Mais certainement dû à l'absence de droite républicaine, résultat en creux

  • #10

    Damoiseau L'Xé (vendredi, 27 avril 2012 11:38)

    @Trubli
    "Mais alors pourquoi refuse-t-il de soumettre à nouveau Maastricht à 1 référendum ? Pourquoi s'obstine-t-il à conserver l'euro ?"

    Tu te méprends. Soumettre à référendum les questions européennes (de toute façon, le traité qui fait foi est celui de Lisbonne), provoquera presque mécaniquement et irrémédiablement une sortie de l'eurozone, à moins que les partenaires européens acceptent la modification des statuts de la BCE (ce qui serait satisfaisant).
    En revanche, explique-moi les positions du front national sur cette question ! Cherche bien, tu constateras que le retour au franc n'est plus à l'ordre du jour...

  • #11

    catrien@voila.fr (dimanche, 29 avril 2012 08:28)

    !!

  • #12

    @sylvain (dimanche, 29 avril 2012 14:26)

    Depuis quand Chasse pêche nature et tradition est d'extrême droite ? Cette année ils soutenaient Nicolas Sarkozy !

  • #13

    Pierre (dimanche, 29 avril 2012 14:30)

    L'analyse n'est pas mauvaise mais elle me semble incomplète car uniquement géographique : quid des catégories socio-professionnelles ? de l'âge ? ...
    De plus pourquoi finir en partant du principe qu'il faut lutter contre le front national. Un gouvernement communiste serait-il vraiment plus souhaitable ?

  • #14

    johann (mercredi, 02 mai 2012 08:46)

    @ Pierre "De plus pourquoi finir en partant du principe qu'il faut lutter contre le front national. Un gouvernement communiste serait-il vraiment plus souhaitable ? "

    tout dépend ce qu'on entend par "gouvernement communiste",

    s'il s'agit d'un régime de parti unique qui masque son capitalisme d'Etat derrière une idéologie humaniste, bien sûr qu'il faudrait lutter contre avec autant d'acharnement que contre un gouvernement xénophobe et fasciste,

    il existe encore quelque groupuscules "staliniens" mais aucun parti de ce type au FdG, bien au contraire, le projet du FdG, qui rassemble déjà 7 partis, est d'établir une démocratie par une assemblée constituante dont les français choisiraient la composition (par leur vote), ils proposent le RIC, le referendum révocatoire et abrogatoire, un pôle public médiatique indépendant du pouvoir économique et du pouvoir exécutif, une justice indépendante, etc., etc., c'est donc un projet profondément républicain,

    à l'inverse, le parti poujado-pétainiste se comprend comme une officine d'extrême-droite très classique, anti-communisme au sens d'une allliance de classe entre capitalistes "nationaux" et "classes moyennes", un parti qui cultive le confusionnisme idéologique ("ni droite ni gauche"), proposant notamment que les travaileurs financent eux-même leurs augmentations de salaire en payant une TVA sur les produits importés (du pur foutage de gueule), un parti qui propose de violer les conventions européennes des droits de l'homme (préférence nationale), les droits des femmes (anti-IVG) et comportant un arrière fond anti-syndicats et anti-grève, de plus ses positions sont l'incarnation de l'anti-france en terme de lecture de ce qu'est la Nation, puisqu'un arrière fond ethniciste sous-tend ses thèses,

    il y a un paradoxe cocasse à stipendier les arabes et les immigrés et à essentialiser la délinquance, à réclamer plus de répression et de violence à l'égard des classes populaires issues de l'immigration, tout autant victimes des effets de la mondialisation que les habitants des zones rurales, il y a un paradoxe à leur envoyer un signal de haine et de rejet, et vouloir la concorde nationale, la fierté et l'amour de la France,

    à l'inverse, un Mélenchon tient un discours d'inclusion dans ce qu'est la nation française, nation citoyenne, nation de valeurs universelles et nation absolument pas ethnique, et c'est ce genre de discours qui peut ramener dans le giron collectif tous ces jeunes qui à force de relégation géographique, économique et surtout à force de discours haineux à leur égard depuis pasqua, ne sentent plus solidaire des "français", et le discours du FN les a à ce point atteint qu'ils pensent "blanc" lorsqu'ils disent "français",

    ce parti délétère est un agent destructeur de la France et de la possibilité du vivre ensemble, il pose parfois de vraies questions mais ses réponses sont nourries d'une haine de l'autre qui ne sera jamais qu'un terreau pour plus de haine encore en retour.

    ce n'est pas anodin que ce soit ce type de discours que sarkosy ait repris depuis 2007, discours de la division et de la démagogie, qui fera toujours de l'extrême droite un idiot utile des capitalistes, car elle jette les exploités les uns contre les autres, celui qui a un travail contre celui qui n'en a pas, celui qui est là depuis longtemps contre le nouveau venu, une idéologie qui brise la solidarité entre les travailleurs par delà les frontières, et une idéologie de l'ordre immuable, obscurantiste, opposé aux libertés de conscience et de moeurs.

    l'extrème-droitisation de la France est la stratégie de la droite depuis le début des 90's, et c'est ce qui la perd et nous coûte très cher, plutôt Hitler que le front Populaire...souviens-toi citoyen!

