mer.

16

sept.

2015

[Propagande] Jeremy Corbyn "en inquiète déjà plus d'un"...

Quand Direct Matin s'essaye au journalisme, chaque mercredi, à travers le portrait d'une personnalité politique, il offre aux générations futures d'historiens de la propagande un matériau inestimable de travail.

La semaine précédente, le journal encensait le grand Christian Estrosi, ce poète de la caméra de surveillance, désireux de "laisser sa chance à la jeunesse française"...

Ce mercredi 16 Septembre, le ton n'est plus tout à fait le même : portrait du nouveau chef de Labour britannique Jeremy Corbyn.

 


Hein ?! Qui est-il vraiment ?

Que cache t-il, l'inquiétant vieillard ?

Est-ce qu'il nous ment ?

Se transforme-t-il la nuit ?



1 - D'abord, Corbyn ne fait pas l'unanimité. C'est bon à souligner. Ca ne mange pas de pain, et puis au moins c'est dit. Notons que 59,6% aux élections, c'est tout de même confortable mais enfin... Et puis, Hollande, Valls, Sarkozy, eux, font consensus dans leur partis respectifs, c'est évident.


2 - Ensuite que notre homme est un électron libre... entendez : un mec complètement ouf, incontrôlable... le genre de type qui confond le bouton de l'arme nucléaire avec son interphone... Par exemple, Hollande, lui n'est pas un électron libre... tout va bien. Varoufakis, Montebourg sont des "trublions", ou des "enfants terribles"... Vous voyez le principe.



3 - Donc, sans surprise, ses positions "certaines de ses positions en inquiètent déjà plus d'un"... vu que le gars, c'est un "guedin". Voyons qui s'inquiète alors ?

Cameron en premier lieu, qui lui envoie un scud dans sa face, façon "après moi le déluge"... Pas vraiment probant.


4 - Et puis qui ? "Une grande partie de la presse britannique"

Comme c'est étrange...

Bon, c'est vrai que ça fait plus d'une personne... Pas sûr, en revanche, que les sources soient très représentatives de l'opinion.





5- Du coup, il est fiché, Corbyn : il ne gagnera jamais, puisqu'on vous le dit. "Voter pour un mec différent, c'est de la folie!"

Mate plutôt ça : "ON" lui reproche des trucs. Qui ? eh bien : ON. C'est comme ça. C'est lui qui l'a dit au journal Direct Matin.


6 - En plus, "même au sein de son parti", le vieux dérange. Pour preuve, l'un des candidats malheureux et qui s'est incliné face à lui (en recueillant 19% des suffrages) le dit. Comme c'est original !

Et puis, ce grand homme "de gauche" qu'est Blair traite les électeurs de Corbyn "d'abrutis".

Vous ne voudriez pas être traités "d'abrutis sans cervelle" par Tony Blair, chers lecteurs... n'est-ce pas ?

Alors, il faut continuer à voter pareil... "

Eh oui, c'est comme ça.



Antoine Lamnège


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    rameurdu16 (jeudi, 17 septembre 2015 12:04)

    Les formules sont tellement évasives que c'en devient drôle. Bel exemple de manipulation.
    J'ai vu par contre que lemonde et la presse britannique avaient quand même validé son entrée au parlement hier. Grand oral réussi, estimaient-ils.
    Personnage intéressant en tout cas que ce Jeremy Corbyn.