lun.

21

juil.

2014

Sondage UK : "Combien de morts en Irak depuis 2003 ?" (FAIR Blog)

Combien d'Irakiens sont morts dans la guerre en Irak ? C'est le genre de question qui devrait être posée, surtout si vous vivez dans les pays qui ont lancé cette guerre qui a tué tant de gens.

Les résultats d'un nouveau sondage commandé par le groupe de surveillance des médias britanniques MediaLens ont révélé un décalage saisissant entre les réalités de la guerre en Irak et la perception du public de ce conflit concernant le nombre de morts irakiens. Lorsqu'on a demandé aux Britanniques « combien d'Irakiens, combattants et civils, sont morts à la suite de la guerre qui a commencé en Irak en 2003? », 44 pour cent des personnes interrogées estime que 5000 décès ou moins avaient eu lieu.

 

Alex Thomson, un journaliste britannique de Channel 4 (31/05/13), a écrit:
«
 Ce chiffre est si incroyablement bas et en contradiction avec la réalité qu'il laisse un journaliste qui a travaillé longtemps et durement dans le but de rapporter aux gens la réalité de la guerre sans voix. »
Et les sondages réalisés aux États-Unis ont offert des conclusions similaires. Un programme sur les attitudes politiques internationales qui demandait combien de civils irakiens avaient été tués depuis le début de la guerre a abouti à une estimation médiane de 5.000 morts.
Et quand on a demandé aux personnes interogées (lors d'un sondage différent (AP/Ipsos, 2/12/07-2/15/07) de donner leur «meilleure estimation» des morts de civils, 24 pour cent ont choisi l'option de 1001 à 5000 décès.


Ces réponses sont, bien sûr, très loin du compte. Les estimations concernant le nombre morts oscillent entre 174 000 (Iraq Body Count, 19/03/13) et plus d'un million (Opinion Research Business, 10/7/10). Même à l'époque de ces sondages américains, les estimations de mortalité étaient très au delà des estimations de la population.

 

Bien sûr, ces résultats sont décourageants, car ils reflètent une perception publique très déformée de la guerre. Mais ils sont révélateurs d'un problème encore plus grand : une couverture médiatique insuffisante des coûts humains de la guerre sous commandement américain.
Il semble que la plupart des grands médias aient fait leur l'infâme citation de Tommy Franks : «Nous ne comptons pas les corps» (San Francisco Chronicle, 03/05/03), parce que les victimes irakiennes de la guerre sont rarement d'intérêt dans les JT.
Et lorsqu'elle le sont, elles sont massivement sous estimées. Le 1er Décembre 2011, un rapport CBS Evening News rapportait aux téléspectateurs que "plus de 50.000 civils irakiens avaient été tués dans la guerre" (FAIR 02/12/11).

 

Ce chiffre reprenait alors iCasualties.org, qui avançait l'une des plus faibles estimations de victimes civiles à l'époque, et avait mis en garde ses lecteurs que le nombre était probablement largement sous-estimé.
Le "corrigé" mis en avant par CBS 11 jours plus tard était de 115 676 civils tués, et provenait de Irak Body Count- encore une des estimations les plus prudentes (FAIR activism day, 12/13/11).

 


troupes irak guerre 2003 saddam

Le problème est le suivant : la presse garde le public dans l'ignorance. Comment peut-on prendre une décision à propos de l'impact de la guerre s'ils ne sait pas, même approximativement, combien de morts elle provoque ou provoquera ?

Le blogueur Joe Emersberger analyse (Z blogs, 30/05/13) :

 

[les résultats du sondage MediaLens-officiers] «  sont une illustration frappante de la façon dont une «presse libre» impose l'ignorance sur le public afin de promouvoir la guerre. Les guerres futures (ou «interventions») sont évidemment beaucoup plus probables lorsque le public d'un état agresseur n'a aucune idée du coût humain. »

 


 

Article How Many Iraqis Died in the Iraq War?

By

N'hésitez pas à vous rendre ici : http://fair.org/ (site américain d'analyse médias)

Traduction Antoine Lamnège

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    maro til (lundi, 21 juillet 2014 19:55)

    5000, c'est vraiment rien, preuve que cette guerre, après avoir été lancée, puis surtout arrêtée côté américain, n’intéresse plus personne. Un chiite qui tue un sunnite, rien à faire !
    bon article de blog

  • #2

    Guadet (mardi, 22 juillet 2014 00:22)

    Eh bien ! Comme quoi, à l'ère de la communication mondialisée et dans des pays où les médias sont censés être libres, le public n'est pas mieux informé qu'il y a deux siècles.