lun.

18

juin

2012

BNP Paribas : la banque d'un monde qui change ?

BNP Paribas a récemment transmis à l’ensemble de ses clients une charte afin de mettre en avant sa qualité de « banque responsable » respectant « les principes fondamentaux de service et d’éthique ». Partant de l’hypothèse qu’un grand groupe ne communique jamais sans une vérité caché, je me suis procuré cette « charte » et je vous propose de vérifier les dires de ce géant de la finance.


La charte s’oriente selon 4 axes majeurs :
- Rester fidèle à notre mission première : le service à nos clients dans la durée
- Accepter de prendre des risques tout en les contrôlant étroitement
- Respecter une éthique commerciale rigoureuse
- Etre une banque responsable

1/ Rester fidèle à notre mission première : le service à nos clients dans la durée
Comme d’autres banques, BNP Paribas s’est lancé dans l’assurance des biens et des personnes. Dans son dernier communiqué de mars 2012, destiné au salarié, le syndicat SNB indique que les 30% (voire 50% pour certains managers) du temps commercial doit être consacré à l’assurance. Autrement dit les directions fixent les orientations commerciales des salariés. Est ce alors la pression de l’objectif ou le besoin du client qui oriente la vente ? Le Groupe BNP Paribas est il certain que ses clients souhaitent que leur banquier leur parle à 30% ou 50% du temps de leur assurances (auto, maison…) ? Ce même syndicat indique que le taux d’incivilité des clients envers les salariés a augmenté de près de 100% entre 2010 et 2011. Les clients sont ils devenus plus agressifs ou ne trouvent ils plus de réponses auprès de leur conseiller ? Beaucoup de questions où le bon sens apporte des réponses.


Pour dénoncer le stress dans l’entreprise le syndicat indique dans une note de septembre 2011 présentant le planning d’un directeur d’agence : « Trouver un bon débiteur pour « faire » un crédit court terme avec la protection qui va bien: pas top comme démarche, mais un challenge (mise en compétition des commerciaux sur un laps de temps donné pour gagner une récompense et se faire bien voir de sa hiérarchie) commence aujourd’hui et les premiers résultats tombent ce soir » Cette démarche est choquante. Comment est-il possible de communiquer sur le service rendu à ses clients lorsque l’on suit un tel processus de vente…scandaleux.

2/ Accepter de prendre des risques tout en les contrôlant étroitement
Un contrôle des risques étroits ? En 2008-2009 BNP Paribas Personal Finance a commercialisé un prêt dénommé Helvet Immo destiné au financement d’un logement locatif dans le cadre des dispositifs fiscaux Robien ou Scellier. Ce prêt était consenti en franc suisse mais remboursable en euro. Hors la devise suisse n’a cessé de grimper face à la monnaie européenne. Un couple ayant souscrit un crédit de 145 834€ en 2008 doit en 2012, 185 362€, soit une hausse du capital restant du de 27%. Ces prêts toxiques concernent plus de 4 000 clients de la BNP Paribas. En mars 2012 le journal Libération écrivait un article sur ce sujet suite aux nouveaux dépôts de plainte pour « pratiques commerciales trompeuses ». Leurs investigations démontrent que la banque reste dans le déni face aux clients qui souhaiteraient renégocier leur crédit en indiquant que : «notre établissement n’a pas convenance à répondre favorablement à votre demande ». Pourtant le service communication de BNP Paribas ne manque pas d'affirmer que « l’entreprise s’est mobilisée » pour trouver une issue favorable à cette situation.


