Articles du moment

Euro ou Deutschmark ?
Euro ou Deutschmark ?
Présidentielle en France
Présidentielle en France
Médias : tous de Gauche?
Médias : tous de Gauche?

ven.

15

mai

2015

L’insécurité culturelle (Laurent Bouvet)

Dans un climat incertain entre la tuerie de Charlie Hebdo et la puissance de plus en plus prégnante du Front National au sein du paysage politique français, peu nombreux sont les auteurs qui parviennent à construire une analyse pertinente de la situation afin de donner une architecture logique à la survenance de ces différents événements. Laurent Bouvet, professeur en Sciences Politiques à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, est de ceux-là. Son livre sur l’insécurité culturelle est  à cet égard rafraîchissant.

Lire la suite 1 commentaires

mar.

21

avril

2015

Portrait de Napoléon par le Comte de Las Cases (Lettre au Parlement Anglais)

Le Comte Emmanuel de Las Cases fait partie des rares fidèles qui, après l'abdication de 1815, suivirent Napoléon dans son exil à Sainte-Hélène.  Là-bas, il devint le confident et le secrétaire de l'Empereur qui, à sa mort, en fit son premier légataire. Las Cases entreprit alors de réunir ses notes, les textes laissés par Napoléon et les multiples souvenirs et pensées que ce dernier lui confia. C'est ainsi qu'il composa ce Mémorial de Sainte-Hélène lequel constitue, au-delà de la légende, non seulement un document historique de première importance mais, aujourd'hui encore, l'un des plus poignants et des plus extraordinaires témoignages de la vie de Napoléon. Nous vous proposons un extrait de cet ouvrage, lorsque De Las Cases écrit au parlement Anglais pour convaincre les parlementaires de faire revenir Napoléon en Europe. S'ensuit un des plus beaux portraits de l'Empereur.

Lire la suite 0 commentaires

sam.

14

mars

2015

Napoléon : chantre du protectionnisme économique et pourfendeur du libre-échange anglais

Nous vous proposons aujourd'hui un article issu du livre Mémorial de Saint-Hélène, qu'Emmanuel de Las Cases avait rédigé sur Napoléon suite à ses nombreux entretiens avec l'Empereur au cours de son exil final. Napoléon y livre une analyse saisissante de l'économie politique à mettre en place pour une économie comme la France. Il précise notamment que le libre-échange ne peut convenir qu'à l'économie industrielle la plus puissante ou à des économies uniquement basées sur le commerce extérieure. La similitude avait notre situation présente est frappante. Il suffit simplement de considérer que l'économie dominante sous l'Empire était l'Angleterre et qu'actuellement il s'agit des Etats-Unis. On aura alors tout le temps de regretter d'avoir François Hollande à la tête du pays à l'heure de mener les négociations sur le Grand Marché Transatlantique.  

Lire la suite 2 commentaires

mer.

28

janv.

2015

Quand Moustaki soutenait les grecs en lutte (Huffington Post)

Notre chanteur bien aimé, Georges Moustaki, quelques temps avant sa mort récente, avait pris le temps d'écrire ce qui restera comme sa dernière intervention publique pour soutenir ses compatriotes grecs en révolte.

Malgré l'âge et la maladie, c'est un texte résolument pro-syrizistes et plein de sagesse ainsi que de poésie. Comme disait son maître Brassens "l'âge ne fait rien à l'affaire", Moustaki demeure au côté du peuple jusqu'à la fin de sa vie, tout en contant sa jeunesse méditerranéenne. (conseil malin: lancer la vidéo de la chanson tout en lisant le texte, effet voyage garanti par l'Espoir)

Lire la suite 1 commentaires

ven.

26

déc.

2014

De Gaulle, 1963: "le peuple est patriote, les bourgeois ne le sont plus"

Un petit extrait de C'était de Gaulle, l'excellent livre d'Alain Peyrefitte qui nous fait revivre en direct la pensée du Général de Gaulle. Suite au refus de l'entrée du Royaume-Uni dans l'Europe en 1963, celui-ci se livre devant son ministre à une attaque contre l'esprit d'abandon, mal qui depuis des années menace de détruire la France. Les coupables sont désignés sans ambages: les journalistes et la bourgeoisie, face auxquels le peuple demeure le seul garant du patriotisme. Leçons à méditer aujourd'hui.


De Gaulle: "l'attitude de la presse française dans toute cette affaire anglaise est un véritable scandale.

Que Massip dans le Figaro ou Lazurick dans l'Aurore crachent sur moi et chantent la gloire des Américains, cela n'a aucune importance ; c'est dans leur rôle. Il faut bien que leurs lecteurs trouvent leur satisfaction en les lisant. Mais ça va beaucoup plus loin.

