mar.

13

janv.

2015

Protectionnisme : un sondage exclusif... de 1951 !

Dans les années 50, les tarifs douaniers occupent une place importante dans le débat économique. Après des décennies de règne, le protectionnisme n'a plus la côte parmi les bâtisseurs du nouveau monde.

 

Dans ce court article du journal Le Monde, daté du 12 février 1951, le journaliste s'étonne : "comment ?! et votre bon sens économique, mon brave monsieur ?"

 

Un article d'une grande actualité. Aujourd'hui, le paradoxe demeure : consommateurs et producteurs se livrent une guerre sans merci ; le consommateur priant pour acheter toujours plus à moins cher, espérant que cette année encore c'est la boîte du voisin qui délocalisera en Chine...

Saisir les liaisons de cause à effet dans les phénomènes économiques n'est pas toujours aisé. Dès qu'il pénètre dans le domaine de la technique, l'homme dans la rue ne s'y retrouve plus. Il n'a d'autre ressource que de se taire ou de dire des sottises. Et les bavards sont légion.


Du moins peut-on penser qu'à défaut de connaissances particulières le commun bon sens peut aider à voir clair dans certaines questions qui sont de la vie de tous les jours. Mais le bon sens perd de sa sérénité quand l'intérêt est en jeu. Les mêmes gens pestent contre la crise du logement et contre l'augmentation des loyers. Ils achètent de l'or et déplorent le marasme de la Bourse...


Voici un bel exemple de cet état d'esprit fourni par une récente enquête du service de sondages et statistiques sur un projet d'Union des pays de l'Europe occidentale. Sur le principe même la majorité a répondu favorablement dans les douze pays où a été faite l'enquête.

Une des questions posées en France était la suivante :
" Seriez-vous favorable ou défavorable à une telle Union au cas où elle devrait produire les situations suivantes : que nous ayons le droit d'exporter nos produits et les vendre librement dans n'importe lequel des pays de l'Union sans avoir à payer des droits de douane, et que ces pays à leur tour puissent vendre leurs produits en France sans payer des droits de douane non plus " ? Réponses favorables : 68 % ; défavorables : 13 %. Mais à l'autre question : " Que certaines de nos usines soient obligées de fermer par suite de la libre concurrence des produits étrangers, alors que d'autres au contraire seraient amenées à se développer et à vendre davantage dans les pays de l'Union ? ", la réaction est toute différente. Les réponses favorables tombent à 37 %, les avis défavorables montent à 29 %. On applaudit à l'idée de la libre concurrence, mais l'enthousiasme se refroidit dès qu'on entend parler de fermetures d'usines.

 

Les États-Unis ne se font-ils pas les champions du libéralisme tout en maintenant une solide barrière douanière autour de leur territoire ?



Un paradoxe économique sondagier qui n'est pas sans rappeler ce qui s'est dit récemment à propos de la loi Macron et que nous avions déjà fait remarquer.



Antoine Lamnège

Yves Calvi, journaliste indépendant...
Yves Calvi, journaliste indépendant...
messe du CAC Bernard Maris Charlie Hebdo
La messe du CAC (Bernard Maris)

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Le.Ché (mercredi, 14 janvier 2015)

    Tout ça c'est du baratin les gens dans leur majorité n' ont pas envie de travailler le dimanche, surtout si ils sont payer correctement.
    Quand à l'histoire de la concurrence ils ont compris aussi qu'il faut que chaque pays soit équilibré économiquement sinon il y a de gros problèmes de chômage et c'est aujourd'hui ce qui se passe.

  • #2

    christian (mercredi, 14 janvier 2015 18:15)

    Les sondés ne savent pas ce qu'ils veulent et c'est bien normal, on leur demande successivement deux réponses contradictoires ! en tout cas, il parlait de bon sens en 1951 le journaliste ; quel plaisir

  • #3

    porthus (jeudi, 15 janvier 2015 19:07)

    le lien vers le sondage, l'article, svp ?

  • #4

    PAGNY Eric (lundi, 01 août 2016 22:09)

    J'étais à la recherche d'un organisme de crédit lorsque sur le net j'ai trouvé le prêt grâce ce Mr Carlos Duvrait. J'ai fait une simulation et j'ai reçu par chance un avis favorable. J'ai imprimé le dossier de crédit de suite afin de le renvoyer le plus rapidement possible, j'ai été rapidement contacté par email pour m'informer que j'avais omis de fournir une pièce justificative, que j'ai renvoyé le jour même par mail. J'ai ensuite été contacté par e-mail par une chargée de clientèle (très professionnelle et aimable) pour répondre à quelques questions. Mon dossier est passé en commission, 48 heures plus tard j'avais la réponse et il a fallut 48 heures de plus pour le versement. Carlos Duvrait, c'est mieux qu'une banque à tout points de vue. Je suis ravi ! Surtout n'hésitez pas ! Je vous conseil ce mr "Carlos Duvrait" Contactez-le par E-mail : Carlosduvrait@yahoo.fr