jeu.

18

juin

2015

«Collaborateur» ? Heu... Tu parles de Pierre Laval ou d'un salarié de ta boite ?

Le capitalisme fluidifié a encore frappé ! Depuis quelques mois déjà, impossible d'y échapper. (du moins à la radio) dès lors que ça parle économie. Avez-vous remarqué, vous aussi, cette manie qu'ont les patrons

  1. de surjouer la détente,

  2. de vanter les mérites de leurs « collaborateurs » ?

Retour sur un phénomène massif

Fut un temps pas si lointain (un an ?), un « collaborateur », c'était d'abord et avant tout un français légèrement nazi... Pas joli joli donc. Depuis peu, on ne sait plus trop.

Il y a quelques années, nous assistâmes à l'apparition de l' « économie collaborative » - qui n'a rien à voir avec le marché noir des années 40 ( quoiqu'il semble qu'UBER soit parfois rangé dans cette nouvelle dénomination...donc... c'est limite...).

Et puis, du « collaboratif », le vocabulaire de l'entreprise a évolué. Et le « collaborateur », parmi les « dirigeants d'entreprises » s'est répandu comme traînée de poudre... C'est vrai que c'est chouette « collaborateur ». Étymologiquement, j'entends ; c'est celui qui fait AVEC. Qui participe à un « projet » par exemple. L'entreprise elle aime bien les projets... C'est collectif, motivant...

C'est rigolo.



Google image, sans surprise, nous permet aisément de cerner la tendance puisque naturellement les images associées à la recherche « collaborateur » y sont majoritairement liées à l'entreprise et non à la guerre.


Avec quelques ratés.


Mais enfin, le mot serait donc en passe de retrouver une connotation positive après 70 ans de silence...

Les passionnés d'Histoire, à l'imaginaire peuplé de références à la seconde guerre mondiale tiqueront encore quelques années devant ce genre d'annonces.



De Gaulle a bien expliqué que toute la France avait résisté. C'est pas dit qu'on les trouve...

Mon préféré

Pierre Drieu la Rochelle
Pierre Drieu la Rochelle

Mais le terme a de l'avenir, à n'en pas douter !

Salarié, c'était vieux jeu. Le salarié, il a un syndicat (beuh !), en plus, il a une hiérarchie (Ahrg!!) et puis quand tu le vires, il chiale ce con ! Un « collaborateur », il participe... il t'aide, tu l'aides... on se sépare bons amis... Hein ?

Après tout on est tous égaux, tous « collaborateurs » de chacun, sans entraves, sans contrainte ni domination.

Dès ce soir, j'entre en « résistance » (le terme est bon, je trouve) contre l'emploi du mot « collaborateur »? Au prochain qui m'explique qu'il cherche des informations sur l'un de ses « collaborateurs », je lui offre l'intégral de Brasillach.




Antoine Lamnège

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    technical O (samedi, 27 juin 2015 23:01)

    tout le monde s'en fout personne ne connaît l'histoire ! alors personne ne fait le lien !