dim.

01

juin

2014

Européennes 2014: quels partis réussissent le mieux en ville ? Et à la campagne ?

Nous poursuivons notre cycle d'analyses des résultats des élections européennes 2014. Après nous être efforcés de distinguer les partis réussissant le mieux dans les régions les plus fortement touchées par le chômage, nous vous proposons de regarder quels sont les partis qui réussissent le mieux en ville et dans les campagnes.

 

Pour ce faire nous sommes attachés à comparer les scores des différents partis dans les capitales régionales et dans les régions. Encore une fois, nous nous sommes limités à l'examen des régions métropolitaines et de la Corse. Pour les régions où il existe des villes dont la taille est supérieure ou similaire à celle de la capitale régionale, nous avons ajouté certaines villes. C'est ainsi que nous avons inclu dans notre classement des villes telles que Reims, Tours, Bastia, Nancy ou Aix-en-Provence.

Nous avons ensuite classé les 8 premiers partis de France (UMP, PS, FN, EELV, UDI-Modem, FdG, DLR, ND) en fonction de l'écart constaté entre les scores réalisés dans ces villes régionales par rapport à leurs régions respectives.

 

Pour plus de précision, nous avons choisi de clalculer l'écart en valeur absolue (score réalisé dans une ville - score réalisé dans la région de cette ville) et en pourcentage (score réalisé dans une ville / score réalisé dans la région de cette ville - 1).

 

Le classement que nous vous proposons s'effectue en fonction de l'écart constaté, c'est à dire que le premier parti présenté sera celui donc l'écart moyen entre ville régionale et région est le plus fort, c'est à dire qui a tendance à réaliser ses meilleurs scores dans les zones urbaines.

1-Europe Ecologie Les Verts

 

Ville Région Différence score (%) Différence score (pt de %)
Lille Nord-Pas-de-Calais  58,3% 9,52
Montpellier Languedoc-Roussillon  50,0% 6,31
Rennes Bretagne  45,5% 8,6
Amiens Picardie  44,7% 5,01
Rouen Haute-Normandie  44,5% 6,11
Tours Centre  41,7% 4,99
Nancy Lorraine  41,4% 4,14
Poitiers Poitou-Charentes  41,0% 6,78
Besançon Franche-Comté  40,0% 4,37
Caen Basse-Normandie  40,0% 5,75
Nantes Pays de la Loire  39,5% 6,98
Orléans Centre  35,0% 3,75
Strasbourg Alsace  34,5% 4,43
Dijon Bourgogne  32,7% 2,95
Paris Île-de-France  31,2% 4,29
Bordeaux Aquitaine  30,3% 4,73
Clermont-Ferrand Auvergne  29,2% 2,95
Reims Champagne-Ardenne  28,1% 1,93
Metz Lorraine  27,3% 2,2
Aix-en-Provence Provence-Alpes-Côte d'Azur  26,3% 2,76
Toulouse Midi-Pyrénées  25,9% 4,38
Châlons-en-Champagne Champagne-Ardenne  25,5% 1,69
Lyon Rhône-Alpes  18,6% 2,48
Ajaccio Corse  13,6% 0,69
Marseille Provence-Alpes-Côte d'Azur  12,3% 1,09
Limoges Limousin  9,8% 0,66
Bastia Corse  9,7% 0,47
       
  Moyenne 32,5% 4,1

Ce résultat pourrait sembler surprenant pour un parti prônant l'écologie et la vie harmonieuse avec la nature, mais EELV est le parti pour lequel l'écart entre le score réalisé dans les capitales régionales et dans les régions est le plus fort. Un écart moyen de 32,5 % est ainsi constaté. EELV est donc particulièrement fort chez les gagnants de la mondialisation, qui profitent du système actuel tout en se posant des questions légitimes sur le devenir de la planète. Ces résultats confirmeraient la dérive boboisante d'EELV, qui aurait tendance à se couper des difficultés sociales des classes populaires. En effet, la différence de score réalisé dans des capitales régionales de région à fort taux de chômage (Lille, Montpellier) est particulièrement frappante. L'autre aspect marquant est que la règle qui fait qu'EELV réalise des meilleurs scores dans les capitales régionales dans les régions s'applique partout en France.

