jeu.

28

juin

2012

Le changement, on l'attend...

Nous relayons aujourd'hui cet article de Yohann Duval dont nous partageons l'analyse sur le début de mandat de François Hollande, empêtré qu'il est dans les contradictions fondamentales de la gauche libérale. A lire également sur le sujet Laurent Pinsolle pour sa grande clareté : Hausse du SMIC de 2% : le prix de la mondialisation.

 

Voilà à peine 2 mois que François Hollande est devenu le nouveau président de la République. La composition de son gouvernement nous avait laissé peu de doutes sur la nature du "changement" qu'il prétendait incarner, mais les événements récents sont venus - hélas ! - violemment confirmer cette première impression. Les masques sont tombés bien vite.

 

Rejeter le protectionnisme, comme Sarkozy

 

Il y a quelques jours, François Hollande concluait son premier G20 en annonçant de manière triomphale qu'il avait atteint tous ses objectifs. Parmi ceux-ci, la "lutte contre le protectionnisme". Il est vrai que le règne du libre-échange sans règles que nous connaissons actuellement fait de nos États de véritables pays de Cocagne ! Qu'importent les délocalisations, la concurrence déloyale et le chômage de masse : ne changeons surtout pas une équipe qui obtient de si "brillants" résultats.

 

Si l'on n'attendait pas du Parti Socialiste qu'il change du jour au lendemain son ADN, il était permis d'espérer que l'influence de certaines figures, comme Arnaud Montebourg, lui permettrait d'engager une réflexion sur la mondialisation et ses conséquences. Pas du tout : aujourd'hui, le "démondialisateur" reste bien silencieux pendant que les euro-libéraux triomphent, comme nous pouvions le craindre.

 

La position de François Hollande était en effet connue depuis très longtemps...

 

Toute ressemblance avec le président sortant, qui déclarait fièrement que "le protectionnisme est une très mauvaise chose" serait purement fortuite.

 

Louer les "partages de souveraineté", comme Sarkozy

 

Quelques jours plus tard, nous découvrions avec effarement les effets concrets des traités européens signés à la hâte : la Commission européenne, non élue, entend dicter sa loi à un gouvernement issu, lui, des urnes. Pas question de prendre des gants : le contrôle sur les budgets sera fait de manière autoritaire. Le verdict sera rendu en décembre, avec à la clé des recommandations pouvant être assorties de sanctions. On se pince devant une telle abomination, qui ne choque absolument pas le nouveau gouvernement.

 

Comme les ministres de l'UMP avant eux, les socialistes ne semblent guère vouloir désobéir aux injonctions de Bruxelles ou de Berlin. Le mimétisme est tel que Jérôme Cahuzac n'hésite plus à utiliser les mêmes éléments de langage que la droite sarkozyste en parlant de "souveraineté partagée" (premier pas avant la souveraineté limitée chère à Brejnev ?).

"Ce qui est en perspective, et dans les discussions que François Hollande a avec Madame Merkel, et c'est bien de ça dont on parle, c'est une solidarité budgétaire en Europe qui suppose que non seulement le budget de la France, mais le budget de l'Allemagne, de l'Italie, de l'Espagne, de tous les pays de la zone euro, soit d'une certaine manière soumis pour une appréciation à l'ensemble de nos partenaires. Ce n'est pas un abandon de souveraineté. C'est un partage de souveraineté."

 

Quelle personne un tant soit peu attachée à notre pays peut tolérer une telle atteinte à son indépendance et à sa démocratie ? C'est donc ça, le "changement" ? Souvenons-nous de ce que disait, il y a déjà 20 ans, Philippe Séguin :

 

"La souveraineté, cela ne se divise pas ni ne se partage et, bien sûr, cela ne se limite pas. Rappelons-nous d'ailleurs, pour avoir un exemple plus récent de ce que vous appelez de vos vœux, ce que put signifier pendant « le printemps de Prague » la doctrine de la souveraineté limitée, tant il est vrai que la « souveraineté divisée », « la souveraineté partagée », « la souveraineté limitée» sont autant d'expressions pour signifier qu'il n'y a plus du tout de souveraineté !"

