mer.

24

oct.

2012

Ces gens qui ne pensent plus

A BFM Business, on ne s'en cache pas, le Grand Capital est un ami et la mondialisation une bonne copine.

Exceptions faites des trop rares interventions de Jacques Sapir et d'Olivier Berruyer, le son de cloche est toujours le même : il faut défaire la France, l'adapter aux « vraies règles » de la concurrence planétaire, en finir avec ses lubies étatistes et égalitaires.

Changer ! Avancer en permanence, ce que Pierre André Taguieff a si bien défini comme le « bougisme » (1) : cette maladie libérale qui perçoit la « modernisation » de tout comme un bien en soi, et transforme le passé, l''Histoire, les solidarités nationales et toute résistance à l'ordre établi mondialisé en d'odieux archaïsmes.

Aveugles et fiers de l'être aux conséquences dévastatrices des théories qu'ils professent, la déstructuration des Etats-Nations, de l'environnement, l'émergence d'oligarchies transnationales dans des sociétés sans travail, l'uniformisation des cultures en marchés de consommateurs, les crispations communautaires et la violence de la concurrence généralisée, ces gens là nous sermonnent, faute de penser.

Auréolés de leur condition de « sachants », de « décrypteurs », ils jouissent ainsi du grossier privilège de pouvoir asséner n'importe quoi, avec mépris mais sans contradicteur, selon un principe bien connu des téléspectateurs de l'émission C dans l'air.

Brève illustration.

 

Mardi 23 Octobre 2012, dans l'émission « Les Experts » présentée par Nicolas Doze, on « débattait » du protectionnisme entre les invités : Alain Madelin, Jean-Marc Daniel et Nicolas Mérindol.

On se poilait bien plutôt.

 

 

Bon tout le monde est d'accord, on fait des blagounettes, c'est bien gentil tout ça.

Mais Nicolas Doze, se souvenant qu'il est journaliste avant d'être un idéologue, ose une question alambiquée, que je traduis en termes simples, « pourtant les autres pays font du protectionnisme, ne sommes nous pas, nous européens, les dindons de la farce ? ». On écoute :

 

 

La feinte est classique, on rigole et en plus on refait l'Histoire en discréditant toute l'argumentation plutôt que d'y répondre. Car enfin, « l'anglais est fourbe », c'est, au vu des 800 dernières années, bien possible, quoique pas plus qu'une autre élite dirigeante, sachant qu'autrefois celle ci avait au moins le souci des intérêts nationaux ; et le chinois qui travaille pour 5 sous, c'est encore vrai ! Quant au retard pris par la France durant la Belle Époque, c'est absolument faux ; les travaux de Paul Bairoch (2) et et David Todd entre autres ont montré la corrélation entre protectionnisme et croissance, entre protectionnisme et redistribution des richesses, entre protectionnisme et augmentation des échanges internationaux. Bref, qu'il n'existe aucune permanence entre libre-échange et croissance, et certainement pas entre libre échange et bien-être.

 

Voyant que son compère à bien rigolé mais n'a rien dit d’intéressant, le troisième mousquetaire Mérindol arrive à la rescousse avec une argumentation des plus confuses ; manifestement, lui non plus n'a rien lu sur la chose.

 

 

La boucle est bouclée. Le protectionnisme est « stupide ». Les yeux rivés sur l'indice du CAC 40, personne autour de cette table n'a semble-t-il agrandi sa bibliothèque économique depuis David Ricardo. Ou du moins, depuis 2007. Mais puisque le protectionnisme est en soi « une régression », continuons à parler de la modernisation des dépenses publiques, de celle des 35 heures, de celle de la sécurité sociale... Et tant pis si c'est une catastrophe... puisque c'est moderne.

 

 

Frederichlist

 

 

(1) Pierre André Taguieff : Résister au bougisme

(2) Paul Bairoch : Mythes et pardoxes de l'histoire économique


L'austérité a-t-elle enfanté Hitler?
L'austérité a-t-elle enfanté Hitler?
En route vers le protectionnisme !
En route vers le protectionnisme !

Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    mimicrado (mercredi, 24 octobre 2012 18:19)

    L'âme de Nicolas Doze est encore à sauver.
    Mais les autres l'ont vendue depuis belles lurettes.
    Un habitué de l'émission et du blog.

  • #2

    Yohann (mercredi, 24 octobre 2012 21:05)

    Édifiant. On a eu un peu la même chose ce soir, sur Arte, dans l'émission "28 minutes". Entre le titre ("Protectionnisme : Montebourg est-il à côté de la plaque ?"), la socialiste Karine Berger qui était visiblement effrayée par le mot (car cela signifie selon elle "refus de l'échange") et qui se refusait par idéologie de penser à l'échelle de la France (elle n'a même pas pris la peine de donner un argument pour cela), les questions orientées et le reportage caricatural sur le "Tarif Méline", on a atteint des sommets. Seul Jacques Généreux a pu (un peu) réhausser le niveau.