  • #15

    darthus (mercredi, 02 mai 2012 10:49)

    aller marine! Ce qui est nait personne ne pourra l arreter

  • #16

    Mustafa (vendredi, 04 mai 2012 10:17)

    Bonjour,
    @darthus : des cours d'orthographe vous feraient le plus grand bien, cela participerait à votre intégration à la Nation.
    L'article parle d'une victoire du FN mais comme l'a rappelé Sylvain le score en électeurs n'a rien d'exceptionnel. Et surtout rappelons nous que MLP fanfaronnait partout qu'elle serait au deuxième tour.
    Si le FN n'obtient pas au moins 5 sièges en juin l'échec sera complet.

  • #17

    Fabrice (lundi, 21 mai 2012 22:28)

    D'échec en échec le FN devrait parvenir au pouvoir via des alliances. Les 18% d'aujourd'hui le sont face à un Sarkozy tenant plus que jamais un discours proche. Ce qui est nouveau ce n'est pas le FN à 18%, ce sont les idées du FN à 40 ou 45%.

  • #18

    Pierre (mardi, 22 mai 2012 00:00)

    ah vous croyez en mélenchon? franc maçon , trostkyste, membre du grand orient de france? Bien la crédulité. Eh les gens , TF1 et les médias TV c'est de la pure merde. faut savoir s'informer ailleurs :)

  • #19

    Donatien (mardi, 22 mai 2012 02:55)

    Je me permets de réagir à celui qui dit que le "FHaine" (je cite) n'a aucune solution économique et financière.
    Les propositions phares du programme de Marine Le Pen :

    - séparation des banques de dépôt et des banques d'affaires

    - mise en place de taxes pour lutter contre la concurrence déloyale des pays du Sud-est asiatique ou de l'Est européen (c'est ça le protectionnisme, on "ne vient pas au protectionnisme" comme vous doutes, on le fait c'est tout...) : cela permet de réindustrialiser (donc de créer des emplois plus rémunérateurs que le tertiaire). L'originalité ensuite, c'est que l'Etat prend en charge les cotisations salariales à hauteur de 200 euros pour libérer cette somme immédiatement pour les bas salaires (du SMIC à 1,4 fois le SMIC). Et c'est financé justement par le protectionnisme.

    - Une lutte sévère contre l'immigration clandestine, utilisée pour peser à la baisse sur les salaires (avec des conséquences probablement difficiles à mesurer mais destructrices)

    - La dévaluation puis la sortie de l'euro comme monnaie unique car c'est un carcan (surévaluation, imbécillité d'une alliance monétaire trop hétérogène, économies européennes de plus en plus divergentes). La dévaluation permet de relancer les exportations notamment.

    - La remise en cause de la privatisation de la monnaie au niveau européen, contenue dans Maastricht notamment, pour permettre à l'Etat de se refinancer auprès de sa Banque de France, dans des proportions raisonnables.

    - Autres mesures : une fiscalité progressive pour les PME, un fonds spécial PME constitué par les plus grosses capitalisations boursières, la TVA à l'encaissement et non à la commande, etc..

    C'est marrant que certains soient tellement haineux et aveuglés qu'ils n'arrivent pas à voir que le Front national s'est considérablement "chevènementisé" sous la présidence de Marine Le Pen. Certains anciens militants lui reprochent d'ailleurs de trop aborder des thèmes "intellectuels", techniques, et de délaisser un peu trop les thématiques habituelles dites "dures" (immigration, identité, sécurité, rétribution juste de l'effort, goût de l'effort).

