mar.

06

nov.

2012

Les dangers de l’industrie du « prêt à penser »

Confrontée à une désindustrialisation constante depuis plus de 30 ans, la France se bat pour sauver son savoir-faire, ses emplois et son niveau de vie. Mais les armes utilisées apparaissent trop fragiles pour s’opposer à un libre échange sauvage qui délite chaque jour un peu plus notre économie. Faute de mettre en place un véritable protectionnisme, la France est condamnée. Cependant au milieu de ce marasme, une industrie parvient à se préserver. Dans ce domaine, les salaires restent généreux et les principaux acteurs ne sont pas soumis à la concurrence de la « mondialisation heureuse ». Cette industrie sans réelle valeur ajoutée ne gênerait pas grand monde si elle n’était pas infestée d’individus arrogants, soumis à une idéologie dominante et dangereuse, qui se permettent de donner des leçons à la France entière.

Les médias ne sont pas inventifs et fonctionnent selon deux préceptes fondamentaux qui consistent à maximiser leurs bénéfices et à relayer les idées de leur propriétaire. Ces deux préceptes ne sont pas fondamentalement choquants même si on aimerait retrouver des idéaux plus nobles que le Monde Diplomatique semble bien seul à défendre.

 

Le problème est que ces deux préceptes engendrent de grandes difficultés. La volonté de maximiser leurs bénéfices incite les médias à privilégier les informations « bankable » au détriment des informations les plus importantes. C’est ainsi que l’affaire « Karabatic » des paris truqués prend le pas sur la crise grecque. Que l’affaire Merah provoque l’interruption de la campagne présidentielle alors que les moments de débat sont extrêmement rares dans nos sociétés. Ou que l’ouragan Sandy monopolise les rédactions, quand un tremblement de terre plus meurtrier en Iran n’a droit qu’à quelques articles. Ainsi va la presse qui privilégie le sensationnel, le dramatique ou le ridicule pour créer le sacro saint « buzz » qui permet d’attirer l’attention pendant quelques heures. A l’arrivée, nous sommes confrontés à une baisse qualitative de l’information c'est-à-dire à une moins bonne information du citoyen.

 

Le problème du second précepte est lié aux caractéristiques sociales des propriétaires des différents médias. La diversité n’existe pas. Qui possède TF1 ? Bouygues. Europe 1 ? Lagardère. Le Figaro ? Dassault. Le Monde ? Le trio Niel (Free), Pigasse (Banque Lazard) et Bergé (héritier d’Yves Saint-Laurent). Libération ? Rothschild. Stop. N’en jetez plus. Le fait de retrouver cette uniformité au niveau des propriétaires de journaux biaise le débat. Puisque si l’on admet qu’il est logique de relayer un message en faveur des idées et des intérêts de son propriétaire, il faut alors reconnaître le fait que la diversité des idées n’existe pas dans les médias.

C’est précisément là que la perversité du système se situe. Car le citoyen perd rapidement de vue que les médias ne sont possédés que par des grands groupes financiers ou industriels. Et ces grands groupes font définitivement partie des gagnants de la mondialisation. Ces fameux 1 % à qui le système profite. Et à partir du moment où le citoyen baisse sa garde, il devient friable et donc une cible idéal pour son endoctrinement par les puissances financières.

 

Comprenons-le. Il se lève le matin avec Europe 1 qui lui explique qu’il y a trop d’impôts en France ou que les Grecs sont des fainéants. Il prend sa voiture et allume son radio où RTL lui raconte que les Français ne travaillent pas assez. Avant d’arriver au travail, il achète Libération ou Le Monde, qui évoque les « privilèges » des fonctionnaires. A midi il discute des « gaffes » d’Ayrault avec ses collègues, qui ont été abreuvés à la même soupe. En rentrant chez lui, il surfe sur le site du Figaro qui explique comment améliorer notre compétitivité en flexibilisant le marché du travail. Puis il allume la télévision pour assister à la grand-messe du 20 heures, où on va lui parler du coût de la fraude sur les minimas sociaux. Enfin, il va se coucher après avoir visionné un reportage sur la violence dans nos banlieues.

Le drame est que ce schéma peut potentiellement se reproduire chaque jour de chaque mois de chaque année. L’influence des médias est donc considérable et elle explique pourquoi les Français agissent aussi souvent à l’encontre de leurs intérêts. L’éveil citoyen est nécessaire. Mais le combat sera long et rien ne nous sera donné. Rien ne sera jamais acquis et les victoires d’hier pourront rapidement se transformer en défaite.

