mer.

09

mai

2012

Docteur Hollande, Mister Hollandréou...

La chancelière Angela Merkel campe sur ses positions : il n'y aura pas de renégociation du nouveau traité européen. Soucieuse de voir la France virer à Gauche au moment même où les conservateurs dominent partout en Europe, la droite allemande tient bon sur la nécessité d' «ajustements structurels » drastiques, quitte à dévaster la Grèce et appauvrir toute l'Europe du Sud. Partout, l'obsession de la dette et de la dépense publique. Car l'Allemagne qui assèche ses principaux partenaires commerciaux en comprimant son « coût du travail » est bien LE véritable passager clandestin de l'Europe en même temps que son écrasant leader. Non ! Toute politique sociale et d'augmentation des salaires n'est pas un luxe. Bien au contraire ; mais les divers tissus industriels une fois mis au tapis par la concurrence sans limite mettrons du temps avant de se reconstruire. Protectionnisme et harmonisation sociale sont les futurs enjeux qu'une Europe des Nations doit promouvoir dès aujourd'hui ; faute de quoi, les Nations se passeront de l'Europe.

 

Le mythe de la gouvernance européenne

 

« Il faut un volet Croissance au nouveau Traité » (1) a-t-on entendu récemment du côté de la BCE, de l'Italie et même de l'Allemagne. Conscients que l'austérité nous conduit au désastre, les caciques de l'ordo-libéralisme jouent l'apaisement avec la France. Mais derrière l'écran de fumée se cache bien entendu la baisse des salaires, du nombre de fonctionnaires et des investissements publics afin de gagner « en compétitivité » pour exporter à nouveau : bref, l'austérité. La boucle est bouclée.

Les partisans d'une Europe fédérale parlent de leur côté d'une meilleure « gouvernance européenne », d'un « approfondissement de l'Union » par délégation de nouvelles prérogatives à Bruxelles, (il ne reste que le budget). Un terme de « gouvernance » d'ailleurs tout à fait symptomatique du projet néolibéral visant à faire croire que le capitalisme est devenu capable de faire fi des rapports de forces inhérents à toute organisation humaine. Pareil aux termes de hiérarchie ou d'autorité (2) que les techniques de management ont progressivement remplacés par ceux de projets ou de participation, le mot gouvernance est aujourd'hui utilisé à cor et à cri pour effacer subrepticement ceux de gestion, de technocratie, de loi du plus fort, ou encore de pouvoir des élites... La gouvernance européenne, qu'on ne s'y méprenne pas, est la conduite des affaires économiques par les libéraux allemands, au service de ses intérêts, et dans une certaine mesure de ceux de son Peuple. Celui qui dirige, c'est celui qui a l'industrie.

 

L'inimitable ex-Président Nicolas Sarkozy aura beau avoir « sauvé la Grèce » (3), -et les grecs l'en remercient, il laisse aujourd'hui notre pays dans un état industriel pitoyable, plombé par 10 années d'Euro fort et de concurrence libre et non faussée ; affaibli à l'international de n'avoir été que le supplétif de Mme Merkel en défendant une politique inadaptée à notre économie, contraire aux intérêts de la patrie.

Le Nemesis coule un jonque chinoise durant la première Guerre de l'Opium 1841
Le Nemesis coule un jonque chinoise durant la première Guerre de l'Opium 1841

La redécouverte du mercantilisme

 

La guerre économique n'est pas une nouveauté. La Grande Bretagne, que l'on sache n'a pas dominé, le monde pendant 150 ans grâce à une « quelconque gouvernance » transcendantale. La mise sous tutelle économique de la Chine - 400 millions d'habitants, après les guerres de l'Opium par un pays de 28 millions d'âmes n'est certes pas le fruit d'habiles négociations. Après des années de règne sans partage, l'idée de « doux commerce » chère à Montesquieu a du plomb dans l'aile, n'en déplaise à ces Messieurs Minc ou Lamy. L'effet naturel du commerce est de porter à la paix » De l'esprit des lois, 1758. Il faut désormais prendre acte du fait qu'au sein même d'organisations régionales, les Etats ont le devoir de défendre des intérêts propres quitte à le faire aux dépens de ses voisins. Ce que fait l'Allemagne. Ce que n'a pas fait la France depuis 30 années, cédant morceau par morceau à l'Europe et aux instances internationales toujours plus de souveraineté ; une politique soutenue par François Hollande, partisan du Traité constitutionnel de 2005.

