mer.

13

févr.

2013

Développer l'éolien

Comme pour l’énergie solaire, la France accuse un retard au niveau du développement de son parc éolien. Ainsi au 1 janvier 2013, la capacité des énergies éoliennes en France était de 7 200 MW alors que l’objectif pour 2020 est fixé à 25 000MW. De plus, l’implantation des éoliennes sur le territoire français reste très disparate. La Picardie et la Champagne-Ardenne représentent à elles-seules 25 % des éoliennes du territoire. Ces régions sont aussi les plus ambitieuses avec des puissances projetées de 2 500 MW.

 

En Europe, la production était de 93 713MW à la fin de l’année 2011. Les principaux producteurs, en dehors de la France, sont l’Allemagne (29 060 MW), l’Espagne (21 674 MW) et l’Italie (6 737 MW). Si la croissance du parc éolien se poursuit, 520 000 emplois pourraient être créés en Europe à l‘horizon 2020.

 

Mais quel est le rendement et le bilan carbone de l’énergie éolienne ?

 

Seule l’énergie éolienne visant à produire de l’électricité à partir de la force du vent sera abordée ici (la force du vent pourrait aussi activer directement une pompe hydraulique). Les éoliennes ont différentes dimensions d’hélice conduisant proportionnellement à des puissances différentes. Ainsi une éolienne avec une hélice de 100m de diamètre aura une puissance nominale de 3 000 KW par heure. Alors qu’une éolienne avec une hélice de 50m de diamètre ne produira que 750KW. Ces puissances sont calculées en production optimale, c'est-à-dire avec une hélice face à un vent dont la vitesse est comprise entre 14 et 90 km/heure. Par conséquent, le rendement d’une éolienne se situe entre 12 et 30 % par rapport à l’énergie initiale du vent. Une éolienne de 2 500 kW, avec une durée de vie d’environ 20 ans produira en moyenne jusqu’à 3000 MW par an ce qui correspond à la consommation de 1 000 à 3 000 foyers. On considère qu’une éolienne produira en 2 ou 3 mois l’énergie nécessaire à sa confection. Même si les rendements ne sont pas exceptionnels, le bilan énergétique de cette technologie est intéressant. L’utilisation de nouvelles matières pour les hélices, telles le polyester ou la fibre de carbone, laisse imaginer la future fabrication d’éolienne avec des hélices de 250m de diamètre et une puissance nominale de 20 000 KW par heure. L’intérêt est que la puissance d’une éolienne augmente avec la taille de l’hélice mais de manière exponentielle et non linéaire.

 

Enfin pour répondre aux « NIMBY » (Not In My BackYard), il existe une solution : les parcs offshores, c’est à dire l’installation d’éolienne en mer. L’énergie nécessaire à la mise en place est un peu plus importante qu’en terrestre, mais en 6 à 12 mois de production, le bilan sera nul, alors en 20 ans… De plus, la mise en place et l’entretien de tels parcs sera créatrice d’emplois.

 

Alors quel avenir pour l’éolien en France ?

 

La loi Brottes , adoptée le 17 janvier dernier, modifie le cadre réglementaire de l’éolien et prévoit des mesures pour les énergies marines. En résumé, cette loi prévoit la suppression des zones de développement de l’éolien (ZDE) et du seuil minimum de 5 mâts pour implanter un parc éolien, ce qui devrait favoriser l’accroissement de cette énergie. De même, les dérogations à la loi du littoral pour la mise en place d’éolienne, favorisent la création de parcs offshore.

 

L’éolien est une des énergies qui nous permettra à long terme de substituer les énergies fossiles. Le réchauffement climatique n’est pas une lubie de scientifiques isolés, il est grand temps d’accélérer le développement des techniques en notre possession afin de réduire les effets des erreurs du passé.

 

Persicaire

 

Sources:

 

http://www.zegreenweb.com/sinformer/energie-eolienne-la-france-doit-rattraper-son-retard,62999
http://www.touteleurope.eu/fr/actions/energie-environnement/l-europe-et-l-environnement/presentation/comparatif-l-energie-eolienne-en-europe.html
http://www.notre-planete.info/ecologie/energie/energie_eolienne_0.php
http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/nature-environnement/20130110.AFP0120/eolien-de-fortes-disparites-suivant-les-regions-en-france.html
http://www.actu-environnement.com/ae/news/loi-brotte-cadre-reglementaire-eolien-energies-marines-17569.php4

 

Écrire commentaire

Commentaires : 10
  • #1

    Horror (jeudi, 14 février 2013 01:22)

    La question est bien posée mais la réponse n est pas donnée.
    Bilan carbone sur l ensemble du cycle vie vie.
    De loin les plus écologiques l hydraulique et le nucléaire, suivis de l éolien on shore jusqu a 3 fois plus polluant (pire en offshore), le photovoltaïque 20 fois et plus polluant que les premiers, puis le charbon qui assure l essentiel de la production électrique de votre merveilleux modèle allemand en moyenne 150 fois plus polluant.

    Questions subsidiaires. Que fait on les jours sans vent? En été on pédale sur des dynamos? En hiver on se met 3 pulls?

    Quant aux 500 000 plus emplois, d ou sortent ils?

  • #2

    Persicaire (jeudi, 14 février 2013 15:03)

    Vos solutions pour remplacer les énergies fossiles sont l'hydraulique et le nucléaire ? Super bilan énergétique, la mise en place d'un barrage est tout à fait neutre pour l'environnement et tout le monde sait que le nucléaire ne produit aucun déchet.
    "Que fait on les jours sans vent? En été on pédale sur des dynamos?" déjà été n'est pas synonyme d'absence de vent (faites un tour dans le Sud vous verrez le mistral çà décoiffe) et vous m'avez fait la même remarque sur le photovoltaïque, en hiver pas de soleil comment fait on ? L'éolien comme le solaire s'inscrit dans un ensemble d'énergie future possible. ici vous mettez en avant l'hydraulique et le nucléaire, dans un autre commentaire l'hydrogène et dans un autre encore le gaz de schiste, Horror quelle est véritablement votre proposition pour faire face à la futur pénurie d'énergie fossile et à ses conséquences ?

