dim.

07

déc.

2014

Clip des patrons bretons : une chanson qu'elle donne envie d'être au MEDEF !

C'est étrange tout de même, comme en politique, la droite n'est jamais drôle... 

Pourtant, c'est pas faute d'essayer. On se souvient de Jean-François Copé, le grand pianiste de Meaux. Et puis, ce fameux libdub de campagne de l'UMP... Pathétique, cette idée de vouloir toucher les jeunes, en empruntant leurs codes avec ringardise...

Vous pensiez avoir tout vu ? Eh bien non ! Parce que là, le MEDEF Bretagne a frappé très fort. Une idée de Monsieur Gattaz sans doute...

 

" Bon, les gars, Hollande est dans la mouise... C'est le moment de faire un truc énorme ! Par exemple : une chanson sur la compétitivité !

-Génial, Pierrot...

 

-Bon, vous pouvez l'écrire au lance-pierre, avec des fautes d'orthographe et tout ; faut surtout pas qu'on nous prenne pour des intellos...!

- Ouais, Pierrot, bonne idée...

- Et pour la chanter, choisissez-moi des mecs dépressifs. Faut qu'on voit la souffrance... Je veux des patrons lessivés, avec des têtes d'enterrement... 

-YEAH !!

-Ok ! Et aussi, glissez-moi quelques saloperies sur les chômeurs dans les paroles... ça fait toujours plaisir... On l'enverra à l'Espoir ! Ça leur fera les pieds à ces gauchistes..."


"Et puis dernières choses, les gars...

- Oui Pierre, quoi donc ? 

- Je ne veux aucune gonzesse dans le clip, ça me rappelle trop Parisot.

- Ah ? Tu crois pas que ça va se voir ? 

- Bah, t'es con, de toute façon, elles votent comme leurs maris, les femmes... hum... Bon, mets-en une vite fait au début alors. Et puis, ne mets pas de moins de cinquante ans, ça vote pas les moins de cinquante ans...

- Pour ça, de toute façon, on n'en a pas...

 

[silence gêné]

 

Et pour l'Allemagne, Pierre, on fait quoi ?

- Glisse-moi quelques drapeaux à la gloire de ce jardin d'Eden... de ce paradis perdu, Ô! Saint Graal de l'entrepreneur... Ô merveilles du job à un euro... Ô...

- Hum, c'est pas un peu violent un drapeau allemand ? Les "indignés"... ceux du gouvernement, les Sapin, Macron et Cie, pourraient s'en offusquer... ?

- Ah! ah! elle est bien bonne...

- Hé hé, ouais, j'adore cette blague..."

 

 

 

Antoine Lamnège

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Guadet (dimanche, 07 décembre 2014 21:57)

    Ce que je remarquerais plutôt, c'est qu'ils ne demandent rien de précis à part "Non à la pénibilité" et "Aimez-nous !". C'est un peu court comme programme.

    C'est ce vide qui me frappe. Ça me rappelle les casseurs de Lyon : "il faut y aller, on ne sait pas où ni comment mais il faut y aller." C'est terrible parce que ça autorise tous les excès de l'irrationnel. En économie comme en politique et en diplomatie, on est hors de toute réflexion et de toute prospective. On sait qu'il faut faire quelque chose pour en sortir mais on n'est plus capable de penser une action ou un but : ça s'appelle "la panique".

    Bientôt la catastrophe ?

  • #2

    Julien (dimanche, 07 décembre 2014 23:22)

    Je me suis senti gêné en regardant ce clip.
    Je pense (j'espère) qu'ils veulent plutôt toucher, non pas les jeunes, mais les adultes.
    C'est bien trop ringard (les paroles comme la musique).
    Ils ont été menacés de mort pour y participer ? Car certains montrent clairement qu'ils ne veulent pas être là !

  • #3

    Theux (lundi, 08 décembre 2014 13:43)

    @Guadet Pourriez-vous nous contacter par MP (lespoireconomique@gmail.com) ? ( Par rapport à votre livre)

  • #4

    Olivier de Nantes (vendredi, 12 décembre 2014)

    Clip aussi navrant qu'inconséquent, et qui aurait certainement provoqué une colère noire chez mon grand-père...
    Navrant : sur la forme et sur le fond, on oscille entre consternation et rire jaune.
    Inconséquent : voir des Bretons en "appeler" à l'Allemagne, cela s'est déjà produit dans les années 40, et éveille généralement des souvenirs douloureux chez les gens.
    Leur ignorance de leur passé, parce que je pense que c'est de l'ignorance et non du mépris ou de l'indifférence, m'effraie.
    Mais vraiment.


  • #5

    Un partageux (dimanche, 14 décembre 2014)

    Oh la la ! La honte dont tu me couvres ! Je mets une chanson au bas de chacune de mes bafouilles et pourtant je ne connaissais pas cet auteur compositeur interprète ! Faut que je me documente derechef sur cette nouvelle génération de la chanson française qui avait échappé à mon infinie sagacité.