mer.

14

mai

2014

Brice Couturier, marchand de misère sur France Culture...

L'autre matin, sautant dans le bus numéro 62 autour de sept heures trente, j'allume ma radio, volume 20, station France Inter. Patrick Cohen : pas de chance. Jamais de chance...

En bon mec de gauche, je reconnais que j'écoute Inter surtout par masochisme...

Enfin, là, ce matin, ça va trop loin. Patrick m'exaspère, et la chronique de Frédéric Pommier ne m'a pas arraché le moindre rictus. Définitivement persuadé que je n'apprendrai rien d’intéressant à propos des élections européennes sur cette matinale, sinon que le populisme-démagogique-europhobe plongera bientôt la France dans le chaos, je décide, (et c'est osé je l'admets), de m’aventurer sur France Culture, car je sens ce matin, plus encore qu'à l'ordinaire, que ça tourne fort dans mon cerveau...

radio france culture chronique brice couturier

Ah.... Merveilles !

France Culture... ce ton chuchoté et ces mots bien choisis : décidément, l'affaire est plaisante et je m'étonne de ne m'y trouver plus souvent... Que n'ai-je point tenté plus tôt de faire le grand saut... ?

Les minutes gouttent, agréablement... Jusqu'à huit heures quatorze, le changement m'absorbe : orphelin de Patrick Cohen, certes, mais enfin... orphelin heureux... Mais 8h15 approche : quelque chose se prépare... On annonce la chronique de Brice Couturier... Je tends l'oreille : sa chronique s'intitule  : La rigueur EST populaire ! Je m'étonne... l'espace d'un instant, je suppute même une fausse manip' sur ma radio qui m'aurait conduit à repasser sur Inter... Bernard Guetta ?! C'est toi ?!

La chronique va commencer... Trop tard, le piège se referme. Et me voilà forcé d'écouter.

 

« L’ancien PS souffrait d’un sentiment de culpabilité envahissant...[...] Ecrasé par un « surmoi marxiste », il se jugeait lui-même comme pathétiquement réformiste, petit-bourgeois et timoré, inapte aux grands héroïsmes criminels qu’on prête aux révolutionnaires authentiques.

 

Aïe ! Il l'attaque fort l'animal, pensé-je...

D'expérience, il me semble déjà percevoir dans le ton de cet homme, comme une pointe d'anti-Robespierrisme...

 

 

Je décroche quelques instants... le bus est à l'arrêt. Les gens montent et descendent calmement... Je me rassure : personne dans ce bus n'a l'air de se sentir pathétiquement réformiste...

Soudain, une réminiscence... Je me souviens un jour avoir erré sur la page wikipédia de ce monsieur Couturier... «libéral de gauche », « fait partie de la Gauche moderne », « blairiste... », qu'elle disait... Hmm, ça fleure bon le soixante-huitard, tendance Michel Field, me dis-je, passé de l'anti-totalitarisme à la droite par haine de sa jeunesse...

 

La voix de Brice redevient distincte :

 

[…] Hé bien, on pouvait croire que l’expérience du pouvoir, sous la V° République,  qui suppose l’acceptation de ses règles institutionnelles, l’exercice des responsabilités dans le cadre d’une économie de marché dont on a admis le caractère indépassable, avaient enfin guéri les socialistes de leur complexe de culpabilité. On se sera trompé.

 

Bigre ! Comment ça trompé ? M'étonné-je... Je pense alors au pacte de responsabilité, aux 50 milliards et tout ça... N'est ce point déjà l'acceptation du caractère indépassable du grand marché... Et puis Mitterrand, le franc fort, Jospin, le grand privatisateur... pas vraiment des révolutionnaires ces types là...

 


Que veut-il encore ? Il ne va tout de même pas... non...

 

[…] Ce n’est pas malgré la politique de rigueur que Manuel Valls demeure populaire dans l’opinion, mais à cause d’elle. Exemple : la réduction du nombre de fonctionnaires est approuvée par 73 % des sondés par BVA. Il se trouve même une majorité pour approuver le gel des prestations sociales !