 

Lire la suite 10 commentaires

mar.

09

déc.

2014

Sélection naturelle (Alexandre Grondeau)

Pour lire « Sélection naturelle » il importe avant toute chose de ne pas s’arrêter à l’image de couverture qui laisserait à penser que nous aurions affaire à un mauvais roman de gare. Le livre d’Alexandre Grondeau est beaucoup plus que cela dans la mesure où il s’efforce de peindre notre société telle qu’elle est avec sa violence, ses injustices, ses faux-semblants et ses choix.  Dès le début du livre la citation de Charles Darwin pose le décor : « Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements. » Bienvenue dans le système capitaliste à travers la vie de trois personnages : Yan, John et Jean.

 

Trois personnages dans trois situations complètement différentes et plus ou moins bien insérés dans la société. Yan est un petit trafiquant qui aspire à l’agent facile et à la vie qui l’accompagne. Dans ce milieu de la drogue, il cherche à progresser comme un employé lambda dans une société lambda. John est un avocat d’affaire dans un cabinet les plus prestigieux de la place de Paris. Il se démène comme un forcené pour devenir associé synonyme de rémunération indécente. Jean, quant à lui, est bien loin de tous ses tracas puisqu’il jouit d’une retraite paisible qu’il passe entre les montagnes et les bars du pays niçois. Pour lui, l’inquiétude est ailleurs. Son médecin ne lui donne plus que quelques mois à vivre.

Lire la suite 2 commentaires

dim.

23

nov.

2014

"Montpellier Unlimited" ou la maladie du Parti Socialiste (Michéa)

michéa les mystères de la gauche montpellier unlimited

Dans son dernier ouvage, les Mystères de la Gauche - passionant - Jean-Claude Michéa, nous livre cette anecdote croustillante, et révélatrice au plus haut point des reniements culturels d'une "gauche" en tous points libérale.  Elle s'intitule : "un système qui n'hésite plus à récuser toute idée de limite morale ou de frontière..."

 

Lire la suite 2 commentaires

ven.

21

nov.

2014

Changeons d’agriculture (Jacques Caplat)

changeons d'agriculture jacques caplat

L’agronome Jacques Caplat était l’invité des Amis du Temps des Cerises à Clermont-Ferrand le jeudi 20 novembre. Il est venu présenter son dernier livre : « Changeons d’Agriculture ». L’objet de cet ouvrage est de montrer aux paysans qu’il existe des alternatives à l’agriculture conventionnelle. Les Européens sont pour la plupart tous convaincus qu’il n’existe qu’une seule manière de faire dans le monde agricole. Il s’agit d’une hérésie historique.

 

En effet, historiquement il existe 3 grands foyers agricoles. Celui du croissant fertile qui est à l’origine de l’Agriculture telle qu’on la pratique en occident, celui de l’Asie et celui de l’Amérique latine. L’agriculture du croissant fertile s’est basée sur une vision réductionniste qui consiste à résoudre les problèmes par petits morceaux plutôt qu’essayer de solutionner les difficultés dans leur globalité.

Lire la suite 1 commentaires

mar.

18

nov.

2014

Les banquiers : splendeurs et misères de la finance (Antoine Girard-Bloc)

L’un des génies de Balzac était sa capacité à nous faire vivre de l’intérieur la vie de certains de ses personnages. A épouser leurs façons de penser, leurs craintes, leurs espoirs, leurs rêves, leurs objectifs, leurs désillusions. La comparaison de cette partie intime des personnages balzaciens avec leur apparence extérieure n’en est que plus instructive.

Plus instructive dans la mesure où elle nous permet de parfaitement comprendre des attitudes ou des comportements qui auraient pu nous paraitre étrange. Plus instructive également car elle nous fait prendre conscience à quel point la part d’ombre de certains individus peut parfaitement se dissimuler sous leur apparence extérieure pourvu qu’elle brille de mille feux.

Lire la suite 3 commentaires

mar.

21

oct.

2014

Devenir soi : les arnaques mystiques du « Coach » Attali 

jacques attali coach devenir soi livre

Le nouveau Jacques Attali est arrivé ! Et comme le beaujolais nouveau, dont on espère chaque année qu'il donnera enfin quelque chose... il est souvent chaque saison plus insipide et décevant que le cru précédent.

Après des années de soutien à la destruction de la régulation étatique sur les forces de l'argent, sur la concurrence internationale, de promotion de la mondialisation heureuse, Jacques Attali en appelle dans son dernier livre, Devenir Soi, à ne plus compter que sur sa propre personne, si l'on veut Réussir sa vie...

Bref, Jacques Attali est devenu « coach ».

