dim.

03

févr.

2013

Energie solaire : investir maintenant !

Début janvier, le gouvernement a annoncé le lancement d’un « plan » visant à doubler la production en énergie solaire à 1 000 mégawatt heure en 2013. A titre de comparaison, la consommation de la France en 2012 a été de 489,5 térawatts heures…

 

L’Europe est leader de la production d’énergie solaire avec une capacité de 51GW. Elle devance nettement le Japon (5GW), les Etats-Unis (4,4GW) et la Chine (3,4GW). Cette dernière a annoncé sa volonté d’augmenter sa production de + 40 % d’ici 2015 à grand renfort de soutien financier. Les producteurs européens ne manquent pas de dénoncer cette concurrence déloyale. En effet, en plus de soutenir sa production intérieure, la Chine est accusée d’inonder le marché européen de panneaux solaires vendus à des prix inférieurs au coût de production. Comme à son habitude l’UE se plaint sans utiliser les armes à sa disposition telles que le protectionnisme.

Le gouvernement français a tout de même proposé un prix de rachat supérieur de 10% pour l’électricité produite par des unités utilisant du matériel européen. L’idée est noble mais naïve puisqu’elle favorise l’apparition de passagers clandestins au sein de l’UE, comme l’Allemagne s’en est fait une spécialité. Illustration.


Au niveau de la production d’énergie solaire, la France se situe à la 10ème place européenne avec une production de 43,5W/habitant contre 304,3W/habitant pour l’Allemagne (1ere). A la seconde place nous trouvons l’Italie (210,5W/habitant) et sur la dernière marche du podium la République Tchèque (186W/habitant).


L’Allemagne est donc déjà très nettement en avance. Dans ce domaine son exemple est à suivre. La question qui se pose est toujours de savoir pourquoi nous n’établissons pas un protectionnisme aux frontières de la France pour permettre à cette industrie de se développer. Le jeu en vaut la chandelle puisque l’Allemagne produit avec son énergie solaire et éolienne l’équivalent de 58 réacteurs nucléaires français, qui fournissent 75 % de l’électricité en France.

Le paradoxe des Français


Selon une étude IPSOS réalisée en décembre 2012, 84 % des français considèrent que le développement des énergies renouvelables n’est pas suffisamment rapide. 7 personnes interrogées sur 10 estiment que la question énergétique occupe une place insuffisante dans l’action du gouvernement. Pourtant, seulement 1 Français sur 3 a déjà envisagé d’installer une source d’énergie renouvelable à son domicile. Ce chiffre tombe à 14 % si on les interroge sur l’installation de panneaux photovoltaïques… Les principaux freins sont le coût des installations et l’instabilité des avantages fiscaux.


Il est urgent de réagir. Le développement des énergies renouvelables est une formidable opportunité de lutte contre les dépendances énergétique et nucléaire en plus de constituer une source d’emplois durables. Selon l’ADEME, la filière française de production d’énergie solaire a perdu 14 000 emplois en 2 ans. L’Etat français se doit de protéger sa production face à la concurrence chinoise. En plus d’être néfaste à notre économie, la production de panneaux en provenance de Chine, émet 1,3 à 1,7 fois plus de CO2 qu’un panneau réalisé en Europe. La ministre de l’énergie, Delphine Batho, a annoncé que le plan de développement de l'énergie solaire serait à l’origine du maintien ou de la création de 10 000 emplois, sachant que la filière comptait 18 000 salariés en 2012.


La France n’est pas le seul pays touché par la concurrence déloyale de l’empire du milieu. En Allemagne, fief du solaire européen, la facture est encore plus lourde : 20 000 emplois ont été supprimés sur l’année 2012 suite à la faillite de leader du marché. Les constructeurs ont très mal supporté la baisse progressive des subventions de soutien à la filière du gouvernement allemand. Cette baisse des subventions et la division par deux des prix de vente des panneaux ont placé en grande difficulté l’industrie européenne de l’énergie solaire alors que dans le même temps la baisse réelle du prix d'achat et des coûts d'installation n’a été que de - 12,5 % pour le consommateur.


Le protectionnisme permettrait aux panneaux solaires européens de devenir plus compétitifs en ayant le temps de grandir. Cette hausse de la compétitivité passe par l’innovation à l’image de cette PME de Mayenne, MPO, ancienne fabricante de CD, DVD et vinyle qui se reconvertit dans la production de panneaux à haut rendement (20 % contre 17 % en moyenne). Ces innovations ne pourront être réalisées que grâce à un investissement massif dans la filière. En cette période de raréfaction des crédits publics, cela passe nécessairement par un financement direct des Etats par la BCE. La France doit affirmer sa volonté de soutien politique en faveur d’un des modes de production énergétique du futur pour continuer à offrir des subventions permettant de diminuer le coût de production du kilowatt heure en augmentant le rendement des cellules photovoltaïques.