 

Impossible : le Peuple est derrière Valls !

traité transatlantique TAFTA europe élections

Pourtant, il m'avait semblé que lorsque j'en parlais autour de moi... J'examine les passagers autour de moi... Se doutent-ils qu'ils approuvent Valls parce qu'il gèle leurs prestations sociales ? Mais pas seulement :

 

[…] Ils ne considèrent plus l’augmentation continuelle des dépenses publiques comme un moyen de « relancer la croissance » ; ils en déplorent au contraire les effets sur leur feuille d’impôts et sur les taxes qui amputent leur niveau de vie. Ils ont compris que si les entreprises n’embauchent pas ou ferment, c’est parce que le niveau des cotisations sociales, dans notre pays, est par trop supérieur à celui de nos concurrents.

 

Il va trop loin, pensé-je... On ne peut pas affirmer ça, sans avoir à se justifier ! Et puis, à force de répéter que l'impôt est un grand gâchis, forcément, on commence à y croire...

Une grande mollesse s'est emparée de moi... je me sens triste... Je suis tendu. La preuve : ma mâchoire s'est crispée... J'ai la désagréable impression que Patrick Cohen me manque...

L'envie me prend de débarquer dans son studio, de l'embrasser... de lui dire :

 

« Toi, Patoche, t'aurais pas osé dire ça... hein ? T'aurais dit un truc comme : «  Mais si tous les pays commencent à baisser les taxes, les salaires, le nombre de fonctionnaires, ON S'ARRÊTE QUAND ? ! Tu l'aurais dit... parce que toi, t'es de gauche Pat', hein que t'es de gauche ?! »

 

 


jim carrey menteur menteur

La colère retombe... Ce Brice Couturier m'a l'air d'être un sacré numéro, mais tout de même... on est sur France Cu', me rassuré-je... Il va être contraint de terminer en nuance...

 

En outre, la critique la plus radicale de la politique de rigueur ne vient pas du Front de Gauche, mais du Front national. A la différence de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen ne se contente pas de dénoncer le Programme de stabilité  comme « une horreur » […] elle va jusqu'au bout : […] rupture assumée avec l’UE, jusqu’au démantèlement de la monnaie commune, au rétablissement du contrôle des changes, aux dévaluations dites « compétitives », au protectionnisme douanier…

Jamais le Front de gauche n’osera aller aussi loin dans la démagogie.

 

Je suis en sueur... Mes tympans de gauche sont en feu. Il y a tout dans cette chronique ! Un véritable feu d'artifice... Tout ce qui est rabâché depuis 40 ans : que l’État est obèse, que les français sont mûrs pour la réforme ; que toute évocation du changement n'est que démagogie, que l'économie fait loi : la mondialisation, l'Europe... Que la gauche radicale est encore plus ridicule que le Front National, car lui, au moins, possède cette qualité d'être un parti qui ose... !!

 

On voudrait jeter des bataillons d'indécis dans les bras de Marine Le Pen, qu'on ne s'y prendrait pas autrement...

 

Je sais que Brice va conclure à présent. Sa voix décline peu à peu : elle est celle d'un conseiller, amical, visionnaire, certain de sa subversion... Pauvre de Brice... Sait-il que le texte qu'il tient entre ses mains tourne depuis 40 ans déjà dans tous les studios, parmi cette cohorte d'experts, chroniqueurs, journalistes et politiques libéraux ?

 

Le Parti socialiste, lui, aurait tout intérêt à assumer son tournant social-libéral, parce qu’il est en phase avec les nécessités de l’heure et qu’il rencontre les aspirations d’une majorité de Français. Encore lui faudrait-il, au préalable passer par une bonne psychanalyse, histoire de remettre son surmoi à sa place…

 

Je suis arrivé. Je descends du bus. Plus que quelques centaines de mètres avant d'attaquer ma journée. Et elle sera longue... Les dernières phrase du chroniqueur idéologue pèsent lourd dans ma tête... Les nécessités de l'heure ? Les aspirations d'une majorité ? Vraiment... Ne serait-ce plutôt les tiennes, d'aspirations, Brice ? Demain, pensé-je, j'écouterai BMF Business. Au moins, si la même chronique sort de la bouche de Nicolas Doze, je serai moins affligé.