 

Lire la suite 16 commentaires

mar.

07

oct.

2014

Oraison funèbre de Victor Hugo à la mémoire d'Honoré de Balzac

Victor Hugo. Honoré de Balzac. Honoré de Balzac. Victor Hugo. Quand l'un des plus grands auteurs du 19ème siècle rend hommage à l'un des plus grands talents de son siècle, on ne peut assister qu'à un superbe moment de littérature, où les émotions se mêlent. Rendre un dernier hommage à un génie de la trempe d'Honoré de Balzac ne constituait pas une tâche aisée. Elle était à la hauteur d'une plume comme Victor Hugo.

 

Honoré de Balzac pouvait partir en paix.

Lire la suite 3 commentaires

mer.

01

oct.

2014

Le dernier grand hourra de l'Allemagne arrogante (Die Welt)(II)

hourra allemagne arrogante die welt olaf gersemann déclin allemagne pib démographie france

Deuxième partie de l'article de Olaf Gersemann, rédacteur du service finance au journal allemand Die Welt. Où l'on s'aperçoit que l'auteur est un fin libéral, critique de la politique trop "sociale" de la coalition Merkel. Paradoxalement, le titre de l'article a surtout été repris à la gauche de la gauche...

L'analyse n'en demeure pas moins intéressante. 

Lire la suite 1 commentaires

sam.

13

sept.

2014

Thomas Piketty face à Emmanuel Todd (Ce soir ou jamais)

Retour sur le splendide débat entre Emmanuel Todd et Thomas Piketty dans l'émission « Ce soir ou jamais ». Au-delà du consensus sur la dramatique montée des inégalités patrimonales, l'intérêt du débat entre les deux intellectuels réside surtout dans les réponses à apporter pour y mettre fin.

 

Un grand moment de télévision, comme cette dernière nous en offre de moins en moins, qui nous livre une analyse passionnante de notre Histoire et de notre société.

Lire la suite 3 commentaires

lun.

08

sept.

2014

Le communisme a échoué. Le capitalisme est en faillite. Et maintenant ? (Eric Hobsbawm)

Nous vous proposons aujourd'hui, la traduction d'un des derniers articles de l'un des historiens les plus marquants du 20ème siècle. 3 ans avant sa mort, Eric Hobsbawm analyse la crise financière des subprime, qu'il considère comme le signe de la faillite du capitalisme. Avant de tirer sa révérence, il nous livre cette splendide analyse qui affirme que le système économique du 21ème siècle se trouve quelquepart entre communisme et capitalisme. Un système basé sur une économie mixte, où l'objectif ultime est l'amélioration des conditions sociales collectives permettant d’offrir une vie meilleure à chaque être humain. 

Lire la suite 1 commentaires

sam.

06

sept.

2014

Les luttes de classes en France (Karl Marx)

Ce fut la bourgeoisie qui contraignit le prolétariat de Paris à l'insurrection de Juin. De là son arrêt de condamnation. Ses besoins immédiats avoués ne le poussaient pas à vouloir obtenir par la violence le renversement de la bourgeoisie, il n'était pas encore de taille à accomplir cette tâche. Force fut au Moniteur de lui apprendre officiellement que le temps n'était plus où la République jugeait à propos de rendre les honneurs à ses illusions, et seule la défaite le convainquit de cette vérité que la plus infime amélioration de sa situation reste une utopie au sein de la République bourgeoise, utopie qui se change en crime dès qu'elle veut se réaliser. A ses revendications, outrées par la forme, puériles par le contenu et par là même encore bourgeoises dont il voulait arracher la concession à la révolution de Février, se substitua l'audacieux mot d'ordre de lutte révolutionnaire : Renversement de la bourgeoisie ! Dictature de la classe ouvrière !

Lire la suite 0 commentaires

dim.

06

juil.

2014

Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! (Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand)

cyrano de bergerac edmond rostant ne pas monter bien haut peut-être mais seul

Nous vous proposons aujourd'hui ce magnifique extrait de la non moins superbe pièce d'Edmond Rostand : Cyrano de Bergerac. De nombreux sujets d'une actualité brûlante y sont évoqués tels que l'indépendance, la liberté ou l'influence des pouvoirs financier et politique. 

Lire la suite 0 commentaires

sam.

28

juin

2014

Kurt Von Schleicher : la dernière chance de la République de Weimar contre Hitler (5)

république weimar hitler von shleicher allemagne

Nous vous proposons le 5ème épisode de notre feuilleton sur Kurt Von Schleicher dernier chancelier allemand avant l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler. Il s'agit de la traduction d'une biographie de Von Schleicher qui n'a jamais été traduite en français dont Woyzeck nous propose une traduction inédite. Malgré la brièveté de son passage à la tête de l'Allemagne, l'intérêt de Von Schleicher réside dans sa compréhension de l'impasse économique constituée par une politique de rigueur et de son application d'une politique d'expansion économique menée par l'Etat et soutenue par la Reichsbank.