2-Parti Socialiste

 

Ville Région Différence score (%) Différence score (pt de %)
Strasbourg Alsace  49,8% 11,63
Lille Nord-Pas-de-Calais  36,0% 6,53
Besançon Franche-Comté  31,0% 6,07
Rouen Haute-Normandie  29,6% 5,14
Reims Champagne-Ardenne  27,0% 4,35
Dijon Bourgogne  26,8% 5,35
Nantes Pays de la Loire  26,6% 5,41
Paris Île-de-France  25,3% 4,85
Rennes Bretagne  25,1% 5,39
Lyon Rhône-Alpes  24,8% 4,3
Caen Basse-Normandie  24,7% 4,37
Aix-en-Provence Provence-Alpes-Côte d'Azur  24,4% 3,41
Nancy Lorraine  23,1% 4,21
Clermont-Ferrand Auvergne  23,1% 4,81
Tours Centre  20,4% 3,28
Poitiers Poitou-Charentes  19,4% 3,88
Amiens Picardie  19,1% 2,43
Orléans Centre  19,0% 3
Metz Lorraine  14,9% 2,46
Marseille Provence-Alpes-Côte d'Azur  14,3% 1,76
Châlons-en-Champagne Champagne-Ardenne  11,4% 1,52
Limoges Limousin  9,4% 2,52
Toulouse Midi-Pyrénées  5,5% 1,02
Bastia Corse  4,3% 0,42
Ajaccio Corse  0,4% 0,04
Bordeaux Aquitaine  -0,4% -0,07
Montpellier Languedoc-Roussillon  -2,3% -0,3
       
  Moyenne 19,7% 3,6

Sans tomber dans des dérives aussi fortes qu'EELV, le PS confirme qu'il est un parti de zones urbaines et de capitales régionales. Ainsi, en moyenne le score du parti de François Hollande est plus élevé de 19,7 % dans les capitales régionales que dans les régions. Cela confirme en quelque sorte le virage pro-mondialisation de ce parti, qui est pélbiscité par les personnes favorisées par ce système et inversement.

3-Nouvelle Donne

 

Ville Région Différence score (%) Différence score (pt de %)
Lille Nord-Pas-de-Calais  46,3% 1,8
Nancy Lorraine  39,5% 1,5
Besançon Franche-Comté  37,5% 1,6
Amiens Picardie  36,2% 1,2
Tours Centre  35,6% 1,5
Rennes Bretagne  33,7% 1,7
Rouen Haute-Normandie  32,7% 1,3
Dijon Bourgogne  32,5% 1,4
Caen Basse-Normandie  32,3% 1,6
Aix-en-Provence Provence-Alpes-Côte d'Azur  31,1% 1,1
Orléans Centre  28,6% 1,1
Reims Champagne-Ardenne  28,5% 0,8
Nantes Pays de la Loire  28,5% 1,4
Clermont-Ferrand Auvergne  25,7% 1,0
Bastia Corse  21,0% 0,3
Poitiers Poitou-Charentes  17,0% 0,7
Strasbourg Alsace  16,8% 0,5
Metz Lorraine  16,4% 0,4
Lyon Rhône-Alpes  15,2% 0,7
Limoges Limousin  14,2% 0,5
Paris Île-de-France  13,8% 0,5
Châlons-en-Champagne Champagne-Ardenne  12,7% 0,3
Montpellier Languedoc-Roussillon  11,8% 0,3
Ajaccio Corse  0,8% 0,0
Marseille Provence-Alpes-Côte d'Azur  -7,2% -0,2
Bordeaux Aquitaine  -36,4% -0,9
Toulouse Midi-Pyrénées  -39,0% -0,9
       
  Moyenne 19,5% 0,8

Avec une différence de score moyen extrêmement proche du Parti Socialiste, Nouvelle Donne confirme bien son rapport puissant avec ce parti dont il est issu. L'intérêt de Nouvelle Donne est donc de faire avancer les choses sur des sujets sur lesquels le PS ne veut pas bouger. Malheureusement, il apparait assez clairement que ce discours parvient surtout à convaincre la garde avancée des urbains et a beaucoup de plus de difficultés à convaincre les classes populaires des zones moins densément peuplées.