 


 

Antoine Lamnège


La chronique est à écouter ici : La rigueur est populaire !

régis debray gauche peuple nation éloge frontières
Régis Debray : Les riches vont où ils veulent...
reagan wall street journal vive reagan 1984
La France vire à droite : Vive Reagan ! 1984

Écrire commentaire

Commentaires : 26
  • #1

    françois, un auditeur (mercredi, 14 mai 2014 23:24)

    En lisant votre article, j'ai pensé à ça : peut-on être de gauche, et à droite de Valls ?
    A mon avis c'est compliqué.
    J'ai entendu bien des fois ce Brice Couturier, et c'est vrai qu'il est exaspérant. Les commentaires laissés sur la page de son émission le disent souvent aussi.
    je reviendrai.

  • #2

    meredith (jeudi, 15 mai 2014 18:12)

    on n'est pas dans la mouise avec une gauche pareille !

  • #3

    olopolo (samedi, 07 juin 2014 20:20)

    Brice Couturier est juste un "gros malin"

  • #4

    Sylvain (jeudi, 10 juillet 2014 12:14)

    Souvent j'écoute Brice Couturier, toujours avec fascination (attirance et répulsion) : beaucoup d'intelligence et de culture, de précision dans les chiffres, beaucoup d'élégance verbale et de distinction mélodieuse dans l'articulation orale de son billet, bref, tant de maîtrise rhétorique (et d'aplomb aristocratique) nous conduirait volontiers à la reddition honteuse de penser autrement, nous qui n'avons pas fait les "grandes écoles"...

    Or je soutiens le Front de Gauche, et je me sens en opposition avec ce BC-BG ; hélas, je suis souvent irrité de constater que son magister ne trouve que très rarement un contradicteur à la hauteur... Mais la pensée libérale est dominante. Pour une analyse forte, je conseillerais volontiers le livre de Robert-Dany Dufour : Le Divin Marché.

  • #5

    Oursonmalin (lundi, 22 septembre 2014 19:10)

    Bonjour,

    Je tombe (en retard) sur votre billet, dont j'apprécie autant le ton que le contenu. Merci et bravo, pour commencer, de mettre en mots et de publier ce que je pense depuis longtemps (et pas forcément tout bas, je vous rassure). Je partage la même "attirance-répulsion" que Sylvain (et vous-même si je lis entre les lignes) pour l'assurance tranquille et — oui, il faut bien l'avouer — le brio avec lequel notre Brice national (qui n'aime pourtant rien tant que de fustiger son beau pays) déverse tout les matins son petit tombereau de propagande néolibérale.

    Je suis, moi aussi, chaque fois que j'écoute sa chronique jusqu'au bout (ce que je fais de moins en moins souvent par égard pour mon estomac), atterré de constater qu'il a peu ou pas de contradicteurs sur le plateau, hormis les rares invités de gauche qu'il essaie systématiquement de réduire à quia.

    Pourtant il suffit souvent de creuser un peu les questions qu'il évoque (celle de la délinquance et de la sécurité en est un exemple caricatural) pour constater qu'il pratique une argumentation à l'estomac fondée sur des affirmations souvent gratuites et culpabilisantes (en gros : les Français-meute-infantilisée-et-coupée-du-monde vs "nos-voisins"-toujours-plus-malins-que-nous-car-plus-néolibéraux) faussement étayés par des chiffres sortis de leur contexte et assénés comme autant d'arguments d'autorité.

    Certains des invités s'y emploient, ceux du moins qui arrivent à ne pas se laisser intimider par la morgue et l'agressivité du bestiau, qui confine souvent à la grossièreté (notamment dans la manière dont il interrompt ses contradicteurs, car le brave homme aime le débat d'opinion tant que tout le monde partage la sienne).