Lire la suite 3 commentaires

mar.

24

juin

2014

Stop à la dérive des banques et de la finance (Claude Simon et le collectif Roosevelt)

Le livre que viennent d’écrire Claude Simon et le collectif Roosevelt, proches du parti politique Nouvelle Donne, constitue une parfaite synthèse des dérives du monde de la finance. Le principal intérêt de ce livre est sa dimension pédagogique, qui permet aux profanes de parfaitement comprendre la situation actuelle.

 

Le livre se divise en trois chapitres dont le premier s’efforce d’expliquer les concepts de base (banque, monnaie, finance, marchés), le deuxième  s’attache à analyser les raisons de la survenance de la crise de 2008 et le troisième consiste à proposer des solutions à ces dysfonctionnements.

Lire la suite 0 commentaires

sam.

21

juin

2014

Kurt Von Schleicher : la dernière chance de la République de Weimar contre Hitler (4)

Voici le 4e épisode de notre feuilleton sur Kurt Von Schleicher dernier chancelier allemand avant l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler avec ce troisième épisode. Il s'agit de la traduction d'une biographie de Von Schleicher qui n'a jamais été traduite en français dont Woyzeck nous propose une traduction inédite. Malgré la brièveté de son passage à la tête de l'Allemagne, l'intérêt de Von Schleicher réside dans sa compréhension de l'impasse économique constituée par une politique de rigueur et de son application d'une politique d'expansion économique menée par l'Etat et soutenue par la Reichsbank.

Lire la suite 2 commentaires

dim.

15

juin

2014

Kurt Von Schleicher : la dernière chance de la République de Weimar contre Hitler (3)

Nous poursuivons notre feuilleton sur Kurt Von Schleicher dernier chancelier allemand avant l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler avec ce troisième épisode. Il s'agit de la traduction d'une biographie de Von Schleicher qui n'a jamais été traduite en français dont Woyzeck nous propose une traduction inédite. Malgré la brièveté de son passage à la tête de l'Allemagne, l'intérêt de Von Schleicher réside dans sa compréhension de l'impasse économique constituée par une politique de rigueur et de son application d'une politique d'expansion économique menée par l'Etat et soutenue par la Reichsbank.

Lire la suite 1 commentaires

lun.

02

juin

2014

Le décollage de la Suisse (Paul Bairoch)

Nous vous proposons aujourd'hui cet extrait d'un livre de l'historien et économiste Paul Bairoch, qui montre que le développement de la Suisse est, contrairement aux idées reçues, largement plus lié à son industrie qu'à son statut de paradis fiscal.

 

Si l'on se place vers 1830, époque pour laquelle les données sont déjà plus nombreuses et plus sûres, il apparaît que le niveau d'industrialisation par habitant de la Belgique et de la Suisse dépassait celui de la France de respectivement un dixième pour la Belgique et un quart pour la Suisse. A cette date, les Etats-Unis se situaient à peu près au niveau de la Belgique. Donc hormis l'Angleterre, la Suisse était alors le pays le plus industrialisé du monde. (...)

Lire la suite 4 commentaires

mar.

13

mai

2014

Le miracle du Peuple de Paris (Victor Hugo)

Les Champs-Élysées, pleins de soleil et de foule, n'étaient que lumière et poussière, deux choses dont se compose la gloire. Les chevaux de Marly, ces marbres hennissants, se cabraient dans un nuage d'or. Les carrosses allaient et venaient. Un escadron de magnifiques gardes du corps, clairon en tête, descendait l'avenue de Neuilly; le drapeau blanc, vaguement rose au soleil couchant, flottait sur le dôme des Tuileries. La place de la Concorde, redevenue alors place Louis XV, regorgeait de promeneurs contents. Beaucoup portaient la fleur de lys d'argent suspendue au ruban blanc moiré qui, en 1817, n'avait pas encore tout à fait disparu des boutonnières. Çà et là au milieu des passants faisant cercle et applaudissant, des rondes de petites filles jetaient au vent une bourrée bourbonienne alors célèbre, destinée à foudroyer les Cent-Jours, et qui avait pour ritournelle: « Rendez-nous notre père de Gand, Rendez-nous notre père. »

Lire la suite 0 commentaires

sam.

