mar.

10

févr.

2015

Nicolas Baverez, il est surtout Charlibéral !

Nicolas Baverez est éditorialiste.

Au Point.

Depuis 30 ANS, Nicolas Baverez nous explique que les français sont sclérosés intellectuellement, au prétexte ridicule qu'ils refusent d'appliquer les recettes économiques qui ne marchent pas ailleurs.

 Nicolas Baverez partage avec nombre de ses pairs cette extraordinaire capacité d'être à la fois inamovible ET dans l'erreur depuis des années... Pro finance, pro-dérégulation avant la crise... pourfendeur de la dette publique, de l’État obèse, de la fraude sociale, du chômage volontaire, du SMIC trop élevé, une fois l'orage passé... Bref, un mec comme ça, avec les pauvres...

Quoi qu'il en soit, après les tristes événements de janvier, il était Charlie, Nicolas ; et même plus que ça... disons, « Charlibéral. »

Dans son éditorial du 16 janvier (Le POINT), Baverez avançait quelques propositions intéressantes, et toutes neuves en plus, en vue de lutter contre cette nouvelle menace terroriste, dans une France « en guerre ! »


Extraits :

Pour prévenir la guerre civile, il est impératif de réinvestir une partie des 670 milliards d'euros de transferts sociaux dans la réhabilitation de l'État régalien et la modernisation des forces de défense et de sécurité.


[…]

 

Le chômage peut et doit être combattu par la libéralisation du marché du travail, qui a fait ses preuves partout ailleurs. Le fanatisme, le communautarisme, l'exclusion scolaire, le chômage structurel ne sont pas des fatalités ; ils sont le résultat de politiques absurdes.


[…]


Sous le choc des attentats, portée par la mobilisation de ses citoyens, la France a une occasion unique de se ressaisir. Les Français détiennent entre leurs mains la solution à la crise existentielle qui mine notre pays. L'union nationale doit être prolongée pour lutter contre l'islamisme, mais aussi pour mettre en œuvre les réformes économiques et sociales. Les attentats qui ont frappé notre pays comme le mouvement de solidarité mondiale qu'ils ont suscité rappellent à la France ce dont elle est le nom : la liberté. C'est en renonçant à la liberté et à sa dimension universelle que la France s'est défaite. C'est en renouant avec la liberté que les Français pourront vaincre l'islamisme et reprendre pied dans l'histoire universelle du XXIe siècle.


Ah... L'Union Nationale...

Quand on peut filer sa soupe à pas cher...

C’eut été ballot.



Antoine Lamnège

Et hop ! un nouveau sondage Odoxa bidon :
Et hop ! un nouveau sondage Odoxa bidon :
La démocratie a besoin de débat public, pas d'information ! (Christopher Lasch)
La démocratie a besoin de débat public, pas d'information ! (Christopher Lasch)

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    porthus (mercredi, 11 février 2015 12:43)

    Il est sur la photo ? je cherche encore...

  • #2

    Alain (vendredi, 20 février 2015 13:35)

    Disons charlot-liberal