    Et oui, Antoine, vous avez mille fois raison : ce que nous assène Brice tout les matins, c'est effectivement "tout ce qui est rabâché depuis 40 ans", et que le bonhomme ose en plus nous présenter comme des idées neuves à contre-courant de la pensée unique (de gauche, forcément) qui sévirait "dans ce pays" (comme il aime à le dire).

    Il y a, en tout cas et pour finir (promis juré j'arrête là après), une question qui me taraude et que je rêverais de lui poser si j'étais en face de lui derrière le micro de France Culture : Pourquoi, M. Couturier, un homme qui se targue quotidiennement d'être le chantre de la libre entreprise contre l'État obèse émarge-t-il depuis près de 15 ans sur une radio nationale du service public ?
    Allez, Brice, avoue-le, dans cette France dont tu pourfends sans relâche les "pesanteurs" et le "politiquement correct", il y a une "pesanteur" qui sera toujours "correcte" à tes yeux : celle de la soupe dans ton assiette. Peut-être faudrait-il que tu aies l'élégance de ne pas cracher dedans…

  • #6

    salvye (lundi, 13 octobre 2014 10:15)

    La gauche ! la gauche ! la gauche !

  • #7

    Van Ginneken (vendredi, 17 octobre 2014 08:48)

    Parfaitement ! Je suis passée à France Culture depuis la rentrée ne supportant plus d'écouter la radio propagande de Patoche. Orpheline également et je me demandais sans arrêt qui était cet étrange couturier. Intéressant mais sacrément irritant. Merci d'avoir traduit mes pensées avec autant de justesse. Luttons !

  • #8

    mathieu (vendredi, 17 octobre 2014 10:30)

    merci pour ton billet , je me sens moins seul dans le bus maintenant ... face à BC.

  • #9

    Noea1794 (mercredi, 22 octobre 2014 21:06)

    Merci Antoine LAMNEGE pour votre page pleine d'humour. Il n'y a plus que l'humour en effet. Je n'aurait pas imaginé rire des lamentables chroniques de ce Brice COUTURIER ! Si France Culture s'encanaille également où vais-je m'évader ?

  • #10

    AF30 (jeudi, 11 décembre 2014 12:46)

    http://www.dailymotion.com/video/x1bbpvd_les-matins-jean-luc-melenchon_news

  • #11

    Lelien (mardi, 16 décembre 2014 08:57)

    Je confirme ton récit. Brice Couturier est ce qu'Internet appelle un troll. Sauf que celui là est payé par nos impôts, ceux là même qu'il veut supprimer!

  • #12

    singulier (mercredi, 21 janvier 2015 00:30)

    Un peu en retard mais comme il est toujours là...
    Votre humour est ravageur...et salutaire! Et de plus vous écrivez très bien...
    Je me sens un peu moins seul sur la première page de Google pour la requête "Brice couturier"...Allez encore un effort et 2 ou 3 chroniques de ce tonneau là et le bonhomme, au final, tout bêtement réactionnaire, va finir par être démasqué. Après on pourra s'attaquer à Franc cul...
    Si vous le permettez je vous embrasse.

  • #13

    claude (mardi, 24 février 2015 17:17)

    Ah les bonnes chroniques matutinales du bon Brice avec toujours les mêmes arguments à la clé: des centaines de millions de personnes sont sorties de la pauvreté dans les pays émergents grâce à la mondialisation (Tiens en passant, 4 fois plus de cancers en Chine ces 30 derniers années avec le développement de la pollution due en grande partie à la course à la productivité, ainsi qu'un bon en avant des cas d'obésité depuis que nos amis chinois ont découvert les joies des modes de vie occidentaux.... Mais cela, notre bon Brice se garde bien de nous le rappeler..).
    On se demande à quoi ont été biberonnés ces fiers propagandistes du néolibéralisme, de l'économisme ou du consumérisme béat (ou bêta, c'est selon) pour continuer à avoir de telles oeillères ...
    Enfin, comme disait mon grand-oncle, vaut mieux entendre ça qu'être sourd (mais tous les jours ça fait beaucoup)...
    Et vive la Révolution.