10

mai

2014

Europe : les Etats désunis (Coralie Delaume)

Le premier livre de la blogueuse Coralie Delaume, habituelle taulière de l’arène nue, était attendu avec impatience et avec une certaine curiosité. D’autant plus que le sujet était particulièrement bien ciblé avec l’analyse de la construction européenne. Autant le dire d’emblée, on retrouve parfaitement dans ce livre le style « Coralie Delaume » avec un ton mêlé d’humour (dont un savoureux « le jacquattalisme n’est pas un humanisme »), de pédagogie et de précision. Il constitue un excellent résumé de l’histoire de l’UE et de ses dérives, qui expliquent en grande partie ses dysfonctionnements actuels.

 

Lire la suite 2 commentaires

ven.

28

févr.

2014

"Les riches vont où ils veulent, les pauvres où ils peuvent..." - Régis Debray

régis Debray éloge des frontières extrait mondialisation nation

                     "[...] La frontière a mauvaise presse : elle défend les contre-pouvoirs. N'attendons pas des pouvoirs établis en position de force, qu'il fassent sa promo. Ni que que ces passe-muraille que sont évadés fiscaux, membres de la jet-set, stars du ballon rond, trafiquants de main-d'oeuvre, conférenciers à 50 000 dollars, multinationales adeptes des prix de transfert déclarent leur amour à ce qui leur fait barrage. Dans la monotonie du monnayable ( l'argent, c'est le plus ou le moins du même ), grandit l'aspiration à de l'incommensurable. A de l'incomparable. Du réfractaire.

 

 

Lire la suite 3 commentaires

dim.

26

janv.

2014

La gauche radicale et ses tabous (Aurélien Bernier)

 

 

 

Il est des livres qui ont le mérite de tomber juste, de se situer au point exact où les choses se jouent. Comme un centre de gravité, où le moindre mouvement d’un côté ou de l’autre permet de faire basculer le précaire équilibre. Le dernier livre d’Aurélien Bernier, « La gauche radicale et ses tabous », est de ceux-là. Il s’efforce de répondre à la question majeure de la présidentielle de 2012 : pourquoi le Front de gauche a-t-il perdu son bras de fer face au Front National ?

Lire la suite 7 commentaires

dim.

13

janv.

2013

Les héritiers (Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron)

La critique du système scolaire réalisée en 1964 par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron est à des années lumières de l’ersatz de débat que nous connaissons actuellement à propos du mariage pour tous. En effet, au lieu de se déchirer sur des enjeux sociétaux, qui détournent notre regard de l’essentiel, les auteurs ont choisi de concentrer leur analyse sur la question sociale qui va de pair avec la lutte des classes.

Lire la suite 6 commentaires

mer.

02

janv.

2013

« L’âge des extrêmes » (Eric Hobsbawm) ou l’appel au réveil face à un Néolibéralisme sans avenir

Eric Hobsbawm, est mort le 1er octobre 2012 à l’âge de 95 ans. Après avoir étudié en profondeur le 19e siècle, il nous a laissé en 1994 une « histoire du court 20e siècle » : l’Age des extrêmes.

 

Est-ce la position idéologique particulière qu’il a occupée, militant communiste dans ce temple de la défense du capitalisme qu’a souvent été l’Angleterre, ou le talent personnel de l’Historien, qui rend cet ouvrage aussi passionnant et pertinent ? Un peu des deux sans doute. Mais le fait est que ce livre est un superbe outil pour qui veut comprendre le cours du monde. Par son ambition d’abord, parce qu’écrire une histoire mondiale du 20ème siècle, aussi risqué que ce soit, est une entreprise nécessaire à l’appréhension des affaires humaines dans leur interdépendance. Par l’équilibre de ses jugements et la finesse de son analyse économique surtout, qui tranchent si délicieusement avec les grilles de lecture vides et inappropriées de l’époque actuelle, dans lesquelles tant d’historiens respectés et honorés se vautrent si lamentablement. A ce titre d’ailleurs, la censure dont l’ouvrage a été l’objet uniquement en France, et dont les pitoyables arguments sont mis en charpie dans une préface spéciale de l’auteur, ne fait pas que nous renseigner sur l’état avancé de délabrement de la classe dirigeante de notre pays, elle est aussi comme une sorte de certificat d’honneur pour le livre.

Lire la suite 42 commentaires

mer.

26

déc.

2012

Sur la télévision (Pierre Bourdieu)

En 1996, le sociologue, Pierre Bourdieu, publie son analyse des dérives du média de masse qu’est la télévision. Plus de 15 ans après, son analyse est toujours aussi pertinente car la télévision poursuit son long cheminement vers le commercial et la distraction au détriment de la culture et de l’information. Même l’arrivée d’Internet ne semble pas en mesure de contester son hégémonie et son influence sur les citoyens. Les grands dirigeants l’ont parfaitement compris.

