ven.

04

mai

2012

Comme un air de fin de règne...

Le débat de mercredi, où il est apparu nettement moins à l'aise que 5 ans auparavant, ainsi que le ralliement de François Bayrou en faveur de François Hollande, semblent sonner le glas du passage de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République Française. Dimanche si les électeurs confirment cette tendance, ce sera donc la fin du système Sarkozy. Retour sur les raisons d'un mirage qui était voué à l'échec.

L'accession de Nicolas Sarkozy était basée sur la nécessité de transformer le mode de fonctionnement de l'économie française afin de se rapprocher du modèle anglo-saxon érigé en nec plus ultra. Afin d'atteindre cet objectif, il convenait donc d'appliquer les méthodes anglo-saxonnes aussi bien sur le fond que sur la forme. L'homme de Neuilly-sur-Seine, s'est donc attaché à dépoussiérer la droite et la vie politique française, c'est à dire à enterrer les derniers restes du gaullisme et de la nation, sacrifiés sur l'autel de la mondialisation.

 

Afin de donner un gage de soumission aux Etats-Unis, Nicolas Sarkozy s'est hâté de rejoindre l'OTAN. Pour rassurer les technocrates de Bruxelles, il s'est assis sur le rejet du Traité Constitutionnel Européen par les Français. Deux des principaux piliers de ce que l'on peut nommer le gaullisme ayant été déboulonnés, le leader de l'UMP a pu ensuite poursuivre son œuvre de démolition.

 

Il s'est ensuite décidé à remettre au goût du jour la valeur travail, ce qui en soit pouvait être parfaitement légitime. Las, pour Sarkozy cette remise au goût du jour n'avait en fait que deux finalités: stigmatiser les assistés et déculpabiliser les personnes qui gagnent de l'argent d'étaler leurs richesses. A l'arrivée la France s'est retrouvée coupée en deux entre une « droite décomplexée » et une France « d'assistés et de profiteurs ». Ce modèle mis en valeur par Sarkozy a donc divisé les Français en accentuant les inégalités de richesse qui créent des frustrations chez les plus défavorisés et de la peur chez les plus aisés.

 

Le fait de dénoncer l'assistanat crée également un climat nauséabond où tout bénéficiaire d'aides sociales est considéré comme suspect. De tels agissements ne sont que pures manipulations car quel est le véritable mal de notre société? La fainéantise ou le chômage? Il est peu probable que le taux de fainéantise ait progressé depuis les 30 glorieuses. A cette époque, pensait-on à axer un discours politique sur l'assistanat? Non. La question était au mieux évoquer sous forme de boutade pour détendre l'assistance. Le véritable mal de notre société est bien évidemment le chômage. Et si notre taux de chômage était équivalent à celui des années 60, nous n'aurions aucun problème de financement de nos retraites ou de notre système d'aides sociales.

La critique de la recherche perpétuelle de boucs-émissaires au lieu de s'attaquer aux véritables problèmes doit être faite à Sarkozy. La gestion de la violence dans les banlieues suit une logique similaire puisque l'on remarque qu'elle est souvent proportionnelle au niveau d'inégalités. L'Afrique du Sud en est l'archétype. Ce pays connaît une situation extrême où les classes aisées se murent dans leurs grandes villas, protégées par des miradors, pour éviter les attaques à mains armées de classes populaires ultra-violentes et plongées dans une extrême pauvreté.

 

Sarkozy a réussi l'exploit de prendre les idées les plus mauvaises à droite comme à gauche.

 

En 2007 ces idées et cette méthode d'homme d'action n'hésitant pas à sortir du politiquement correct avait pourtant séduit les Français qui s'étaient laissés persuader que ce dynamisme allait changer la France et lui apporter joie et prospérité. La réalité fut toute autre mais est-ce vraiment étonnant? Une politique néo-libérale ne peut fonctionner que si elle est pratiquée en tant que passager clandestin et encore elle n'est pas favorable aux salariés comme le démontre le cas de l'Allemagne. Mais surtout en 5 ans les Français ont pu parfaitement connaître le profil de Nicolas Sarkozy qui s'apparente à celui d'un beau parleur. En réalité il est resté ce qu'il a toujours été: un excellent avocat, capable de défendre n'importe quelle cause: le néo-libéralisme, la démondialisation, l'atlantisme, la souveraineté nationale. Mais là où le bât blesse est dans la mise en application de ses discours contradictoires. Pire ses qualités de négociateur sont même mise en cause comme on a pu le voir dans les tractations avec l'Allemagne où Angela Merkel a obtenu tout ce qu'elle a voulu.