  • #14

    yves (samedi, 28 mars 2015 13:04)

    Brice doit être super content en ce moment, pourquoi n'assure-t-il pas sa chronique?... L'Etat fait enfin ce qu'il souhaite en "assainissant" ses comptes par la réduction du financement de France info!... Et bien Brice soyez heureux, avec un peu de chance vous serez viré pour votre grande satisfaction en application de vos "réformes nécessaires"... Ceci dît vous pourriez venir faire gratuitement votre chronique comme exemple du bon salarié du monde libéral qui doit désormais travailler plus (à ne rien faire puisque plus productif...) et gratuitement... Bon, si vous restez bouder chez vous, on s'en remettra très facilement...

  • #15

    yves (samedi, 28 mars 2015 13:15)

    Oups, dans mon message précédent, il faut lire "Radio France" et non "France Info"... Vous aurz rectifiez de vous même... Bon j'en profite pour ajouter quelques lignes à la 'Gloire' de Brice Couturier:
    "Un slogan deux idées, ma cervelle sature.
    Mouton Bêlant dans mes pâtures,
    Je suis Chroniqueur à France Culture..."

  • #16

    CARLINET (jeudi, 30 avril 2015 22:24)

    Bravo a Brice Couturier pour sa prise de position sur la laicité sur arte le 30 avril 2015 20h10 dans l'émission "28 mn". Je me reconnais dans ses paroles.

  • #17

    MCD (jeudi, 07 mai 2015 09:17)

    Ah Sylvain, c'est tout à fait ça : fascination et répulsion. C'était extra ce matin face à Christiane Taubira sur la question de l'esclavage. Les chiffres d'un côté, la vie de l'autre. Pour moi la seconde a gagné par KO. On a des petites joies...

  • #18

    AF30 (vendredi, 03 juillet 2015 17:10)

    http://dai.ly/x1bbpvd

  • #19

    Laurent (vendredi, 11 septembre 2015 14:33)

    Merci pour ce billet fort sympathique et agréable à lire... et "agréable" aussi de voir que je ne suis pas tout seul à penser ce que je pense.

    Je tiens néanmoins à contredire un peu Sylvain (4e commentaire) car, étant dans les statistiques économiques par métier, je peux vous dire que oui (heureusement) les chiffres annoncées par Brice Couturier sont bons, mais son analyse ne l'est pas souvent ! Pour seul exemple, car il m'avait particulièrement frappé, dire que "l'Espagne fait mieux que la France car elle affiche une croissance de son PIB plus rapide que la nôtre" est proprement scandaleux : comme tout bon statisticien de base le sait, il est plus facile de progresser de 3% quand on part de bas que quand on est déjà haut... ou au moins au milieu !
    L'Espagne est tombée très bas et très vite dès le démarrage de la crise (particulièrement engluée dans les subprimes immobiliers): elle a connu un taux de chômage de plus de 26% en 2013 alors forcément, dès que les choses se sont améliorées (il s'agit bien-sûr ici d'un énorme raccourci économique...) la progression a paru spectaculaire ! En effet, le taux de progression est bien meilleur que celui que n'arrive même pas à connaître la France... mais en attendant, notre chômage n'est qu'à 10,5%... on verra dans combien d'années l'Espagne nous rattrapera... car encore aujourd'hui, malgré la spectaculaire progression dont voudrait nous convaincre Brice Couturier, le taux de chômage y est encore supérieur à 20% !

    Les forces structurelles de la France (ce que certains appellent ses faiblesses... et Brice le premier) ont amorti la crise en France. Quand le taux de chômage en France n'a augmenté que de 3 points, il a augmenté de 20 points en Espagne ! Désolé Brice, mais dans ces conditions je préfère être français !

  • #20

    Charles Destré (mercredi, 30 septembre 2015 10:02)

    Bonjour,

    C'est bien beau, tout ça.
    Mais pourquoi écrire "pensé-je"?
    Et par qui, s'il vous plait?
    Aussi un anonyme?
    vous demande Charles Destrée,
    pas anonyme,
    (1926) historien.

