dim.

06

mai

2012

Le changement c'est maintenant?

Tulle. 21H25. François Hollande s'adresse aux Français qui viennent de l'élire Président de la République. L'instant est historique puisque la Vème République n'avait pas connu d'autre Président socialiste que François Mitterrand. Ce dernier avait d'ailleurs estimé qu'il n'aurait réussi son entreprise visant à remettre la gauche au pouvoir que lorsqu'un socialiste autre que lui accèderait à cette fonction. C'est désormais chose faite. Loin de l'euphorie de 1981, le sentiment que l'on ressent est ambivalent entre soulagement et inquiétude, entre espoir et lucidité. Le défi de François Hollande est immense. Sera-t-il à la hauteur?

Le discours de Tulle a certainement laissé une sensation mitigée. Il a manqué d'ambition, de grandes envolées lyriques, de rêve aussi. Les priorités du nouveau Président de la République apparaissent parcellaires et floues: la justice et la jeunesse. On ne peut pas lui enlever qu'il s'agit de sujets importants mais pourquoi n'a-t-il pas fait le choix d'objectifs plus globaux plus rassembleurs comme l'emploi ou la désindutrialisation.

 

Cependant le ciel n'est pas tout gris dans l'accession au pouvoir du candidat socialiste. La soirée électorale a permis de déterminer que François Hollande souhaitait voir la France quitter l'OTAN. Une telle initiative, que le Général De Gaulle n'aurait pas reniée, permettrait à la France de récupérer une partie de sa souveraineté et de sa liberté d'action dans le monde. La seconde bonne nouvelle est la volonté des cadres socialistes d'affirmer avec force que l'austérité n'est pas la seule voie possible. De tels discours permettent de mettre la pression sur Angela Merkel et de remettre en cause le fonctionnement du couple Merkozy.

 

Gardons nous cependant de crier victoire trop tôt car la qualité d'un Président se juge sur des actes et non pas sur des paroles. On a trop souvent entendu les gouvernements socialistes faire part de leur volonté de changer l'Europe avant qu'ils ne se heurtent à la « réalité » du terrain. A n'en pas douter, le fait d'ajouter simplement un objectif de croissance au traité européen de stabilité ne changerait pas fondamentalement les choses. Il convient avant tout de s'attaquer à l'austérité en tant que telle ce qui passera inévitablement par un affrontement frontal avec Madame Merkel.

Cela nous amène naturellement sur le terrain des élections législatives qui interviendront dans un mois. Inutile de préciser qu'elles constituent une échéance capitale, au-delà même de l'élection présidentielle, puisqu'une défaite priverait la gauche de l'essentiel des pouvoirs. La première remarque est que la victoire de François Hollande est moins large qu'espérée ce qui tend à montrer que la marge entre le PS et l'UMP et entre les forces de gauche et les forces de droite est relativement faible. Cela est d'autant plus inquiétant que François Hollande a construit sa victoire sur l'anti-sarkozysme qui sera nécessairement moins accentué lors des législatives.

 

Le second point crucial résidera dans l'équilibre des différentes forces. Un résultat comparable à celui du premier tour de l'élection présidentielle pourrait inciter François Hollande à « droitiser » son action et à se rapprocher de François Bayrou, et de son programme d'austérité, au détriment de Jean-Luc Mélenchon et de ses idées basées sur la croissance.

 

La performance du Front National sera à surveiller de près car cela confirmerait la montée du sentiment xénophobe en France. Il est également possible que l'UMP utilise un discours plus extrémiste pour capter les voix du FN, qui pourrait empêcher la gauche de détenir une majorité à l'Assemblée Nationale et priverait ainsi François Hollande de toute marge de manœuvre.

 

Si les Français restent cohérents dans leurs choix et offrent à François Hollande une majorité à l'Assemblée Nationale, le comportement du leader socialiste devra être surveillé de près. Le risque de reproduire les échecs de Papandréou en Grèce ou de Zapatero en Espagne est très élevé, ce qui plongerait la France dans une situation particulièrement délicate. Le programme de François Hollande semble s'orienter dans cette impasse, mais peut-être qu'à l'image de Léon Blum en 1936, la pression de la rue permettra d'infléchir sa politique.

 

La situation reste périlleuse et nous ne sommes pas particulièrement sereins. Soulagés certes d'avoir évité le pire en renouvelant un bail de 5 ans avec Nicolas Sarkozy mais inquiets d'avoir donné le pouvoir à un parti qui s'est rallié à l'idéologie néo-libérale depuis près de 30 ans. Alors le changement c'est maintenant? Peut-être mais rien n'est moins sûr. Notre seule certitude est que nous allons au devant d'évènements décisifs pour l'avenir de notre pays et que l'homme qui détient la clef se nomme désormais François Hollande.