Lire la suite 6 commentaires

dim.

02

déc.

2012

« Nous on peut ! » (Jacques Généreux)

La rédaction de cet ouvrage correspond largement au programme économique du Front de Gauche de la dernière présidentielle. Jacques Généreux démontre que la mondialisation n’a rien d’un phénomène inexorable et qu’elle correspond en réalité à l’application de politiques néolibérales effectuées dans le but de développer le libre-échange au niveau mondial.

 

En réalité les pays se retrouvent dans l’organisation économique mondiale actuelle à la suite de décisions politiques. L’exemple de la France est édifiant. Qui a décidé de mettre fin aux taux de change de fixe, aux contrôles des mouvements de capitaux, aux droits de douane, à la séparation entre banques de dépôt et banques d’affaire ? Qui a décidé d’intégrer l’OMC, de créer le FMI, de donner une tournure néolibérale à l’UE ? Les Etats. Les firmes multinationales ont ensuite profité des facilités créées par les politiques des Etats pour accroître leur pouvoir mais uniquement parce que ces derniers leur en ont laissé la possibilité.

Lire la suite 17 commentaires

jeu.

29

nov.

2012

« Comment la Mondialisation a tué l'écologie ? » (Aurélien Bernier)

Dans son dernier ouvrage, « Comment la Mondialisation a tué l'écologie ? », Aurélien Bernier revient sur les raisons de la faillite de l'écologie politique.

Stagnante, marginale même parfois dans les démocraties occidentales après quelques quarante années d'existence, son rôle se cantonne souvent à celui de caution politique, sentimentaliste et naïve. Convaincue que le droit international, à force de forums et de conférences, est à même de faire plier les entreprises transnationales, elle milite pour notre « survie »par la croissance verte et le développement durable,dans le monde sans frontières ni souverainetés de Messieurs Daniel Cohn-Bendit et Jean-Vincent Placé. La contradiction fatale est la suivante : l'écologie est un mieux disant social et environnemental, à l'endroit de CITOYENS et dont il est possible de débattre au sein d'espaces démocratiques que sont les seules Nations, quand l'ouverture et la concurrence contraignent les Hommes, devenus simples AGENTS économiques à ne raisonner qu'en terme de coûts et de profits.

Alors, libre échange ou écologie ? Il faut choisir.

Lire la suite 5 commentaires

mar.

27

nov.

2012

Fractures françaises (Christophe Guilluy)

L’ouvrage de Christophe Guilluy a fait battre le cœur de la dernière présidentielle française sans qu’aucun des « grands » partis ne le comprenne réellement. Le Parti Socialiste de François Hollande, perdu dans ses méandres attaliens boboïsants, l’a gentiment ignoré. L’UMP de Nicolas Sarkozy a utilisé allègrement le diagnostic tout en le vidant de sa substance au niveau des solutions préconisées. Le gâchis est immense car le travail réalisé par Christophe Guilluy apparait extrêmement pertinent. Il se libère du politiquement correct et de l’image d’une France idéalisée pour décrire notre pays comme il est. Sans concession.

Lire la suite 27 commentaires

dim.

18

nov.

2012

Faut-il sortir de l’euro ? (Jacques Sapir)

Considéré comme l’un des économistes leaders de la pensée hétérodoxe en France, les analyses de Jacques Sapir sont à étudier de près. La sortie de son dernier livre au début de l’année a permis de recentrer  le débat sur l’un de ses principaux chevaux de bataille : l’euro. Jacques Sapir considère en effet que la lutte contre le néolibéralisme ne suffit pas. Il importe de s’attaquer aux outils qui servent cette idéologie. Et l’euro en est l’apanage.

Lire la suite 5 commentaires

mer.

31

oct.

2012

La mondialisation : la destruction des emplois et de la croissance (Maurice Allais)

« Le fait est que dans le monde entier seuls quelques petits groupes et tout particulièrement les dirigeants des multinationales bénéficient de la mondialisation des économies. Ces groupes disposent d’immenses moyens financiers et par personnes interposées ils dominent tous les médias, presse, radios et télévisions. C’est ainsi que pour une très large part est réalisé l’endoctrinement de l’opinion. C’est ainsi qu’on fait croire que la mondialisation est inévitable, nécessaire et avantageuse pour tous ». Cette phrase n’est pas issue de la bouche d’un dangereux extrémiste à tendance complotiste mais de celle de Maurice Allais, Prix Nobel d’économie en 1988, et réputé pour sa pensée de droite. Elle marque l’inquiétude d’un homme pour l’avenir de son pays et faisait office d’avertissement lors de l’écriture de son livre en 1999.

Lire la suite 36 commentaires

lun.