  • #21

    chelly luc (lundi, 08 février 2016 15:51)

    Bonjour,

    Merci pour ce florilège qui démasque l'imposteur couturier. A relire le Gorgias de Platon, on peut retrouver chez ce brice couturier les traits de la prétention et du mensonge des rhétoriqueurs toujours au service du pouvoir, n'importe lequel. Il ne cesse, couturier, d'agonir les services publics, mais il perçoit chaque mois un chèque d'un service public, Radio France.
    Et lorsqu'il a un petit rhume, il téléphone de chez lui, oubliant ainsi que la sécurité sociale, autre service public honni par couturier, le protège.
    Il ne cesse de citer des "boîtes à idées" anglo-saxonnes, signifiant ainsi qu'ailleurs, il n'y a pas de pensées.
    Il n'est donc jamais, couturier, qu'une espèce de petit télégraphiste de donald trump, de pierre gattaz et de nicolas sarkozy. Sans oublier que ce 8 février 2016, il défendait ardemment françois hollande face au crime de lèse-majesté qu'est le projet de primaires de gauche. Couturier me fait fortement penser aux émigrés de Coblenz durant la Révolution de 1789, lui qui a des larmes de crocodile envers les émigrés de Syrie, d'Afghanistan et d'ailleurs.
    Une seule solution, que couturier aille déverser sa haine et son ressentiment sur Radio Courtoisie, il y sera accueilli à bras ouverts. Le départ de marc voinchet, bien complaisant devant les pouvoirs, laissait espérer que couturier disparaitrait, patatras tel un bernique, il s'accroche à son rocher, sans doute bien rémunérateur.

  • #22

    luc chelly (lundi, 08 février 2016 16:13)

    Sans oublier que ce même brice couturier, sur France Culture, en février ou mars 2013 alors sous la houlette de marc voinchet, osait déclarer que les suicides chez France Telecom étaient une "rumeur" !
    couturier ose tout ! le même tour d'esprit que goebbels !

  • #23

    Pair (mercredi, 23 mars 2016 10:01)


    Oui mais les IMPOTS, Messieurs, vous n'y pensez pas aux IMPOTS . C'est à peu près le seul fond que je retire des chroniques de Brice ... Tout y tourne autour de ce crève-coeur : les IMPOTS ! C'est pitoyable d'être aussi pingre quand on fait partie des nantis .
    Si au moins Fr.Cul. avait le courage de lui opposer un contrepoids, çà, ce serait intéressant .

  • #24

    marie-pierre Cognard (jeudi, 24 mars 2016)

    Pour une illustration de ce qui est dit ci-dessus écouter l'émission du 21mars 2016.
    On a la technique du"dernier mot" face à quelqu'un qui reste dans le registre du débat entre gens bien élevés, et l'agressivité et l"invective envers ceux qui défendent plus vigoureusement leur point de vue.
    Et cela dure depuis des années!

  • #25

    claude (mercredi, 06 avril 2016 14:14)

    Ha! Ha! Le pathétique "Je vous laisse entre vous" de Couturier ce matin sur France Cu., refusant de parler à des invités venus débattre du mouvement "Nuit debout".
    Encore une fois ça en dit long sur le personnage (ça doit être sa façon à lui de jouer les "rebelles")...

  • #26

    michel (jeudi, 21 avril 2016 10:22)

    je lis vos messages et j'affirme mon soutien total à brice couturier: tous vos messages expriment au contraire la pensée confortable que la gauche genre front de gauche résoudra les problèmes. Mais dans quel pays cela arrive ? ce continuel argument de la méchante societé libérale est risible, où sont les contre exemple ? à Cuba ,? en erytrée ? où le régime marxiste fait fuir tout les habitants ...
    Entendre critiquer brice couturier par des partisans de melenchon est pathétique: ce même melenchon qui soutient Poutine, Chavez soit des régimes totalitaires où personne n'a envie de vivre. poutie qui soutient bachar el assad, le bourreau du peuple syrien et cela ne dérange pas les partisans de melenchon qui préfère s'en prendre à brice couturier, quel courage !!!