  • #3

    BA (mercredi, 24 octobre 2012 22:43)

    En zone euro, la dette publique de plusieurs Etats atteint des sommes inimaginables.

    En zone euro, la dette publique de plusieurs Etats est devenue hors de contrôle.

    Plus personne ne contrôle quoi que ce soit.

    1- Médaille d'or : dette publique de la Grèce : 300,807 milliards d'euros, soit 150,3 % du PIB.

    2- Médaille d'argent : dette publique de l'Italie : 1982,239 milliards d'euros, soit 126,1 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : dette publique du Portugal : 198,136 milliards d'euros, soit 117,5 % du PIB.

    4- Dette publique de l'Irlande : 179,718 milliards d'euros, soit 111,5 % du PIB.

    5- Dette publique de la Belgique : 382,922 milliards d'euros, soit 102,5 % du PIB.

    6- Dette publique de la France : 1832,599 milliards d'euros, soit 91 % du PIB.

    7- Dette publique de Chypre : 14,939 milliards d'euros, soit 83,3 % du PIB.

    8- Dette publique de l'Allemagne : 2169,354 milliards d'euros, soit 82,8 % du PIB.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-24102012-AP/FR/2-24102012-AP-FR.PDF

  • #4

    frederichlist (mercredi, 24 octobre 2012 22:52)

    @ Yohann
    Je me suis depuis peu penché sur 28 minutes ( notamment depuis l'émission avec Quatremer ) et parce que c'est ARTE avec un a priori plutôt positif. Mais quand on pense que son slogan est "Elisabeth Quin et son équipe décryptent l'actualité autrement", il y a de quoi bien rire.
    Merci d'avoir indiqué celle de ce soir.

  • #5

    Christian Bitard (mercredi, 24 octobre 2012 23:30)

    Et pourtant, la théorie de Ricardo sur les avantages comparatifs dont on bourre le crâne des étudiants avant même qu'ils aient eu le temps d'apprendre à digérer le petit lait est fausse : il est évident que les Portugais pourraient continuer à fabriquer leurs textiles tout en vendant leur vin aux Anglais pour pouvoir se payer toutes les femmes de Londres et même ramener un peu de fraîche à la maison avec la petite vérole en prime, donc avec plus de profit que s'ils se contentaient uniquement de produire du vin pour approvisionner les tavernes britanniques et ramener d'Angleterre les étoffes qu'ils n'auraient pu tisser, MAIS (car il y a un MAIS), ce que la théorie ne Ricardo omet (sans doute volontairement) de mentionner, c'est que la flotte portugaise serait incapable d'empêcher la Royal Navy d'incendier toutes les villes côtières du Portugal au cas fort improbable où le Royaume du Portugal n'accepterait pas de mettre en pratique sur-le-champ la théorie fumeuse du petit père David.

    Et voilà que depuis Ricardo, ce sont je-ne-sais-combien de générations entières d'étudiants débutants se sont faits formater l'esprit en prenant pour parole d'Evangile cette leçon qui vaut bien sans doute un fromage mais guère plus.

    Le protectionisme ? c'est la puissance de votre armée. Point barre. Tout le reste est du pipeau tralala.

  • #6

    Damoiseau L'Xé (jeudi, 25 octobre 2012 11:58)

    Avec l'entre-soi et la consanguinité qui règnent sur ce plateau, pourvu qu'ils ne nous fassent pas des enfants !
    Non mais sérieux, c'est quoi ces émissions où tout le monde est d'accord ??? C'en est navrant...
    A force, cela confirme qu'il y a une vraie stratégie de manipulation de l'opinion. Et qui fonctionne, du moins, jusqu'à présent.

    Sinon, je me permets de signaler une petite coquille : il semble que le lien "Olivier Todd" devrait être corrigé en "David Todd". Ils sont trop nombreux ces Todd, on s'y perd...

  • #7

    frederichlist (jeudi, 25 octobre 2012 12:06)

    Effectivement, j'ai d'ailleurs noté une ressemblance réelle entre les sujets abordés dans la matinale de France Inter (le journal de Mickael Thébault) et les débats de cette émission "les experts". J'ai peur que BFM ne soit très suivi par les journalistes généralistes, qui n'y connaissent pas grand chose.
    Merci, c'est effectivement David.

  • #8

    Aguilulfe (jeudi, 25 octobre 2012 12:57)


    A voir l'émission 28' , on se dit que nous sommes vraiment en guerre !

    Sinon, pour se réconforter sur le sujet, on peut, comme souvent, aller écouter Frédéric Lordon :

    http://www.dailymotion.com/video/xkxhmo_le-debat-sur-le-protectionnisme-est-une-vaste-connerie-frederic-lordon_news?search_algo=2