lun.

08

juil.

2013

Les incertitudes de SKY, le manque d’audace de la concurrence

L’étape d’Ax-3 domaine avait permis de lever le voile. L’équipe SKY, par l’intermédiaire de ses leaders, avait affirmé sa domination sur le Tour. Ses adversaires s’étaient déjà résignés à viser la troisième place du classement général ou les victoires d’étape. Le scénario de la fin du Tour était déjà écrit. Aux SKY le festin, aux autres équipes les miettes. L’étape de Bagnères-de –Bigorre vient apporter une toute autre analyse.

Voir Christopher Froome sans un seul coéquipier au milieu d’un peloton d’une quarantaine d’unités avait quelque chose d’irréel. D’autant plus qu’il restait alors plus de 100 kilomètres à parcourir. Le Britannique, à qui les observateurs avaient donné le Tour avant qu’il soit terminé, a certainement dû avoir des sueurs froides. Jusqu’à présent, même quand son équipe passait au travers il pouvait compter sur la présente réconfortante de son lieutenant Richie Porte. Mais hier, même l’Australien est passé par la fenêtre.

 

Finalement, Christopher Froome s’est parfaitement sorti de cette situation inconfortable. Grâce à ses jambes. Grâce à son sang froid. Grâce au manque d’ambition de ses adversaires. Le maillot jaune n’aura eu à débourser que 20 secondes sur les seconds couteaux que sont Daniel Martin et Jakob Fuglsang. A l’image du Armstrong de 2003 dans la montée de l’Alpe d’Huez, le « Kenyan Blanc » ne s’est concentré que sur ses adversaires les plus dangereux : Alberto Contador, Alejandro Valverde et Nairo Quintana. Parmi ces trois coureurs, seul le grimpeur colombien a tenté sa chance.

 

La question qui se pose est alors de se demander pourquoi les autres coureurs n’ont pas osé ? La réponse la plus évidente correspond à un manque de condition physique. Dans ce cas-là, sauf accident majeur Christopher Froome est quasi-certain de remporter le Tour de France puisqu’au aucun de ses adversaires n’est en mesure de l’attaquer. Mais peut-être également qu’Alberto Contador ou Alejandro Valverde se sont livrés à des comptes d’apothicaire et qu’ils ont estimé qu’ils avaient plus à perdre qu’à gagner à porter une attaque. En y réfléchissant bien, qu’avaient-ils à perdre ? Le Tour ? S’ils n’attaquent pas, ils ont 99 % de chances de ne pas l’emporter. Non ils ont en réalité souhaité conserver leur place au classement général.

Alejandro Valverde
Alejandro Valverde

Il s’agirait alors d’un manque criant d’ambition. La critique s’adresse essentiellement à Alejandro Valverde qui semblait avoir de meilleures jambes qu’Alberto Contador. Mais ce dernier n’est pas exempt de tous reproches puisqu’il aurait  pu favoriser l’attaque de son coéquipier Roman Kreuziger, qui semble particulièrement fringant sur ce Tour de France. Une coalition Movistar-Saxo Bank aurait certainement permis de pousser Chris Froome dans ses derniers retranchements, puisque le maillot jaune aurait pu s’épuiser à aller chercher tour à tour Contador, Valverde, Quintana voire Kreuziger. Certes, le leader de la SKY aurait pu contrer mais est-ce que la situation actuelle aurait été vraiment différente ? Froome serait toujours en jaune avec une avance plus confortable, certes, mais au moins ses adversaires n’auraient pas de regret. Or on ne vit pas avec des regrets.

 

A défaut d’adopter une stratégie ambitieuse, les concurrents de la Sky ont conservé de l’espoir. L’espoir de voir Christopher Froome subir une défaillance. C'est-à-dire de voir le Tour de France leur tomber dans le bras comme par enchantement. L’espoir de voir la situation de l’étape de Bagnères-de-Bigorre se reproduire. Pour à nouveau laisser passer leur chance ?

 

 

Theux

Écrire commentaire

Commentaires : 0