 

 

 

Persicaire

 


http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/nature-environnement/20130107.OBS4647/un-plan-pour-doubler-la-production-d-energie-solaire.html
http://www.prosun.org/fr/energie-solaire-europeenne-durable/energie-solaire--en-europe-et-dans-le-monde.html
http://blog.lefigaro.fr/green-business/2012/09/energie-solaire-ca-chauffe-entre-lallemagne-bruxelles-et-la-chine.html
http://www.greenetvert.fr/2013/01/30/infographie-les-meilleurs-producteurs-denergie-solaire-en-europe/71364
http://www.ipsos.fr/sites/default/files/attachments/ipsos_pour_ser_-_energies_renouvelables_110113.pdf

Écrire commentaire

Commentaires : 15
  • #1

    Horror (mardi, 05 février 2013 10:33)

    Salut les va-t'en guerre! Sus aux chinois.
    Quelques rectificatifs, d'abord je me gausse de la concurrence déloyale des chinois que vous dénoncez alors que nos énergies alternatives sont largement sponsorisées par les Etats car non rentables autrement. D'ailleurs dès que les aides massives ont décrues, la filière européenne s'est effondrée comme un château de cartes.

    Alors vous direz que c'est un investissement pour l'avenir auxquels croient tellement les Etats qu'ils ont commencé à fermer les vannes de ce puit sans fond. Car le vrai problème est que la technologie est encore très loin d'être viable avec des rendements photovoltaïques qui sont anémiques, sans parler de la météo aléatoire qui rend la production d'énergie... aléatoire justement.
    Sans parler non plus avec cette technologie de la dégradation très rapide de rendement des panneaux.
    Sans parler non plus du côté anti écologique de ces filières qui vous est cher ou la pollution sur l'ensemble du cycle de vie des produits (éolien ou solaire) de la production jusqu'au remplacement est catastrophique, seul le charbon fait pire. Charbon justement largement utilisé dans le modèle allemand que vous prônez ou par des biais grossiers et fallacieux vous voudriez faire croire qu'éolien et solaire assurent 75% des besoins, avec des comparaisons foireuses là ou ils n'en assurent effectivement au mieux qu'un gros 10%.

    A vouloir que 50% de la production d'électricité provienne de l'éolien et du solaire, vous nous expliquerez comment fera le pays un mois de janvier complet nuageux et sans vent avec des températures négatives (ce qui est somme toute assez fréquent) pour réchauffer ses habitants.

    Ces technologies pseudos renouvelables sont un leurre ou beaucoup font surtout du beurre plus que de l'électricité. Elles peuvent au mieux dépanner ponctuellement dans des zones spécifiques ou tirer un cable sera complexe, recharger un petit peu un téléphone à la campagne... mais certainement s'inscrire comme source principale ou même majeure dans la stratégie énergétique d'un pays comme le notre.

    La seule source inépuisable, disponible en permanence qui aura un avenir le jour (encore lointain) ou une technologie saura la domestiquer est l'hydrogène. D'ici là point de salut sans charbon, gaz (dont nous regorgeons pourtant) ou nucléaire. Le reste n'est qu'amusement de galerie et gadget principalement politique et financier que nous payons au prix fort.

  • #2

    FlikeFrog (mercredi, 06 février 2013 02:13)

    "cela passe nécessairement par un financement direct des Etats par la BCE"

    On ne va pas s'embarrasser de formalités administratives non plus!

    Allez Mario tu nous imprimes des liasses de billets de €50 pour la Mayenne et on en parle plus. C'est pas compliqué tout de même! Au prix du papier aujourd'hui la question ne se pose même pas. Tiens ça me fait penser que j'ai besoin d'agrandir ma cuisine, ça ne t'embêtes pas de faire un détour?

  • #3

    Persicaire (mercredi, 06 février 2013 18:25)

    Horror, je commence à être habitué à vos commentaires négatifs systématiques sur mes articles qui essaient d'ouvrir le débat sur des alternatives énergétiques. Il est vrai que sur ma dernière publication vous justifiez l'exploitation du gaz de schiste, je crois que nos points de vue sont radicalement opposés voilà tout. Mais c'est par les désaccords que l'on trouve des solutions, donc continuez ainsi...Concernant l'hydrogène si vous vous focalisez sur l'utilisation de cette source d'énergie, elle apparaît comme une source très intéressante en effet. Mais si l'on prend plus de hauteur, on constate que sa production reste une vaste question pour être écologiquement et économiquement intéressante.A défaut d'attendre d'avoir la solution optimale utilisons déjà les sources d'énergie renouvelable en notre possession. je ne pense pas qu'une seule énergie remplacera l'énergie fossile.