22

oct.

2012

Réinventer l’Occident (Hakim El Karoui)

Le déclin de l’Occident est un phénomène nouveau auquel nous ne nous étions pas vraiment préparés.

La montée en puissance de la Chine crée un nouvel équilibre dont le phénomène le plus frappant se matérialise par les délocalisations massives liées à la recherche de coût de main d’œuvre toujours plus bas. Piégé par ses croyances néo-libérales, l’Occident doit se réinventer sans compter sur la croissance de la demande intérieure chinoise ni trouver de boucs-émissaires.

Lire la suite 11 commentaires

jeu.

04

oct.

2012

Après la démocratie (Emmanuel Todd)

Il y a quatre ans, Emmanuel Todd publiait cet ouvrage où il évoquait ses doutes quant au maintien de la démocratie en France. Son livre pouvait sembler exagérer les choses mais aujourd’hui force est de constater que nous nous rapprochons chaque jour un peu plus de son scénario comme l’atteste la ratification prochaine du TSCG. Ce ne serait pas la première fois que ses qualités d’analyse lui permettraient d’anticiper l’avenir, lui, qui avait prévu la chute de l’Union Soviétique dès la publication de son livre, « La chute finale » en 1976.

Lire la suite 26 commentaires

mar.

17

juil.

2012

« Jusqu'à quand ? » (Frédéric Lordon)

Contrairement aux défenseurs de l'idéologie dominante, l'économiste Frédéric Lordon ne considère pas la crise financière de 2008 comme une dérive du système en place mais comme la conséquence irrémédiable du néo-libéralisme dont la logique est vouée à détruire le système en place. Son analyse montre que depuis la victoire de ce système économique, cher à Friedman et à Hayek, le nombre et la violence des crises se sont largement intensifiées : 1987, krach de Wall Street ; 1990, crise immobilière et des Saving and Loans (Caisses d'Epargne américaines) ; 1992 première crise du SME ; 1993 seconde crise du SME ; 1994, krach obligataire aux Etats-Unis ; 1997, première crise financière internationale (Thaïlande, Corée du Sud, Hong-Kong) ; 1998 deuxième crise financière internationale (Brésil, Russie) ; 2000-2002, éclatement de la bulle internet ; 2007-2008 crises des subprime. Naturellement nous pourrions maintenant rajouter la crise de la dette qui touche les pays européens. Il est en tout cas difficile de ne pas constater la série de de crises dont la fréquence et l'intensité vont en s'accélérant. Comment alors ne pas se poser la même question que Frédéric Lordon : « Jusqu'à quand ? ».

Lire la suite 13 commentaires

sam.

05

mai

2012

La haine des arabes

On a torturé en Algérie est la confession anonyme d'un militaire de carrière qui revient sur la torture qu'il a pratiqué durant la guerre d'Algérie.

L'homme qui raconte n'a rien d'un monstre aujourd'hui. Il est engagé dans une association d'aide aux algériens en France, vote pour la LCR aux élections, est opposé à toute forme de violence, aime la littérature.

Il n'est pas difficile, disons-le, de s'identifier à lui au cours du récit. Ici d'ailleurs réside l'intérêt principal du livre. Il donne à voir bien mieux que des tonnes d'articles ou de livres moralisants a posteriori comment un honnête homme en vient à devenir un bourreau. Il est dans la nature de l'Histoire, en effet d'être obstruée par les valeurs et les discours dominants du présent.

 

Lire la suite 23 commentaires

dim.

15

avril

2012

Temps difficiles (Dickens)

L'Histoire est un éternel recommencement et il est parfois frappant de voir à quel point les situations d'hier peuvent rappeler celles d'aujourd'hui. Ainsi en se replongeant dans l'univers de Dickens et de l'Angleterre du milieu du 19 ème siècle, on découvre les débuts de la Révolution Industrielle. Cette Révolution qui transforme le paysage anglais comme ses habitants. Elle leur offre du travail et de misérables conditions d'existence. Cette classe prolétarienne fut certainement l'une des plus exploitées de l'Histoire. Les raisons sont multiples et le génie de Dickens est de les personnaliser pour mieux mettre en exergue les incohérences d'un système où l'homo œconomicus est roi et où l'homme est une quantité négligeable.

Lire la suite 4 commentaires

ven.

17

févr.