 

A la croisée des chemins

 

Notre politique monétaire est à Francfort, il faut la renégocier. Notre politique commerciale se fait à Bruxelles où elle est interdite par le Traité de Lisbonne et à l'OMC ; il nous faudra en sortir. Le nouveau Traité Européen à venir, accompagné de l'inique Mécanisme Européen de Stabilité (MES) ôterait aux Etats de l'Union toute souveraineté budgétaire et les contraindrait aux fameux « ajustements structurels » chers à Angela Merkel, Yves Thréard, Christophe Barbier, François Lenglet, feu Dominique Strauss Khan ou feu Nicolas Sarkozy...etc (voir notre article à ce propos : la Haine de la France). Une nouvelle provocation pour quiconque est attaché à la souveraineté nationale sans laquelle il n'est pas de démocratie, de pacte social, de redistribution et de partage au travers de politiques économiques expansives. Sans laquelle il n'est pas de Gauche en France. Sans laquelle enfin le citoyen se noie au milieu d'un monde sans limites et sans frontières où rien n'est plus possible collectivement, tout ayant été confié ailleurs.

 

Il ne nous faudra pas longtemps pour juger le nouveau Président sur ses actes. S'il signe le nouveau traité, s'il baisse la tête comme l'a fait Nicolas Sarkozy devant notre voisin, et permet sans sourciller que l'austérité allemande, grossièrement maquillée d'un «volet de croissance » s'impose au vieux continent, il signera par là même l'acte de dissolution future de la zone Euro et la mort programmée du Parti Socialiste – social démocrate - aux prochaines élections. S'il résiste, s'il décide qu'il est possible de renégocier la règle d'Or, le statut de la BCE, le rôle des marchés financiers ; qu'il est possible de mettre à l'ordre du jour un tarif extérieur commun, il lui faudra sortir les muscles, taper très fort du poing sur la table, et dire : « si vous n'écoutez pas, nous agirons sans vous, Chancelière ! ». Il faut choisir.

 

Qui serez vous Monsieur le Président ?

 


Frederichlist

 

 

 

A lire aussi :


L'UE contre la démocratie
L'UE contre la démocratie
Dévaluation ou Chaos
Dévaluation ou Chaos
Sortir de l'Euro ?
Sortir de l'Euro ?

 

 

Sources

 

(1) http://plus.lefigaro.fr/article/europe-draghi-reclame-un-pacte-de-croissance-20120425-904009/commentaires?page=12

(2) Le nouvel esprit du capitalisme, Luc Boltanski et Eve Chiapello
éd. Gallimard, 1999.

(3) Lors du débat télévisé avec François Hollande, ce me semble.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 9
  • #1

    Damoiseau L'Xé (mercredi, 09 mai 2012)

    [Je me permets de vous dire que j'ai toujours un problème pour tweeter les liens de vos articles par l'intermédiaire de l'icône dédié. Je ne sais pas si je suis le seul...]

    Concernant les désormais fameux volets croissance du nouveau traité, il y a un formidable quiproquo : les néolibéraux n'envisagent pas une seconde une politique de relance. Pour eux, cela consiste à détricoter le droit du travail, baisser son coût, assouplir les règles de licenciement, et permettre toujours plus de flexibilité, afin de rendre les entreprises compétitives. En somme, la fuite en avant vers la mondialisation, renforçant la domination des marchés et de la finance.