 

Le rôle des blog est ici. Bien qu’extrêmement minoritaires, ils constituent cet espace de liberté qu’il est de plus en plus difficile de retrouver dans la presse. Saluons cependant les efforts du Monde Diplomatique et de Serge Halimi ainsi que de certains journalistes de Marianne comme Philippe Cohen.

 

Face à la toute puissance des médias, la solidarité entre blog doit s’établir. Ensemble nous serons plus forts pour défendre une politique au service des intérêts de la France. Pour remettre en cause la politique de Bruxelles. L’indépendance de la Banque Centrale. La puissance des Lobbies. Le bi-partisme. Le néo-libéralisme. Pour enfin mettre en place un protectionnisme qui permette la réindustrialisation du pays avec la création d’emplois à forte valeur-ajoutée qui généreront de la croissance et qui feront chuter le chômage.

 

Ensemble. Pour que demain ait un sens…

 

 

Theux

Les nouveaux chiens de garde
Les nouveaux chiens de garde
Les journalistes sont-ils tous de gauche ?
Les journalistes sont-ils tous de gauche ?

Écrire commentaire

Commentaires : 19
  • #1

    Guadet (mardi, 06 novembre 2012 21:42)

    Je me suis un moment abonné au Monde diplomatique et je suis très intéressé par Marianne et par votre blog. C'est là que je trouve les idées les plus proches des miennes. Malheureusement je suis chrétien et je suis souvent choqué de la manière dont ma religion est attaquée dans ces médias. J'ai résilié mon abonnement au monde diplomatique après un article expliquant que la guerre et la haine n'existait pas avant le christianisme, j'ai été désolé de lire sous la plume d'Élie Arié que les religions étaient à l'origine de tous les maux, et vous-même expliquez que "La religion avait des défauts énormes. Elle a multiplié les morts au travers de ses multiples guerres et continue encore aujourd’hui". Tout cela, ce sont des énormités que l'Histoire ne confirme absolument pas.
    Je connais beaucoup de chrétiens qui seraient prêts à vous suivre s'ils ne tombaient pas sur ces dérapages idiots.
    Que "Ensemble" soit vraiment : ensemble ! N'excluez personne.

  • #2

    diojaime (mardi, 06 novembre 2012 23:53)

    très bon article.
    voici l'adresse d'un blog également très intéressant: etiennes.chouard.free.fr

  • #3

    Cadmoslao (mercredi, 07 novembre 2012 09:51)

    @Guadet : Ne prenez pas la mouche comme ça... Ce genre de critiques de la religion relève plus de l'anticléricalisme républicain que de l'athéisme anti-religieux. Ce ne sont pas les Chrétiens qui sont visés, mais les hautes sphères du clergé et l'utilisation politique malsaine qu'ils font de votre foi.

  • #4

    Horror (mercredi, 07 novembre 2012 10:23)

    Alors tous ces patrons de Gauche (Berger, NIel...) et les 90% de journaliste de Gauche ne seraient que des Libéraux qui s'ignorent? Des chevaux de Troie adorateurs secrets des vampires capitalistes?
    Ils ont tellement bien joué leur rôle durant toute la précédente mandature qu'ils ont réussi à propulser un français normal plus que très moyen sur la plus haute marche de l'Etat.
    A moins que ce ne soit parce c'était le seul à pouvoir entendre leur petit cri du coeur en répondant à la préservation de leurs acquis fiscaux corporatiste. Car la Gauche sait récompenser ses supporters.

    Ceci dit, vous avez raison, la presse française est particulièrement nulle et corrompue, coupable de couchailler ne serait ce que moralement avec les cercles de Pouvoir, lui enlevant ainsi toute objectivité et sens critique.

    La lecture de la presse étrangère permet d'avoir un autre prisme, la révolution internet également.
    Cependant et à votre niveau, vous reproduisez exactement la même chose que vos grands frères car là ou l'objectivité apolitisée, la diffusion de faits devraient être les préceptes éditoriaux de tout corps de diffusion d'information. Votre ligne ultra partisane (même si opposée et c'est ce que vous reprochez in fine) vous rend aussi coupable que ce que vous dénoncez.

    Pour ma part c'est pour cela que je ne suis que contributeur.
    L'intérêt de ces blogs est d'avoir en même temps et sur la même page, l'image et son négatif pour rendre finalement les uns et les autres plus conscients en étant lecteurs actifs et non pas passifs.

  • #5

    Jard (mercredi, 07 novembre 2012 11:43)

    Il me semble que le problème n'est pas l'éventuel l'abrutissement des Français mais la médiocrité des militants des partis politiques. En tant qu'électeur, je n'ai que le choix, pour les grands partis, entre le PS, l'UMP, le FN et le FG.

