sam.

13

juil.

2013

"Le dessous des cartes" : l'Europe jusqu'à en crever

dessous cartes ARTE euro quatremer

« Le Dessous des cartes » est un monument sur ARTE.

Chaque semaine, Jean-Christophe Victor, son présentateur, géographe et géopoliticien, y traite en une douzaine de minutes d'un thème spécifique illustré en cartes, graphiques et chiffres souvent très instructifs.

L'Histoire, la géographie, l'état des ressources naturelles bien sûr mais également les stratégies politiques y font l'objet d'une vulgarisation souvent efficace.

Malheureusement, d'économie on ne débat pas, et le commentaire proposé se limite en général à une illustration comptable de faits peu convaincants, détachés de toutes considérations sociales. Hors sol dirons-nous.

Illustration avec l'émission de novembre 2012 intitulée « Sortir de l'Europe ? ».

 

 

Jean Christophe Victor est ouvertement europhile, fidèle à l'esprit de chaîne franco-allemande et c'est tant mieux : au moins est-il positionné.

 

 

 

La première partie de l'exposé se focalise sur la dette, et le non respect des critères de Maastricht. Rien de bien nouveau jusque là : aucun pays ne les a respectés, la Grèce a triché pour entrer dans la zone euro... C'est vrai.

 

Quand aux raisons de ce décrochage, concédons qu'il eut été trop long de les expliquer tous sur ce format d'émission.

 

Jean-Christophe Victor en vient alors à l'hypothèse d'une sortie de la Grèce de la monnaie unique.

 

 

Ici, le bât commence à quelque peu blesser.

La faute aux cartes? Aux exemples étriqués? à une vision trop statique de l'économie ? À la position fédérale défendue qui implique l'austérité ?

Par exemple, pourquoi le défaut partiel n'est-il abordé que sous l'angle d'une catastrophe ? La Grèce n'a-t-elle déjà pas fait défaut depuis 2008 ? L'importation d'énergie n'existait-elle pas avant l'entrée dans l'euro ?

Que dire enfin du compteur dont l'aiguille atteint le rouge, entendez le danger, la mort peut être même...?

Comme si les grecs étaient aujourd'hui en grande forme !

 

Mais en définitive, le cas grec semble peu importer, puisque les conséquences dramatiques d'une sortie nous dit-on, concerneraient surtout les autres pays européens, et en particulier les grandes banques qui lui ont prêté...

 

 

 

L'exposé en vient alors au cas du Royaume Uni dont la défiance envers Bruxelles est légendaire. Une sortie de l'Union Européenne est-elle envisageable ? A quel prix ?

 

 

Hmm...

En pesant rapidement le pour et le contre, pas évident que le téléspectateur parvienne à la même conclusion que le commentaire.

On ne voit pas vraiment comment le Royaume Uni pourrait stopper tout commerce avec l'UE (ni l'inverse) s'il choisissait d'en sortir. Cet argument est souvent utilisé pour discréditer toute hypothèse de sortie de l'euro par exemple. Mais le Royaume Uni n'a pas l'euro, et que l'on sache, il commerce avec le continent.

Quant aux 1300 fonctionnaires à rappeler à Londres... on ne voit pas bien le problème, ni quelle perte d'influence il y aurait à récupérer sa pleine souveraineté.

On eut apprécié un développement sur les avantages et inconvénients d'une monnaie nationale, de contrôler ses douanes, de la PAC... Il eut fallu chercher les causes réelles de l'euroscepticisme dans tous les pays...

Les cartes ne disent malheureusement que ce que Jean-Christophe veut bien leur faire dire.

 

Alors, au cas où vous doutiez encore, l'exposé se conclue sur le sempiternel appel au rêve d'une Europe fédérale et harmonisée, que ni 30 ans d'échec, ni la crise, ni les dix minutes précédentes d'exposé n'ont en rien égratigné, malgré une posture soi-disant équilibrée dans le commentaire.

L'affaire est entendue : ce sera un plaidoyer néolibéral pour la bonne gestion, pour l'euro, pour la gouvernance, pour la Paix, pour l'optimisme, mais sans les Peuples.

 

 

On se dit alors que Jean-Christophe Victor n'a pas du rencontrer beaucoup d'européens du sud ces derniers temps, ni même préparer son émission avec une grande variété de sons de cloche.

En effet :

 

 

Angoissant.

 

 

 

Frederichlist

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    emynonys (dimanche, 14 juillet 2013 00:51)

    Encore un article vide d'arguments pour dénoncer, cette fois, celui d'un numéro du dessous des cartes. Un peu plus sérieusement, effectivement, le format ne se prête peut-être pas à un sujet comme celui-ci. N'empêche, regardant souvent l'émission, et ayant acheté les dvd d'émissions choisies, si l'on peut critiquer une émission, à titre personnel, j'ai beaucoup appris en la regardant assidûment. Maintenant, avec un peu de sérieux, plusieurs émissions parlent d'Europe, le point de vue de l'européen qu'est Victor et son équipe vaut aussi qu'on s'y attarde à la fois pour la défense d'une Europe fédérale que pour l'éclairage et les enjeux du monde qu'il met en perspective grâce aux cartes.
    A bon entendeur...

  • #2

    frederichlist (dimanche, 14 juillet 2013 21:47)

    Chaque article de ce blog n'a pas vocation à expliciter un programme, mais traite de cas particuliers illustrant les errances de la pensée économique, parfois par intérêt, par naïveté, ou par ignorance.
    Quant aux propositions que nous soutenons et aux fameux "arguments", ils sont mis en avant dans d'autres posts. Vous pouvez vous y reporter si vous le souhaitez.
    Cordialement.

  • #3

    jojojo (dimanche, 14 juillet 2013 22:45)

    oui c'est un point de vue surprenant, un peu attendu , Il faut espérer que les analyses faites sur les sujets qu'on ne maîtrise pas sont plus fouillées. J'aime bien l'émission quand même.

  • #4

    emynonys (lundi, 15 juillet 2013 12:23)

    @frederichlist
    Faire d'un cas particulier d'un épisode d'une émission une généralité possède un ton de malhonnêteté intellectuelle par la manière de présenter les choses dans cet article qui est à souligner.
    A mes yeux, vous ne vous en sortirez pas en disant que les "vrais" arguments sont abordés dans d'autres posts, à moins de ne convaincre que les convaincus en travaillant de cette manière. C'est vraiment ce que vous cherchez? Vous tenez un site de réflexion ou de bashing?
    Cordialement.

  • #5

    miluz (dimanche, 21 juillet 2013 12:29)

    Ils en sont à faire de la propagande, point. Bel exercice de vidéo-décryptage. Ca fait plaisir ;)

  • #6

    Geronimo (lundi, 09 juin 2014 12:08)

    C'est un européiste convaincu Jean-Christophe Victor, on peut donc légitimement se poser la question est-il impartial quand il traite de l'UE dans son émission.