 

La différence entre 2007 et 2012 s'est matérialisée dans la différence de comportement de Nicolas Sarkozy lors du grand débat de l'entre-deux tour. En 2007, il n'avait qu'un bilan de ministre à défendre et il pouvait distiller toutes ses promesses. Sa force de conviction faisait le reste. Mais en 2012, le même homme devait défendre un bilan, qui était la preuve de son incapacité à prendre les bonnes décisions et à appliquer les bonnes mesures. Malgré toute sa volonté et sa forte pugnacité, c'est cela qui est apparu à l'écran. Le disque était rayé. Le lion rugissait encore mais il ne faisait plus peur à personne. Il ne lui reste plus qu'à abdiquer. François Hollande prendra certainement sa succession. Ce qui est triste est que sa victoire sera plus basée sur un référendum anti-sarkozy que sur une formidable adhésion à un projet sur lequel personne n'est dupe. Hollande nous servira la même soupe car l'homme est plus respectable et qu'il aura à cœur de jouer sur la solidarité. Cela ne suffira pas à sortir le pays de la crise.

 

 

Theux

 


NDA: dernier des gaullistes
NDA: dernier des gaullistes
Hollande sera-t-il Blum?
Hollande sera-t-il Blum?
Pour en finir avec Barbier
Pour en finir avec Barbier

Écrire commentaire

Commentaires : 15
  • #1

    Vox (samedi, 05 mai 2012 17:01)

    "en 5 ans les Français ont pu parfaitement connaître le profil de Nicolas Sarkozy qui s'apparente à celui d'un beau parleur" : permettez-moi de m'étonner qu'il ait fallu 5 années aux "Français" pour comprendre à qui ils avaient réellement à faire ! Je me souviens parfaitement d'une vidéo de 2007, qui a circulé sur le Web, où figurait entre autres Edwy Plenel, qui présentait déjà l'homme (preuves et images à l'appui) comme étant sérieusement déséquilibré. De même, Marianne a titré en 2007 : "Sarkozy est-il fou ?", présentant une bonne accumulation de soupçons allant dans ce sens. Pas encore assez pour les "Français", pourtant...

    "le profil de Nicolas Sarkozy qui s'apparente à celui d'un beau parleur" : je dirais plutôt tricheur, manipulateur et menteur... le kit du parfait petit mythomane. Capable de publier le lendemain de son élection sur le site un faux CV, démenti illico par le directeur de Sciences-Po.

    "il est resté ce qu'il a toujours été: un excellent avocat, capable de défendre n'importe quelle cause" : heu... en voulez-vous pour preuve le débat de mercredi ? Qui a -t-il convaincu, à votre avis, à part ceux qui désiraient aveuglément l'être ? Piteuse prestation, pour le moins.
    D'autre part, je considère que ce Monsieur Sarkozy ne sait à l'évidence pas s'exprimer correctement en français : son vocabulaire est pauvre, hésitant voire incorrect - d'où le recours classique des ignares à l'insulte, dès que la tension monte ils ne peuvent plus trouver les mots qui exprimeraient leur pensée, et ils ne maîtrisent pas suffisamment la grammaire pour l'avoir intériorisée au point de ne plus avoir à se concentrer dessus pour faire des phrases correctes : le nombre de phrases indigentes (il manque tout le temps des négations, par exemple) chez Sarkozy est à mon sens très révélateur de son bas niveau d'intelligence et de maîtrise de la pensée.


  • #2

    Vox (samedi, 05 mai 2012 17:04)

    A votre avis, combien de temps avant que Carla Bruni (qui ressemble de plus en plus aux Bogdanov) demande le divorce ? 6 mois ? 2 ans ?
    Les paris sont ouverts ! :-)

  • #3

    Juin (dimanche, 06 mai 2012 10:35)

    "D'autre part, je considère que ce Monsieur Sarkozy ne sait à l'évidence pas s'exprimer correctement en français : son vocabulaire est pauvre, hésitant voire incorrect"

    FH a dit ça ? Non sérieusement, il n'a pas totalement tort mais lui bégaye, hésite, et surtout riposte très mal lors des débats...Sarkozy est un menteur, Hollande un boulet. Vive la France!