  • #6

    Guadet (mercredi, 07 novembre 2012 14:27)

    @ Cadmoslao
    Merci pour votre message, mais les exemples que je donnais parlaient bien des religions elles-memes, et en particulier du christianisme, et non de leur hiérarchie cléricale. Il y a eu un changement depuis les attentats du 11 septembre attribués au seul fanatisme religieux. C'est pourtant le World Trade Center et non la cathédrale Saint-Patrick qui était visée : on s'en prenait à l'impérialisme économique des USA. En fait, depuis la guerre franco anglaise du XVIIIe siècle qui nous a fait perdre la plupart de nos colonies, les principales guerres ont eu pour but de prendre en main le commerce mondialisé voulu par les libéraux. Aujourd'hui encore, les islamistes ne cachent pas leur ambition internationale et leur volonté d'imposer leur vision mondiale contre celle des anglo-saxons. Depuis trois siècles, la mondialisation et le libéralisme économique sont synonymes de guerre. Cela était dénoncé par les marxistes et beaucoup d'autres mais on l'a curieusement oublié.
    Pour les ultras-libéraux, prendre les religions comme bouc-émissaire était indispensable pour se déguiser en partisans de la paix et de la prospérité. C'est pourquoi il est particulièrement désolant de voir jusqu'à leurs opposants tomber dans le piège.

  • #7

    Horror (mercredi, 07 novembre 2012 16:56)

    Moi j'aime bien cette mémoire sélective qui caractérise nos amis révolutionnaires de salon pour réécrire une histoire dont ils sont les seuls héros.
    Ils faudrait en parler aux moudjahidines afghans de 1979 ou aux moines tibétains, ou aux Tutsi rwandais ou aux acteurs des guerres yougoslaves fourmillant d'odieux capitalistes.

    Je ne dis pas que tout est faux mais que pécher par omission, c'est mentir!

  • #8

    Guadet (jeudi, 08 novembre 2012 09:04)

    @ Horror
    En 1979 j'étais dans les opposants au communisme, et à cette époque il fallait l'être. Aujourd'hui il y a d'autres dangers. C'est dans le néo-libéralisme que se trouve maintenant la perversité du système soviétique : hommes réduits à des rouages d'une machine économique, pensée unique, dictature des chiffres de productivités, etc., etc. N'oubliez pas que les maoïstes de mai 68 ont trouvé dans l'ultra-libéralisme un moyen de continuer leur révolution culturelle. N'oubliez pas que l'héritage du conseil de la résistance qu'on détruit actuellement était beaucoup l'œuvre de mouvements sociaux chrétiens peu suspect d'amour du communisme.

  • #9

    diojaime (jeudi, 08 novembre 2012 14:57)

    le pouvoir corrompt,de droite comme de gauche, même si les intentions sont nôbles au départ.force est de constater que les hommes sont peu vertueux de nature.
    alors,seules des institutions démocratiques rigoureuses peuvent contraindre les individus à le devenir.
    il y a 2500ans les athéniens l'avaient bien
    compris, et pour se protéger des leaders et de leurs éventuels abus de pouvoir ils procédaient au tirage au sort des représentants du peuple parmi les citoyens volontaires avec un mandat limité à un an, révocable à tout moment et renouvelable qu'une fois (pas de risque de professionnalisme politique, uniquement de l'amateurisme).
    avec ce système les citoyens pouvaient devenir
    acteur politique et bénéficiaient du pouvoir de vote et d'abrogation des lois et révocation des représentants.
    c'est au peuple à écrire ses lois et sa constitution....

  • #10

    Loveyall (lundi, 12 novembre 2012 21:43)

    Tant que les "resistants" ne seront pas unis, la division pour le regne du petit nombre continuera. Que des blogs independants informent je trouve que c'est une bonne chose mais a quelle moment est ce que les gens peuvent se retrouver ? Quel reseau ? E&R ?

  • #11

    bernard botul henry (mercredi, 14 novembre 2012 22:39)

    "j'ai été désolé de lire sous la plume d'Élie Arié que les religions étaient à l'origine de tous les maux,"

    Tiens ,Arié remonte dans mon estime , et pas qu'un peu !
    La religion est l'opium du simple d 'esprit !!

  • #12

    Bouli (vendredi, 16 novembre 2012 15:09)

    Le prêt à penser, c'est quand l'autre a un avis différent ?
    Faute d'arguments je doit bien trouver quelque chose, mais quand on à rien à dire, ne doit on pas se taire ?
    Maintenant qu'on a le droit de parler même pour ne rien dire, c'est les anecdotes et la quantité qui feront que j'ai raison.
    J'aurais du me taire, c'est contagieux.