2012

L'Identité protectionniste de la France

En étudiant l'histoire de la pensée économique au XIXème siècle, on observe que les débats qui jadis opposèrent soutiens et détracteurs des tarifs douaniers sont peu ou prou semblables à ceux qui nous occupent aujourd'hui. Du commerce, on peut à nouveau débattre, après que le débat a été confisqué pendant des décennies ; et les noms d'oiseaux ainsi que les arguments jetés à la figure des démondialistes et des souverainistes n'ont pas grand chose à envier aux arguments libéraux des contemporains de Balzac. Liberté contre obscurantisme, lois économiques contre intérêts de classe. A l'époque, c'est pourtant le protectionnisme qui a triomphé du libre échange, et les producteurs traditionnels, de l'élite libérale. Mais, cette résurgence ne saurait être vue comme une simple « réaction » face à la marche « moderne » du monde. Tout comme au temps de la Révolution industrielle, elle est une réflexion sur l'organisation sociale et la répartition des richesses. Plus spécifiquement aujourd'hui sur l'accaparement de la croissance par une nouvelle classe transnationale sur laquelle les États n'ont plus aucun contrôle. Ainsi, autour de 1840, la pensée protectionniste se structurait-elle lentement autour de deux grands axes : le patriotisme et l’Égalité.

Lire la suite 4 commentaires

dim.

08

janv.

2012

La Tiers-Mondialisation de la planète (Bernard Conte)

La Tiers-Mondialisation de la Planète. Comment en sommes-nous arrivés à parler de Tiers-Mondialisation de la Planète? Ce mal censé être éradiqué grâce au développement des pays du « Sud » qui devait permettre la convergence économique avec les pays du Nord. L'économiste Bernard Conte se propose d'expliquer ce concept, caractéristique des pays en voie de développement, qui génère une croissance exponentielle des inégalités. Ce phénomène est d'autant plus inquiétant qu'il gagne du terrain tel un cancer. Certains pays européens comme la Grèce commencent à en prendre le chemin. Demain ce sera certainement la France. Afin de le combattre efficacement, il importe donc d'en comprendre les racines et les objectifs.

Lire la suite 4 commentaires

dim.

20

nov.

2011

Le commerce contre les Peuples

La Nation est la grande oubliée de la théorie économique héritée d'Adam Smith. Dans son oeuvre magistrale système national d'économie politique (1841), Friedrich List développe cette idée selon laquelle en fondant leurs théories de la division du travail autant que du commerce international, les héritiers de l'école dominante, depuis Jean-Baptiste Say et Ricardo, ont considéré comme établis les trois assertions que voici :

     -que le commerce entre les hommes participe au bien de l'Humanité toute entière.

    -que l'accumulation de biens en valeur se confond avec un accroissement des richesses productives.

   -que le libre échange vaut mieux que la protection et ce de manière universelle.

 

Et qu'ils se sont trompés.

Lire la suite 7 commentaires

sam.

12

nov.

2011

« Sortons de l'euro! » Jacques Nikonoff

La période trouble et incertaine que traverse l'UE, place au centre du débat la monnaie unique. Ce livre arrive donc à point nommé pour analyser les forces et les faiblesses de l'euro. Le titre a le mérite de la clarté. Jacques Nikonoff se place en fervent opposant de la monnaie unique et s'attache à le démontrer au cours des 4 parties qui structurent cet ouvrage.

La première partie s'intitule: « Bilan de l'euro: négatif » et autant le dire tout de suite elle est loin d'être la meilleure.

Ainsi on peut reprocher à Jacques Nikonoff de se montrer trop partisan dans sa recherche de mise en lumière des failles de l'euro. Il en résulte un manque de cohérence de sa démonstration puisque les meilleurs arguments sont pollués par ceux manquant sigulièrement d'épaisseur.

Lire la suite 7 commentaires

sam.

10

sept.

2011

« La Maison Nucingen » d'Honoré de Balzac

L'œuvre de Balzac -- La Comédie Humaine -- vaut par bien des aspects. Caractère changeant, voulant tout et son contraire successivement, et en cela débordant de vitalité, si la vie est cet enchevêtrement de pensées et d'actions à la cohérence incertaine, il développa ce sens de l'écrivain capable de saisir la pensée d'autrui, les forces qui meuvent les hommes, les faiblesses qui les contraignent. Sa vie, il la consacre à recréer le monde, la société française de son époque, celle du XIXème siècle et à en démêler les mécanismes. Ainsi, tel l'encyclopédiste, précurseur en quelque sorte de la sociologie, il en analyse les strates une à une: politiques, miséreux, militaires, bourgeois en pleine ascension, nobles, paysans mais aussi envieux, arrivistes sans scrupules, caractères superbes, faiblesses coupables, droiture inflexible, cynisme sans limite...

Tous les caractères, certes, toutes les situations se rencontrent dans la société, mais peu de forces l'influencent réellement. Surtout, un Dieu nouveau la régit depuis peu: l'Argent, sujet principal de la Maison Nucingen.

Lire la suite 1 commentaires