3/ Respecter une éthique commerciale rigoureuse
« BNP Paribas s’est retiré de tous les paradis fiscaux qualifiés comme tels par l’OCDE ». BNP Paribas possède une filiale qui se nomme BNP Paribas Securities Services spécialisée dans le service titre. Que fait cette filiale ? Elle l’indique sur son site : « En tant que principal agent centralisateur en France, nous donnons accès à tous les fonds français et à plus de 250 fonds offshore ». Nous sommes face à un paradoxe. Un fond offshore est un organisme de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) dans une zone géographique qui est considérée comme particulièrement attractive en matière de règlementation et de fiscalité, autrement dit un paradis fiscal.
Les Iles Caïman apparaissent dans la liste des paradis fiscaux définit par l’OCDE or lorsqu’on se promène sur le site de BNP Paribas Sécurities on trouve : http://securities.bnpparibas.com/jahia/Jahia/site/portal/home/location/caymanIslands
Le Groupe BNP Paribas est actif aux Iles Caïman depuis 1972. Nous pouvons alors nous interroger sur l’objectivité de l’information transmise par BNP Paribas.
Le 22 mai 2012 le journal Libération a rédigé un article sur 2 guides d’optimisation fiscale réalisés par BNP Paribas. Bien évidemment ces guides traitent, entre autre, de la création d’entreprises dans les paradis fiscaux (exemple d’un des guides : http://m0.libe.com/pointer/2012/05/23/Presentation_BNP_Paribas_Trust.pdf). Je ne citerai qu’un exemple révélateur : «M. X», de nationalité ukrainienne, qui veut détenir une société dans son pays, mais sans apparaître officiellement. Il lui est conseillé de créer une société off shore dans les îles Vierges britanniques, qui investirait dans une compagnie sise à Malte, qui, elle-même, détiendrait 30% d’un holding de droit néerlandais, qui investirait dans un holding chypriote… qui détiendrait 100% du capital de la société ukrainienne ! Avec ce montage, promet BNP Paribas, «M. X» s’est compliqué la vie, mais cela lui rapportera : il percevra les revenus de sa société sous forme de dividendes ou de plus-values à Malte ou aux Pays-Bas, où l’imposition est nulle. Sans commentaire.

Cyrano de Bergerac
Cyrano de Bergerac

4/ Etre une banque responsable
« Le groupe s’implique fortement au bénéfice de la société ». BNP Paribas une banque ayant une responsabilité civile ?
Le 19 septembre 2011, Mr Gilles Babinet président du conseil national du numérique annoncé sur BFM radio que BNP Paribas touchait 180 millions de crédit d’impôt recherche « pour financer des gens qui font du fast trading, des algorithmes qui déstabilisent la Bourse ». Nous connaissons tous aujourd’hui l’impact négatif de la finance sur l’économie au travers la spéculation. Le fast trading ou trading haute fréquence consiste à l’envoi d’ordre de bourse à très grande vitesse (de l’ordre de la micro seconde) par des établissements financiers via des algorithmes. Cette technique qui accentue la volatilité des marchés a été rendu célèbre par le krash éclair à New York du 6 mai 2010. Le Dow Jones avait alors reculé de 9% en quelques minutes. L’AMF reconnait son impuissance face à la prolifération de ces méthodes de trading. Pourtant le crédit d’impôt recherche, qui consiste en une réduction de 30% des dépense en R&D facilite le développement de ces pratiques. Il n'est pas certain que lorsque BNP Paribas bénéficie d’un tel avantage fiscal elle contribue au bénéfice de la société …


« Une banque responsable par des pratiques loyales à l’égard des 190 000 collaborateurs du Groupe ».

Il est toujours difficile de pouvoir vérifier si un employeur est en phase avec les communiqués de sa direction. En cherchant de nouveau sur le site d’un syndicat de la BNP Paribas on se rend compte que les choses ne sont pas si roses. « Ça ne nous arrange pas, on pensait pouvoir vraiment compter sur vous, ce n’est pas le bon moment… » Voilà le type de réponse qu’apporterait les directions aux futures mamans à l’annonce de leur grossesse. Il semblerait que chez BNP Paribas la conception des heureux évènements passe par un entretien RH…très en décalage avec la charte de parentalité signée par cet établissement en 2008. Dans un édito de septembre 2011, ce même syndicat communique sur la reconnaissance par l’entreprise BNP Paribas de l’existence de forme d’harcèlement dans l’entreprise.



« Partout dans le monde BNP Paribas veille à l’impact environnemental »

BNP Paribas s’affiche comme une banque ayant une responsabilité d’un point de vue environnemental mais n’oublie t-elle pas certains éléments de son passé récent ?