  • #3

    Reivilo (jeudi, 14 février 2013 20:31)

    Selon les chiffres publiés par RTE, la consommation annuelle d’électricité en France a été de 478 Twh en 2011. Cette même année, la production éolienne représentait 6 640 Mw et le solaire 2 230 Mw. Peanuts donc. Je n’ai pas pris les chiffres de 2012, ils sont en cours de publication.

    Je trouve donc géniale l’idée d’Horror de « pédaler sur des dynamos l’été » car ça donnerait (enfin) une véritable utilité au Tour de France .

    Plus sérieusement, « investir dans le solaire, « développer l’éolien », dans le fond je suis d’accord avec vous. Mais pas dans la manière dont vous semblez concevoir les choses.
    Je pense que pour ces énergies il ne faut plus raisonner en « centre de production » géré par une société commerciale qui distribuerait ensuite l’électricité aux consommateurs. Cela peut se concevoir pour une centrale nucléaire, qui nécessite une maintenance et un personnel permanent pour son fonctionnement.
    Mais pour une éolienne ou un panneau solaire, qui sont des moyens passifs et relativement autonomes, je ne vois pas l’intérêt de créer des parcs ou des champs, qui forcément vont nécessiter une maintenance, et donc un coût pour nous. Sans compter leur impact environnemental.
    Ces énergies offrent la possibilité technique d’être au cœur même des bâtiments qu’elles doivent alimenter. Là réside leur véritable intérêt (et de nous débarrasser de quelques entreprises fumistes comme Veolia ou Suez…).
    Vous ne parlez pas des éoliennes verticales, dont les progrès techniques sont significatifs ces dernières années ! Je vous invite à lire ce qui a été fait sur la « Pearl River Tower » en Chine. Le travail collectif de l’architecte et des ingénieurs est remarquable, et permet aujourd’hui à cette tour son autonomie énergétique. Une éolienne verticale permet d’être intégrée plus facilement dans une construction : je trouve cette possibilité intéressante.

    Alors oui, il faut développer l’éolien et le solaire, mais en investissant dans la recherche et l’innovation, et non dans des subventions de parcs, qui deviendront obsolètes dans moins de 10 ans. L’énergie nucléaire, même si elle produit des déchets qui nécessitent aujourd’hui un traitement particulier et coûteux, a au moins le mérite d’être maîtrisée, constante, abordable et de n’émettre aucun rejet de Co2.

    Enfin je pense que vouloir accroitre la part de ces modes de production d’électricité SANS y coupler une politique de baisse significative de notre consommation ne mènera à rien. Mais là, c’est de volonté politique dont nous avons besoin. Hélas, avec nos enarques et les entraves absurdes de l’UE, c'est pô gagné.

  • #4

    LaurentL (vendredi, 15 février 2013 00:33)

    Ce que vous dites, Reivilo, est dans l'esprit de "La troisième révolution industrielle" de Jeremy Rifkin.

  • #5

    Horror (vendredi, 15 février 2013 10:44)

    @ Persicaire.
    Ma réponse était à la question que tu as posé et sur laquelle tu n'as répondu que sur le rendement médiocre.
    "Mais quel est le rendement et le bilan carbone de l’énergie éolienne ?"
    Je répondais sur le bilan carbone en le comparant à ce qui existe et charbon exceptées éolien et photovoltaïque sont écologiquement catastrophiques comparé à l'existant, ce qui est balot pour des énergies dites vertes.

    Avant de me reposer des questions, réponds donc aux miennes déjà sur les 500 000 emplois, sur la gestion de la production et surtout de savoir comment on fera dès qu'il n'y aura plus de vent (ou pas assez) avec une production aléatoire pour répondre à la demande. On importera l'électricité des centrales à charbon allemandes peut être? Tu vois je te donne plein de pistes.

  • #6

    Nicolas (dimanche, 17 février 2013 20:16)

    En moyenne, 600 kg de terre rare par éolienne. La chine détient environ 90% des ressources naturelles de terre rare.
    L'intérêt économique de développer l'éolien est donc à revoir.

  • #7

    Reivilo (mercredi, 27 février 2013 19:23)

    @ LaurentL : merci beaucoup pour la référence. Je suis allé me documenter et effectivement la vision de Rifkin me parait juste géniale. Cependant il est désespérant de constater que ses travaux, pourtant reconnus et jugés pertinents, ne fassent pas l'objet de réels débats publics pouvant amener à une véritable politique de transition énergétique.

    @ Nicolas : en effet, les chinois sont assis sur la vraie poule aux oeufs d'or de notre époque.

  • #8

    persicaire (mardi, 12 mars 2013 12:14)

    @Horror
    la source pour les 520 000 emplois est le Green Growth Report de la European Wind Energy (EWEA).
    http://www.ewea.org/publications/reports/?tx_err_pi1[showReport]=6&cHash=89d0b153bb1fe8d1a4383c217cde5feb

    Non je n'invente pas encore des chiffres bidons pour mes articles...

  • #9

    Masticating Juicer (dimanche, 05 mai 2013 01:36)

    This is an excellent article! Thank you for sharing!

  • #10

    Andlil (mercredi, 24 juillet 2013 15:11)

    Merci pour cet article sur la situation de l'éolien en France et qui prouve encore que nous avons des efforts à faire dans ce domaine pour rattraper notre retard par rapport à nos voisins allemands par exemple.