sam.

19

juil.

2014

Cédric Durand sur la crise européenne (Attac TV)

cedric durand sapir economie bce europe

L'économiste Cédric Durand revient sur la crise européenne dans cette intéressante vidéo d'Attac.

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Guadet (samedi, 19 juillet 2014 14:22)

    D'accord mais… ça ne convaincra pas Horror. Et puis, la "résurrection du fascisme", c'est l'outil préféré de l'oligarchie néolibérale pour se donner un air démocratique.

  • #2

    PortJeanned'Arc (samedi, 19 juillet 2014 18:13)

    @Guadet: oui mais c'est le cas en Grèce, et c'est de cela dont parle Cédric Durand. Et il s'agit d'une menace réelle, pas d'un phantasme.

  • #3

    jard (dimanche, 20 juillet 2014 08:35)

    Oui, la gauche est un ramassis de connards, il n'était pas très difficile d'anticiper un certain nombre de choses et de ne pas psalmodier les conneries que l'on nous a bassiné pendant presque vingt ans. On se faisait insulter par la gauche si on pointait certains problèmes. Le problème est que vous êtes tellement abrutis que cela ne sert à rien de vous parler. Nous risquons la catastrophe et, dès que nous en serons sorti, les connards habituels vont hurler "Autre Europe, glop, glop, autre Europe, glop, glop!".
    Nos trois directions potentielles, Marine Le Pen, la guerre civile ou la misère. Merci la gauche!

  • #4

    Horror (lundi, 21 juillet 2014 09:12)

    Eh bien pour une fois on est d'accord, je ne suis pas convaincu.
    La Grèce en est le parfait exemple.
    Celle ci alors souveraine et corrompue politiquement jusqu'à la moelle a truquée ses comptes pour obtenir les critères pour rentrer dans le pays de Cocagne Europe.
    Son surendettement massif qui ne lui est du qu'à elle seule a été couvert par l'Europe à hauteur de centaines de milliards qui n'ont rien coûté à des grecs dispendieux, à qui en retour on a demandé des réformes et des garanties.
    Ces dernières n'ont de surcroît pour la plupart pas été respectées.
    Sans les méchants européens qui ont craché au bassinet, dans quel Etat serait la Grèce aujourd'hui?
    N'est il pas normal de demander des garanties en retour?
    La Grèce a-t'elle été forcée d'accepter ces aides qui l'ont sauvée (je me souviens de Papandreou couiner pour que l'Europe paye)?
    Les méchants pays nordiques qui payent pour ceux du Sud n'ont ils rien a dire ni à exiger de ses voisins cigales? Juste à payer?
    Souveraineté doit rimer avec responsabilité et sa perte de souveraineté, la Grèce ne la doit qu'à elle même.
    La montée des extrémismes et les replis, les pays ne les doivent qu'à leur politiques.
    L'Europe n'est qu'un nécessaire "contrôleur de gestion" qui essaie de réguler des Etats incompétents en matière de gestion car corrompus par leurs politiques.