 

 

Theux

Hollande sera-t-il Blum ?
Hollande sera-t-il Blum ?
Docteur Hollande, Mister Hollandréou
Docteur Hollande, Mister Hollandréou

Écrire commentaire

Commentaires : 15
  • #1

    ... (lundi, 07 mai 2012 05:47)

    J'ai toujours trouvé ce slogan de campagne quelque peu ironique: de quel changement parle-t-il quand tout dans son programme invite à un retour en arrière, à "l'avant Sarko"? Nicolas Sarkozy représentait un vrai changement, une véritable rupture, que les résultats de sa politique aient été bons ou pas d'ailleurs (les auteurs de ce blog pensent clairement que non).
    Quant à savoir si l'alternance droite/gauche, UMP/PS constitue véritablement un changement en soi, je reste dubitative.

  • #2

    Thierry CHEVALIER (lundi, 07 mai 2012 09:59)

    Je fais partie des 2 millions de Français ayant voté Blanc (j'avais voté Bayrou au premier tour ...).

    Je fais également partie de ceux qui ne croient pas au programme de François Hollande dans la mesure ou il ne sera pas applicable. Mais là, je ne jette pas la pierre au nouveau président, car beaucoup d'autres avant lui ont fait de même (comme NS!). Donc, le programme, nous pouvons l'oublier. Espérons seulement que François Hollande soit "raisonnable" et adapte son programme aux réalités ....

    Je partage cependant une position du PS, à savoir qu'il faille adjoindre un volet relance en complément d'un volet rigeur budgétaire. La principale question réside dans la réalisation de se plan de relance imaginé par le PS ?

    Theux, quel est votre sentiment sur ce point ?

  • #3

    Damoiseau L'Xé (lundi, 07 mai 2012 14:55)

    Mouais, je ne suis pas convaincu de sa réussite. De plus, je m'attendais à une défaite plus sévère de Sarko. Aussi dévastatrice soit-elle sur le long terme, cela prouve que la stratégie d'extrême-droitisation de Buisson était la bonne. Sans cela, Sarko perdait 55/45.

    Concernant Hollande, personnellement, je ne vois quel espoir porte-t-il. Je ne comprends même pas la satisfaction de beaucoup qui comparent cette victoire à celle de 1981.
    Que remettra-t-il en cause? Ce n'est pas les volets croissance des traités européens qui vont changer quoi que ce soit. C'est du domaine de la mesurette. La preuve par l'absurde : tous les pays majeurs, dont l'Allemagne et l'Italie, y sont favorables. Cela confirme bien que les dogmes du néolibéralisme ne seront pas remis en cause. En outre, Merkel a déjà fait savoir qu'elle n'accepterait pas de renégocier ces traités.
    Après l'euphorie de la victoire, Hollande va effectivement se heurter aux réalités du terrain. Gueule de bois et lendemains difficiles en perspective...

    On sait très bien que la Sociale Démocratie a toujours échoué partout où elle est passée. Y compris en Allemagne, où la compétitivité des entreprises s'est faite au détriment du droit du travail et du pacte social. Dans ce pays règnent précarité et pauvreté pour les plus exposés.

    Aujourd'hui, on en parle peu, ce sont les résultats électoraux de la Grèce qui sont particulièrement intéressants. Le Pasok n'est plus la première force de gauche. Le bipartisme a explosé. La majorité requise pour composer un gouvernement semble bien délicate à mettre en place. Un parti néonazi fait son entrée au gouvernement (l'austérité fait mécaniquement monter l'extrême-droite). Sans pessimisme, je pense que c'est ce qui nous attend...


    P.S.: j'aurais aimé que Hollande réponde à la lettre ouverte des cinq économistes (dont Jacques Sapir). Il l'a forcément lue.

  • #4

    le journal de personne (lundi, 07 mai 2012 19:34)

    On me demande pourquoi je me suis présenté à la magistrature suprême, comme quelqu'un de normal?
    C'est peut être moral mais ce n'est pas normal
    Ce n'est pas normal d'être normal... et ce verdict est loin d'être banal!
    Normal ! Puisque que je réclame votre aval!
    Après tout, la norme, ce n'est peut-être pas si mal?
    Hallal ou pas hallal... attention : tous ceux qui se posent la question finiront par avoir les mains sales.
    En vérité, je n'ai jamais prétendu être un candidat "hors norme", parce que j'ai souffert d'avoir été énorme.
    Maigrir c'est la norme n'est-ce pas ? A fond la forme.