4-UDI-Modem

 

Ville Région Différence score (%) Différence score (pt de %)
Amiens Picardie  44,4% 6,4
Metz Lorraine  42,9% 7,7
Nancy Lorraine  38,2% 6,4
Aix-en-Provence Provence-Alpes-Côte d'Azur  32,7% 3,4
Tours Centre  29,1% 4,4
Rouen Haute-Normandie  26,7% 3,0
Châlons-en-Champagne Champagne-Ardenne  23,3% 2,5
Caen Basse-Normandie  22,0% 3,0
Dijon Bourgogne  21,3% 2,1
Bordeaux Aquitaine  18,4% 2,4
Reims Champagne-Ardenne  17,3% 1,7
Lyon Rhône-Alpes  17,0% 2,0
Orléans Centre  16,0% 2,0
Limoges Limousin  15,3% 1,3
Bastia Corse  14,8% 0,6
Toulouse Midi-Pyrénées  13,7% 1,4
Rennes Bretagne  13,4% 1,8
Besançon Franche-Comté  12,5% 1,1
Strasbourg Alsace  12,4% 1,5
Clermont-Ferrand Auvergne  10,3% 1,2
Ajaccio Corse  9,5% 0,4
Lille Nord-Pas-de-Calais  7,2% 0,8
Paris Île-de-France  5,7% 0,7
Poitiers Poitou-Charentes  -5,4% -0,5
Nantes Pays de la Loire  -14,4% -1,8
Marseille Provence-Alpes-Côte d'Azur  -21,9% -1,3
Montpellier Languedoc-Roussillon  -66,6% -4,4
       
  Moyenne 13,2% 1,8

Sans véritable surprise l'UDI-Modem s'impose comme l'un des partis réussissant le mieux dans les capitales régionales. Il faut dire que le parti de François Bayrou a tout fait pour cela. C'est le seul parti qui a soutenu aussi ostensiblement la notion d'Europe. Or il est clair que pour les perdants de la mondialisation, l'UE est un terrible sysmbole de ce phénomène. La surprise est peut-être de ne voir ce parti qu'à la quatrième place. Il est probable que le bilan catastrophique du PS à la tête du gouvernement y soit pour quelque chose.

5-Front de Gauche

 

Ville Région Différence score (%) Différence score (pt de %)
Strasbourg Alsace  40,2% 1,92
Bastia Corse  32,8% 2,9
Besançon Franche-Comté  27,2% 2,28
Châlons-en-Champagne Champagne-Ardenne  24,2% 1,71
Marseille Provence-Alpes-Côte d'Azur  21,8% 1,79
Amiens Picardie  20,5% 1,46
Rennes Bretagne  19,0% 1,18
Poitiers Poitou-Charentes  18,0% 1,39
Caen Basse-Normandie  12,9% 0,69
Nantes Pays de la Loire  11,3% 0,61
Nancy Lorraine  11,0% 0,7
Clermont-Ferrand Auvergne  5,7% 0,51
Lyon Rhône-Alpes  4,5% 0,26
Reims Champagne-Ardenne  3,1% 0,17
Rouen Haute-Normandie  -1,0% -0,07
Toulouse Midi-Pyrénées  -1,9% -0,16
Ajaccio Corse  -5,0% -0,28
Lille Nord-Pas-de-Calais  -5,0% -0,34
Tours Centre  -5,0% -0,3
Montpellier Languedoc-Roussillon  -5,7% -0,49
Metz Lorraine  -8,0% -0,42
Dijon Bourgogne  -10,6% -0,61
Paris Île-de-France  -12,7% -0,74
Limoges Limousin  -14,7% -1,17
Orléans Centre  -15,1% -0,83
Aix-en-Provence Provence-Alpes-Côte d'Azur  -16,9% -0,93
Bordeaux Aquitaine  -32,3% -1,95
       
  Moyenne 4,4% 0,3

Le FdG est le mouvement de gauche qui réussit le mieux dans les zones à faible densité de population. Pour autant le fait qu'il soit devancé par 3 partis de droite semble indiquer un phénomène de droitisation des zones plus faiblement peuplées. Ce résultat confirme cependant la capacité du Front de Gauche a être considéré comme un interlocuteur crédible par les perdants de la mondialisation. Un travail soutenu reste cependant à fournir car ce mouvement continue de mieux réussir dans les capitales régionales que dans les régions dans leur ensemble.