    " il lui faudra sortir les muscles, taper très fort du poing sur la table, et dire : « si vous n'écoutez pas, nous agirons sans vous, Chancelière ! » "
    Pour cela, il n'y a pas pléthore de solution. Comme le disent cinq économistes (dont Sapir) dans une tribune(*), Hollande doit soumettre ce nouveau traité, et plus généralement les questions européennes (traité de Lisbonne, statuts de la BCE, MES etc.), à référendum. Il n'y a que cela qui peut le mettre en position de force face à nos "partenaires".

    (*)"Si vous annonciez dès aujourd’hui, et en tout état de cause avant le second tour, votre décision de soumettre à référendum le traité que vous proposez de renégocier, en disant clairement que vous appellerez à voter « non », vous disposeriez d’une arme puissante et redoutable. Un « non » massif vous renforcerait et vous donnerait un pouvoir de négociation décisif. Il mettrait entre vos mains un mandat populaire nettement ciblé et sans aucune ambiguïté. Vous pourriez imposer alors des mesures à l’efficacité réelle, ou alors faire la démonstration que certains de nos partenaires se refusent à sauver l’Euro. Il vous faudrait alors avoir le courage d’en tirer les conséquences."
    Tiré de :
    http://www.marianne2.fr/Jacques-Sapir-lettre-ouverte-a-Francois-Hollande_a217032.html

  • #2

    Damoiseau L'Xé (mercredi, 09 mai 2012 11:10)

    Pardon "icône dédiée" (et non "dédié") plutôt...

  • #3

    johann (vendredi, 11 mai 2012 12:07)

    Je me ferais bien petite souris pour savoir ce que le politburo du PS se dit.
    Parce qu'il y a quelque chose de terriblement incertain dans cette nouvelle mandature, on ne sait pas ce qu'ils ont derrière la tête, ou plutôt, on ne connaît pas leur degré d'autisme et de blocage psychique.
    Il y aurait comme un paradoxe pour ces hommes si machiavéliens dans les luttes internes au parti, à agir de manière respectueuse envers les traités et les règles sanctionnées par les "marchés".
    Au-delà du referendum proposable pour se donner une légitimité dans l'action négociatrice, il y a urgence à désobéir.
    Le champ des possibles est immense, et les éventuelles amendes de Bruxelles, on s'en contrefiche, qui va nous obliger à les payer?
    il est urgent d'appliquer un protectionnisme de normes sociales et environnementales et de signer des accord avec des partenaires étatiques ou des firmes multinationales pour que des usines s'installent chez nous, et ainsi préparer notre tissu productif à une éventuelle explosion de l'euro, qui serait une catastrophe au vu de la dépendance du pays à l'étranger.
    Il faut redéployer les crédits de la PAC et organiser la reconversion agricole, c'est plus qu'urgent et ce serait une arme de plus, puisque la PAC, ça n'est jamais qu'un subventionnement du cartel de la chimie présent surtout en Allemagne. La transition énergétique nous permettrait de plus de trouver des alternatives au pétrole, et par là, poser des normes nous autorisant à chasser de nos étal tous les produits de cette industrie chimique allemande, les firmes pharmaceutiques et les konzern de l'automobile.
    Enfin, et c'est une chose qui me parait primordiale, il faut être subtil avec les allemands, je veux dire, dans la manière dont on perçoit et mène le combat et dont on s'adresse au peuple allemand. Peuple allemand qui d'ailleurs n'est pas uniforme et ne vit pas cette période de la même manière. Il y a une Porsche à chaque coin de rue dans l'opulent Bade-Wurtemberg, mais la Poméranie ou la Saxe sont sinistrées, et nous pouvons jouer sur les fierté "nationales" des prussiens ou des saxons, qui sont humiliés par les Bavarois et les franconiens. La solidité et l'implantation de la CDU est précaire et tient sur le soutient massif des Länders qui sont les gagnants de la mondialisation, et dans les autres, le SPD s'est effondré, die Linke émerge, mais aussi l'extrême droite. Mais toujours est-il que nous avons des coups à jouer pour faire pression et qu'une bonne partie des allemands soutiennent nos actions.