Avec un investissement dans le nucléaire entre 2000 et 2009 pour 13,5 milliards d’euros, Elle apparait comme la banque n°1 du nucléaire (BankTrack, Nuclear Banks, No Thanks, juillet 2010).
En 2010, Greenpeace s’interroge sur la contribution financière de BNP Paribas dans la construction d’un réacteur nucléaire à Angra Dos Reis à 150km de Rio. La construction de ce réacteur ne date pas d’aujourd’hui puisqu’elle a commencée en 1984. Faute de financements internationaux elle s’est arrêtée en 1986 au moment de la catastrophe de Tchernobyl. Or 70% des matériaux nécessaires à la construction étaient stockés depuis l’origine. Autrement dit ce réacteur serait construit avec des pièces répondant aux critères de sécurité antérieurs à 1986. Pourquoi est-ce aussi intéressant pour la banque ? Parce qu’elle n’assumera pas le risque financier lié à l’investissement ce sont les « Etats nucléaires » comme la France qui se portent garant.


Angora est un exemple mais BNP Paribas est régulièrement confrontée aux ONG environnementales. En 2007, c’était pour le financement d’une centrale nucléaire à Belene (Nord de la Bulgarie). L’élément principalement dénoncé était la construction dans une zone sismique. Suite à l’intervention des ONG, le Directeur général du groupe Mr Baudoin Prot (actuel Président) annonçait un an après que « BNP Paribas serait prêt à organiser et structurer le financement de la centrale de Belene, mais pas à y participer financièrement », ce qui paraît contradictoire. La charte est tout de même imprimé sur un papier certifié FSC (gestion durable des forêts) !
Le but de ces recherches n’est pas de jeter le discrédit sur une banque en particulier mais de rétablir une objectivité. Messieurs les financiers arrêtez de considérer vos clients comme des idiots. Pourquoi vouloir présenter son entreprise plus propre qu’elle ne l’est. Cela pousse à l’investigation et à la découverte d’éléments en opposition. Faites preuve d’humilité, ayez l’honneur de reconnaitre vos erreurs passées.

Persicaire

http://energie-climat.greenpeace.fr/greenpeace-livre-les-millions-radioactifs-de-bnp-a-l-industrie-nucleaire
http://www.amisdelaterre.org/Belene-BNP-Paribas-est.html
http://www.slate.fr/lien/43919/bnp-trading-haute-frequence-credit-impot-recherche
http://www.industrie.gouv.fr/enjeux/innovation/credit-impot-recherche.php
http://securities.bnpparibas.com/jahia/Jahia/site/portal/fundDistributionSupport#
http://www.liberation.fr/economie/2012/05/22/grande-fortune-le-guide-de-bnp-paribas-pour-l-emporter-aux-paradis_820615
http://www.liberation.fr/societe/01012393342-des-clients-intoxiques-aux-prets-suisses
Charte BNP Paribas, BNP Paribas : notre métier, notre responsabilité, 05/2012

securities.bnpparibas.com

securities.bnpparibas.com

null

 

Goldman Sachs: nouveaux maîtres du monde
Goldman Sachs: nouveaux maîtres du monde
Jusqu'à quand ? (Lordon)
Jusqu'à quand ? (Lordon)

Écrire commentaire

Commentaires : 9
  • #1

    Guti (mardi, 19 juin 2012 11:20)

    Très interessant, comme toujours.

    Si je peux me permettre de suggérer un idée d'article, je serais curieux d'avoir des explications sur le conflit entre les USA et les banques suisses.

  • #2

    Gaetan CALMES "Se taire c'est accepter" (mercredi, 20 juin 2012 19:05)

    Il est bien votre papier. Il balaie l'essentiel des éléments qui démontrent le cynisme et le mépris pour les clients et la chose publique de cet établissement financier aux étages de la direction.
    Il est argumenté.
    En complément pour vous appuyer sur les ressorts motivationnels des dirigeants financier : "Les financiers sont aussi des hommes" sous http://goo.gl/bvOGO

  • #3

    Persicaire (mercredi, 20 juin 2012 19:30)

    Je vous remercie pour vos messages d'encouragement. Ce blog perdure grâce à ses lecteurs !

  • #4

    Michel Ange (vendredi, 22 juin 2012 11:55)

    Votre article est très bien.
    Pour y être passé que quelques mois en tant que prestataire, je pense que vous ne décrivez que la partie émergée de l'iceberg. Une recherche sur les incidents informatiques ayant touchés les clients Banque de détail sont à faire frémir n'importe quel employé du secteur bancaire français.