6-Union pour un Mouvement Populaire

 

Ville Région Différence score (%) Différence score (pt de %)
Bordeaux Aquitaine  16,7% 3,96
Aix-en-Provence Provence-Alpes-Côte d'Azur  9,5% 2,45
Orléans Centre  7,4% 1,68
Lyon Rhône-Alpes  6,5% 1,5
Marseille Provence-Alpes-Côte d'Azur  6,3% 1,56
Toulouse Midi-Pyrénées  6,2% 1,19
Paris Île-de-France  3,9% 0,89
Ajaccio Corse  2,8% 0,76
Limoges Limousin  -0,7% -0,14
Nancy Lorraine  -1,9% -0,37
Montpellier Languedoc-Roussillon  -2,0% -0,35
Châlons-en-Champagne Champagne-Ardenne  -2,3% -0,55
Reims Champagne-Ardenne  -2,3% -0,56
Rouen Haute-Normandie  -2,9% -0,57
Caen Basse-Normandie  -3,9% -0,82
Tours Centre  -11,2% -2,13
Dijon Bourgogne  -11,2% -2,29
Besançon Franche-Comté  -12,2% -2,52
Lille Nord-Pas-de-Calais  -12,4% -1,82
Clermont-Ferrand Auvergne  -14,5% -2,91
Poitiers Poitou-Charentes  -15,3% -2,82
Amiens Picardie  -18,8% -3,07
Nantes Pays de la Loire  -19,2% -3,22
Metz Lorraine  -20,1% -3,35
Strasbourg Alsace  -26,4% -5,07
Rennes Bretagne  -32,4% -4,5
Bastia Corse  -89,3% -12,41
       
  Moyenne -8,9% -1,3

La place de l'UMP dans ce classement apparaît nettement plus surprenante, puisque ce part réalise de meilleurs scores en région que dans les capitales régionales. La raison explicative tient certainement au fait que pour les principales victimes de la crise, l'UMP comme figure emblématique de l'opposition au PS constitue un rejet de la politique gouvernemental. Ces résultats symobolisent la faillite du gouvernement socialiste. Il est cependant paradoxal de voir que des électeurs victimes de la mondialisation puissent encore plébisciter un Parti la soutenant de tout son poids. Ce classement de l'UMP confirme la forte droitisation des zones à faible densité de population.

7-Debout La République

 

Ville Région Différence score (%) Différence score (pt de %)
Bordeaux Aquitaine  24,0% 1,0
Toulouse Midi-Pyrénées  20,3% 0,8
Montpellier Languedoc-Roussillon  1,1% 0,0
Bastia Corse  -1,8% 0,0
Aix-en-Provence Provence-Alpes-Côte d'Azur  -6,9% -0,2
Ajaccio Corse  -15,1% -0,4
Nancy Lorraine  -16,8% -0,6
Amiens Picardie  -17,5% -0,7
Orléans Centre  -18,7% -0,8
Limoges Limousin  -20,2% -0,7
Châlons-en-Champagne Champagne-Ardenne  -25,4% -0,9
Dijon Bourgogne  -31,9% -1,1
Reims Champagne-Ardenne  -39,6% -1,3
Besançon Franche-Comté  -39,8% -1,1
Rennes Bretagne  -41,6% -0,9
Tours Centre  -42,2% -1,4
Poitiers Poitou-Charentes  -42,9% -1,2
Metz Lorraine  -43,2% -1,3
Rouen Haute-Normandie  -44,6% -1,3
Clermont-Ferrand Auvergne  -46,9% -1,4
Lyon Rhône-Alpes  -47,1% -1,4
Marseille Provence-Alpes-Côte d'Azur  -51,7% -1,2
Caen Basse-Normandie  -56,4% -1,8
Nantes Pays de la Loire  -57,5% -1,5
Lille Nord-Pas-de-Calais  -62,7% -1,4
Paris Île-de-France  -63,1% -1,5
Strasbourg Alsace  -67,4% -1,5
       
  Moyenne -31,7% -0,9

Si Debout la République n'était pas parvenu à convaincre les régions à fort taux de chômage, sa performance dans les zones à faible densité de population est impressionnante. En effet ses scores sont en moyenne inférieurs de 31,7 % dans les capitales régionales par rapport aux régions. Il s'agit de la preuve que le discours de DLR commence à fonctionner dans les zones à faible densité de population et chez les perdants de la mondialisation. Il s'agit aussi très certainenement d'une piste sur les postures à adopter pour des partis combattant la mondialisation comme le Front de Gauche. La condamnation sans appel de l'UE, le positionnement anti-système et la souveraineté nationale parlent aux perdants de la mondialisation.