  • #4

    alphadelta64 (dimanche, 06 mai 2012 18:00)

    Chacun y va de son couplet persuadé de détenir la vérité, je remarques que pour beaucoup, les faits avérés n'ont aucune importance, seul le dogme domine, on le cache sous de pseudo analyses, sous de grands développements intellectualisés, mais finalement, c'est toujours la messe, ce sont des croyants en politique de droite ou de gauche, souvent héréditaire et difficile à combattre. La vérité ne les intéresse pas, la vérité c'est ce qui est écrit dans leur bible. Essayez de convaincre un croyant que dieu n'existe pas. Et cette fois c'est fabuleux, ils ont trouvé un bouc émissaire, un vrai, un auquel ils n'aurait même pas rêvé, l'idéal des boucs émissaires, une caricature même, alors ils se sont déchaînés à plaisir, et aujourd'hui c'est l’hallali, et demain...... il vont s'ennuyer.

  • #5

    Vox (lundi, 07 mai 2012 09:59)

    Demain, nous regarderons Sarkozy répondre aux convocations des juges d'instruction qui ne manqueront pas d'arriver... Aucune chance de nous ennuyer : le feuilleton à l'américaine, si cher à son coeur, ne fait que commencer...

  • #6

    boris (lundi, 07 mai 2012 16:12)

    Article et réactions excélentes.
    Y'aurait il déjà du changement dans ce pays ?

  • #7

    les loups ne se manegnt pas entre eux (mardi, 08 mai 2012 11:01)

    http://www.challenges.fr/elections-2012/20120507.CHA6158/salaires-et-autres-avantages-l-ex-president-sarkozy-bien-traite-par-la-republique.html#reagir

  • #8

    phil (mercredi, 09 mai 2012 09:33)

    Ce president ne laissera pas un souvenir glorieux , jamais un president n'aura ete detesté de cette façon . Plus jamais çà !

  • #9

    max (mercredi, 09 mai 2012 10:27)

    on en reparle dans 8 à 12 mois ;à)

  • #10

    Dom (jeudi, 10 mai 2012 09:25)

    Vous allez voir vous allez pleurer Hollande c'est un fou! la France ne sera plus la meme il y aura plus d'etranger que de Français Pur
    on part en guerre ! Vous allez voir v'ici la fin de l'année! on verra qui rira???
    Il a ete elu avec des bons a rien! cela ne durera pas c'est sur et certain!!!!

  • #11

    simnus (vendredi, 11 mai 2012 15:16)

    @Dom : Mais calmez vous !!! Vous en bégayez du clavier. Allons l’intérêt de tous désormais est que le plan Hollande fonctionne. Il ne reste que cette opportunité.

  • #12

    Nicole (mardi, 15 mai 2012 22:01)

    encore de l'hostilité à nicolas sarkozy c'est navrant..

  • #13

    Marcel (mardi, 29 mai 2012 17:19)

    Prenons tous du recul, la chasse aux sorcières est en place contre les proches de Sarkozy afin d'y mettre des proches de... Hollande...
    Et après on ose nous parler de partis politiques clean, j'en rigole ("jaune") d'avance!

  • #14

    Cyril (mercredi, 27 juin 2012 13:41)

    blanc bonnet et bonnet blanc ? J'en ai bien peur.

    Comme d'habitude, les copains s'en mettront plein les poches. On aura le droit à la même polique économique (celle dictée par le marché). La différence se fera par des mesures sociales(Mariage homo, adoption par des couples homo, légalisation du canabis...) qui feront avancer les mentalités. Pour le reste, c'est tout tout pareil ^^

    Qui a fait virer Philippe Sollers ? ;)

  • #15

    Cheap Gucci Bags (jeudi, 16 août 2012 02:35)

    Remember, the brick walls are there for a reason. The brick walls are not there to keep us out. The brick walls are there to give us a chance to show how badly we want someting. Because the brick walls are there to stop the people who don't want it badly enough. They're there to stop the other people. dcyh000060816