    Pour Mélenchon, quelles sont ses propositions ?
    Une illusoire modification des statuts de la BCE qu'il a contribué à rendre ainsi par la signature de Maastricht, une régularisation massive des clandestins sur le modèle américain des années 80 ou espagnol et italien des années 2000 (c'est-à-dire un échec total qui pousse à des régularisations massives tous les 5 ans en gros...), ...
    Sur l'immigration, il est complètement laxiste et déconnecté du monde actuel. Il préfère dire "tout le monde il est gentil" sans se soucier des effets de l'immigration sur la baisse des salaires, sur la hausse des prix de l'immobilier ou sur la saturation des transports publics. Il veut séduire les "classes populaires" mais il ne comprend pas que précisément cet afflux permanent de nouveaux travailleurs corvéables à merci les concurrencent de façon très dure.
    Il ne propose rien pour les PME.
    Il veut "annuler" la dette tout en restant dans l'euro, le beurre et l'argent du beurre. Il n'a aucune analyse sérieuse sur les ravages de la monnaie unique, l'hétérogénéité trop grande et les divergences économiques de cette zone, la surévaluation, le fait que des pays peu crédibles et peu solides économiquement puissent emprunter aux mêmes taux que l'Allemagne, créant de fait une incitation au surendettement...
    Son programme n'est pas chiffré.
    Il ne veut pas retrouver la maîtrise du levier monétaire mais juste quémander à la BCE.
    Ses propositions d'augmenter le SMIC sont irréalisables sans dévaluation de la monnaie et sans protectionnisme ; et de toute façon, elles concernent 15% des gens et ne prennent pas en compte toutes les personnes un peu au-dessus du SMIC, qui risquent de voir leurs salaires stagner mais les prix augmenter. Une nouvelle précarité...

    Bref, c'est bien gentil de vanter sans arrêt de Mélenchon, et de cracher sur le FN en jouant à fond sur l'émotionnel (la "haine", comme si les gens étaient des bêtes assoiffées de violence x)), mais c'est malhonnête.

  • #20

    Donatien (mardi, 22 mai 2012 03:12)

    Sinon, la conclusion de l'article est décevante.
    Le racisme en France comme dans la plupart des sociétés, ça concerne 90% des gens, quelque soit leurs origines, leur statut social, leurs fréquentations. Vous trouverez du racisme dans toutes les strates de la société, chez des Africains, des Européens, des Asiatiques.
    Ce n'est pas un facteur déterminant.

    Et tout le monde connaît des gros racistes qui votent PS...

    En réalité, en criminalisant ceux qui pointent du doigt les méfaits d'une immigration incontrôlée, on tue le débat.
    Il existe pourtant tout une série de livres sur les questions migratoires : Géopolitique de l'immigration de Maxime Tandonnet, Les yeux grands fermés de Michèle Tribalat ou les livres de Malika Sorel. Les études de Gourévitch sur ses coûts nets aussi.

    Si la dénonciation de l'immigration est un thème fort et clivant, ce n'est pas pour rien.
    Il faut se rendre compte de ses effets sur la cohésion nationale (quand elle est massive, incontrôlée, et que le pays d'accueil refuse toute exigence d'intégration et d'assimilation), sur la baisse des salaires (cf un article de Marianne "Immigration : pourquoi les patrons en veulent toujours plus", le Wall Street Journal qui vante les effets de baisse salariale de l'immigration), ses effets de tension sur les transports publics, le marché du travail, de l'immobilier...

    Encore une fois, ce qui est mis en cause, ce n'est pas l'immigré. C'est la politique migratoire menée par nos dirigeants et leur soumission manifeste à certains milieux patronaux.
    La distinction a toujours été faite par le Front national quand on a l'honnêteté d'entendre les discours.
    Et ce n'est pas pour rien que si le FN veut réguler l'immigration légale et illégale, il est aussi très dur avec les patrons qui emploient des clandestins (pour eux, les sanctions doivent être pénales et non simplement financières).

    Après, tant qu'une partie de la gauche refusera d'aborder les problèmes identitaires et fermera les yeux sur les effets de destruction sociale permis par l'immigration, tant qu'elle refusera d'aborder clairement la sécurité (récemment : suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs, le laxisme continue...), elle sera minoritaire en France (dans les pourcentages de vote : 26% pour Sarkozy, 18% pour Marine Le Pen, 9% pour Bayrou, 1,8% pour Dupont-Aignant, c'est considérable et ça donne "la droite" à 55%, si Sarkozy a perdu c'est qu'il n'a simplement pas appliqué les idées contenues dans les discours de 2007...).

    En plus, vous avez l'air d'oublier que cette fameuse droite parlementaire qui joue les effarouchées avait dans les années 80/90 un programme largement plus dur que celui du FN actuel (le programme du RPR : immigration zéro, double peine, islam incompatible avec la République, assimilation...).