8-Front National

 

Ville Région Différence score (%) Différence score (pt de %)
Ajaccio Corse  13,6% 3,7
Bastia Corse  10,7% 2,8
Montpellier Languedoc-Roussillon  -5,2% -1,6
Marseille Provence-Alpes-Côte d'Azur  -9,7% -2,9
Limoges Limousin  -19,5% -3,4
Châlons-en-Champagne Champagne-Ardenne  -22,9% -5,8
Reims Champagne-Ardenne  -36,2% -8,3
Metz Lorraine  -36,8% -8,2
Dijon Bourgogne  -43,8% -8,3
Clermont-Ferrand Auvergne  -45,4% -6,9
Amiens Picardie  -57,5% -14,0
Toulouse Midi-Pyrénées  -58,8% -8,3
Orléans Centre  -60,2% -10,0
Tours Centre  -61,0% -10,1
Aix-en-Provence Provence-Alpes-Côte d'Azur  -62,4% -12,8
Besançon Franche-Comté  -68,2% -11,7
Poitiers Poitou-Charentes  -77,9% -10,2
Lyon Rhône-Alpes  -78,4% -10,7
Rouen Haute-Normandie  -82,3% -14,1
Rennes Bretagne  -82,9% -7,8
Bordeaux Aquitaine  -84,9% -9,8
Strasbourg Alsace  -85,5% -12,5
Paris Île-de-France  -85,9% -8,0
Lille Nord-Pas-de-Calais  -86,3% -16,3
Nantes Pays de la Loire  -93,2% -9,4
Caen Basse-Normandie  -96,9% -13,2
Nancy Lorraine  -119,0% -16,6
       
  Moyenne -56,9% -8,7

Le Front National est le parti pour lequel la fracture entre capitales régionales et régions semble la plus forte. En effet, le parti de Marine Le Pen réalise des scores inférieures de 56,9 % dans les capitales régionales par rapport aux régions. En France métropolitaine, le FN réalise même systématiquement de meilleurs scores en régions que dans les capitales régionales. Seule la Corse infirme cette tendance. Or il s'agit des deux plus petites villes de notre échantillon avec Châlons-en Champagne. Ces résultats sembleraient donc confirmer que le FN est bien devenu le premier choix des perdants de la mondialisation et des personnes vivant dans des zones à plus faible densité de population.

Theux

Pour aller plus loin ...

Européennes 2014: Quels partis profitent le plus du chômage ?
Européennes 2014: Quels partis profitent le plus du chômage ?
Analyse du vote des habitants des zones périurbaines (Violaine Girard)
Analyse du vote des habitants des zones périurbaines (Violaine Girard)

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    bougeor (lundi, 02 juin 2014 18:21)

    copé c'est fini, le pen, elle roule des pelles à Aliot, il reste plus grand monde à droite pour réflechir

  • #2

    Aztecolmec (mardi, 03 juin 2014 00:57)

    Excusez moi mais vos explications sur les calculs des différents % sont incompréhensibles. Par contre vos conclusions sont claires

  • #3

    Theux (mardi, 03 juin 2014 22:35)

    Si vous voulez le problème du calcul des différences de score en points de pourcentage est qu'il favorise les partis ayant réalisé des gros scores. Le but du calcul avec pourcentage est d'évaluer les différence en proportion du score réalisé c'est à dire en mettant sur un pied d'égalité les partis à gros scores et les partis à petits scores. Cela permet par exemple de mettre en lumière que DLR réussit mieux que l'UMP en région par rapport aux capitales régionales alors que le score en valeur absolue indiquerait l'inverse.