  • #13

    Guadet (samedi, 17 novembre 2012 21:02)

    @ bernard botul henry
    Ceux qui sont contre les religions restent toujours dans l'invective et les formules toutes faites. Je suis revenu à la foi lors de mes études en fac d'Histoire, où je me suis rendu compte que les rares arguments contre les religions étaient sans fondement véritable et qu'elles étaient au contraire le moteur des progrès de l'humanité. J'ai ensuite fréquenté des théologiens et des vrais croyants et j'ai été étonné par l'intelligence et la parfaite rationalité de leur réflexion comparée à celle des athées d'aujourd'hui et des laïcistes à la mode. Je découvre aussi les trésors des autres religions et même des penseurs athées d'autrefois qui avaient une vraie recherche.

  • #14

    Grillon Jean (dimanche, 18 novembre 2012 09:53)

    Dans les enquêtes d'opinion, quel est l'âge moyen du Français ? 10 ans !
    N'avons nous pas entendu le propos privilégié de Sarkozy qui se plaisait à dire que les Français on du Yaourt dans la tête ?
    Par ailleurs notre société intoxique ses membres, le travail abêtissant, l'ivresse de la consommation comme réponse à la souffrance et au mal-être. Dans ces conditions le système peut perdurer et la seule solution pour qu'il évolue passe pas de plus grandes souffrances et par la révolte. Le rôle des médias est de quadriller les esprits pour neutraliser toute velléité de changement contraire aux intérêts de la classe dirigeante. Votre article est très juste et pointe très bien les choses de ce point de vue.

  • #15

    Raphaël Zacharie de IZARRA (jeudi, 21 février 2013 09:57)

    Je suis devenu homophobe

    MA RÉACTION DE CITOYEN APRÈS LA LAMENTABLE AFFAIRE DU SUBWAY D’ANGERS

    (SUR L’HOMOSEXUALITÉ MASCULINE)

    A force de revendiquer leur différence avec une fierté déplacée et de se définir presque essentiellement par rapport à leurs pratiques amoureuses déviantes (je dis bien déviantes, ce n’est pas une injure de qualifier de déviance les moeurs intimes des sodomites) les zélés défenseurs de la cause homosexuelle ont fini par me rendre homophobe.

    Je ne souffre plus les manifestations choquantes de leur dignité mal placée, leur intolérance vis-à-vis des schémas traditionnels de la relation conjugalee -ce qu’on appelle la norme- (voire leur racisme anti hétérosexuels), leur agressivité doctrinaire et leur vulgarité publique.

    Ces obsédés de l’égalité (égalité de second ordre d’ailleurs) devraient faire preuve de pudeur, de décence, de discrétion, bref vivre en bonne intelligence dans notre société (éventuellement faire des concessions, ce qui est la moindre des choses dans toute vie sociale) au lieu de chercher querelle aux administrations, institutions, commerces ou personnes qui (non par vice, homophobie, esprit de rébellion ou provocation mais par simples conformation intellectuelle, réflexe culturel, voire esprit de bon sens) ne joueraient pas leur jeu.

    La dérive de ces pédérastes-là en font, à mes yeux, de parfaits dégénérés.

    De “Gay Prides” pornographico-clownesques en abus légalistes jusqu’à la victimisation de leur cul, cette population de décadents m’est devenue franchement antipathique.

    Je n’inclus évidemment pas dans le lot les inversés bien éduqués, raffinés, congrus vivant leurs singularités affectives et sensuelles en toute amabilité au sein de notre société, laquelle est, quoi qu’on dise, foncièrement tolérante, ouverte, humaniste. Parce que les plus discrets d’entre eux sont les plus instruits, les plus civilisés, les plus évolués, j’apprécie particulièrement la compagnie cordiale, la sociabilité de bon aloi et la retenue pudique en tous points de ces hommes qui ne font pas de leur penchants baroques une affaire d’état.

    Hélas ! Les inquisiteurs du culte homosexuel rendent notre monde de plus en plus pervers, injuste et oppressant !

    Qui ne se conforme pas à leur dictature légalement instituée est nécessairement un arriéré, un réactionnaire, un méchant intégriste...

    Numériquement minoritaires, ils ont fait de leur anormalité sexuelle une cause première d’exigences sociales, une prétention politique, une vanité individuelle, une valeur humaine, une arrogance vestimentaire. Et même un prétexte mercantile ! Comme si le fait d’être nés bougres leur donnait des droits supplémentaires, légitimerait de faire condamner leurs frères humains dont le crime consiste à naître hétérosexuel. Pourtant c’est exactement ce qui se passe en France : des innocents se voient trainés dans les tribunaux par des gardiens du dogme sodomite pour des peccadilles.