  • #5

    Aoty (mardi, 26 juin 2012 10:54)

    Sur le 3ème point:faux.

    Bnp fais tout ce qu'elle peut pour ne pas a avoir d'handicapes .Elle a des procédures de recrutement ouvertes mais les embauches ...on peut aller se coucher

  • #6

    Alex (vendredi, 16 novembre 2012 12:49)

    Un torchon, fond comme forme...
    Une prose d'ecolier completee d'arguments falacieux. Je ne defend pas particulierement BNPP et encore moins l'actuel modele bancaire, mais un peu de serieux svp. Un exemple (non exhaustif): "«BNP Paribas serait prêt à organiser et structurer le financement de la centrale de Belene, mais pas à y participer financièrement», ce qui paraît contradictoire." Montre que vous n'y connaissez strictement rien...

  • #7

    Cédric (jeudi, 13 décembre 2012 08:21)

    Je suis à la BNP depuis dix ans.

    Il y a deux semaines, je suis parti pour les Etats-Unis. Arrivé à

  • #8

    Cédric (jeudi, 13 décembre 2012 08:42)

    Je suis à la BNP depuis dix ans.

    Il y a trois semaines, je suis parti pour les Etats-Unis. Arrivé à New York, ma carte cesse de fonctionner. J'essaie de contacter ma banque. L'agence est fermée. Le service Carte Visa m'assure que rien de spécial n'est à signaler. Le service assistance BNP 24/24 ne comprend pas non plus. Ils me recommandent de faire un "Cash Advance" qui ne fonctionne pas.

    Le lendemain je parle à ma banquière (évidement tous ces appels téléphoniques ont un coût non négligeable). Elle m'affirme que j'ai fait un faux code trois fois de suite, ce qui est impossible (ma carte a cessée de fonctionner chez des commerçants qui, aux USA, ne demandent pas le code). Ma carte est donc inutilisable. Je dois attendre qu'on m'en envoie une nouvelle. Soit minimum deux semaines sans AUCUN moyen de paiement, dans un pays étranger.

    Je demande à ma banquière ce qu'elle me propose comme solution. Réponse : aucune. Ce sont mes proches qui vont devoir me soutenir en m'envoyant de l'argent par Western Union (nouveaux frais, pas des moindres).

    Le reste est à l'avenant. Je lui ai demandé un virement express sur le compte de ma copine, elle a mis trois jours à s'en occuper. Je lui avais demandé de m'envoyer ma carte au plus vite, elle a oublié. Ma copine, américaine, est atterrée par tant d'incompétence et du mépris du client.

    Tout ceci est sans doute anecdotique et personnel, mais la lecture de votre article me fait comprendre bien des choses. Effectivement j'ai eu l'impression que le service au client (moi en l'occurrence) était le cadet des soucis de ma banque.

    Je ne parle pas de la crainte que j'ai maintenant de savoir que ma carte peu cesser de fonctionner sans raison.

    Autre anecdote concernant l'"éthique" de la banque. Il y a un an, suite à une erreur de leur part, les impôts me réclament 1000 euros. Ils saisissent mon compte sur lequel il y a un peu moins. Ils me laissent environ 300 euros, somme qui selon leur courrier est censée être un minimum vital.

    Quelle n'est pas ma surprise de voir, quelques jours après, que la BNP a prélevé 100 euros sur ce "minimum vital" pour les frais de gestion de la saisie.

    Peu après les impôts reconnaissent leur erreur et me remboursent la somme saisie. En revanche, les 100 euros de frais... vous m'avez compris.

  • #9

    Patrick75 (dimanche, 27 janvier 2013 02:15)

    Ce que vous indiquez sur l'implication de BNP PARIBAS dans le financement des centrales nucléaires de Belene et Angra est complètement faux !! La centrale de Belene n'a pas vu le jour et Angra 3 à été financée par des banques brésiliennes !!!!! Ce n'est pas parc que banque regarde un dossier qu'elle le finance !!!

    Enfin, prendre Banktrack comme référence d'information relève au mieux de l'amateurisme !! Leur site contient beaucoup d'allégations fausses et relève souvent d'un parti pris idéologique !