    Je suis normal... complètement normal...résolument normal.
    Un homme semblable à tous les hommes... qui les vaut tous et que vaut n'importe qui... comme disait l'autre abruti!
    Oui français, vous m'avez bien compris...
    Je ne suis pas exceptionnel et je n'ai rien d'exceptionnel.
    Je suis l'être le plus remplaçable des êtres... comme toi, comme lui, comme vous.
    Je cherche ma voix. Ce n'est donc pas à moi, mais à vous de m'indiquer le chemin le plus court jusqu'à l'Élysée...
    Et pourquoi le feriez-vous le 6 mai ?
    Parce que je suis comme vous : j'en ai assez d'être à genoux... j'ai envie de me relever... de me mettre debout.
    Et de crier à la terre entière : la France c'est nous!

    Drôle d'histoire mais nous ferons tout pour qu'elle ne devienne pas une histoire drôle!

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/04/rigoletto/

  • #5

    RadTranf (lundi, 07 mai 2012 20:25)

    Il n'y a rien à attendre de plus de Hollande que d'être moins pire que Sarkozy sur un certain nombre de question de société. Et de débarrasser le plancher de l'opposition de gauche.

  • #6

    johann (mardi, 08 mai 2012 00:45)

    Honnêtement, je préfèrerais qu'Hollande soit plus Louis XVI que Léon Blum...mais s'il est Léon Blum, je prends, s'il ne l'est pas, il sera Louis XVI...en tout cas j'y travaille...

    vite la VIème République!

  • #7

    Sara (mardi, 08 mai 2012 10:03)

    J’ai voté pour Hollande sans avoir des illusions. Entre la gauche même molle et la droite mon choix était évident mais j’avoue d’avoir peur pour la suite pour les raisons suivantes :
    1 – dans le choix de son gouvernement quand je vois les noms des éventuels ministres (homme et femmes) circuler j’ai peur qu’il ne commet les mêmes erreurs que N.S .
    Dans cette situation critique est-ce suffisant d’être dans l’entourage de F.H et l’avoir soutenu pour être ministre sans avoir aucune expérience valable ? Respecter la parité ne signifie pas de choisir des nouveaux personnages comme Rachida Dati ou Rama yade.
    2 – Dans ses priorités. La jeunesse et l’éducation.
    Alors quelle priorité pour les chômeurs moins jeunes, les ouvriers menacés de licenciement, les femmes seules en situation précaires, les personnes âgées en dessous de seuils de pauvretés, et … ?
    3 – Dans son choix pour relancer l’économie. Si la croissance prévue n’est pas possible, est ce que les 12000 d’emploies /par an seront crées quand-même ?

  • #8

    Nymeo (mardi, 08 mai 2012 20:54)

    Ben non... Il l'a indiqué: "sans la croissance, rien ne sera possible"

  • #9

    Moi-même (mercredi, 09 mai 2012 08:25)

    FN et UMP sont de nature différente et incompatible. Le premier est une droite de pauvres, le second, ce sont des vieux qui votent pour des riches, d'où son européisme. Pour le moment, ils ne peuvent trouver un terrain d'entente que sur la relation aux immigrés et aux Français de couleur. Ce serait dramatique mais la pauvreté est sans doute une préoccupation très importante d'une bonne partie des électeurs du FN.
    Le PS va bénéficier de leur division et l'éventuel courage de François Hollande ou les très grands mouvements sociaux dus à l'austérité devraient être le moteur politique des prochaines années. Le FN au pouvoir est peu probable si la gauche a un minimum de lucidité.

  • #10

    Nebehr (mercredi, 09 mai 2012 19:48)

    @Moi-même #9

    "FN et UMP sont de nature différente et incompatible. Le premier est une droite de pauvres, le second, ce sont des vieux qui votent pour des riches, d'où son européisme."

    Le sondage Ipsos après le 1er tour montrait pourtant bien que le vote FN est bien distribué dans toutes les catégories des revenus (avec un léger recul en dessus de 3 000 euros mensuels). Les chômeurs par exemple ont voté massivement FdG et le FN n'est que le deuxième choix pour eux.

    "Pour le moment, ils ne peuvent trouver un terrain d'entente que sur la relation aux immigrés et aux Français de couleur."

    Le terrain d'entente a été créé officiellement par Nicolas Sarkozy après le discours de Grenoble quand il a clairement identifié "assisté/profiteur" et "immigré". Cela montre aussi que l'électorat du FN n'est nullement composé de gueux, mais bien de petits propriétaires qui veulent protéger ce qu'ils ont gagné. Ils sont dès lors dans la même logique inégalitaire que les électeurs de l'UMP, sauf qu'ils ont moins d'argent que ceux-ci et puisqu'ils jalousent les plus riches sans pouvoir l'être eux-mêmes ils préfèrent s'attaquer aux plus fragiles en les privant du peu qu'on leur donne.