    Avoir une mentalité d’hétérosexuel est en voie d’être considéré comme une discrimination aux yeux et à l’égard des disciples d’Adonis.

    Cette catégorie d’invertis semant systématiquement le trouble public, je manifeste à leur intention mes sentiments homophobes les plus vifs.

    VOIR LA VIDEO :

    http://www.youtube.com/watch?v=m9L1YaVvt48&list=UUPVG4kT5Jmi85dk7e-jyiGQ&index=10

    Raphaël Zacharie de IZARRA

  • #16

    Les blogs vont sauver la planete. xd (mardi, 05 mars 2013)

    C'est vous qui spammez vos liens un peu partout ?
    exemple : http://www.challenges.fr/high-tech/20121122.CHA3450/livebox-play-livebox-play-tv-decouvrez-la-nouvelle-livebox-d-orange.html

    Si oui, cela vous a apporté une page vue, a ne surtout pas confondre avec une page lue. Bonne continuation.

  • #17

    Raphaël Zacharie de IZARRA (mercredi, 27 mars 2013 10:00)

    LA TOILE, CE TISSU DE L'ÂME

    Il est instructif de constater ce que certains font de leurs dix doigts et de leur cerveau selon les outils mis à leur portée.

    Un marteau pour les uns sera l’instrument de leur chef-d’oeuvre, pour les autres il servira à détruire.

    De même l’accès à INTERNET pour les seconds sera également l’accès à la guerre, pour les premiers la toile représentera le support de leur meilleures intentions.

    J’observe avec attention ce que des humains font avec l’outil informatique, les oeuvres étant révélatrices des âmes.

    Il y a ceux qui ne font qu’injurier, menacer, provoquer, agresser, etc. Une assez grande partie des utilisateurs du NET, malheureusement. Et puis il y les autres, des esprits sains ayant compris la puissance créatrice et bénéfique que l’on pouvait tirer d’un simple clavier...

    Jamais un accessoire à fonction sociale et à usage universel n’aura comme INTERNET aussi bien dévoilé les personnalités.

    Certes le marteau comme dans l’exemple cité plus haut peut également trahir la lumière ou l’obscurité d’une âme à travers l’usage qu'il en sera fait, sauf que de par la simplicité de cet outil sommaire on pourra toujours faire illusion, les possibilités d’expression étant limitées.

    Ainsi pour caricaturer, avec un marteau le génie façonnera une statue, le vandale la brisera. Mais ce matériel archaïque ne laissera pas apparaître les nuances comportementales entre ces deux extrêmes.

    Tandis que de par sa sophistication, sa subtilité, sa très grande marge de manoeuvre le NET à un moment donné fait ressortir la vérité profonde de son utilisateur.

    Jamais dans l’histoire humaine un vêtement n’aura épousé d’aussi près la peau de son porteur.

    INTERNET est le miroir exact non pas de l’image publique ou privée que chacun veut se donner mais de son âme profonde.

    Dans la vie dite “réelle”, l’insulteur ne se montre pas nécessairement, il n’agresse pas toujours verbalement son prochain.

    Sur le NET, il se découvre insulteur.

    De même un simple mécanicien automobile peut se découvrir sur le NET une âme de bienfaiteur universel, d’artiste, de sauveur du monde, d’écrivain, de cinéaste ou de bonne soeur !

    Le NET ne montre pas forcément ce qui est affiché sur la place publique de la part de ses usagers mais ce qui est dans LEUR TÊTE, et c’est cela qui est révolutionnaire.

    La toile de par sa portée égocentrico-planétaire exacerbe les esprits, les coeurs, les tendances, les vertus comme les passions, les vices comme les rigueurs.

    C’est par ses oeuvres que l’homme montre son vrai visage.

    Par conséquent, étudions-les non pas dans la rue mais sur la toile, c’est à dire dans cet espace "spirituel" enfin observable, tangible, mesurable...

    Bref, dans ce laboratoire où évoluent les âmes.

    VOIR LA VIDEO :

    http://www.dailymotion.com/video/xyi2sa_la-toile-tissu-des-ames-raphael-zacharie-de-izarra

    Raphaël Zacharie de IZARRA

  • #18

    Masticating Juicer (vendredi, 12 avril 2013 23:45)

    This particular article was just what I had been in search of!

  • #19

    Masticating Juicer (dimanche, 21 avril 2013 17:09)

    I shared this upon Facebook! My pals will definitely like it!