  • #4

    TeoNeo (mercredi, 06 février 2013 23:18)

    Bonsoir, quelques reactions.

    @FlikeFrog. Toujours la même caricature alors que la France a fonctionné de cette façon pendant 30 ans et les meilleures années que l'économie de ce pays ait connu. Que les banques privées créent moins d'argent et la banque centrale plus... tout est une question de mesure.

    La production et le transport d’hydrogène reste très problématique. Mais il y'a des solutions a plus court terme.
    Le nucléaire par exemple qui est encore une filière d'avenir si on avait d'autres priorités que de satisfaire les puissances d'argent.

    Il faut savoir qu'un réacteur expérimental à sels fondus utilisant du Thorium à été parfaitement opérationnel aux États Unis à Oak Ridge.
    Je précise que dans un réacteur a sels fondus les réactions en chaine peuvent être arrêtée à volonté et les déchets nucléaires sont anecdotiques. De plus le Thorium est disponible en France en quantité suffisante comme un peu partout dans le monde.
    C'est ce qui aurait du être le véritable nucléaire civil.

  • #5

    Horror (mercredi, 06 février 2013 23:27)

    Hou le vilain Horror tout négatif!
    Négatif de quoi, de qui? J avance des arguments opposes, differents mais pourquoi negatifs? Parçe qu ils ne sont pas comme les tiens qui sont forcement eux positifs.
    Tout en etant taquin en relevant quelques incoherences de fond, les arguments que j avance sont je pense étayes, factuels et font le tour de la question sans choisir les arguments qui m arrangent. Discutons donc la dessus.

  • #6

    Pier'sss (jeudi, 07 février 2013 00:16)

    J'aime bien votre blog mais je rejoins horror etant ingénieur je mes suis penché sur la problematique photovoltaique et les rendement sont faibles, et apres 10 ans les panneau perdent deja en performance, pour corser le tout le recyclage du silicium est loin d'etre facile, silicium necessitant enormément d'énergie pour etre rafiné. Certains panneau utilisant d'autres semi conducteur a base de cuivre ( je ne suis plus tres sur) sont extrêmement toxiques.
    le photovoltaique dans son etat actuel n'est pas intéressant, mais de nouvelles technologies de semi conducteur basé sur des polymères sont dans les labos, reste a en améliorer le rendement pour les rendre exploitable. mieux vaut investir dans l'hydrolien ou les héolienne auto porté ne necessitant pas de mat en acier/béton qui sont porté par de l'helium a 300m la ou il y a toujours du vent, l'electricité est rapatriée au sol par un cable qui retient l'heolienne, maintenance simplifiée empreinte ecologique faible c'est la dedans qu'il faut investir http://fr.euronews.com/2012/09/27/cap-sur-les-eoliennes-d-altitude/

  • #7

    FlikeFrog (jeudi, 07 février 2013 23:04)

    @TeoNeo

    La France n'a pas fonctionné comme ça pendant 30 ans, elle a fonctionné de cette manière pendant des centaines d'années y compris les plus noires économiquement. Cela jusqu'à ce que l'indépendance de la Banque de France soit affirmée de manière à éviter l'inflation délirante que l'Etat alimentait en se finançant au moyen d'une planche a billet.

    Il est notable que cette indépendance des banques centrales est également affirmée par la majorité des autres pays développés (si ce n'est tous - j'ai pas fait le compte) et que les liens entre création monétaire et inflation sont établis tout comme l'effet dévastateur de l'inflation sur l'économie.

    On est très loin de la caricature.

    Sur le fond je suis tout à fait favorable aux alternatives aux énergies fossiles (bien qu'obligé de m'en remettre aux opinions des experts sur la question vu que j'y connais rien) mais entre les commentaires de Pier'sss sur l'aspect technique et le mode de financement aberrant proposé l'article commenté semble léger, léger.

    Le drame en la matière c'est pas l'inspiration qui est certainement sensée, mais le fait qu'une grande partie de ces projets sont souvent promus, au moins à l'échelle des citoyens, par des gens qui, dans leur majorité, ne maitrisent finalement aucun des aspects de la question. Combien d'entre eux par exemple comprennent réellement les tenants et aboutissant du débat sur le gaz de schiste ou même sur le nucléaire?

    Ca ne les empêche évidemment pas d'avoir des opinions catégoriques sur ce sujet comme sur bien d'autres. La sacro-sainte citoyenneté démocratique (tant vantée par ailleurs sur ce blog) permet au dernier des ignorants de se prononcer à tort et à travers sur tout.

