sam.

26

juil.

2014

Kurt Von Schleicher : la dernière chance de la République de Weimar contre Hitler (6)

Kurt Von Schleicher : la dernière chance de la République de Weimar contre Hitler (6)

Le 11 janvier 1933, une controverse survint entre le gouvernement et la chambre des états fédérés. La présidence de cette chambre (note du traducteur: le Bund) présenta au Président du Reich Hindenburg une longue série de doléances au sujet du délitement de l'agriculture. Hindenburg invita le chancelier du Reich ainsi que les ministres von Braun et Warmbold à cette discussion. Von Schleicher témoigna du bon travail du gouvernement sur ce sujet et assura qu'il était encore possible de prendre en compte les demandes émanant du monde agricole dans la mesure du possible. Mais, après cette discussion, von Schleicher et ses ministres prirent connaissance d'une décision de la présidence du Bund parue entre temps dans la presse vilipendant fortement le gouvernement et précisant de surcroît que cette institution ne tolérerait plus un tel délitement de l'agriculture.

 

Le gouvernement se défendit contre cette condamnation unilatérale provenant du Bund et prit la décision de ne plus mener de négociation avec lui. La fédération de l'industrie allemande soutint cette attitude du gouvernement.

Néanmoins, des voix contre le gouvernement se propageaient dans les cercles agricoles et chez les partis nationalistes (et notamment le Deutschnationale Volkspartei). Hugenberg lui-même commença à changer de position vis-à-vis du gouvernement. Peu auparavant, il avait encore suggéré à von Schleicher de pouvoir entrer au gouvernement et prendre le ministère de l'économie. Mais von Schleicher avait alors refusé cette proposition car il craignait qu'ainsi, la collaboration des autres partis et d'autres groupes issus de l'axe constitué autour de son gouvernement n'en pâtisse. Le SPD aurait également dans ces circonstances probablement élevé son niveau de contestation au gouvernement à un degré encore inégalé.

Hugenberg s'efforça alors à partir de la mi-janvier de reprendre contact avec Hitler.

Alors que la politique intérieure de l'Allemagne en ce mois de janvier 1933 provoquait tumultes et fracas sans discontinuer, rien n'était à signaler en politique internationale. Von Schleicher entretenait toujours des contacts avec François Poncet (note du traducteur : François Poncet, ambassadeur de la France à Berlin de 1931 à 1938) afin de s'entendre sur les mesures de la conférence mondiale pour le désarmement de Genève de 1932 que le gouvernement souhaitait mettre en œuvre en premier.

L'ambassadeur trouva le chancelier surchargé à cette période, plus préoccupé que jamais, épuisé par le travail. D'après des propos des membres de sa famille, François Poncet aurait alors peint un tableau trop noir de von Schleicher. Von Schleicher, après sa révocation, avoua qu'il ne s'était pas senti très bien durant ce mois de janvier 1933. Il dut ainsi après sa révocation se faire traiter contre la galle et prendre un traitement pour soigner une anémie. Mais on ne peut pas dire que ses capacités de travail eussent été affaiblies d'une manière significative dans les dernières semaines de sa chancellerie. Il se consacra à la gestion des affaires avec la même énergie qu’on lui reconnaissait.


 

Merci à Woyzeck pour ce remarquable travail de traduction

Et Pour ceux qui ont loupé le début

Kurt Von Schleicher : la dernière chance de la République de Weimar contre Hitler
Kurt Von Schleicher : la dernière chance de la République de Weimar contre Hitler (4)
Kurt Von Schleicher : la dernière chance de la République de Weimar contre Hitler
Kurt Von Schleicher : la dernière chance de la République de Weimar contre Hitler

Écrire commentaire

Commentaires : 1