    Et pour finir, sur une sulfureuse référence au "modèle allemand", il serait bienvenu que le nouveau gouvernement français agisse sur les prix, des loyers et des produits de la vie courante, briser des monopoles et des marges hallucinantes, notamment sur les dépenses contraintes. La modération salariale allemande n'a que peu généré de révoltes car elle repose aussi sur un pouvoir d'achat plus élevé. Il y a urgence à s'attaquer aux firmes agroalimentaires, aux oligopoles de la téléphonie, aux distributeurs, et même les cinémas. Urgence à déplacer la fiscalité des petits commerces vers les gros, etc., etc. et ça c'est faisable "maintenant".

  • #4

    Lefevre (vendredi, 11 mai 2012 16:13)

    Que penser d'un responsable politique qui dédaigne de se servir d'une arme qu'il détient, sinon qu'il n'a pas l'intention de défendre les intérêts qu'il prône?
    Tous les acteurs de la crise sont encore en poste aujourd'hui, en Europe et aux USA... Que peut-on en déduire? Y a-t-il encore un démocratie dans le monde?

    "Nul n'est plus désespérément esclave que ceux qui croient faussement qu'il sont libres."

  • #5

    clemence (lundi, 14 mai 2012 11:52)

    #Hollandreou : Une sorte de droit d'inventaire pour détecter les dérapages budgétaires de 2011
    "On craint que l'équipe précédente n'ait épuisé les crédits destinés aux emplois aidés"
    "le nouveau gouvernement gèlera 10% des dépenses de l'Etat, affirme Cahuzac"
    http://t.co/ObI7olUi

  • #6

    Olivier Karrer (mercredi, 23 mai 2012 11:41)

    "Car l'Allemagne qui assèche ses principaux partenaires commerciaux en comprimant son « coût du travail » est bien LE véritable passager clandestin de l'Europe en même temps que son écrasant leader."

    A cette notion économique, il faut ajouter un volet démographique important pour le long terme.
    En créant le chômage chez ses partenaires, l'Allemagne s'approprie la force de travail de jeunes gens qualifiés à bas coûts pour elle.
    Une fois, parent d'un enfant en Allemagne, ils ne pourront plus jamais quitter le pays avec leur enfant mineur et seront mis à contribution forcée pour enrichir l'Allemagne une seconde fois.
    C'est l'objet de la justice familiale allemande et de son inquiétant Jugendamt, juge politique et parent d'Etat.
    Olivier Karrer
    CEED Paris

  • #7

    Nike Shoes On Sale (jeudi, 16 août 2012 02:35)

    In your life, there will at least one time that you forget yourself for someone, asking for no result, no company, no ownership nor love. Just ask for meeting you in my most beautiful years. On sales! dcyh000060816

  • #8

    buytadalafilonline (mercredi, 07 novembre 2012 19:02)

    I intended to draft you this bit of remark in order to say thank you once again for the pretty guidelines you've documented here. It is quite strangely open-handed of you to present unhampered precisely what a lot of people could have made available as an electronic book to generate some cash for themselves, and in particular now that you could have tried it if you decided. Those good tips likewise served as a good way to recognize that some people have a similar dream the same as my personal own to understand a whole lot more concerning this condition. I am sure there are lots of more fun periods ahead for many who take a look at your website.

  • #9

    jewrino (vendredi, 07 décembre 2012 00:03)

    Needed to compose you that very small observation to be able to say thank you again just for the great tips you have contributed on this website. It's quite extremely open-handed with people like you to supply publicly precisely what many individuals might have offered for an e-book in making some profit for their own end, primarily seeing that you might well have tried it in the event you wanted. These basics also worked to provide a good way to recognize that other people have a similar passion the same as my very own to see more and more when it comes to this matter. Certainly there are thousands of more fun opportunities ahead for many who check out your blog post.