jeu.

26

juin

2014

Emmanuel Lechypre : « les français sont des tire-au-flanc... »

Lorsqu'on est éditorialiste, c'est bien connu, on a le droit de tout dire. Y compris de dire n'importe quoi... Et y compris d'insulter sa patrie, puisque de toute façon, un éditorialiste ne rend de comptes à personne.

Vous n'en connaissez pas ? Impossible. Un éditorialiste libéral par exemple, c'est quelqu'un qui, en gros, gagne suffisamment d'argent pour ne plus connaître aucun pauvre, au point de se le figurer comme minable ; il se trouve alors dans son bon droit théorique lorsqu'il explique que les smicards gagnent trop et qu'ils ne travaillent pas assez.

 

C'est sans doute le cas d'Emmanuel Lechypre, dont on ne comprend toujours pas pourquoi il ne s'est pas encore exilé...

 

 

Oui, c'est vrai, la rémunération d'un éditorialiste du genre, son temps de travail à lui, sont irréprochables... Souvenez vous, Nicolas Dupont-Aignan face à Michel Denisot et Jean-Michel Apathie, en 2012, sur le plateau du Grand Journal :

 

 

Ce qu'il gagne, il le mérite, dit-il. Ce que le pauvre gagne, il l'a volé, explique-t-il à demi-mot. Du moins, la décence eut voulu qu'il se satisfît d'un salaire moindre que ses exorbitants 1100€ mensuels.

 

Tendez l'oreille, un peu partout... l'heure est à la sécession fiscale. Nombreux sont les plus fortunés qui semblent ne plus comprendre le sens de l'impôt, ni du partage...

Chaque jour on les y pousse. L'économisme légitime en permanence ce discours insipide : celui de l'Etat obèse, des profiteurs, du pauvre méritant, de la compétitivité, du matraquage fiscal, de la mondialisation ; et puis, le j'ai déjà assez payé...

 

Dans le Point, très régulièrement...

 

le pont la france des tire-au-flanc

 

Une question mérite d'être posée : ce raz le bol vient-il du Peuple, ou bien est-ce là celui d'une petite caste prête à tout pour moins contribuer au vivre ensemble ? Un peu des deux ? Admettons....

Mais une chose est sûre : on entend rarement un pauvre se mobiliser pour la baisse du SMIC, ou encore pour le report à 67 ans du départ en retraite...

Terminons sur une touche plus positive : nos riches ne sont pas encore tous ruinés ! Voici ce qu'en pense Laurent Ruquier :

 

Antoine Lamnège

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Guadet (jeudi, 26 juin 2014 23:33)

    On en est revenu à la fin du Moyen-Âge, quand la haute noblesse se plaignait du poids de l'État et essayait d'entraîner le peuple dans des révoltes contre les impôts. Ce qu'elle cherchait, ce n'était pas moins d'impôts pour le peuple, c'était davantage de pouvoir pour elle.
    De même aujourd'hui ; mettons nous à la place des riches : à quoi sert d'avoir beaucoup d'argent si on n'a pas plus de pouvoir que le smicard dans le système politique du pays ?

  • #2

    meredith (vendredi, 27 juin 2014 08:11)

    c'est vrai que j'ai toujours apprécié ce discours chez Ruquier, qu'il tient depuis longtemps et avec constance

  • #3

    Port jeannne d'Arc (vendredi, 27 juin 2014 16:50)

    Article efficace, j'ai noté l'imparfait du subjonctif.

  • #4

    Julie (vendredi, 27 juin 2014 18:56)

    Denisot à NDA : "Je paye votre salaire avec mes impôts"... Et qui regarde tes émissions qui te permettent de percevoir ton salaire indécent ?

  • #5

    Antoine Lamnège (vendredi, 27 juin 2014 23:15)

    @Port jeane d'Arc. merci de l'avoir noté.

  • #6

    Horror (mardi, 01 juillet 2014 08:21)

    "Nombreux sont les plus fortunés qui semblent ne plus comprendre le sens de l'impôt, ni du partage..."
    A partir d'un moment la ponction devient une spoliation, et on en est là avec près de 58% de la richesse Nationale captée par un Etat effectivement obèse qui refuse de faire le moindre régime et tel Gargantua engloutit toujours plus.
    Même notre Président schizophrène l'avait dit dans une vidéo célèbre avant de faire le contraire pour des raisons uniquement politicardes.
    Au fait tous ces impôts supplémentaires pour quels effets? Quels projets? Quel avenir? Nada!

    Et oui les français, champions de l'individualisme font la compétition non a celui qui en fera le plus pour être le meilleur, mais à celui qui en fera moins pour avoir plus que son voisin en tordant (à peine) le système. Fin de Civilisation?