    La gauche aussi a pu être très peu encline au laxisme, notamment sous la IIIème République et même avec Rocard ("la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde", et contrairement à la légende, il n'a pas dit qu'elle devait en prendre sa part...).
    Guilluy récemment, Védrine dans son livre Dans la mêlée mondiale, Chevènement ont tous critiqué l'immigration dans des mots sans ambiguité.

    Il est temps d'aborder ce problème sereinement et dans toute sa complexité.

  • #21

    Donatien (mardi, 22 mai 2012 03:43)

    "à l'inverse, le parti poujado-pétainiste se comprend comme une officine d'extrême-droite très classique, blabla"

    Un arrière fond ethniciste ? Je ne vois cet arrière-fond que dans les discours de Mélenchon (discours du Prado sur "les Arabes" > si c'est pas ethniciste ça...), ou dans la discrimination positive soutenue par Hollande/Sarkozy.

    Le Front national réclame plus de répression à l'égard des racailles. Être issu de l'immigration ne signifie pas être pour les racailles, et vous seriez surpris du degré de conservatisme de ces "classes populaires immigrées" (ma femme qui est d'origine indo-vietnamienne et de confession musulmane tient un discours plus dur que celui de Marine Le Pen.

    Je ne vois pas en quoi la préférence nationale est contraire aux Conventions européennes des droits de l'Homme puisqu'elle donne des avantages aux citoyens de nationalité française sur le territoire français (pour TOUS les Français donc). Il ne s'agit pas de préférence ethnique comme avec la discrimination positive ou les "chartes de la diversité" (que Mélenchon ne soutient pas d'ailleurs). D'ailleurs, même si ces avantages s'amenuisent scandaleusement, ils existent déjà : la défense, la police sont réservées aux nationaux, le droit de vote ("nationaux majeurs des deux sexes" selon la Constitution), certaines aides. Ca ne choque personne.
    C'est d'ailleurs la norme dans bcp de pays : Suisse, Maroc, Etats-Unis, Brésil, Russie, Chine...

    "anti-IVG" si vous trouvez sain et normal une société où il y a 200 000 avortements par an, tant mieux pour vous. Quand va-t-on enfin considérer ce problème sérieusement ? Quand il y a un avortement à cause d'un viol, c'est un échec de la sécurité républicaine. Quand il y un avortement à cause de conditions précaires, c'est un échec pour notre système de protection sociale et notre modèle économique. Quand il y a des avortements de récidive, c'est tout de même un échec moral et la montée de l'égoïsme. Il me semble que c'est facile de mettre des centres IVG partout, bcp plus dur de créer les conditions décentes pour donner la vie. En tout cas, une société qui ne fait rien pour réduire le nombre d'avortements a une drôle de vision des plus vulnérables et une drôle de méfiance dans l'avenir. Vous remarquerez quand même que Marine Le Pen ne remet pas en cause la loi Veil, elle pointe du doigt les abus.

    Sinon, libre à vous de vous masturber sur des syndicats qui ne représentent plus rien et trahissent les travailleurs (plus bas taux de syndiqués en France, la CFDT largement déconsidérée, la CGT impuissante), de cracher sur les "capitalistes nationaux" (quand Mélenchon veut le retour de la croissance, on est pourtant en plein capitalisme, arrêtez de croire qu'il existe une critique du capitalisme en France)...
    Et quel confusionnisme idéologique ? la confusion idéologique, c'est de croire qu'aujourd'hui il existe "la droite" et "la gauche" et qu'elles s'affrontent en proposant des solutions opposées...

    Sinon, je ne vois pas en quoi le Front national propose plus de violence pour les immigrés ou les Arabes (vous n'ethnicisez pas tiens). Mais c'est certain qu'il n'y a pas que l'économisme néomarxiste de gauche dans la vie. Si le FN a du succès, c'est justement qu'il est le seul à encore oser aborder la laïcité, l'assimilation culturelle ou la prévalence d'une culture multiséculaire sur son territoire.

    Bon après je passe sur votre élégie, je rappelle que le FN n'est pas au pouvoir en France, et je rappelle que votre éloge du "progressisme" est pleinement compatible avec l'idéologie du Marché. Lisez Michéa, c'est justement en refusant tout étalon moral que l'on laisse le soin au Marché d'éduquer une société sur ce qui est "la vie". C'est au nom du progressisme et de l'indistinction que les femmes ont pu de nouveau travailler de nuit (merci Jospin), et qu'en Allemagne, à certaines chômeuses, l'ANPE locale propose des boulots de prostituées, car après tout "c'est un métier comme un autre". Vous avez raison, vive le relativisme moral !