  • #11

    Baudouin (lundi, 14 mai 2012 08:12)

    Je suis assez d'accord avec l'analyse de Nebehr. Pas de grande différence entre le FN et l'UMP, en ce qui concerne les questions de société (sur les autres questions comme l'Europe, il y a des différences). Le vote FN est un vote de peur. Une peur infondée de surcroit. Peur qu'on touche à leur modeste patrimoine.
    Concernant Hollande et le choix de son Gouvernement, il suffit de regarder les personnes pressenties, notamment les femmes, pour être rassuré. Il y a de la compétence, quand on regarde les CV de ces femmes, souvent jeunes en plus.

  • #12

    fred (lundi, 14 mai 2012 15:01)

    Je dirais que hollande est un peu plus humain que Sarkozy .Voila pourquoi j'ai voté hollande .

  • #13

    Mon nom est Personne (mardi, 15 mai 2012 10:27)

    Pourquoi toujours diaboliser les électeurs FN? Ce n'est pas un vote de peur uniquement. Parceque donner l'AME, les allocations familiales, et la retraite à des personnes n'ayant JAMAIS cotisés en France, ne travaillant pas ou peu, c'est normal? Même les étrangers eux-même ne trouvent pas ça logique. Voyagez un peu et vous verrez ce que pense les autres pays (arabes et africains par ex.): en France, on a l'argent qui tombe du ciel sans rien faire...
    Vous qui aimez tant les millions d'étrangers légaux ou illégaux de France, prennez les chez vous dans vos maisons, à vos frais! Soyez donc généreux!
    Car moi je l'ai fais.. j'ai travaillé et vécu avec ces migrants.., je peux donc plus en parler que les bobo de gauche... et je ne blâme pas les électeurs FN qui veulent juste sauver une image de la France de leur enfance.
    Ah c'est beau les leçons démocratiques de la gauche, où 20% des français sont traités de pauvres gueux méchants et jaloux!

  • #14

    Nebehr (mercredi, 16 mai 2012 02:09)

    @Mon nom est personne : voilà une mitraillade d'arguments bidons typiques qu'on utilise dans le but de défendre l'indéfendable !

    Premièrement, en quoi le fait que d'autres pays soient moins généreux que nous nous devrait amener à l'être encore moins que nous le sommes ? Est-ce que parce qu'il y a des dictatures dans le monde que nous devrions accepter d'obéir à un pouvoir de type autocratique ? Vous demandez que la France se rapproche à l'état de droit d'un pays africain parce que vous ne voulez pas payer des allocs auxdits Africains, c'est quand même extraordinaire !

    Deuxième point : "Vous qui aimez tant les millions d'étrangers légaux ou illégaux de France, prennez les chez vous dans vos maisons, à vos frais! Soyez donc généreux!"

    Si l'on suit jusqu'au bout votre raisonnement, pourquoi je devrais moi payer l'école à vos enfants (sans doute blancs et "de souche") pour lesquels je n'ai personnellement aucune affection ? Il faut bien être rigoureux : ou bien on décide de se séparer pour toujours de ceux que l'on n'aime pas mais alors on renoncer à profiter du système public du même coup, ou bien on accepte que le système public profite aussi à des gens que l'on n'aime pas. Grandir, c'est aussi accepter que le monde n'obéit pas forcément à ses propres caprices !

    Et troisièmement, réveillez-vous enfin ! Vous n'êtes plus enfant (enfin je l'espère pour vous) et c'est sans doute pas en s'attachant à vos images du passé que vous allez restaurer ce que vous avez DEJA perdu à jamais. Ouvrez vos yeux bien grands et acceptez donc d'être un adulte au milieu d'autres adultes différents de vous !

    En résumé, avec votre message vous avez sans doute prouvé que vous êtes jaloux et égoïste ; pour le méchant et pour le gueux on pourra en discuter, mais ce qui est clair en tout cas c'est que si vous ne possédiez rien du tout (comme c'est le cas pour la plupart des immigrés en question) vous ne vous soucieriez pas tellement de la fin que fait votre argent après le prélèvement des impôts. Le jour où vous serez obliger d'aller mendier dans un autre pays pour avoir de quoi vivre vous comprendrez peut-être combien ça peut faire mal votre discours puant de nombrilisme !

  • #15

    Marcandy (samedi, 19 mai 2012 17:20)

    On est foutu !!!