 

 

Yohann Duval

 

 

 

 

Le blog de Yohann Duval ici : http://duvalyohann.over-blog.fr/

que nous vous conseillons.


Écrire commentaire

Commentaires : 10
  • #1

    Camille (vendredi, 29 juin 2012 15:42)

    Il est certain que les actes de François Hollande et encore plus d'Arnaud Montebourg sont très décevants. Le PS ne affranchit pas de l'ultra-libéralisme et c'est toute la France qui en subira les conséquences.

  • #2

    frederichlist (vendredi, 29 juin 2012 20:22)

    C'est la dernière fois que le PS dirige le pays, je pense faire un article à ce propos dans les prochains jours...

  • #3

    Cadmoslao (vendredi, 29 juin 2012 21:47)

    @frederichlist
    Ce sujet m'intéresse assez. En fait, j'ai l'impression que le paysage politique français va profondément évoluer dans les prochaines décennies et je suis assez impatient...

    Envisages-tu un scénario à la grecque ? Carrément une scission du parti ? Enfin bon, je te laisse réfléchir à ton article...

  • #4

    kian (samedi, 07 juillet 2012 14:16)

    Le "démondialisateur". Vous y avez cru, vous aussi ? Souvenez-vous qu'en politique il s'agit de jouer le rôle qui semble le plus avantageux. Tout n'est que stratégie. Si Montebourg était réellement contre le système, pourquoi avoir accepté d'entrer au gouvernement ? Et pourquoi n'est-il pas plutôt au parti communiste par exemple ? Non, tout est question de carrière, rien de plus.

  • #5

    kian (samedi, 07 juillet 2012 14:21)

    Si nous voulons retrouver notre souveraineté, il n'y a qu'un moyen. Ce n'est pas le plus sûr, mais il est certain que ce n'est pas en élisant des technocrates pro-européens que nous y parviendront et tout cela fait bien les affaires du front national.

  • #6

    Francois (jeudi, 12 juillet 2012 12:58)


    Le moyen le plus sûr, c'est que chacun affronte ses propres mensonges; c'est plus facile d'aller stigmatiser "les autres" c'est sûr aussi. le fait est que c'est à peu près inefficace. Les mensonges du "système" quant à eux se laissent voir par leur conséquences... Encore faut-il que suffisamment de personnes les voient et les imputent correctement.

  • #7

    Lila (lundi, 16 juillet 2012 14:19)

    @frederichlist. Quel visionnaire! Profites en pour nous donner les prochains chiffres du lotto.

  • #8

    diojaime (jeudi, 26 juillet 2012 16:59)

    @lila
    Jusqu’ici il n’a pas été nécessaire d’être devin
    Pour prédire les dégats faramineux dont est
    Responsable l’ultralibéralisme.
    Il sera aussi facile ,concernant la pérennité
    De gouvernance du PS de la projeter au-delà
    De son quinquennat…
    Il suffira de suivre l’actualité …
    Ne crois-tu pas ???

  • #9

    Shaolignes (mardi, 25 septembre 2012 18:05)

    On pourrait encore en rigoler en traitant cette
    nouvelle bande dirigeante de "couilles molles
    et ventre mou " mais nous ne sommes plus dans la guerre des boutons et posséder ces "qualités"
    face aux drames actuels de notre pays est
    impardonnable.

  • #10

    Nike Air Max Shoes (samedi, 06 octobre 2012 03:18)

    I don't think that when people grow up, they will become more broad-minded and can accept everything. Conversely, I think it's a selecting process, knowing what's the most important and what's the least. And then be a simple man.In your life, there will at least one time that you forget yourself for someone, asking for no result, no company, no ownership nor love. Just ask for meeting you in my most beautiful years. On sales! dcyh000061006