    Je finirai sur le poujadisme. Le FN d'aujourd'hui n'est pas vraiment poujadiste.
    Mais le poujadisme consiste à lutter contre les ententes de la grande distribution, à alléger les impôts pour les petits commerçants et les artisans, etc.. C'est un populisme qui n'a rien à voir avec le néolibéralisme actuel. Il ne faut pas tout confondre.
    Pour moi, dans cette campagne présidentielle, Marine Le Pen a vraiment renoué avec le poujadisme quand à Lyon elle a fustigé le "fascisme doré" de la finance, réclamé une lutte contre les ententes de la grande distribution ou l'allègement des impôts pour les PME et la classe moyenne (vous avez l'air d'haïr la classe moyenne en oubliant qu'elle est composée de petits entrepeneurs, de petits commerçants, de fonctionnaires... des gens normaux quoi).

  • #22

    Donatien (mardi, 22 mai 2012 03:50)

    Enfin, pour la taxe sur les produits importés, vous êtes de mauvaise foi.
    Ça s'appelle du protectionnisme. C'est le seul moyen de réindustrialiser la France face à la concurrence déloyale (due à la monnaie pour l'Allemagne, d'où la remise en cause de la monnaie unique ; due au dumping social, salarial et environnemental dans le Sud-est asiatique ou dans les pays de l'ex-Bloc soviétique).
    Et vous n'avez pas compris que cette taxe de 3% sur l'arrivée du produit fait augmenter le prix de ces produits importés de 1% (puisqu'elle ne taxe pas la confection, les matières premières, la mise en rayon, etc.). Ça libère des fonds pour que l'Etat finance une prise en charge des cotisations salariales (ça ne disparaît pas, c'est pris en charge et financé par cette taxe).

    C'est une mesure qui me semble intéressante. Mais vous préférez rester con et dogmatique parce que c'est le "Fhaine" quoi, vous êtes trop stylé pour ces pétaino-hitlériens.

    Après, si vous avez une solution autre que des mesures protectionnistes ciblées, et qui ne consiste pas à augmenter les charges de travail, baisser les salaires et les avantages sociaux, en attendant que les salaires asiatiques augmentent trop et plombent leur compétitivité, je suis preneur.

    "Si le FN n'obtient pas au moins 5 sièges en juin l'échec sera complet." Pas dans un scrutin comme celui-là... avec la proportionnelle intégrale, donc la démocratie, y'aurait 100 députés FN...

  • #23

    Donatien (mardi, 22 mai 2012 04:04)

    Je rappelle que Maastricht c'est quand même la privatisation de la monnaie au niveau européen, l'interdiction de contrôle des capitaux (donc spéculation/délocalisations), l'interdiction d'aides publiques aux entreprises en difficulté, la preparation du carcan de la monnaie unique...
    Et le bourricot Mélenchon, soutenu par les sondages de l'IFOP (l'institut de Parisot), a signé ça !

    Comment il peut se permettre ensuite de donner des leçons à la terre entière, ça me dépasse...

  • #24

    Donatien (mardi, 22 mai 2012 04:29)

    "plutôt Hitler que le front Populaire...souviens-toi citoyen!"

    Le Front populaire quand il donne les pleins pouvoirs à Pétain ou pas ?
    La gauche quand elle donne la majorité de ses cadres à Pétain ou pas ?

    Une lecture d'Un paradoxe français de Simon Epstein vous ferait du bien.

  • #25

    diojaime (vendredi, 27 juillet 2012 12:09)

    @donatien
    Tu fais parti de ceux qui tentent de donner du crédit à
    L’invraisemblable fascisme

  • #26

    Constat (vendredi, 28 septembre 2012 09:34)

    Constat: Mais la plupart de l'électorat de MLP vient de Gauche (souvenez-vous de la banlieue rouge de Paris.....)et cet électorat(laissé pour compte) qui subit la crise ,le chômage,la précarité, des conditions de travail et de vie éprouvantes (durée et cout des transports, habitat inconfortable, incivilités permanentes(pour ne pas dire plus) n'est pas prêt de revenir à ses premiers amours tant il a été déçu...le divorce est entériné entre le "prolétariat" et la gauche...pour longtemps....et comme la misère gangrène la société de jour en jour, le front national a de beaux jours devant lui ...Si rien ne change

  • #27

    Cheap Chanel Handbags (vendredi, 09 novembre 2012 03:51)

    The worst way to miss someone is to be sitting right beside them knowing you can't have them. No man or woman is worth your tears, and the one who is, won't make you cry. Maybe God wants us to meet a few wrong people before meeting the right one, so that when we finally meet the person, we will know how to be grateful.Just because someone doesn't love you the way you want them to, doesn't mean they don't love you with all they have. dcyh000061109