lun.

23

juin

2014

Comment le Parti Communiste Italien est devenu libéral

Après la seconde guerre mondiale, le Parti Communiste Italien est le parti le plus puissant d'Occident. Mais au cours des années 70, fatigué d'être à l'écart du pouvoir, il commence à se rapprocher de la sociale-démocratie à l'initiative de son leader Enrico Berlinguer. Mais pour accepter l'alliance, Aldo Moro, le centriste exige du PCI qu'il soutienne des points fondamentaux de l'action du gouvernement. Cela portera en particulier sur la reconnaissance et la lutte contre le terrorisme des brigades rouges, il se rallie à l'alliance atlantique de l'Italie, et enfin il reconnaît la nécessité de lutter contre l'inflation en menant une politique de rigueur. C'est ainsi que pour s'allier à "la frange révolutionnaire de la bourgeoisie", Berlinguer se retrouve dans les faits à défendre la rigueur et à se rallier au monétarisme, dans l'ambiance des années 80 qui conduit aux mêmes résultats partout en Europe.

Dans un discours incroyable de mauvaise foi, il en vient à justifier ainsi l'austérité:

 

"Loin d'être une concession aux intérêts des groupes dominants, ou aux exigences de survie du capitalisme, l'austérité peut être un choix qui a un contenu de classe avancé et concret, elle peut et doit être un des moyens par lequel le mouvement ouvrier se fait porteur d'une forme différente de vie sociale, à travers lequel il affirme dans les conditions d'aujourd'hui ses idéaux anciens et toujours valables de libération. Et en fait je crois que, dans les conditions d'aujourd'hui, il est impensable de lutter réellement et efficacement pour une société supérieure sans partir de la nécessité inévitable de l'austérité." (cité dans Pierre Milza, Histoire de l'Italie, Fayard, 2005)

Finalement le PCI se transformera en un parti social démocrate après la chute du mur de Berlin, changeant même de nom et devenant le "Parti démocrate de la Gauche italienne" puis aujourd'hui le "Parti Démocrate" tout court, renonçant même à se définir comme de gauche. Défendant évidemment la propriété privée et le capitalisme, mais renonçant surtout au changement social et à la défense des classes populaires, jouant le rôle de faux parti de gauche en Italie, ce rôle que joua le PS en France, l'Histoire du PCI au PD est une triste comédie.

 Aujourd'hui un film parait sur Enrico Berlinguer qui fut à l'origine de ce mouvement, son camarade Alfredo Reichlin dresse un bilan 30 ans après, qui n'est pas reluisant. Certes les italiens attendent "autre chose" mais n'est-il pas significatif que ce soit des chefs d'entreprise qui célèbrent aujourd'hui sa mémoire?


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    hugo sarem (mercredi, 25 juin 2014 14:52)

    C'est notre Robert Hue à nous !