    Donc désolé de compter au rang des grains de sables dans votre mécanique bien huilée mais j'espère que l'expérience vous donnera à réfléchir sur la faillibilité des vos propres opinions, vous qui vous plaisez tant à critiquer celle des autres.

  • #8

    diojaime (vendredi, 08 février 2013 14:38)

    plus on est nombreux à réfléchir sur les problèmes planétaires, plus de chances nous avons de trouver les bonnes solutions.
    c'est une question de probabilité.
    (dans l'esprit du programme SETI@Home).
    bien sûr il convient que tous s'expriment afin que les meilleures idées soient retenues.
    c'est à ça, que sert une bonne structure démocratique.
    certains, pensent que, le monde étant constitué d'une majorité d'ignorants (et ils ont tort d'ailleurs!!)il vaut mieux laisser les grandes réflexions aux quelques experts, professionnels, directeurs, agences de notation.... en bref aux dirigeants de tous bords.
    et c'est bien le cas aujourd'hui,
    et on voit ou ça nous mène!!

  • #9

    Persicaire (samedi, 09 février 2013 12:21)

    Tout à fait diojaime, le but est un échange pour faire avancer le débat. Je ne suis pas un lobbyiste du photovoltaïque, comme le dit Pier'sss les rendements ne sont pas encore extraordinaire, je le précise d'ailleurs dans l'article: 17% en moyenne. C'est pour cela que je propose une série d'articles sur les énergies renouvelables. Horror ne vous sentez pas agressé, le mot négatif ne signifie pas pour moi qu'il est jugement sur ce que vous avancez. Négatif veut simplement dire dans la négation, dans l'opposition, en d'autres termes nous ne sommes pas d'accord, mais je ne prétend pas détenir la vérité, j'expose juste un point de vue. je répète je respect le point de vue de chacun tant que cela fait avancer le débat et reste poli.

  • #10

    radtransf (dimanche, 10 février 2013 02:14)

    L'hydrogène n'est pas une source d'énergie primaire. Ça discrédite tout le reste du commentaire.

  • #11

    Woyzeck (mercredi, 13 février 2013 03:26)

    Je ne crois pas que MPO ait définitivement abandonné le CD et le Vinyle (pour y avoir travaillé), ils ont sûrement senti un nouveau filon à exploiter, et ils ont bien raison !

  • #12

    jojo (mercredi, 13 février 2013 22:29)

    l'hydrogène est un stockage d'énergie - un intermédiaire - sans plus. Pas bien pratique gaz et peu compressible et 'fuyard'.

    Le pb de notre électricité c'est le stockage.
    On sait faire des trucs pas possible mais stocker de grandes qtités d'élec. pas. Reste donc le charbon le fuel le gaz plus un peu d’hydraulique pour compenser. pas satisfaisant.

    C'est donc bien dans le stockage d'énergie élec. (ou aisément - avec bon rendement - convertible en élec.) que les recherches devraient être le plus poussées car on reçoit assez d'énergie du soleil, mais on ne sait pas la garder autrement qu'en cultures dans les plantes. Or par exemple le rendement des cultures des forêts est très faible. Donc STOCKER l'énergie est devenu un enjeu fondamental, par un minimum de technique et bcp de recherches.

    J'espérais bcp dans les couches fines de carbone - conducteur - associé à un isolant mince. Permettrait de faire des surfaces considérables dans de très petits volumes, donc des capacités électriques très importantes ...
    cela semble ne rien donner
    pourquoi ?

  • #13

    FlikeFrog (mercredi, 13 février 2013 23:17)

    @ Diojaime

    SETI@Home! Franchement vous tendez des perches!

    En tout cas je ne suis pas sûr de comprendre vos méthodes de calcul de probabilité. Partant du même principe, le meilleur moyen d'aller dans l'espace c'est qu'on soit tous un peu astronautes en dilettantes?

    Bon enfin bon courage dans votre quête de petits bonhommes verts.

  • #14

    diojaime (dimanche, 17 février 2013 15:50)

    ne prenez pas volontairement les choses au premier degré car ça n'ajoute rien au débat.
    je voulais tout simplement dire qu'en rassemblant les réflexions et les idées du plus grand nombre la probabilité de trouver une ou des solutions pertinentes est plus grande.
    (comme SETI@Home, en mobilisant dans ce cas les ressources informatiques au niveau planétaire)

  • #15

    jerome (lundi, 25 février 2013 09:45)

    la production solaire en allemagne est de 25TWH (10 fois plus qu'en France)mais cela ne représente que 4% de l'énergie produite. Pour produire autant que nos 58 réacteurs nucléaires, les allemands brulent du charbon (et du pétrole) et sont devenus le premier pollueur européen de l'atmosphère. Mais le réchauffement climatique n'est plus à la mode...